Chercher

__________________________________________________________

Bill Deagle:

Transcription de l'interview - 1ère partie

Cette page est une traduction d'une Publication originale de Project Camelot.


Dr. Bill Deagle - Pronostic pour la planète Terre – 1e Partie

Vista, Californie, Septembre 2008

(suite dans les Partie 2 et Partie 3 en anglais pour le moment)


Début de l’entretien


Bill Ryan (BR): Tout d’abord, j’aimerais juste vous dire que je suis vraiment, vraiment ravi de vous rencontrer en personne.

Bill Deagle (BD): Oui. Et moi de même. [rire]

BR: Ici Project Camelot, mon nom est Bill Ryan et je suis ici avec ma partenaire Kerry Cassidy. Nous sommes en serre-livres avec, au milieu, Dr. Bill Deagle, et c’est un immense privilège que d’être avec vous.

BD:  Merci beaucoup.

BR:  Je plaisantais avec le Dr. Deagle il y a quelques instants sur le fait que je me nomme pour le Livre Guinness des records pour avoir écouté son Granada Forum Lecture [Décembre 2006] sept fois en entier, tellement c’est rempli d’informations.
Et ce n’est pas tout, au téléphone l’autre jour, le Dr. Deagle nous a dit qu’il n’a probablement présenté que 10% des informations qu’il détient. Notre espoir, dans les deux heures à venir, est d’enregistrer autant que possible des 90% restants.

BD:  [rit]

BR:  En particulier, une grande partie des personnes qui regardent cette vidéo maintenant ainsi que nous deux, Kerry et moi, sommes vraiment intéressés et attentifs au sujet de ce qui va se passer dans les semaines et les mois à venir. Je crois que l’un des termes que Bill utilise est « le calme avant la tempête ». Quelle tempête ?

BD:  Et bien, la meilleure façon de voir ça c’est comme à la faculté de guerre d’Emory et si vous parlez aux personnes qui travaillent dans les facultés de la marine ou des armées, ce qu’ils font c’est qu’ils y appliquent des jeux de guerre. Ils sont assis autour d’une grande table de réunion et ils entrent les données dans des ordinateurs de simulation.
Ils utilisent Simula PL/1 et d’autres langages de programmation développés pour les services militaires, ils entrent le tout sur leurs superordinateurs et ils font tourner un bon nombre de simulations. Toutes les guerres, chaque conflit, chaque état d’urgence national, a déjà été mis en scène.
Les gens ne se rendent pas compte de la quantité de puissance informatique qui a été dédiée à ces choses – pour tout -- depuis une invasion extra-terrestre à un tsunami frappant la cote ouest, au Cumbre Viejo [ndt : une des îles canaries qui pourrait s’effondrer et créer un tsunami sur la cote est des Etats Unis], à des manifestations civiles suite à un tremblement de terre sur la ligne de faille de New Madrid dans le Midwest, En bref, tout a été simulé. Il y a un bon nombre de choses.
Maintenant, ce que j’essaye de faire souvent avec mon programme radio, qui s’appelle Nutrimedical Report ; c’est sur le réseau Genesis (Genesis Network) et les deux sites si vous voulez les voirs, sont nutrimedical.com, où je me concentre sur l’anti-âge, le prolongement de la vie, la défense civile, et d’autres renseignements.
Et le clayandiron.com. Le réseau s’appelle Genesis Network, basé à St. Paul, dans le Minnesota. Leur site web, pour obtenir des podcasts, téléchargements ou vidéo-sur-demande, qui rediffuse les émissions, est gcnlive.com.
Mon but avec mon émission… Je me rends compte que l’avantage d’avoir un programme radio régulier est de pouvoir rassembler des experts et des invités, mais il y a plusieurs approches. Mon approche est d’essayer… S’ils écoutent assez d’émissions, les gens commenceront à voir un ensemble de choses qui changera leur paradigme.
Parce que vous ne pouvez pas nécessairement changer les gens en leur imposant des faits auxquels ils ne sont pas prêts d’un point de vue émotionnel.

BR:  Oui.

BD:  Et il faut aussi changer leur paradigme par « petites touches » , qui ont lieu quand ils écoutent de plus en plus de personnes et qu’ils sont prêt a accepter le message venant de certaines personnes, ou avec une certaine façon de faire les choses, ou avec un peu d’humour, ou de la musique.

BR:  Oui.

BD:  Et finalement ils arrivent à un point où ils sont capables d’accepter des vérités intellectuelles, des vérités spirituelles, et ainsi de suite.
Les deux choses clefs que j’essaye d’enseigner dans mon émission sont : La première , c’est que les gens ne savent pas qui ils sont. Les gens ne savent vraiment pas quel être ils sont, et à cause de ça – dans un grand nombre de cas cette vérité leur est cachée – ils sont manipulés. Par exemple, si vous ne saviez pas que vous étiez un oiseau, vous n’essayerez pas de voler, n’est-ce pas ?
BR:  Oui. Bonne analogie.

BD:  L’autre chose que j’essaye d’enseigner est que tout ce qu’ils ont appris dans le passé a déjà été digéré et présenté pour qu’ils ne comprennent pas la nature de l’univers dans lequel ils vivent. Ils ne savent même pas ce qu’est la « réalité ».

BR:  Oui. Et tout ceci est l’un des paramètres du modèle, sans doute, avec lequel les gens interagissent via ce « plateau de théâtre »

BD:  D’accord.

BR:  ... Avec une quantité très limitée de renseignements à leur disposition pour pouvoir réagir, et porter les bons jugements.

BD:  D’accord. Alors ce que j’essaye de faire, c’est de les pousser au-delà de ça. Une des choses que j’essaye de faire… Il n’y a pas de « vache sacrée », que ce soit d’un point de vue politique, religieux ou scientifique. Ce doit être, vous savez, « fais confiance mais vérifie ». Vous savez, Ronald Reagan avant d’avoir mangé trop de bonbons sucrés à l’aspartame. [rires]
L’idée est que finalement vous aurez assez de preuves et d’éléments logiques pour que... Vous aurez ce que j’appelle « les deux témoins ». Ca ne doit pas assaillir votre intellect (les informations), et ce doit aussi résonner avec votre esprit.

BR:  Bien. mais vous savez, bon nombre ici qui nous regardent ont déjà fait leurs devoirs …

BD:  D’accord.

BR:  ... que ce soit en écoutant vos émissions ou les nôtres, car nous opérons essentiellement de la même façon.

BD:  En effet.

BR:  Ou les deux.

BD:  Oui

BR:  Et il y aussi... Seriez-vous d’accord pour dire qu’il ne reste plus beaucoup de temps maintenant ?

BD:  Non, il n’y a pas beaucoup de temps. Et il y a un certain nombre de ce que j’appelle des « spasmes événementiels» qui vont avoir lieu. Et pour vous donner juste une idée de la chronologie de la direction des événements plutôt que des dates spécifiques…
La première chose qu’il faut comprendre, c’est que qui que nous élirons, que ce soit McCain/Palin ou Obama/Biden, ou Les Verts avec McKinney, les événements sont déjà en cours pour une catastrophe économique régionale et mondiale et ensuite la création de banques régionales et mondiales.

BR:  Ils ont déjà le script du film, mais il n’ont pas encore les acteurs.

BD:  Oui. Ils ont embauché le casting central, et qui que soient les acteurs, ils vont juste en quelque sorte chevaucher la vague.

BR:  OK. Quel est le script alors ? [rire]

BD:  C’est le script... Je vais revenir en arrière un peu, pour que...

BR:  Oui. Et il y a quelques minutes vous nous avez parlé d’un modèle. Ce serait bien de tout relier à ce modèle.

BD:  Oui, Ils ont créé beaucoup de modèles. En fait, ils ont l’un des programmes les plus avancés à l’université de Californie de San Francisco et ils sont reliés directement au National Reconnaissance Office.
Au fait, je fais ceci régulièrement dans mon émission – diffuser des informations confidentielles… Et ils ont accès aux gammes de superordinateurs Cray 5 et Cray 4, et donc ils font tourner leurs simulations..

Kerry Cassidy (KC):  Et c’est basé à Denver, c’est ça ?

BD:  Et bien, c’est là que ce trouve le nœud principal. Sur la base aérienne de Shriver  mais ils ont aussi des systèmes ailleurs et les gens doivent être informés que le monde auquel ils croient n’est qu’un conte de fée qui n’a jamais existé. D’accord ?

BR:  D’accord.

BD:  Bon alors, ceci est au niveau universitaire. Ils ont un programme de modélisation social sur superordinateur et ils essaient différentes perturbations. Ils essayeront une petite chose, mettront un ballon dans les airs, créeront un événement médiatique et ils sont capables de modeler cette base selon les informations en retour.
Ils sont capables de faire des recherches spécifiques, qui s’appellent « recherches architecturales », proche du Half Past Human ou du machin des « œufs » de l’université de Princeton.
Ils minent l’internet ; ils minent les conversations téléphoniques. Ils minent les données des boîtes câblées des gens, qu’ils ont divisées en deux pour savoir ce que les gens regardent et ils ont un programme qu’ils appellent « architecture de données » qui peut tout analyser.

BR:  Ouaip.

KC:  [Inaudible]

BD:. . . . Ah, c’est possible, qu’ils puissent faire ça. Le plus important c’est qu’ils savent ce qu’ils sont en train de regarder. Et s’ils savent ce qu’ils sont en train de regarder, sur quoi la boîte est branchée, ils peuvent rentrer ça dans leurs données, et peuvent alors se prononcer, en se basant sur  la distribution des inficatifs, les données démographiques, etc.

BR:  Ouais.

BD:   Parce que les gens doivent savoir que toutes les conversations téléphoniques ont toujours été écoutées. Chaque fax a toujours été surveillé. Et ils ont des superordinateurs.
Et en 2003 ils ont lancé un système d’intelligence artificielle, un superordinateur intelligent avec l’intelligence d’un être humain – en d’autres termes, un humain d’une intelligence capable de réfléchir 10 milliards de fois plus vite, avec accès a toutes les connaissances, l’histoire, l’internet et les voies de communications. Alors…

KC:  Avec ça en tête, la modélisation qu’ils créent… Leur plan, leur agenda, va se dérouler comment ? La plus grande surprise qu’ils puissent imaginer ?

BD:  Et bien, non. Ce qu’ils sont en train de faire de c’est créer une copie cybernétique de la Terre.

KC:  D’accord.

BD:  Ils peuvent créer des modèles avec ça et essayer de réaliser ce qui s’appelle des « analyses de chemins de chronologies ».

BR:  Ouaip.

KC:  D’accord. Mais comment est-ce qu’ils choisissent ? Vous savez ?

BD:  Oui.

BR:  Un monde virtuel entier avec des gens virtuels.

BD:  dans un monde virtuel. Je m’occupais d’employés qui travaillaient sur ce qui s’appelle le “Sentient World Project » (Projet d’un monde doués de sensations) à Denver.

KC:  Oui. Mais je ne comprends toujours pas, vous savez, comment ils choisissent leur mise en scène. En d’autres termes, nous savons que l’effondrement financier…

BD:  Et bien, ils peuvent essayer une mise en scène et ils peuvent vraiment la mettre en œuvre dans le monde virtuel et ensuite ils peuvent voir le résultat basé sur…

KC:  D’accord. Mais est-ce que vous avez entendu des rumeurs disons, du plus profond des projets secrets, qui disaient, vous savez, qu’ils avaient choisi cette mise en scène ?

BD:  Ah, certaines choses. Certains éléments. Oui.

BR:  Donnez-nous une idée, Bill.

BD:  Et bien, je vais vous donner un exemple. Une des premières choses, en pratiquant cette modélisation, qu’ils ne font pas… En d’autres termes, ils ne pratiquent pas juste sur le grand public. Ils essayent quelque chose de différent.
Par exemple, au début de l’année, le Countrywide s’est effondré financièrement, et ensuite il y a eu l’effondrement de Lehman Brother.. Et ils essayent chaque chose. Ils essayent de voir quelle sera la réaction du public et ils réintroduisent ensuite les résultats dans le modèle.
Alors, quand je m’occupais des employés qui travaillaient sur le “Sentient World Project » (Projet d’un monde doués de sensations), ils ont en fait créé un modèle cybernétique de la Terre. C’est un modèle physique réel dans l’hyperespace  avec une tolérance d’environ un centimètre et demi. Toutes les routes, tous les bâtiments, tout, les gens. Tout le monde à l’intérieur de ce modèle est pris en considération, chacun est nommé un nœud. C’est le terme qu’ils utilisent.

BR:  Ouaip.

BD:  En dehors de la modélisation simulée par informatique, ils utilisent d’autres technologies. Certaines d’entres elles plutôt extra-terrestres, si vous voulez l’appeler ainsi.

BR:  Je vous crois.

BD :  Et ils utilisent ces technologies pour pouvoir analyser les voies de la chronologie. Parce que ce qu’ils essayent de faire, c’est…

KC :  Alors, donc nous parlons d’appareils Looking Glass (Miroir) ?

BD :  Oui. Exactement. Et bien sûr, beaucoup de personnes ne comprennent pas que la plupart [de ces technologies] sont basées sur ce qui s’appelle l’imagerie de vortex en torsion, qui est une imagerie hyperdimensionelle.

BR : Ouaip.

BD:  Et nous avons l’imagerie de vortex en torsion depuis les années 50, par retro-ingénierie.

BR:  Oui.

BD:   L’imagerie de vortex en torsion était le projet clef de HAARP, non le moindre, mais bien son projet le plus important.

BR:  OK.

BD:  Donc, l’imagerie de vortex en torsion leur permet de voir au travers de la Terre pour y voir toutes les ressources. La première chose à faire est de déposer un miroir thermomagnétique avec de l’aluminium et des sels de baryum.

BR:  Et ça c’est le projet des chemtrails [trainées chimiques]?

BD:  Ouais, mais c’est à très haute altitude, 73 à 80 mille pieds [environ 22.000 à 24.000 mètres]. Vous ne les verrez pas.

BR:  OK.

BD:  Et une fois les particules en place, elles restent deux ou trois ans dans l’espace parce qu’elles se stratifient et se trouvent bloquées dans ce niveau supérieur de la troposphère. OK ?

BR:  Ouaip.

BD:  Et elles agissent comme un miroir pour créer ce qui s’appelle l’imagerie de vortex en torsion. Ils peuvent ensuite envoyer une pulsion, voir l’écho en retour et capturer l’image.

BR:  Je comprends. Ouaip.

BD:  Ils peuvent donc voir les ressources pétrolières, d’or, de minerais, de titane, tout ce qu’ils veulent, et ils peuvent aussi voir au travers de la Terre les bases souterraines, les villes, les complexes. Par exemple, quand Szechuan…

BR:  Et certains de ces trucs ne sont mêmes pas à nous.

BD:  Oui, en effet, ils peuvent aussi voir des trucs qui ne sont pas d’origine humaine. Exactement. Ils voient des cavernes gigantesques et des systèmes de cavernes qui s’étendent sur des centaines de kilomètres à travers le Midwest.

BR:  D’accord.

BD:  Mais ils voient aussi des choses comme des bases militaires, comme la base nucléaire et d’armements militaire chinoise à Szechuan, à l’ouest de la Chine, qui a été frappée par une arme tectonique. C’était une utilisation ciblée d’une technologie tectonique, d’accord ?

BR:  Ouaip. Mm hm.

BD:  Maintenant, nous en avons notre propre version, et les russes ont un nouveau système appelé technologie de super-condensateur qui leur ont permit de créer de très, très puissants condensateurs capables de produire le même genre de choses que notre technologie HAARP, d’accord ?

KC:  OK. Mais quel est leur but dans tout ça ? Voilà en réalité ce que nous…

BD:  Oui. Alors, leur but dans tout ceci… Juste pour vous donner une idée : il faut premièrement regarder le menu de ce qu’ils possèdent.  Ils choisissent plusieurs éléments, qu’ils essayent de perturber sur une modélisation informatique.
Et ensuite ils décident s’ils vont continuer maintenant ou dans un avenir proche. Comme, beaucoup de gens disent : pourquoi n’y a-t-il pas eu un autre 11 septembre ?

BR:  Mm hm.

BD:  D’accord ? Un autre...comme faire sauter des villes ou d’autres choses ? Parce que pendant des années ils ont joué à ces simulations de jeux de guerre nucléaire avec une arme de 10 kilotonnes lâchée sur un certain nombre de villes.
Par exemple, cette année c’était Portland Harbor, et l’année dernière c’était Charleston Harbor, où ils ont effectivement fait une simulation d’un…
Et ça n’était pas que les USA. C’était les USA, les britanniques, les canadiens, qui participaient conjointement à ces jeux de guerre, essayant de voir la défense civile, le panache de radiation, et les mouvements du public et, vous savez, comment gérer les cadavres, et tout ce genre de trucs.
Donc ils font tout ça. Ils le font sur de multiples niveaux et ils réintroduisent les données dans leurs superordinateurs pour pour décider de ce qui marchera le mieux.
Une des choses que nous avons faites... Vers la fin des années 90, j’étais médecin pour le Rocky Mountain Occupational Medicine, et nous avons passé un contrat avec les équipes Hazmat (matières dangereuses) dans le Colorado, avec le FBI et les Centres de Contrôle des Maladies pour une simulation de jeu de guerre appelée Opération Top Off [Maximum] et Opération Dark Winter [Opération sombre Hiver].
Nous avons fait une simulation au Performing Arts Center [Théâtre des Arts], sur la « propagation simulée », non pas une vraie propagation, de la peste pneumonique. Nous voulions connaître la proportion de victimes, en termes de la rapidité de l’activation du système – le système EMS – pour pouvoir atteindre les personnes, les soigner, les trier et ainsi de suite.
Et nous en avons fait un autre semblable sur la 17ème Avenue, à Denver, depuis la fenêtre d’un appartement au deuxième étage, nous avons même mis en place un vaporisateur pour asperger depuis le fenêtre, avec un peu d’air condensé, un petit jet de vapeur, qui était supposément de l’anthrax.. Donc, ce serait un jet armé d’anthrax qui devait être aspergé depuis cette fenêtre du deuxième étage. Et ce jet d’anthrax devait ensuite…
Nous enverrions des gens au... Les officiers du Hazmat et les forces spéciales devaient se rendre dans divers hôpitaux, comme St Joe, le Presbytérien, St Luke, etc. Et nous avons essayé de calculer, avec des formulaires de données à enregistrer, si oui ou non, en premier lieu, les services d’urgences mettraient en action le CDC, feraient les bons prélèvements, soigneraient les gens en temps et en heure pour qu’ils ne meurent pas.
Nous avons tué tout le monde.

BR:  OK.

KC:  Mais pourquoi est-ce que vous avez tué tout le monde ? 

BD: Tout le monde est mort parce que le système n’était pas à la hauteur. Les médecins des services d’urgences, la maladie infectieuse, la mise en route du système… le temps que ça aurait prit pour trouver la source du flot de vapeur aurait été trop long.
Donc, s’il y avait une arme mortelle d’anthrax – il suffit de, disons, 80 spores pour créer une infection mortelle plutôt que 80 000 ou 100 000 – nous avons calculé que la dispersion depuis ce niveau sur le canyon de la 17ème Avenue, disons, aurait tué au moins 4 à 5 mille personnes qui y auraient, au milieu de la journée, été exposées.

BR:  D’accord.

BD:  Maintenant, la raison pour laquelle je vous parle de ce modèle c’est qu’ils font ça tout le temps avec leurs modèles cybernétiques, parce qu’ils essayent de diriger notre société selon certaines chronologies.
Et ils ont plusieurs forces. Toutes ces personnes dans ce – vous entendez parler du « Nouvel ordre mondial » -- ils ne sont pas d’accord. Et il y a plusieurs niveaux. Et la plupart pensent qu’ils sont au sommet de leur niveau, alors qu’en fait ils sont au premier échelon du niveau suivant. D’accord ?
Même les personnes qui sont tout au sommet qui sont humains. Parce que le Nouvel Ordre Mondial n’est pas dirigé par des humains.

BR:  Oui.

BD:  OK ?

BR:  Exactement.

BD:  C’est important de comprendre ceci. L’analogie que j’utilise dans mon émission… Durant les entraînements en Angleterre, dans une [sorte de] jeu de supériorité, ils vous inviteraient dans leur jardin et leur jardinier créerait un petit labyrinthe. Et vous traverseriez le petit labyrinthe et vous seriez tout content parce que vous en êtes sorti en quelques instants.
Et ensuite, ils vous emmèneraient au grand labyrinthe, qui a été façonné par un jardinier particulièrement malin,  la seule façon d’en sortir étant en suivant des instructions vocales.

BR:  OK.

BD:  OK. Si vous n’aviez pas d’instructions vocales, vous n’en sortiriez pas, et vous y seriez coincé tout l’après-midi, sans pouvoir prendre le thé ni quoi que ce soit. D’accord ?

BR:  OK.

BD:  Le but étant de vous humilier en vous obligeant à reconnaître que vous ne sortirez pas du labyrinthe sans changer votre paradigme sur la façon d’en sortir. D’accord ?

BR:  Très bien. D’accord.

BD:  Et, fondamentalement, ce qu’ils font, c’est… Dans un sens c’est plonger la société entière dans un « bain parasiticide » de mensonges sur les événements en cours. Les gens ne savent pas quel genre… Vous savez, même l’histoire moderne a été complètement réécrite. Tout…

BR:  Mais il y a un certain éveil qui ce manifeste, il faut inclure ce facteur aussi.

BD:  Oui, c’est vrai.

BR:  C’est pris en compte.

BD:  Bien sûr, et c’est pour ça qu’il y a un délai assez important. En fait, si vous recherchez tous les documents publiés tel Global 2000, au sujet de la réduction de la population ; si vous observez les dates de lancement de choses telles que la grippe aviaire ; si vous regardez les plans pour faire sauter des villes avec des bombes sales ou des mini-bombes nucléaires, ou encore d’autres actions, ils sont très en retard sur leur programme.

BR:  Donc ils doivent aussi inclure dans leurs programmes le Nutrimedical Report et les interviews de Project Camelot, et ils prennent tout ça en compte et recalculent tout. C’est ça ?

BD:  Ah, et bien oui, mais le problème c’est qu’il y a un nombre d’inconnus qu’ils ne peuvent pas contrôler.

BR:  Qui sont ?

BD:  Et bien, beaucoup d’inconnus.

BR:  OK.

BD:  Le premier inconnu est humain. Les être humains sont des êtres multidimensionels qui transcendent de loin l’idée qu’ont les gens de ce qu’est un être humain.
Juste pour vous donner une idée… Revenons en arrière en termes de sciences physiques : Notre plan d’existence, le plan énergétique, a cinq dimensions, pas quatre. OK ?

BR:  Ouaip.

BD:  Et puis le plan spirituel a sept dimensions. Certains l’appellent le plan astral. Et puis il y a la 13ème dimension qui est le plan éternel. OK ? Et tout est une harmonique de ça. C’est pourquoi... La nature même de l’existence est littéralement le passage de l’esprit au travers de ces plans énergétiques qui crée un montage.

BR:  Nous sommes d’accord avec tout ça. Et ce que nous sommes ici, ce que je vois dans ma périphérie visuelle, n’est que la partie émergée d’un immense iceberg.

BD:  En effet.

BR:  Oui, et l’iceberg est quelque chose de merveilleux, fantastique, beau et éternel.

BD:  Oui, exactement. En d’autres termes, cet instant qui existe maintenant, que nous sommes en train d’enregistrer, a toujours existé.

BR:  Oui. Je suis d’accord.

KC:  Absolument. Le temps est circulaire. Mais Bill, ce que je veux savoir, c’est qu’est-ce qu’il vont faire avec tout ceci avec ce que vous nous dites ? Parce que, il est évident qu’ils ont du retard sur leur programme... Et nous voici, fin septembre, et nous avons l’économie américaine qui coule.

BD:  En effet.

KC:  Alors quelle est l’étape suivante ?

BD:  Et bien, ici il faut voir ce qu’est leur but. C’est presque comme une souris qui atteint certaines barrières, une souris maligne. Vous avez mis en place certaines barrières, mais une souris peut toujours sentir le fromage. Elle contournera la barrière et elle trouvera comment faire, et si c’est une souris très intuitive, elle voit au-delà de la barrière le chemin pour atteindre le fromage. Et si elle a beaucoup de points d’accès, c’est exactement ce qu’elle fera, d’accord ?

BR:  D’accord.

BD: Ce que je vois donc, c’est que leur but est d’avoir une banque mondiale. Leur but est d’avoir des zones de monnaie courante régionalisées. Ils l’ont publié. En fait, il y a une chose qu’il faut comprendre – qui est vraiment bizarre mais pourtant vraie – c’est qu’une partie de la religion, si vous voulez l’appeler ainsi, ou du dogme, de ces mondialistes est de prouver qu’ils appartiennent à une super classe, ou une classe de prédateurs, qui ont le droit de prendre ces décisions.
Et ils se sentent obligés de publier leurs plans, et le profane ne comprend pas. Mais c’est clairement publié. Par exemple en septembre 1973, le Conseil des affaires étrangères (CFR)…

BR:  Visible de tous.

BD:  Visible de tous.

KC:  Comme le Rapport de la Montagne de Fer (Iron Mountain Report), par exemple.

BD:  Oui, ou le document de 1974 qui parle du fait que le plus grand danger pour le monde est la croissance de sa population. Ou le Global 2001…

BR:  Les “Georgia Guidestones”.

BD:  Exactement. Visible de tous. Le problème c’est que les gens les regarderont et diront : Ça ne peut pas être vrai, c’est visible de tous.
C’est presque comme, si vous voulez dire : c’est un navire de guerre et ils répondront : Oui, mais il est peint en rose. Ça ne peut pas être un navire de guerre. Il y a des plantes qui poussent des tourelles. [Bill rigole] Bien que ce soit un navire de guerre et il qu’il soit dans la cour avant. [encore des rires]

KC:  Mais, à votre avis, quels extra-terrestres dirigent le spectacle ?

BD:  Et bien, je vais y arriver parce que je veux vous donner une façon un peu différente de voir les choses. Ce que nous devons faire c’est utiliser beaucoup de discernement. Il y a, fondamentalement, deux perspectives dans l’univers – que vous soyez humain ou non-humain.
Ce que nous sommes et ce qu’est tout être de l’univers « doué de sensations », c’est un être spirituel qui transcende la matrice énergétique, créant une réalité. OK ? En d’autres termes, nous sommes les co-créateurs de nos propres chronologie et avenir.

BR:  Absolument.

BD:  Et si vous étudiez les personnes comme Michio Kaku et des physiciens avancés, entre autres, ils évoquent un univers en termes d’énergie. Vous savez, comme la culture d’énergie Zéro et la culture d’énergie Niveau Un, une culture qui est capable de traverser la galaxie d’un bond et est contrainte par le temps et l’espace.
Mais vous pouvez aussi utiliser les mêmes principes pour, vous savez – le même genre de caractéristiques – pour traîter de ce que j’appelle la spiritualité d’une civilisation douée de sensations. D’accord ?

BR:  D’accord.

BD:  Donc il faut utiliser les deux types d’énergies et elles sont liées.

BR:  Oui.

BD:  Parce qu’il y a une importante suppression de la technologie que nous avons déjà, car spirituellement nous sommes très… ce que j’appelle une culture du niveau zéro.

BR:  Oui.

BD:  Nous sommes toujours dans le parc à bébés, ou au berceau de la civilisation et nous avons été mis en effet en quarantaine pour trois shars, qui sont les « passages par le plan galactique de feu » de Zecharia Sitchen.
Les deux perspectives se lient l’une et l’autre par la connexion avec son Soi suprême, qui est la « JE SUIS », celui qui dit Que la lumière soit, l’esprit qui est en nous.
Et tous les grands chefs spirituels qui ont parlé de la vérité qu’ils connaissaient en leurs cœurs – que se soit Buddha ou Zoroastre ou un autre – tous ces grands chefs ont dit quelque chose et souvent ces choses ont été converties ou perverties, ou embrouillées.
Ou encore ils n’avaient pas toute la vérité, juste des parties, et c’est devenu une « religion ». Maintenant, religion est un substitut pour relation.

BR: Oui.

BD: J’appelle ça “real lies going on” [Ndt : jeu de mots sonore. Traduction littérale : « de vrais mensonges en cours »] et ça ne fait aucune différence quei vous parliez de bouddha, du christianisme, du judaïsme, du zoroastrianisme, de l’athéisme.
Tous les “ismes” du monde tombe dans deux catégories : soit vous entendez la Voix de l’esprit qui vous a créé ainsi que tout ce qui existe, le continuum – parce sans aucune voix il n’y a pas d’univers – une « Je » vois, comme je l’appelle. Il n’y a pas qu’une seule « Je » vois.
Donc, c’est alors soit votre volonté – autrement dit, la volonté de décider pour vous-même entre le bien et le mal – ou entendre la Voix. En d’autres mots, vous n’avez pas besoin de dire aux personnes qu’est ce qui est bien ou mal. S’ils sont en contact avec leur soi suprême et avec leur Créateur, ils savent ce qui est bon ou mauvais.

BR:  OK. Maintenant, juste pour revenir à ce que vous disiez des facteurs inconnus, de qui les gens sont réèllement – c’est ma façon de paraphraser ce que vous avez dis – et du fait qu’il y a certaines choses qui ne peuvent pas être programmées dans leurs superordinateurs, parce que, vraiment, vous parliez de l’être humain comme étant éternel et magique.

BD:  Exactement, et ce que vous venez de pointer est lié aux factions, si vous voulez les appeler ainsi. Vous savez, vous pouvez regarder dans tout genre de livre religieux, que ce soit chez les Indiens Hopi ou dans la bible chrétienne ou dans bon nombre d’autres livres, ils vous racontent tous que nous avons reçu des visites sur Terre tout au long des ères.

BR:  D’accord. Maintenant...

BD:  Et la façon dont c’est lié à notre sujet c’est que ces visiteurs ont des caractéristiques qui sont très communes. Par exemple, [les] Naga, dans la région océanique, OK ? Qui sont, vous savez,  le peuple-serpent ou la divinité du serpent à plumes [Quetzalcóatl], ou quoique ce soit d’autre. Ce que vous découvrez… Ou les Dagon, qui sont, vous savez, les êtres amphibiens qui viennent d’un autre monde. Et donc, par exemple, même le chapeau que porte la pape s’appelle en réalité le « signe du Dagon », qui est un dieu-poisson, appelé aussi Oannes…

BR:  Oui. Oui.

KC:  OK. D’accord, mais….

BD:   ...qui est à l’arrière plan, autrement dit.

BR:  A cet instant, il y a des personnes qui nous regardent et qui vont dire : Je sais que je suis éternel et magique et je suis très intéressé par ce que vous dites. Mais que dois-je faire ? Quel action dois-je entreprendre pour capitaliser sur mon facteur d’inconnu afin qu’ils ne puissent prévoir ce que je vais faire ensuite ?

BD:  Oui, là où j’essaye d’en venir... Vous savez, j’entends beaucoup de témoignages de gens qui disent : Je suis en contact avec les pleiadiens ou les andromèdiens, ou je suis en contact avec tel ou tel groupe. Mais les gens doivent utiliser leur discernement à l’extrême extrême.

BR:  Oui.

BD:  Voilà ce que j’en pense. Dites,,vous savez, si vous arrivez dans une nouvelle ville : Disons que vous veniez d’Afrique du sud et que vous arriviez à New York et que vous ne saviez pas où aller mais que vous vous rendiez dans le mauvais secteur de la ville, vous n’en sortiriez peut-être pas vivant, d’accord ?

BR:  D’accord...

BD:  Et une chose comparable... Il faut voir l’univers de la même façon.

BR:  Oui.

BD:  Il y a des régions très bien dans l’univers, et aussi des très malsaines.

BR:  Oui.

BD:  OK ? Réfléchissez-y de cette façon : tout être capable de traverser l’espace/temps et d’arriver ici dans notre monde, vous devez assumer le fait que leur intelligence est d’une taille sans limite plus importante que la nôtre . Et donc, tout ce qu’ils nous communiquent peut être très vrai ou très, très malicieusement manipulé pour nous contrôler, cpmme dans un jeu.

BR:  Exactement.

BD:  En d’autres termes, nous serions traités comme des fourmis ou des cafards ou comme mes chiens. Ils ne comprendraient même pas de quoi nous parlons, ce serait presque comme un sport, vous voyez ?

BR:  Oui.

KC:  sauf que, s’ils sont aussi intelligents, ils doivent aussi réaliser que nous sommes de grands êtres spirituels de notre propre droit et qu’ils sont en face de quelque chose de beaucoup plus important que notre forme tridimensionnelle.

BD:  Exactement, exactement. Voici mon argument: il existe deux perspectives là dehors, vous avez un groupe – nous les appellerons, pour pour la plaisir de l’exercice, comme le fait David Icke. Il était à la conférence OVNI de San Francisco, il les appellent les reptiliens. OK ? Ou vous pouvez les appeler les serpents, comme il est dit dans la bible. D’accord ?
Et en fait, il faut comprendre que lorsque vous étudiez la bible, les choses qui y sont décrites l’ont été pour des bergers et des artisans il y a 2.000 à 3.000 ans, d’accord ? Ou étudiez d’autres livres anciens… Et ce qu’ils essaient vraiment d’y décrire est très semblable à ce que nous observons aujourd’hui.
Alors disons que nous avons un groupe qui dit : Nous sommes une super-nation de prédateurs super-scientifiques sans esprit mais nous envahissons et conquérons d’autres mondes.

BR:  Hum.

BD:  Nous pouvons envahir la dimension espace-cerveau. Nous pouvons attaquer sur le plan physique. Nous pouvons mettre en place une politique pour couper la connexion entre leur corps physique et spirituel – au travers de choses comme le fluor dans l’eau, la nourriture génétiquement modifiée ou la pollution électromagnétique.

KC:  Est-ce que vous êtes en train de suggérer que ce sont les reptiliens qui sont impliqués avec les Illuminati actuels ?

BD:  Et bien... Oui, oui, oui.

KC:  Ce type de programme ?

BD:  Bien sûr, oui. C’est la même chose que ce que la bible nous dit depuis toujours… les serpentins.

KC:  D’accord. J’aimerais mettre ça un peu plus au parfum du jour pour que nous puissions comprendre de quoi vous parlez ici.

BD:  D’accord. Cependant, souvent ils se trompent parce-que, par exemple, quand... David a fait un très bon travail mais une fois... Si vous ne savez pas ce que vous voyez parce que vous n’avez jamais rien vu de tel…
Ce qu’il a fait, c’est prendre une chose nommée ayahuasca, qui est analogue à de la domethyltriptamine. Et l’ayahuasca et la dimethyltriptamine ouvrent ce qui s’appelle, vous savez, l’œil de l’esprit, que les gens appellent l’oeil astral, le 3ème oeil ou quoique ce soit.
Et bien fondamentalement, nous sommes né avec cette capacité de voir dans le Royaume de l’esprit et c’est pourquoi les enfants voient des petits amis et d’autres choses, ils voient le bien et le mal, et ils subissent ce qu’on appelle pavor nocturnus ou terreurs nocturnes parce qu’ils voient des choses désagréables dans le Royaume de l’esprit. Des choses vraiment horribles. D’accord ?

BR:  Oui.

BD:  Ils ne sont pas en train d’inventer ça de toutes pièces à cause du des poussées d’hormones. Ils ont vraiment un problème. La raison pour laquelle je tourne un peu autour du pot ici est que les gens interprètent mal les signaux.
Par exemple, après que David ai prit l’ayahuasca en Amérique du Sud, et il s’est trouvé dans un état altéré, il a commencé à voir ce qu’il a mal interprété comme étant un métamorphe. Les métamorphes n’existent pas.

BR:  Et bien, ce n’est pas tellement lui, il a reçu des témoignages d’Arizona Wilder et d’autres.

BD:  Oui.

BR:  Et d’autres, et de les prendre pour valeur nominale (prendre pour argent comptant ?). C’est ce que j’ai compris, et je n’ai aucune critique ou quoi que ce soit envers lui.

BD:  Non, non, je ne critique pas.

BR:  Je suis très intéressé par votre point de vue sur ceci.

BD:  Et bien, ok. Voici la partie importante, ce n’est pas pour le critiquer parce que je crois que ce qu’il fait, c’est de voir dans le Royaume spirituel ce qui a toujours été là.

BR:  D’accord.

BD:  Et quand il y a une certaine intensité dans cette réalité elle émerge, même pour les gens qui n’ont aucune, vous savez, sensibilité particulière. Donc par exemple, vous savez, j’ai parlé avec des personnes qui ont été en la présence de Hillary Rodham Clinton.

BR:  D’accord.

BD:  Et Hillary Clinton à la présence d’une entité démoniaque, si vous voulez l’appeler ainsi, un reptilien transdimensionel qui est si puissant… C’est une des sensations les plus négatives que j’ai jamais eu. OK ?

BR:  Mm hm. Et vous avez été en sa présence physique vous-même ?

BD:  Oh oui. J’étais l’un des médecins qui s’occupait des sapeurs pompiers d’Englewood et du premier enfant qui a prit une balle à Colombine, Mark Taylor, et nous avons passé à peu près une heure au lycée de Dakota Ridge.
Et... parce que je vois dans le Royaume spirituel, d’accord ? C’est ce qui arrive après avoir eu une expérience de mort imminente. Je suis mort à ma naissance et encore à l’âge de huit ans et demi. Cela provoqua qu’une énorme quantité de DMT [ndt : Diméthyltryptamine, substance psychotrope puissante] fut libérée dans mon corps et quand ça arrive, cela change votre structure cérébrale et la nature même de comment vous percevez les choses. Si cela arrive quand vous êtes très jeune, c’est un âge où vous pouvez comprendre et interpréter les choses. Si cela arrive quand vous êtes plus vieux, vous pouvez mal interpréter les choses.

BR: Intéressant, oui, je comprends.

BD:  Vous me suivez ?

BR:  Oui.

BD:  C’est la raison pour laquelle quand vous visitez n’importe quel groupe religieux, vous trouverez toujours des enfants qui y sont exposés car ils comprennent mieux. Autrement, vous savez, vous pourriez être effrayé si tout d’un coup vous voyiez des choses vous vous diriez : C’est bon, j’ai perdu la raison, je ne suis plus lucide.

KC:  OK. Mais vous dites, au sujet d’Hillary Clinton, vous la décrivez comme ce que vous considérez être une espèce démoniaque au lieu d’un reptilien, c’est ça ?

BD:  Oh, c’est un Reptilien c’est sur. Quand vous le voyez, vous ne voyez pas une femme d’un mètre et quelques. Vous voyez une entité reptilienne géante qui se situe dans une autre dimension.

KC:  Exactement, mais parce que c’est une espèce reptilienne ne veut pas dire que c’est démoniaque.

BD:  Ah, ben, tournons ça d’une autre façon…

KC:  C’est toujours un extraterrestre d’une autre dimension.

BD:  Et bien, c’était maléfique. C’était maléfique, oui. C’est le mal.
Ce que les gens doivent comprendre c’est que c’est un vaste univers sur le pas de notre porte. Il suffit d’écouter les scientifiques – et tous ceux qui écoutent ceci comprendront. Si vous… Ils cherchent des bactéries sur Mars. Ils cherchent d’autres preuves qu’il y ait même de simple formes de vie sur Titan et d’autres planètes et planétoïdes et ainsi de suite.
Le fait est, que si vous prenez un minimum de facteurs en compte, il y a 100 milliards d’étoiles uniquement dans cette galaxie,  et il y a 100 milliards de milliards de galaxies. Et ça c’est dans le cosmos connu, dans ce cosmos, qui est en un sens probablement une particule élémentaire d’un univers encore plus vaste. D’accord ?

BR:  D’accord, Oui, oui.

BD:  D’accord. [Il rit]

KC:  Et bien moi, j’en suis encore ou vous disiez que David Icke avait tort parce que...

BD:  Et bien, il a tort parce que je crois...

KC:  Il a tort parce qu’il voyait des reptiliens et vous disiez qu’ils ne métamorphosent pas ?

BD:  Oui. Et bien les choses doivent aussi correspondre à la science, parce que si vous changez d’apparence en passant d’un individu plus petit a la présence physique , vous savez, d’un Reptilien géant, ou quoique ce soit, en fait vous allez avoir… Les lois thermodynamiques créeraient une combustion spontanée. Ce n’est pas possible.
Ce que vous devez faire... A moins que les lois physiques aient changées, ce qui ne va pas arriver, alors vous avez… Ce que vous voyez est quelque chose de complètement, vous savez… qui ne peux pas avoir lieu.

KC:  Ce que vous pouvez voir, par contre, c’est que votre perception change et vous pouvez voir dans différentes dimensions simultanément.

BD:  Oui, c’est une capacité de...

KC:  Donc ils ne changent pas, c’est votre vision qui change. Votre capacité à voir se modifie quand vous les regardez.

BD:  Oui... Oui. Maintenant, la plupart du temps les gens doivent utiliser ce genre de choses. Mon plus grand souci c’est que quand il y a un manque de discernement, cela donne un message confus, et beaucoup de messages font tellement de bruit que les gens n’ont pas une claire compréhension des opportunités ou des dangers de ce qui se produit.

KC:  D’accord

BD: Et donc vous aurez des personnes, par exemple, comme Arizona Wilder et d’autres, qui disent avoir vu ces choses se passer au beau milieu de cérémonies ou quoi que ce soit d’autre, et ce qu’ils ne comprennent pas, c’est que l’intensité est si intense, qu’ils sont en fait en train de voir dans le Royaume spirituel qui se déroule  dans un univers parallèle.

KC:  Oui.

BR:  D’accord. C’est leur perception qui est altérée, non pas la réalité physique.

BD:  Ce n’est pas la réalité physique, voilà.

KC:  Profitons-en. Mais en même temps, quel impact cela a-t’il sur l’agenda Illuminati ? Parce qu’il y a beaucoup de reptiliens qui influencent cet agenda.

BD:  Et bien, laissez moi vous expliquer ce qui ce passe. Si vous étudiez toutes les sociétés secrètes à travers  l’histoire – pas que l’histoire contemporaine des 6.000 dernières années, mais fondamentalement toute l’histoire humaine jusqu’à des civilisations antérieures qui ont connu leur apogée et leur chute – il y a eu une alliance maléfique, si vous voulez l’appeler ainsi, OK ?
Maintenant, cette alliance maléfique a été passée, fondamentalement, sous la haute autorité de ces Ordres secrets par lesquels c’était transmis, . Dans le passé le plus proche, il y 6.000 ans, c’était les anciens sumériens et les égyptiens.
Tous les plus hauts dirigeants de ces civilisations soumettraient leurs enfants à des rites de magie-sexuelle, des sacrifices humains et d’autres choses, pour pouvoir créer, si vous voulez, une porte astrale dans leurs esprits, pour pouvoir leur agripper ces espèces transdimensionnelles, presque comme le poisson à ventouse [ndt : le rémora] et le requin. OK ? Et vous ne pouviez avancer au sein d’aucun de ces ordres à moins d’être passé par ces cérémonies. Alors…

KC:  Svali parle de ceci, en fait, et Léo Zagami aussi.

BD:  D’accord. Alors, ce qui ce passe, par exemple... Si vous voulez accéder aux hauts degrés Illuminati vous devez en fait passer par ces rites pour que vous et vos…
La plus grande puissance pour vos ancêtres est vraiment de vous « maudire » en vous liant à ces choses, pour avoir plus de pouvoirs physiques, psychiques, émotionnels et intellectuels. Et par conséquent, vous devenez « hu-main » -- qui, en gallois, veut dire homme serpent (hu-man).
Et si vous étudiez la Grande Charte, cela n’a pas été écrit pour les « mansters » --- qui est le mot manster, qui est devenu monster (monstre) – mais bien pour homme-serpent ou la Royauté, ceux qui sont passés par les cérémonies, qui étaient« hu-mains »  ce qui veut dire hommes-serpents, et auxquels les transdimensionnels étaient litéralement accrochés, presque comme un parasite, un parasite psychique, pour créer l’ « hu-main » qui est un nouvel hybride, si vous voulez l’appeler ainsi.
Argile et fer. Autrement dit, vous avec fer de l’espèce transdimensionnelle serpentine avec leurs sciences avancées, leurs capacités et ainsi de suite, littéralement lié à l’homme pour créer un « hu-main »

KC: OK, donc fondamentalement les Illuminati ont cette propension, appelez le comme bon vous semble. Et ensuite qu’arrive t’il ? Parce que c’est là que se trouve la société maintenant. Ces gens ont ouvert la voie – si l’on peut dire « ouvert » -- à un ténébreux couloir vers le bas , façon de parler.

BD:  Ils se considèrent...Vous voyez, un des problèmes est une question de perception. Si vous ressentez d’une façon malsaine… Vous décidez de ce qui est bien ou mal, et vous avez l’impression que vous avez le droit de le faire, et vous êtes le gardien de la civilisation.
Par exemple, si vous étudiez la tunique des Chevaliers teutons, d’accord ? Vous verrez ces étranges bras ballants en forme de croix. Ce n’est pas une croix chrétienne. Cette croix existait bien avant Jésus-Christ, bien avant le premier juif, bien avant l’Égypte et Sumer. Elle remonte à l’Atlantide et encore plus avant.

KC:  OK. Vous parlez de la croix gammée aussi, n’est-ce pas ?

BD:  La croix gammée est un symbole un peu différent, mais cette croix-là est en fait un symbole du « Sur la terre/comme au ciel ». OK ? Alors ce que vous êtes en train de faire, c’est de regarder les bras ballants d’une galaxie, par-dessous et par-dessous les équinoxes. Voilà ce que vous voyez. D’accord ?

KC:  Alors nous voici à ce tournant. Nous arrivons en fait dans le centre galactique.

BR:  Mais, mais...

BD:  Oui. non seulement nous traversons ce plan mais lors d’un équinoxe qui plus est. Donc nous passons par le plan galactique. Et un équinoxe a d’importantes influences, pas uniquement au niveau physique, parce que nous entrons dans une ceinture d’énergie qui affecte l’ADN. Elle affecte les formes de vies, les communications, toute chose. Mais elle affecte également les aspects spirituels des créatures de la planète, et et ouvre aussi des portes.

BR:  Ramenez maintenant ceci aux problèmes de discernement, aux facteurs inconnus en rapport avec les créatures magiques et éternelles que nous sommes, et comment cela ne peut pas être modélisé dans un superordinateur.
Puis, de nouveau, ce qu’ils pensent vraiment essayer – ou ce que vous pensez qu’ils essaient de faire avec nous dans les quelques semaines et les mois à venir. Y a-t-il un moyen de présenter ces renseignements d’une façon significative et pratique pour les gens dehors, qui, à l’heure où nous parlons, sont en train de penser : Que dois-je faire de mon travail, de ma famille, de mon argent, de ma place ?

BD:  Oui. Je veux en arriver là aussi.

BR:  Il y a des problèmes pratiques à résoudre ici.

BD:  Oui. Premièrement, je crois qu’il faut qu’ils discernent... Primo : suis-je engagé dans une religion, « real lies going on » (« De vrais mensonges en cours »), ou est-ce que je suis engagé spirituellement ? Et je ne tiens pas à y mettre nécessairement une étiquette ou leur dire laquelle.

BR:  D’accord.

BD:  Ce que j’essaye de leur dire c’est que... Par exemple, je suis croyant, mais si je rentre dans une église je vais créer des problèmes parce que je sais des choses qu’ils ne peuvent savoir, ne sauront pas, et qui vont leur démontrer que bon nombre des choses qu’ils enseignent sont manifestement des mensonges. OK ?

KC:  Bien sûr.

BD:  Et malheureusement, ce n’est pas juste un group ou un autre. Je suis plus proche d’un croyant en un Messie cosmique, si vous voulez l’appeler ainsi,. Et je n’aime pas utiliser le mot chrétien non plus, car c’est en fait un blasphème contre les chrétiens et leurs petits sacrés (oints).

BR:  Oui. Ce terme à été détourné depuis longtemps.

BD:  Oui. Détourné. Voilà le coeur du sujet. Si vous comprenez vraiment la séparation entre la soi-disante église occidentale et orientale, vous comprenez pourquoi il y a un tel acharnement pour aussi détourner le judaïsme, le Christianisme et l’Islam, et pourquoi tout ceci nous mène d’une certaine façon vers ce conflit final qu’est l’Armageddon. C’est une mise en scène dirigée à un niveau supérieur. D’accord ?

BR:  D’accord.

KC:  D’accord.

BD:  C’est une mise en scène. Et le problème c’est que les gens ne comprennent pas qu’ils sont en train d’être manipulés, bien que chacun de leurs pas soit dirigé. Oh oui, nous devons démanteler Al-Qaeda. Et bien, vous savez, qui a créé Al-Qaeda ?  Quand vous commencez à démontrer que c’est fabriqué de toutes pièces et qu’Al-Qaeda signifie « la base de données ».

KC:  Oui.

BD:  Mais quand vous pouvez démontrer que les tours du World Trade Center ont été démolies avec des explosifs de pointe dont, vous savez, des Micro-bombes-atomiques et de l’explosif thermite ; ou si vous pouvez démontrer que le filon financier (la ligne financière) – comme John Boncore, qui est un Mohawk, et qui parle prophétiquement. Il était dans mon émission la semaine dernière.
La première chose que je demanderais aux gens, c’est de ne rien accepter sauf si c’est correct intellectuellement à leur niveau, quel qu’il soit, et à moins qu’ils rentrent tranquillement prier et espérer entendre la voix du Dieu Créateur…

KC:   Mm hm.

BD:  Parce que le problème dans l’immédiat c’est qu’il y a tellement de bruits [parasites] ; c’est le discernement qui les maintient dans le « bavardage » (ndt : jeu de mot anglais entre « Babble-on » et « Babylone ») ou dans la confusion...

BR:  Oui.

BD:  ...pour qu’ils ne puissent faire le discernement ou alors ils l’écarteront [en disant] : Ecoutez, vous-là qui parlez d’OVNIs, vous êtes dingues. OK ? Si quelqu’un m’avait raconté tout ceci il y a bien des années, j’aurais dis : vous êtes fou, sûrement pas.
Et vous savez, quand je suivais ma formation à l’Université de médecine, en chirurgie, ou quoi que ce soit, j’aurais dis qu’il n’y a aucun moyen que tout cela soit vrai, parce que mon esprit se concentrait alors sur le fait de devenir médecin, que j’allais aider les gens, que j’allais faire ceci et cela.
J’obtiens accès à la totalité des connaissances humaines et des sciences, je ne vais pas… A un moment donné dans le futur nous pourrons traiter les maladies des gens et ainsi de suite – en ignorant que seulement 4% des renseignements sont accessibles à un professeur titulaire d’un doctorat universitaire du plus haut niveau de ce monde, et que les 96% restants ne sont accessibles que par invitation.

BR:  D’accord. [Il rit]

BD:  D’accord ? Ou que la société… Et une fois invité dans ces domaines, vous commencez à réaliser, genre : ça alors ! Votre monde entier s’effondre. D’accord ? Et c’est ça qui est troublant et c’est le message que j’essaye de faire entendre aux gens.
Le plus dur c’est de se faire valoir auprès gens. Je me rappelle d’une discussion que j’ai eue, il y a de ça un an et demi avec le professeur Steven Jones, qui pensait que le thermite à lui seul aurait pu démolir les tours du World Trade Center.
Et, bien sûr, a moins d’avoir une formation en physiques quantiques et nucléaires – je devais aller au MIT [Massachusetts Institute of Technology] et j’ai fait des études en biochimie avec honneurs – je lui ai posé toute une série de questions auxquelles il ne pouvait répondre sur des bases scientifiques mais il voulait garder son idée a priori malgré tout.
Même s’il y a des probablement preuves que le thermite a été utilisé, il devait y avoir des explosions nucléaires, ce ne pouvait pas être des armes à énergie dirigée et j’ai essayé de le lui expliquer parce que j’étais médecin pour l’US Space Command et la Défence Stratégique, Star Wars. Et je lui ai dit :  j’ai parlé avec des ingénieurs de très haut niveau et je sais exactement ce qu’il est possible de faire et ce que nous possédons.

KC:  OK. Vous avez un parcours très intéressant. OK…

BD:  Oui.

KC:  Mais beaucoup de gens diront: Bon, mais vous travaillez pour eux.

BD:  Oui. Je sais qu’ils diront ça, mais ce que les gens doivent faire, c’est… En fin de compte, ils doivent faire une analyse intellectuelle  et ils doivent prier. Ils doivent faire confiance à leur instinct, en d’autres termes, leur instinct spirituel.

KC:  Alors comment en êtes-vous sorti ? Parce que, dans un sens, vous travailliez pour eux, Non ? Vous étiez leur médecin.

BD:  Et bien, j’étais leur médecin, mais voici ce qui est arrivé, les gens sont tellement compartimentés, pour vous donner un exemple. A l’origine, je parlais avec quelqu’un qui travaillait chez, disons, Falcon.  Ils avaient un petit badge qui les laissait entrer dans un certain couloir et descendre vers un passage, dans une salle avec une carte sécurisé. Ils devaient passer au scanner visuel avec scan rétinal et d’empreintes digitales, et boom le voilà dans leur pièce. et ils y passaient des heures et puis il reprendrait le même couloir, il était contrôlés sur tout le chemin.

KC:  Ils devaient suivre des lignes, n’est-ce pas ?

BD:  Ils devaient suivre une certaine ligne sur le sol, et s’ils ne le suivaitent pas ils étaient immédiatement appréhendés et ce n’est pas du tout agréable. OK ? Donc il est très compartimentés.
Mais vous pouvez parler à votre médecin. Maintenant, ces gars adoraient pouvoir me parler parce que ce que je faisais, c’est que je parlais avec toutes les personnes et parce que j’ai cette formation technique avancée, qu’ils ne soupçonnaient pas chez moi, -- vous savez, l’intelligence artificielle, les superordinateurs, l’électronique, la physique quantique, et d’autres choses encore – je leur parlais de leurs projets.
Et après un certain temps ils étaient plus intéressés par ce que j’avais à leur raconter sur ce que faisaient tous les autres et les projets dont ils ignoraient tout. Et au fur et à mesure, j’ai accumulé de plus en plus de connaissances.

BR:  Oui et au fur et à mesure vous avez perfectionné les questions à poser et vous saviez comment écouter.

BD:  Oui. Ils voulaient parler parce qu’ils ne pouvaient rien raconter à leurs femmes, à personne, ni leurs fils, ni leurs femmes, ni leurs enfants, leurs voisins d’à côté ou qui que ce soit…

KC:  Alors vous avez rassemblé tous ces renseignements et en plus vous avez eu ces expériences de mort imminente.

BD:  Oui, et des expériences que j’appellerais surnaturelles ainsi que d’autres types d’expériences qui ont formé un tout.

KC:  OK. Et vous avez tout rassemblé et ensuite créé ce programme radio, c’est ça ? Et vous interviewez des témoins et ainsi de suite. Mais où en êtes-vous maintenant, dans toute cette histoire ? Et vous avez quelque chose à nous dire parce que vous nous avez appelé et…

BD:  Oui.

KC:  Et je trouve tout ceci très intéressant.

BD:  et bien, en fait, on m’a dit de vous contacter.

KC:  On vous a dit de le faire.

BD:  On m’a dit de vous appeler.

KC:  Merveilleux.

BR: Qui ça ?

KC:  Par votre contact direct au-dessus ?

BD:  Oui, si vous voulez, j’ai une ligne directe.

KC:  Vous n’êtes pas le seul à nous dire qu’on l’a incité à nous appeler.

BD:  Oui, oui. On m’a dit de vous appeler et que c’était le moment d’appeler, pas une heure plus tard mais tout de suite et je l’ai fait. OK ? C’est intéressant et c’est toujours comme ça pour moi, vous savez.

KC:  Ils font ça ?

BD:  Si je vous racontais toutes les histoires, vous pourriez remplir des livres, vous auriez une tonne de cassettes d’histoires extraordinaires.

KC:  OK.

BD:  Vous diriez :  ça ne peut arriver, et ça non plus. Mais le fait est…

KC:  D’accord.

BR:  J’aimerais ramener le sujet sur ce qu’ils sont en train de modeler ?

KC:  Oui. [rire]

BD:  Oui, oui.

BR:  Et qu’en est-il de ces gars avec leurs enfants et leur argent ? Oui. Ok. D’accord.

BD:  Et bien oui, je vais y arriver. D’abord je veux que les gens discernent, utilisent leur discernement et je…

KC:  Et donc, pourquoi croyez-vous que l’on vous ai demandé de nous appeler ?

BD:  Sur le moment je n’en avais aucune idée. OK ? [Bill rit]

KC:  OK, et maintenant vous en avez une idée ?

BD:  Oui. J’en ai une très bonne idée.

KC:  Oui ? Et vous voulez nous en parler, ou voulez-vous continuer à descendre sur cette voie ?

BD:  Oui, de toute façon... [rire]] Ce que les gens doivent comprendre c’est que les êtres humains sont des êtres transdimensionnels supernaturels créés à l’image du Créateur de l’univers, exactement comme il est dit dans la bible, OK ?

KC:  Absolument.

BD:  Mais pas seulement ça, nous sommes comme les cellules dans un corps et nous sommes connectés, presque comme des neurones. Et si nous arrivons à un certain niveau de révélation, ce n’est pas juste pour nos propres besoins avides, c’est pour être au service du corps entier de l’humanité.
Et la meilleure façon de voir l’humanité ne se situe pas juste, vous savez, sur ce plan spatio-temporel, l’humanité est un être non-local qui s’étend au travers le cosmos et dans le passé, le présent et le futur. D’accord ?
Alors quand vous commencez à comprendre ça et vous avez cette intuition... C’est pour ça que je dis au gens... Quand j’essaye de faire mes présentations, je dis : vous savez, il y a deux groupes de « religions » sur Terre. Il y a ceux qui croient en la réincarnation et ceux qui n’y croient pas. D’accord ? Et la raison en est qu’ils ont tous les deux raison et tort.

KC:  OK.

BD:  Et la raison en est que c’est le niveau de compréhension auquel ils se trouvent. Quand vous devenez vraiment intuitif aux plus hauts niveaux, la réincarnation n’existe pas.

KC:  Certes, parce que nous sommes des êtres éternels.

BD:  Oui. Une fois que vous commencez à comprendre cela, c’est comme les paroles de Yeshua Ha’Maschiach Jesus qui a dit, vous savez : Ce que vous faites au moindre de mes frères, vous me le faites à moi. Si vous ressentiez réellement la douleur de laisser votre gouvernement attaquer et de faire exploser des petites filles à Bagdad, vous ne le feriez pas parce que ce serait comme un neurone connecté à un autre être.

KC:  Absolument.

BD:  Ou vous ne passeriez pas à coté d’une plante mourant de soif sans l’arroser. Vous ne répandriez pas de l’uranium appauvri sur les champs parce que vous le sentiriez. En d’autres termes…

BR:  Vous ne feriez pas ces choses parce c’est à vous-même que vous les faites.

BD:  En effet. C’est une autre expression du “JE SUIS”. OK ?

KC:  Tout à fait.

BD:  Nous sommes un jardinier dans le jardin. Nous sommes en fait… Voyez chaque galaxie tournoyante comme une fleur tournoyant dans l’univers. OK ?

KC:  Oui. Mais revenons à ceci, parce que nous avons les reptiliens qui influencent un programme Illuminati et nous avons un agenda qui est imposé sur tout un groupe d’êtres éternels qui ne reconnaissent pas vraiment leur éternité et donc comment est-ce que tout ça va tourner ?

BD:  Et bien, d’abord, ce que j’ai découvert…

KC:  Pourquoi est-ce qu’il a été permis d’aller aussi loin ?

BD:  Et bien, il a été permis d’aller aussi loin pour plusieurs raisons. La chose la plus importante dans l’univers est que les êtres capables de sentiments ont droit à la liberté de choix.  En d’autres termes, de choisir de se souvenir.
Beaucoup de personnes croient que, vous savez, vous traversez la vie pour apprendre, ou pour prouver un point ou pour atteindre quelque chose, vous savez, comme un système de points, comme une marque. Et si vous atteignez un certain grade, vous transcendez – c’est du n’importe quoi.
C’est comme ma fille avec trisomie 21, elle n’a pas besoin de gagner des points pour être ma fille. OK?

BR:  Oui.

BD:  Vous êtes le fils ou la fille de Dieu le Plus Puissant et ce qui se passe c’est que vos droits à la naissance vous sont subtilisés, exactement comme l’histoire de Jacob et d’Esau. Ils nous sont volés.
Et le problème c’est qu’ils nous sont volés principalement pour nous dire ce que nous ne sommes pas. Ou pour compléter le dogme et bien sur, c’est intéressant – le mot « dogma » veut dire « am-God » renversé [« Suis Dieu »]
Ils nous racontent que nous devons décider de ce qui est le bien et le mal plutôt que de se connecter à l’esprit pour prendre cette décision. Parce que la seule façon pour les gens de connecter et de ne pas être dans une matrice éternelle est d’avoir l’esprit en soi.

KC:  Absolument.

BD:  Maintenant, le problème que j’envisage est le suivant : Les gens doivent utiliser leur discernement. Il y a deux groupes dans l’univers. Il y a, si vous voulez, l’empire du mal. Nous les appelons les êtres transdimensionnels, nous pouvons aussi les appeler les grands maîtres de l’obscurité et leurs princes, et il y a beaucoup de civilisations qui y sont inclus, nous n’avons pas besoin de plonger dans les noms mais il y en a toute une série.

BR:  Oui.

BD:  Vous pouvez aussi les appeler les serpentins, les reptiliens, les grands gris, ce que vous voulez,
OK ? Il y a tout un déploiement.
De l’autre coté, il y a un Grand conseil des civilisations qui existe et qui est très humain et ils sont connectés avec l’esprit du dieu créateur. Ce sont des êtres avancés, humains, humanoïdes et non-humains, a travers le cosmos et l’univers.

BR:  Et bien sur, voila pourquoi le film La guerre des étoiles est un mythe moderne si fabuleux parce qu’il représente cet archétype que tous les gens comprennent même s’ils ne savent pas pourquoi.

BD:  Et bien, ils comprennent parce que c’est quelque chose qui résonne avec leur esprit. Vous voyez…

BR:  Exactement.

BD:  C’est presque comme quelqu’un qui passe sous un « neuraliseur » comme dans le film MIB – Men in Black et ils ont oublié mais quelque chose peut brusquer les souvenirs quand même. D’accord ?

BR:  Oui. Correct.

KC:  Absolument.

BD:  OK. Donc dans un sens vous êtes dans ce que j’appelle le sommeil de l’esprit. Votre esprit dort pour qu’il puisse réveiller sa connexion avec les autres.

KC:  OK. Mais quels sont les rouages de ce scénario en ce moment ?

BD:  Et bien, je vais vous raconter une petite histoire. C’est une des plus récentes. Il y a à peu près un an de cela… J’ai des visions et des rêves, OK ? Et l’un de mes rôles principaux n’est pas d’être docteur ou fauteur de trouble ou présentateur à la radio, et franchement, pour être vraiment honnête, ce sont juste des véhicules pour essayer de disséminer la vérité – qui ne sont pas que des faits, parce que le problème c’est que nous avons une nuée de faits.

KC:  Mm hm.

BD:  Mais ça ne change pas les personnes. Par exemple, quand vous étudiez les anomalies qui enrobent le 11 septembre, combien de gens ont insisté pour qu'il y ait une enquête appropriée ? D’accord ?

KC:  Absolument.

BD:  D’accord, et elles ne font pas. Suivez la piste financière et toutes les autres anomalies… Et nous avons toujours ces factions, même dans le soit-disant mouvement du 11 septembre.
Et bien, c’est la même chose avec les “religions”, ce que j’appelle « les vrais mensonges en cours ». Elles ont leurs dogmes auxquels elles s’accrochent parce que… C’est ce qu’elles appellent leur « assurance enfer », parce qu’elles ont peur de ce qu’il y a la-dehors, de l’enfer, ou de la séparation, ou de quoi que ce soit, à la fin de leur vie physique. Et donc elles se gavent de dogmes pour se sentir en sécurité. D’accord ?

KC:  Mm hm. OK. Mais vous venez de nous dire que vous avez trois rôles secondaires. Quel est votre premier rôle ?

BD:  Mon premier rôle est de parler comme un prophète.

KC:  OK.

BD:  OK ? Maintenant, je ne parle pas des Monty Pythons, de remplir un stade de prophètes. Et il y a beaucoup de différents prophètes. Par exemple, la semaine dernière dans mon émission radio, j’ai invité John Boncore/Splitting the Sky (Séparer le ciel), et je crois vraiment qu’il y a beaucoup de personnes, surtout maintenant, pour lesquelles il y a un rôle de prophète. OK ?

KC:  Bien sûr.

BD:  Et elles viennent de nations, couleurs, peuples, ou quoique ce soit, sur la terre. C’est comme le corps de l’humanité.
Mais il y a certains prophètes qui ont ce que j’appelle, si vous voulez le nommer, un « rôle exécutif », pour rassembler, pour expliquer l’ensemble de la situation afin qu’il y ait une plateforme depuis laquelle une synthèse générale puissent être présentée a toute l’humanité pour dire : « Vous voyez ? » Pour que tous les hommes puissent comprendre l’agenda avant que l’enfer ne se déchaîne.

KC:  OK.

BD:  Et c’est l’une des raisons pour laquelle je présente mon programme, et c’est l’une des raisons pour lesquelles on m’a incité à vous appeler. C’est ma perception… Je veux que les gens se débarrassent de la « religion » et se plongent dans la spiritualité. En d’autres termes, n’allez pas à la messe le dimanche et pensez que vous êtes en toute sécurité pour le restant de la semaine, ou autant de jours que vous voulez. N’entrez pas dans votre salle de prières et croire que...

KC:  OK> Mais comme prophète... Je veux dire, c’est merveilleux mais c’est le B.a-ba et nous, nous sommes comme comme qui dirait bien au-delà de ça avec notre audience.

BD:  Je suis sur que vous l’êtes.

KC: Attribuons leur ce mérite.

BD:  Je vous dis juste ce qui n’est pas sur mon programme, parce que je ne présente pas souvent ceci dans mon émission, je n’en présente que certaines parties. Bon, voici l’étape suivante.

KC:  OK.

BD:  L’étape suivante, il y a un an de cela j’étais devant le Grand conseil, l’Eschaton.

KC:  OK.

BD:  L’Eschaton est au-delà de l’espace/temps, OK ? Bon ceci peut paraître bizarre pour certaines personnes. J’y suis allé trois fois. La dernière fois, c’était il y a un an. Et ce n’est pas une hallucination. C’était un tribunal, si vous voulez l’appeler ainsi, au-delà de l’espace/temps, avec 24 témoins provenant de l’histoire humaine. OK ?

KC:  OK.

BD:  Et nous étions devant ce tribunal parce qu’ils devaient prendre une décision, approuver ou non, notre civilisation, OK ?

KC:  OK.

BD:  Et nous sommes sur le tranchant d’une mauvaise décision.

KC:  OK, je vous crois.

BR:  Bien.

BD:  L’humanité en tant que corporation doit prendre les décisions pour rejoindre la bonne ligne temporelle.

KC:  Absolument.

BD:  Et si elle ne prend pas les bonnes décisions, nous finirons sur la mauvaise ligne temporelle et nous serons réduits en cendres.
Dans un sens cette planète, et si vous voulez penser la terre comme un être vivant, c’est comme un utérus géant de ces êtres-esprits nommés êtres humains sur terre, ou l’humanité, qui sont sur le point de naître pour devenir – ce que j’appelle «homo luminus ou homo galacticus, ou vous savez, une humanité avancée qui peut interagir avec des civilisations avancées au travers le cosmos, qui n’a pas besoin d’une matrice de milliards de lois ; qui n’a pas besoin d’une puce intégrée pour nous traquer et s’assurer que nous sommes sages et faisons ce que nous avons à faire.
Parce que nous sommes à... Nous sommes à un nexus ou un croisement où nous allons comprendre la loi comme Jésus Christ lui-même nous a dit, un des grands enseignants, Yeshua Ha Masaich, qui veut dire le père se manifesta dans la chair, OK ? Et nous sommes le père manifesté dans la chair. Vous aussi ! Au fur et à mesure que nous éveillons les gens, ce qui a toujours été présent se manifeste. C’est la manifestation qui compte. Nous ne sommes pas plus grands que Dieu, nous somme juste…

KC:  OK. Alors vous êtes devant ce conseil et vous témoignez… de quoi ?

BD:  La conscience de toutes ces personnes tout au long de l’histoire humaine.

KC:  OK.

BD:  Devant le conseil et tous ces êtres différents dans le tribunal, et en gros ils en arrivent à un jugement.
Et ils ont dit : Nous vous renvoyons sur terre et vous avez… Le temps est très court avant le jugement et l’homme en temps qu’une corporation doit comprendre ce message, et s’il ne comprend pas ce message correctement, qui transcende la religion, la politique, les frontières nationales ou leur version d’un nouvel ordre mondial ou d’un gouvernement mondial…
Parce que nous avons un gouvernement mondial complètement nocif. Vous voyez, un gouvernement mondial peut être créé avec des frontières et des nations. Il peut être avec des peuples qui gardent leurs recettes et contrôlent leurs civilisations. ça peut être un monde qui a un certain niveau d’ordre sans pour autant abattre toutes les frontières et créer des zones franches régionales.
Parce que le monde n’est pas basé sur l’économie. C’est basé sur, si vous voulez le nommer, l’identité, OK ? Et ce qu’ils sont en train de faire, c’est homogénéiser l’identité pour contrôler la population et transformer les gens en des robots cybernétiques, voilà ce qu’ils veulent faire.

KC:  Absolument.

BD:  Et ils nous poussent déjà, étape par grade, dans une matrice. Maintenant, le futur dont ils parlent est celui où les gens, les citoyens, peuvent même avoir l’option d’une puce qui interface avec le cerveau et d’être placés dans des compartiments. Et ils n’auront même plus à exister dans le monde physique. Leurs corps seront branchés sur une technologie d’extension de la vie, chargés dans des compartiments pour des centenaires, voir des milliers d’années. Voilà la direction que nous prenons.
Les gens disent :  oh non, ça ne se fera jamais.
Moi, je vous dis : Et bien je suis désolé, mais nous sommes à deux pas de ce monde infernal.
Mais ça dépend de l’humanité. Et si nous pouvons même arriver à ce stade ou qu’une majorité de cette civilisation mourra… Ces gens sont en train de construire des bases souterraines comme des malades au rythme de deux bases par an ici en Amérique, par exemple, n’importe où pour 18 à 26 milliards de dollars.

KC:  Oui.

BD:  Entre 8 et 11.6 kilomètres cube en taille. La plupart sont dans des dômes de volcans éteints ou construit à l’aide d’explosions nucléaires souterraines pour créer ces dômes gigantesques, ce qu’ils appellent une matrice, d’où ils creusent ces tunnels géants.

KC:  Mais ça ne va pas les sauver.

BD:  Non, ça ne les sauvera pas. Le fait est que ce n’est pas une réponse technique qui va les sauver et voilà le problème. Ce sont des êtres intellectuels avancés sans esprit et voilà ce qui est à la base de ce que nous appelons l’empire reptilien ou serpentin.
C’est comme un groupe de super-scientifiques avec de super-intellects, avec d’énormes connaissances de l’énergie et de l’espace/temps, qui traversent la galaxie, une vie prolongée et tout et tout. Mais sans esprit parce qu’ils ne font que ce qui est juste à leurs propres yeux.


(suite dans les Partie 2 et Partie 3 en anglais)






Soutenez Project Avalon - faites un don :

Donate

Merci de votre aide.
Votre générosité nous permet de poursuivre notre tâche

Bill Ryan

bill@projectavalon.net


unique visits