Chercher

__________________________________________________________

Bob Dean:

Transcription de l'interview - Partie 1

Cette page est une traduction d'une Publication originale Publication originale de Project Camelot.


Bob Dean: An Officer and a Gentleman
Part 1
Un entretien vidéo avec le Commandant Sergent Major retraité Robert Dean

Phoenix, Arizona, Mai 2007

Filmé, monté et réalisé par Kerry Cassidy et Bill Ryan


Bob Dean: A mon sens, c’est le sujet le plus important de l’histoire humaine. Non seulement nous ne sommes pas seuls, mais nous ne l’avons jamais été.

... Comme j’ai dit, c’est une chance que je n’ai pas fini en prison, parce que j’ai rendu mes amis chèvres. J’ai poussé mes autorisations de sécurité jusqu’à la limite. Je rentrais dans des archives classées secrètes, fouillais les infos à la recherche des photos, et j’ai reproduit des choses qui n’auraient jamais dû l’être.

... S’il y avait une menace de la part de ceux-là (indique vers le ciel), peu importe qui ils soient, cela aurait été fini depuis longtemps. Comme disait un des nos vieux généraux, "… ils auraient pu nous arranger la gueule dès le début".

... Parce que, quand on a commencé à leur tirer dessus, ils avaient une façon unique d’éliminer tous les systèmes électriques que nos avions.

... Mais ces types pourraient être en train de se promener dans les couloirs de l’QG de SHAPE, ou du Pentagone, ou de la Maison Blanche.

Kerry Cassidy: Et ils le faisaient ?

Bob Dean: J’ai toujours soupçonné que, oui, ils le faisaient.

... Comment dire aux Chrétiens Fondamentalistes que cet homme magnifique de Galilée, il y a deux mille ans, faisait partie de ce programme ?

... Il m’a tapoté sur l’épaule, et il est allé aux archives, il en a sorti ce truc et l’a jeté sur mon bureau en disant, "Tiens, ça va te réveiller. Lis ça." C’était "The Assessment" (“L’Evaluation”.)  "Quand le vieux a lu ça, ce rapport, “The Assessment”, ça l’a percuté comme un camion fou, comme une tonne." Il m’a dit que le général avait jeté sa casquette à travers le bureau, et qu’il avait dit, "Vous savez ce que ça veut dire, ce bordel ? Tout ce que nous avons, tout ce que nous avons fait, tout ce que nous avons jamais eu, ça ne vaut pas un clou."

... Une aggravation et une frustration monumentale, que le gouvernement a continué, à travers toutes ces années, à mentir au peuple.



Début de l’entretien

Kerry Cassidy: Vous êtes un véritable héros, vous savez, un vrai héros aux yeux de beaucoup de monde, parce que vous vous êtes levé à un certain moment, et vous avez dit, "J’ai signé les papiers, mais, vous savez, ça ne fait rien, venez me chercher. Je vais dire la vérité parce que les gens ont besoin de savoir."

Bob Dean: Vous l’avez dit, et je vais le redire, et j’en ai parlé avec Bill en bas – je crois depuis le début, et je garde toujours au plus profond de mon cœur, que c’est le plus grand récit de l’histoire humaine. C’est l’histoire de qui nous sommes, comment nous sommes arrivés ici, quel genre d’espèce nous sommes, et où nous allons. A mon sens, c’est le sujet le plus important de l’histoire humaine.

Non seulement nous ne sommes pas seuls, mais nous ne l’avons jamais été. Nous avons ce qui j’ai dit de nombreuses fois. Nous avons une inter-relation intime avec une intelligence avancée, extraterrestre, depuis le début de l’histoire de l’humanité. C’est de la dynamite. 

J’ai essayé de partager ce que j’ai appris. Et, je l’ai dit à Bill tout à l’heure, je vous dirai ce que j’ai vu, ce que j’ai appris, et ce que j’en ai conclu. Ce sera probablement, je le crois sincèrement, ce sera probablement mon dernier entretien. Donc je vais partager avec vous les choses que je crois fermement, et qui sont pour moi, même encore aujourd’hui, les récits les plus importants de l’histoire humaine.

Cela concerne qui nous sommes; cela concerne ce que nous sommes en tant qu’espèce. Cela concerne comment nous sommes arrives à l’existence. Alors pendant de nombreuses années, j’ai tenu à l’idée que dès que ces informations commenceraient à voir le jour, beaucoup d’entre nous dans les professions militaires parlerions de ce que nous avons vu, de ce que nous avons appris, et des conclusions que nous en avions tirées. Des expériences que nous avons eues personnellement, et je pensais naïvement, ah, une fois que ça sort, le grand public va réclamer d’avantage. "Oh, dîtes-nous en encore, encore, encore.” Et que le gouvernement allait répondre par l’ouverture, et dire la vérité aux gens. Alors, pardonnez-moi; je vous assure que j’ai appris ma leçon. Ce ne c’est simplement pas passé comme ça, et je crois que cela ne se passera pas de si tôt, parce que l’histoire est tout simplement trop énorme.

Cela concerne nos origines en tant qu’espèce, en tant qu’être. Je suis presque arrivé au point où j’approuve le fait que le gouvernement n’ait pas dit la vérité. Presque au point où je comprends que le gouvernement insiste que la masse des gens n’est probablement PAS prêt à entendre la vérité. Que la majorité des gens ne pourrait probablement pas assumer la vérité, parce que la vérité est incroyable. C’est de la dynamite.

J’utilise l’analogie de la Boîte de Pandore, et je sais que vous êtes familier avec cette vieille légende grecque. Cette histoire d’aliènes, l’histoire de la présence extraterrestre, c’est comme la boîte de Pandore. On ne peut pas l’ouvrir juste un petit peu. On ne peut pas lever le couvercle et laisser sortir juste un tout petit peu, parce que si vous ouvrez la boîte ... BOOM ... tout va sortir.La masse des gens va demander plus, plus, encore et encore. Et je crois qu’ils en ont le droit, mais la masse d’information fera l’effet d’un tremblement de terre, littéralement un tremblement de terre.

K: Est-ce que vous ne vous considérez pas comme une personne assez ordinaire? Je veux dire, de toute évidence, vous êtes assez extraordinaire.

B: Je me suis toujours considéré comme un type assez ordinaire, oui.

K: OK, et vous arrivez à l’assumer. Alors pourquoi ...

B: Pas facilement.

K: Pas facilement ... vraiment.

B: Non.

K: Est-ce que vous pourrez me dire ce que cela vous a fait?

B: Laissez-moi vous dire que ....

K: Quand vous l’avez découvert ....

B: Je suis au courant depuis plus que 40 ans.

K: Bien.

B: Quand j’ai commencé à avoir un peu d’information sur le sujet, j’ai réagi comme un drogué. Vous savez, je n’ai jamais pris de drogues. Bon, je fume un peu, et je bois du café, et un peu de bourbon de temps en temps.

K: (Rires)

B: Mais je vous dis, je n’ai jamais pris de drogues dures.

K: OK.

B: Mais j’étais comme un drogué, une fois que j’ai appris, officiellement, à partir des documents gouvernementaux, ce qui était en train de se passer. Mon Dieu, je ne pouvais pas en avoir assez! Je ne pouvais pas à apprendre assez. J’étais vorace, je voulais encore et toujours encore. Je suis devenu une emmerde pour mes amis. C’est un miracle que j’ai pu prendre ma retraite honorablement, sans terminer à Fort Leavenworth, ce qui est une garnison disciplinaire, d’ailleurs. C’est une prison, une prison militaire. C’est étonnant que je sois jusqu'ici sans aller en prison.

K: OK ... est-ce vous étiez respecté à l’époque où vous avez découvert cette information? Pourrait-on dire que dans votre carrière dans l’armée ...

B: Oui, on m’avait donné un document classé Cosmic Top Secret.

K: OK.

B: Ce qui était à l’époque, et l’est toujours, la classification de sécurité la plus élevée de l’OTAN.

K: OK, mais ... Cosmic Top Secret. Est-ce que cela impliquait que l’on allait pouvoir vous mettre au courant des secrets de nos relations extraterrestres avec d’autres planètes ?

B: Non, cela voulait simplement dire que l’on m’a donné l’accès à un document militaire, une étude conduite par la OTAN entre 1961 et 1964. Quand je suis arrivé à SHAPE à Paris en 1963, j’ai appris qu’une étude était en cours.

J’avais déjà une classification Top Secret en arrivant, ce qui était obligatoire pour cette assignation. C’était une poste plutôt cossue, d’ailleurs, Paris, à cette époque. J’ai amené ma famille, mes gosses sont allées à la Fac à Paris. C’était une poste de choix, ce n’était ouvert à tout le monde. On vous sélectionnait, on vous analysait, et il fallait pas mal de plus dans sa boîte pour avoir cela.

K: Je sais, mais Top Secret, à cette époque? Je veux dire, est-ce que vous étiez naïf? Vous n’aviez pas d’idée ...

B: Non, non, non.

K: ... quand vous êtes tombé sur cette information ?

B: J’avais quelques soupçons, et je me posais des questions sur la question des extraterrestres.

K: Donc, vous aviez déjà des soupçons dans les ...

B: Oh oui. Oh oui.

K: ... dans les années ‘60.

B: Bon, je suis entré dans l’armée en 1950.

K: OK.

B: Je faisais attention, et j’avais l’habitude de beaucoup lire, et j’ai toujours eu le sentiment qu’il se passait plus que l’on ne nous le disait. 

K: Est-ce que vous étiez au courant des bases souterraines à cette époque ?

B: Non, pas à cette époque. Alors cette étude du SHAPE en 1964 n’était pour moi que l’apéritif. Ca m’a ouvert l’esprit - Oh mon Dieu, c’est vrai tout ça! Non seulement j’ai vu des rapports et des études et des analyses, et des photos, il y avait aussi des rapports d’autopsie que j’ai pu étudier. Parce qu’il y avait eu des crashes, et des corps avaient été récupérés, et tout ça.

K: Donc, combien de pages dans ce rapport ?

B: Oh, l’étude seule faisait un pouce et demi d’épaisseur.

K: Oh, donc, comme un livre ?

B: Oui. Mais il était complémenté et soutenu par près de 10 pouces d’épaisseur de ... comment ça s’appelle ? Des annexes.

K: Oh, vraiment ?

B: Mais il y en avait dix. Donc, l’étude exposait le problème, comme le fait n’importe quelle étude militaire. On y exposait le problème, le but et la signification de l’étude, et certaines des conclusions de l’étude. Et puis on s’y référait aux annexes, et c’est là qu’il y avait tous les détails. 

K: Je vois.

B: Par exemple, il y avait une annexe concernant la récupération des corps et les autopsies – avec des photos. Alors, une fois que j’ai eu l’opportunité de parcourir ce document, avec ma classification Cosmic, ça m'y a permis l’accès, dans les archives.

K: Et vous pourriez y aller à n’importe quel moment ?

B: Eh bien, chaque fois que j’étais de service au SHOC. SHAPE signifie Supreme Headquarters of Allied Forces in Europe. SHOC signifie Supreme Headquarters Operations Center. C’était un HQ de guerre. J’y ai travaillé de façon régulière. J’y organisais le tableau de service. J’étais un sous-officier supérieur à l’époque, j’étais Senior Master Sergeant, et ma classification me permettait ... j’avais un bureau au SHOC. J’y avais un  bureau dans le centre d’opérations, là-bas dans le coin, et je gérais le tableau de service, et j’avais la charge de donner leurs affectations et tout ça aux appelés. J’ai même géré un tableau de service pour les officiers supérieurs, d’un rang appelé O-6. Les colonels, les capitaines de la Marine. On est en pleine guerre froide sanglante.

K: OK, donc cela se passait pendant la Guerre Froide.

B: On était aux années ‘60. Je suis arrivé en 1963. L’étude était terminée en 1964. Le Pacte de Varsovie et l’OTAN s’alignaient alors à travers une Europe divisée. Nous étions bourrés d’armements. Nous avions cinquante divisions sur place. Les Soviets et le Pacte de Varsovie avaient une centaine de divisions sur place. La 3eme guerre mondiale pouvait commencer à n’importe quel moment. C’était aussi proche que cela. Les jeunes gens d’aujourd’hui, comme vous-mêmes, ne peuvent pas imaginer ce que c’est.

K: Donc, ce bureau que vous aviez était un emplacement sérieux. Je veux dire, c’était beaucoup de responsabilité.

B: Oui, j’ai travaillé, dans la War Room. J’avais accès aux archives, et ma classification me le permettait.

K: Donc, on est au milieu de ce que l’on appelle la guerre froide, et vous voilà en train de lire sur nos relations et nos inter-actions avec des races aliènes.

B: Bon, laissez-moi vous donner un aperçu de la raison pour laquelle cette étude a été entreprise. Au mois de février 1961, il y a eu un survol en masse d’objets non-identifiés, venant de l’est, la région Soviet, du Pacte de Varsovie, procédant vers l’Ouest, à travers nos lignes, les lignes de l’OTAN, au-dessus de l’Allemagne, au-dessus de la France. Ces objets évoluaient très haut, très vite, en formation, et clairement sous contrôle intelligent.

K: Vous les avez vous ?

B: C’était des formes circulaires, des disques.

K: Vous l’avez vu ?

B: Je ne l’ai pas vu, non. Je n’y étais pas en '61.

K: Oh, est-ce que l’on a filmé ?

B: Oh oui, nous avions du film.

K: Vraiment. Combien étaient-ils ? 

B: Ce qui est important, c’est que Gordon Cooper … et je suis sûr que vous savez de qu’il s’agît, un de nos astronautes célèbres de l’époque, Gordon n'est plus avec nous. Mais Gordon a partagé quelque chose avec moi un jour, et il l’a fait en publique. Il m’a dit, "A l’époque où je survolais l’Allemagne dans les années ‘50, on voyait ces trucs-là tout le temps. On se demandait ce qu’ils pouvaient être, parce qu’il était clair qu’ils évoluaient sous contrôle intelligent. Ils survolaient nos lignes, ou alors ils sortaient du secteur Soviet en route vers l’ouest." Comme j’ai dit, au-dessus de l’Allemagne, la France, l’Angleterre. Ils viraient vers le nord au-dessus de la côte sud de l’Angleterre, et puis ils disparaissaient des radars de l’OTAN au-dessus de la mer norvégienne.

K: OK – et je sais, ou je présume, que le gouvernement avait compris qu’ils n’étaient pas Soviet, c’est exact ?

B: Le gouvernement n’a jamais su – du moins, pas l’OTAN – ce qu’ils étaient. Pendant un moment, nous avons pensé qu’ils étaient Soviets. Et on a appris que les Soviets pensaient qu’ils étaient à nous.

K: OK.

B: Mais ils étaient très hauts, très clairement dirigés par une intelligence, et en formation, et parfois, ils arrivaient en masse. Au survol du mois de février '61, ils étaient deux cents ... on ne pouvait pas les compter. Et on a pensé, oh mon Dieu! La 3eme guerre mondiale vient de commencer.

K: Exactement. Et sur ce, la base militaire n’a pas tiré ?

B: Tout le monde était mis sur alerte. Nous n’avions pas la capacité de tirer, parce qu’ils étaient trop hauts, et ils étaient trop rapides. Et à cette époque, nous n’avions ni les appareils ni l’armement adéquats. Et ils étaient toujours clairement guidés par une intelligence.

K: Et c’est pour cela que l’étude a été mise en route ?

B: L’étude a été initiée en '61. Je suis arrivé en '63. Elle a été terminée et publiée en '64. Et c’est cela, comme j’ai dit, qui a change ma vie. 

K: OK, quelle a été la conclusion? Vous avez dit que l’on a tiré quelques conclusions ?

B: L’étude a été conçue à l’origine afin de déterminer s’il existait une menace contre les forces alliées en Europe. C’était une étude militaire ... au début simple. Merde, qu’est-ce qui se passe ? Est-ce qu’il y a une menace ?

K: Il y en a ? Il y en avait ?

B: Après trois ans, ils ont conclu qu’il n’y avait pas de danger apparent, non. Pas de menace.

K: Vraiment ?

B: C’est exact. La raison pour laquelle ils sont arrivés à cette conclusion, tout d’abord, c’est que la technologie auxquelles ils ont été exposés, la technologie qui avait été démontrée à notre appareil militaire, et aux Soviets, à tout le monde, étaient tellement en avance de tout ce l’on avait, ou que l’on puisse même imaginer, cette technologie venait d’ailleurs. Sans jeu de mots. Donc, si ces types représentaient quelque menace que ce soit, peu importe qu’ils soient, ç’en aurait été fini dès le départ.

Comme disait l’un de nos généraux, "… ils auraient pu nous arranger la gueule dès le départ." Parce qu’ils ont démontré, à répétition, une technologie que nous ne pouvions même pas espérer toucher.

K: OK, cela se passait dans les années ‘60 ? Mais Eisenhower, n’avait-il pas rencontré ou signé un traité avec ces gens bien avant cette époque ?

B: Permettez-moi de revenir en arrière et vous dire que cette étude a été pour le début.

K: OK.

B: Ca m’a ouvert les portes de mon esprit, si je peux dire. Je n’ai jamais pu le laisser, je n’ai jamais pu le poser, je n’ai jamais pu le quitter à partir de ce moment-là. Et, à travers les années, j’ai continué d’apprendre et d’étudier davantage, et, comme j’ai dit, c’est une chance que je n’ai pas fini en prison.
Parce que j’ai rendu mes amis chèvre, j’ai poussé mon autorisation sécurité jusqu’à la limite. Je rentrais dans des archives classées secrètes, fouillais les infos à le recherché des photos, et j’ai reproduit des choses qui n’auraient jamais dû l’être. J’étais un vrai emmerdeur, c’est sûr. 

K: Alors, où se trouve tout ce que vous avez reproduit ?

B: Vous voyez, j’en savais autant que ça (indique avec les doigts) mais je voulais en savoir autant que ça (indique avec les bras écartés.)

K: Je comprends.

B: Et à travers les années, j’en ai appris autant que ça (indique avec les bras largement écartés.)

K: OK, mais où sont passées toutes ces données que vous avez photocopiées, ou pris ?

B: Oh mon Dieu.

K: C’est un secret ? Est-ce ça fait partie des raisons pour lesquelles vous n’avez pas ...

B: Les données que j’ai photocopiées, je ne les ai plus, parce que comme je suis un peu intelligent, je savais que si j’étais pris en possession de documents secrets pour lesquelles je n’avais pas d’autorisation, c’était la prison. Et comme j’ai dit en plaisantant, un séjour de 30 ans à Fort Leavenworth. Donc, je les ai détruit … mais je les ai gardés là [il indique sa tête].

K: OK.

B: Et je me suis souvenu, et j’ai mémorisé, et j’ai gardé des notes pendant des années. J’avais toute une série de notes.

K: OK, mais pour en revenir à ma question ... théoriquement, Eisenhower a eu un rendez-vous avec les aliènes. Et Truman avait donné un ordre de les abattre des années avant que vous n’ayez lu les études.

B: Eisenhower n’a jamais donné cet ordre. Il a été donné par un général de l’armée de l’air. Je ne me souviens pas de l’année, mais je crois que c’était au début des années ’60 qu’un général de l’armé de l’air a donné l’ordre de les abattre.
Cet ordre a été révoqué dans les 90 jours. Nous avons perdu quelque chose comme 30 avions. Parce que dès que l’on a commencé à les tirer dessus, ils avaient une façon unique d’éliminer tous les systèmes électriques dans nos avions. Ils ne nous ont pas tiré des balles. C’est nous qui leur avons tiré des balles, et des missiles, et tout ce que l’on avait à disposition. Mais si on les attaquait, ils avaient une procédure scientifique incroyable capable d’annuler littéralement toutes les opérations électriques de nos avions.
Alors, vous pilotez un avion à réaction de haute performance, et vous êtes à 30,000 pieds et à 700-800 km/heure, et tout d’un coup l’avion meurt ... Les pilotes des avions à réaction avaient l’habitude de dire que piloter un avion comme ça, de série 100, c’était comme si on pilotait une enclume. Aucune capacité de planer. Ils étaient lourds, surchargé d’armements, c’étaient des avions très lourds.
La seule chose qui les maintenait en l’air, c’était un moteur à réaction très puissant. Donc, s’ils perdaient tous leurs contrôles électriques, ils n’arrivaient même plus à tourner, bon sang. L’avion – comme j’ai dit – tombait comme une enclume.
Alors, nous avons perdu beaucoup d’avions, beaucoup de pilotes ont survécus, ils ont réussi à s’éjecter à temps. Beaucoup d’avions étaient perdus. On a perdu quelques pilotes. Donc, cet ordre de les abattre a été révoqué dans les 90 jours.

K: OK.

B: Et il n’a jamais été renouvelé, parce que l’on a appris sa leçon. Ne chercher pas noise à ces types-là.

K: OK, mais vous me dîtes que vous avez lu un rapport dans lequel l’armée déclarait que sa technologie n’était pas à niveau, donc ils n’arrivaient pas à se mesurer avec ces gens qui survolaient, qui violaient l’espace aérienne, etc, etc. Je suppose que l’on ne comprenait pas leur modus operandi, on ne savait pas ce qu’ils cherchaient à faire, c’est exact ?

B: Permettez-moi de vous décrire brièvement la conclusion de cette étude de trois ans. Ils ont conclu qu’il n’y avait pas de menace apparente, parce que leurs démonstrations technologiques étaient tellement supérieures aux nôtres. S’ils avaient été en colère, s’ils avaient étaient hostile, ce sera déjà fini.

K: OK, mais la logique de ça n’est pas, ça ne colle pas ...

B: Laissez-moi finir.

K: Ce n’est parce que l’on n’arrive pas à se mesurer qu’il n’y a pas de danger. Il pourrait toujours avoir une menace.

B: Laissez-moi continuer.

K: Cela pourrait représenter une menace implicite.

B: Cette étude de trois ans ne trouvait aucune exemple d’hostilité ouverte de leur part [Il indique les cieux].

K: OK.

B: Ils ne descendaient pas nos avions. Nous, on pouvait les tirer dessus, mais pour eux, c’était bof – c’est comme lancer des cailloux à quelqu’un, vous voyez? Ils ont conclu, après les trois ans d’étude, que l’on n’avait pas  affaire à un seul groupe. On avait affaire à quatre groupes au moins.
Des photos des crashes, des récupérations, des atterrissages et des contacts, quand ils avaient atterri et contacté des gens, indiquaient qu’ils étaient des humanoïdes, tous les quatre groupes. Des quatre différents groupes, tous humanoïdes, un des groupes était d’apparence tellement humaine, vraiment comme nous – ils auraient pu s’asseoir à côté de vous dans un restaurant, dans un théâtre, et vous ne le saurez jamais.
Ce sont ceux-là qui posaient le plus gros problème aux amiraux et aux généraux – le fait que ces types-là puissent se promener dans les couloirs du QG de SHAPE, ou du Pentagone, ou de la Maison Blanche.

K: Et ils le faisaient ?

B: J’ai toujours soupçonné que, oui, ils le faisaient.

K: OK ... en avez-vous rencontré ?

B: Je suis convaincu d'avoir rencontré une ou deux personnes qui venaient d’ailleurs, oui.

K: OK.

B: Mais c’est une autre histoire, et on en a jusqu’à minuit si je démarre là-dessus. Permettez-moi de finir ce que j’étais en train de vous dire de l’étude SHAPE. “L’Evaluation” a conclu que nous avions affaire à une technologie incroyablement avancée. Nous avions affaire à quatre groupes différents, tous humanoïdes, mais que l’un des groupes avait l’apparence totalement humaine.
Nous avions conclu dans cette étude qu’ils venaient d’ailleurs. D’une autre planète, un autre système stellaire, peut-être même d’une autre galaxie. Nous avions conclu qu’ils n’avaient pas ... qu’ils n’étaient pas maléfiques ni hostiles – du moins ouvertement. Ils savaient clairement se défendre. Mais ils n’avaient pas d’intentions agressives, hostiles, parce qu’ils n’avaient pas cassé, déchiré, détruit nos armées.

K: Et tout ça, c’est avant le scénario des abductions qui a fait surface depuis ?

B: Oh oui. Il s’agit de l’étude initiale de '64, basée sur trios ans de recherche par l’armée.

K: Donc, qui a fait cette étude ?

B: L’armée.

K: Mais qui, dans l’armée ? Je présume que vous n’en faisiez pas partie ?

B: Non, je n’y étais pas. Je travaillais dans la War Room au SHOC. L’étude était en cours quand je suis arrivé. Cela concernait des membres de l’OTAN. Il y avait des allemands, il y avait des français. Il y avait des italiens.

K: Des scientifiques ?

B: Et des américains ... ils ont visité quelques universités et ils ont pris quelques-uns des meilleurs. Ils ont pris des historiens ... Oxford, Cambridge. Ils ont pris des physiciens dans les meilleures universités en Europe. C’était une étude minutieuse.

K: Est-ce qu’ils ont signé  ... en d’autres termes, est-ce qu’ils ont mis leurs noms sur l’étude? Avez-vous des noms ?

B: Les individus qui ont apporté une contribution, pièce par pièce, ont laissé leurs initiales, vous savez, sur la partie qui les concernaient particulièrement. Vous aviez des anthropologues, des historiens, des géologues ...

K: OK, mais savez-vous leurs noms? Je ne sais pas si vous allez me le dire.

B: Non, je connais les noms des types qui étaient avec moi au QG de SHAPE qui ont lu le foutu document, et qui l’ont signé, oui.

K: OK, parlons de ceux qui ont participé à l’étude elle-même ?

B: Non, je n’ai jamais gardé ces noms-là, parce que, comme j’ai dit, c’était classé secret. Si jamais j’étais pris avec un bout de papier en provenance de cette étude, je risquais la prison.

K: Mais quelqu’un avec qui vous avez travaillé vous l’a donné à lire.

B: Bon, je vais vous dire comment cela s’est produit. Un matin, une ou deux heures du matin, on faisait de longues heures de service. Je m’ennuyais à mourir. Le café était tellement noir que l’on ne pouvait pas le boire. Les téléphones ne sonnaient pas. Les télexes ne fonctionnaient pas. C’était sérieusement chiant.
Cela arrive fréquemment. C’est la vieille histoire selon laquelle la vie militaire consiste à 99% ennui et 1% désastre totale, terreur total. Mais là, on était dans les 99% ennui, vous savez. Et j’étais assis là à m’endormir, j’avais déjà lu tous les vieux journaux, les magazines, tout. Le contrôleur de garde cette nuit-là était un colonel de l’armée de l’air, ce que l’on appelait un O-6. Tous les contrôleurs étaient de niveau 6, et moi, je gérais le tableau de service.
Il m’a regardé, il est allé aux archives, dans la chambre forte, il en a sorti ce truc et il l’a jeté sur mon bureau. Il m’a dit, "… tiens ça te réveillera. Lis ça." C’était “The Assessment”, et ça parlait des OVNI’s, et la conclusion était que des extraterrestres venaient ici, et ce, depuis très longtemps. Parfois on estimait à mille ans, deux mille ans. Des récits historiques dans “The Assessment” indiquaient que les Romains y prêtaient attention il y a deux mille ans.
Donc, je suis en train de lire, et l’histoire était une de mes sujets principaux à la fac. Mon Dieu, c’est de la dynamite! Plus je lisais, plus j’avais envie de lire, et je l’ai lu en entier, et puis, à chaque fois que j’étais de garde au SHOC, j’allais le sortir des archives, et je relisais.

K: Est-ce que vous avez eu des conversations avec cet officier ?

B: Nous avons eu des conversations limitées - on ne pouvait pas discuter des données classées secrètes en dehors du SHOC parce qu’il y avait trop d’oreilles à l'écoute.
On avait quelques problèmes à cette époque-là. Laissez-moi vous dire une autre petite facette de l’histoire. Nous étions au centre d’un vaste réseau d’espionnage français. Si vous voulez investiguer ça, achetez un livre par Léon Uris, qui s’appelle Topaz.

K: Oh, cool.

B: On en avait tiré un film.

K: Exact.

B: Uris l’a bien décrit. Il y avait un réseau d’espionnage français à Paris. J’y étais à l’époque, et on trouvait des officiers de l’armée de l’air français – une fois, on a trouvé un général français dans les bois autour du SHAPE avec une balle dans la tête. Il y avait des types qui sautaient des fenêtres des appartements à Paris. C’était un scandale majeur, de Gaulle était le président ...

K: OK, mais quel était le but de ce réseau d’espionnage ?

B: Le réseau d’espionnage était Soviet, afin de découvrir ce que nous savions qu’eux ne savaient pas. Ils avaient acheté et payé des gens de partout en Europe ... des hongrois, des français, des allemands...

K: Et quel rapport avec la découverte des documents dans “The Assessment” ?

B: Cela concerne la question des OVNI’s. Aucune information n’est jamais arrivée à SHAPE en provenance de Washington ou Londres à cause de ce réseau d’espionnage français. Tout ce qui arrivait à Paris en provenance de Washington et Londres terminait sa course à Moscou.
Il y avait un responsable de l’armée de l’air britannique nommé Thomas Pike. Thomas Pike était l’assistant Deputy SACEUR [Supreme Allied Commander Europe]. Il était l’assistant député de mon chef, un général quatre étoiles américain nommé Lyman Lemnitzer. Après l’incident de février '61, Sir Thomas Pike a dit, "Il va falloir que l’on sache ce qui se passe ici. Nous ne recevons rien de Washington ou de Londres à ce sujet. On demande ... ils ne nous envoient rien. On leur demande des informations et des éclaircissements au sujet de ces objets. Qui sont-ils, qu’est-ce qui se passe ? Rien."

Ce rien, c’était parce que tout ce qui arrivait de Washington et de Londres finissait à Moscou, grâce aux français, aux hongrois et aux allemands. Donc, l’étude a été initiée de façon purement militaire afin de déterminer ce qui nous arrivait.

Est-ce qu’il y a danger, oui ou non ? Ils ont conclu que, de toute évidence,  non, parce que ces types faisaient des allers-retours depuis longtemps. Les annexes historiques recherchaient une période de deux mille ans. Les rapports, les photos, les dessins, les tableaux, c’était de la matière incroyable. Pour moi, c’était fou, vous voyez.

K: OK, mais cela se passe après la deuxième guerre mondiale ...

B: Oui.

K: C’était après que l’Allemagne avait, vous savez ... Paperclip... [Project Paperclip, qui concernait l’importation de scientifiques Nazi de haut niveau, spécialistes de fusées, aux Etats-Unis après la guerre]

B: L’Allemagne était divisée.

K: OK, et vous étiez en Ouest ...

B: Nous étions en Europe de l’Ouest.

K: C’est clair.

B: Le Pacte de Varsovie était l’Europe de l’Est. 

K: Donc vous nous dîtes que la technologie utilisée par Hitler et son groupe, et dont une partie a été importée aux Etats-Unis, était inconnue à l’Ouest, vous savez, aux gens de l’OTAN qui menaient cette étude ?

B: Bien sûr que non. C’était classée top secret.

K: Mais il s’agit d’un document déjà classé . Donc, vous nous dîtes qu’il existe des classifications dans les classifications ...

B: Vous avez un document classé secret par ici, vous en avez un autre par-là, et les types qui ont écrit celui-ci, et qui y ont accès, ne peuvent pas lire celui-là parce qu'ils n’ont pas besoin de savoir. Alors que les types en possession de celui-là, qui l’ont écrit, qui le lisent et qui en parlent, ils ne peuvent pas lire celui-ci parce que c’est un différent document classé.

K: OK ... donc, cet homme Pike, d’accord, c’est le chef ?

B: Thomas Pike, Air Marshall Sir Thomas Pike, a initié l’étude en février '61, et il a dit ...

K: Il avait besoin de savoir.

B: "Je veux savoir ce que c’est que ce bordel", et ils ont initié l’étude.

K: Il existe une espèce d’animosité, je ne sais pas, jusqu’aujourd’hui, entre l’OTAN, d’accord, et les Etats-Unis ...

B: Chérie. Il fallait voir l’animosité qui existait dans le QG même de SHAPE.

K: Oh. OK ...

B: C’était tellement fort que les Grecques et les Turcs ne marchaient même pas du même côté du couloir. La Chypre était problématique à l’époque. Ca l’est toujours. Donc, on avait les Grecques et les Turcs qui grognaient et qui se faisaient le gueule, et puis on avait les Français. Uh ho ho ho ho... Pardonnez-moi, et que Dieu les bénisse, mais les Français étaient emmerdants depuis le départ.

K: Pourquoi ?

B: Alors, d’abord de Gaulle détestait le fait que Churchill et Truman ne lui aient pas accordé le respect approprié qu’il pensait mériter. Une des raisons, ça s’est passé pendant que j’y étais, c’est que la France s’est retirée de l’Alliance Militaire. De Gaulle nous a fichus dehors. Il a fallu faire nos valises et transporter tous nos cliques et nos claques de Paris à Bruxelles. J’y étais quand cela s’est passé.

K: OK, où étiez-vous quand vous avez lu le rapport, avant ou après ce déménagement ? 

B: J’ai lu l’étude à Paris. SHAPE se trouvait dans une petite ville qui s’appelle Chatou... Rocquencourt, aux environs de Paris. Une petite bataille Napoléonienne s’est livrée par-là quelque part. Enfin, l’animosité entre les Français et tous les autres ... les Allemands, les Italiens, et les Américains et les Anglais étaient comme ça (serre les mains ensemble). Les Français étaient par-là. (indique vers sa droite.)

K: Vous nous dîtes que l’homme qui a initié ce rapport, c’était Pike ?

B: Pike.

K: OK. Et vous nous dîtes, je veux dire, il avait clairement besoin de savoir, s’il existe des survols, et que les USA et l’Angleterre sont au courant. Les gens au sommet sont au courant. Donc, il fait faire ce rapport tout seul, ou ...

B: Non.

K: ... ou quelque chose ... on en a l’impression, d’après ce que vous nous dîtes. Il avait besoin de savoir, donc, en théorie ...

B: Il était Air Marshall cinq étoiles. Il avait l’autorité d’initier ce genre d’étude, et c’est ce qu’il a fait.

K: OK, mais l’étude est partie où après? Le savez-vous? Est-ce qu’elle a été transmise aux Etats-Unis? Est-ce qu’elle est partie ...

B: Non, non.

K: Elle est restée dans un coffre quelque part ?

B: Ils ont publié quinze exemplaires.

K: D’accord.

B: Le premier, numéro un, a été transmis au Secrétaire Générale de l’OTAN. Mais vous ne pouvez pas vous imaginer à quoi ressemble un QG international. C’est comme un … un nid de guêpes.

K: (Rires)

B: Comme j’ai dit, les Grecques et les Turcs se grognaient dessus tout le temps. Les Français étaient toujours fâchés avec tout le monde.

K: OK, vous dîtes qu’il y en avait quinze exemplaires ...

B: Quinze exemplaires ont été initiés. Un exemplaire pour les USA, un exemplaire pour l’Italie, un exemplaire pour la France, un exemplaire pour le Royaume Uni, et ainsi de suite. Quinze exemplaires sortis. Un exemplaire, le quatorzième ou le quinzième je crois, a fini dans les archives du SHOC.

K: OK.

B: De la lecture pour les contrôleurs, les colonels supérieurs qui géraient le centre d’opérations 24 heures sur 24.

K: Donc, vous n’étiez pas le seul à le lire ?

B: Oh non, non, non. Oh non. Nous avions un général de l’armée de l’air américain qui se nommait Robert Lee. Robert Lee l’a lu. J’ai connu son assistant assez bien ... un lieutenant-colonel. A l’intérieur du centre d’opérations, nous étions une élite. Nous avions tous la plus haute classification possible.
Les gradés et les officiers se mélangeaient de façon assez proche. Les gradés avaient ... les grades supérieurs, la plupart d’entre nous étions les E-7s ou E-8s supérieurs, et une paire d’E-9s. Donc, on se mélangeait de façon assez proche, et on ne s’adressait pas par nos prénoms, il y a toujours eu le respect de l’hiérarchie. Mais quand on travaille au centre d’opérations comme ça, et qu’on travaille en proximité pendant des années, on finit par se connaître assez bien.
L’assistant du général Lee m’a dit: "Quand le Vieux a lu ça, ce rapport, “The Assessment”, ça l’a percuté comme un camion fou, comme une tonne." Il m’a dit que le général avait jeté sa casquette à travers le bureau, et qu’il avait dit, "Vous savez ce que ça veut dire, ce bordel ? Tout ce que nous avons, tout ce que nous avons fait, tout ce que nous avons jamais eu, ça ne vaut pas un clou."
Le choc a été assez sérieux. Il s’agit d’un général de l’armée de l’air, vétéran de la deuxième guerre mondiale, hautement décoré, qui a voyagé partout ... Je crois qu’il avait piloté des B-29’s dans les Pacifiques ... il a dit, "Si tout cela est véridique, si c’est vrai, ce que nous avons, notre appareil militaire, notre armée de l’air, nos bombes, nos avions, ne veulent strictement rien dire."
Après trois ans, l’étude a conclu qu’ils venaient ici depuis très longtemps. Qu’ils avaient apparemment quelque chose à voir avec les origines de notre espèce. Voilà un grand choc pour des gens traditionalistes, particulièrement les chrétiens et les musulmanes. C’était intéressant parce qu’il n’y avait pas de danger apparent. S’ils avaient été hostiles ou agressifs, cela aurait été terminé depuis longtemps.
Donc : quel était leur but ? Eh bien, l’étude n’a pas pu le définir. Ils ont simplement dit que le comité militaire allait poursuive sa recherche, ce qui m’a indiqué que l’étude a continué d’une façon ou d’une autre ... que ce document n’était qu’une conclusion préliminaire.

K: OK.

B: Mais quand ils ont conclu qu’il s’agissait de quatre différents groupes d’extraterrestres, et que l’un de ces groupes était complètement humain, qu’ils nous ressemblaient, ça a été un GRAND choc pour la conception traditionnelle des militaires. Les amiraux et les généraux, ils n’arrivaient pas à encadrer l’idée.

K: L’étude a aussi dit qu’il y avait quelque chose à voir avec les religions, que toutes les religions du monde ...

B: Laissez-moi vous expliquer. L’étude n’a pas été aussi rigoureuse que ça. Pour moi, ça n’a été qu’un début. C’était l’initiateur, l’événement initiale qui a mis le feu à ma curiosité. Ca m’a lancé sur 40 ans de recherches. Et la plupart de mes conclusions sont basées sur les années de recherche qui ont suivies. Vous voyez, j’ai continue à creuser, à sonder. J’ai I continue à retourner les rochers. Comme j’ai dit, j’ai rendu mes amis chèvre.

K: OK, vous avez regardé ces données, vous avez beaucoup appris. Vous n’étiez pas le seul. Vous m’en avez convaincu. Je présume que ces gens savaient que vous l’avez lu. Ils n’étaient vos amis proches, je suppose ?

B: Ils n’étaient pas mes amis les plus chers, non.

K: OK, mais par la suite, est-ce que vous avez pu parler avec eux ou entretenir des relations avec eux après 1967? Est-ce que vous avez pu comparer vos notes ?

B: Nous faisions partie, à l’époque, ce que nous appelions "the old boys network" (“le réseau des vieux garçons"). Ce réseau était constitué des gens comme moi-même, des appelés et des officiers. De tous les services, l’armée de l’air, les marines, l’armée, la marine nationale. Comme j’ai dit, de tous les grades.
Il y en avait d’autres comme moi qui en étaient tellement pris, tellement excité, et par la signification de tout ça. Vous pouvez entendre quelques-uns qui se mettent à parler même aujourd’hui, ceux qui sont toujours en vie, pour dire les mêmes choses au sujet de ce que j’ai vu, ce que j’ai appris, et ce que j’en ai conclu. Les rapports que j’ai étudiés, les contacts dont j’ai pu vérifier l’existence. Quelques-uns ont eu des contacts eux-mêmes.

K: C’est sûr.

B: Des contacts personnels avec certain des ces types (indique le ciel). Phil Corso en était un exemple. Vous êtes au courant de qui était Corso ?

K: Absolument.

B: Je connaissais Phil assez bien. Lui et moi avons parlé à plusieurs conférences ensemble. Et en Italie, j’ai eu l’opportunité de le connaître plutôt bien. Phil a partagé avec moi des choses qui lui sont arrivées. Pas seulement ce qu’il a vu, mais le fait qu’il ait eu un contact personnel avec un aliène à White Sands.
Un jour, il avait la charge de la sécurité du champ de tir. Et quelque chose est arrivée, le radar l’a détecté. Il a sauté dans sa voiture pour aller voir ce que c’était. Voilà un OVNI posé là, et un type debout à côté. Corso  va vers lui et lui dit, vous savez, "Qu’est-ce vous êtes, qui êtes-vous, d’où venez-vous, et qu’est-ce que vous foutez là ?"
Ce type répond, "Je suis venu juste pour parler." Corso lui demande, "Vous êtes avec nous ou contre nous?" Simple question de genre militaire. Vous savez, êtes-vous un allié ou un ennemi? Ce type répond, "Ni l’un ni l’autre, nous ne sommes pas pour vous ni contre vous." Il s’est entretenu avec ce type pendant plus d’une heure.
Le type lui dit, "S’il vous plait, éteignez votre radar, cela perturbe mon système de contrôle ou de guidage, que je puisse partir." Corso s’est retourné au magasin, ou le QG, et il a éteint le radar ... et le type s’en est allé. Par le "réseau", j’ai fini par connaître des dizaines d’hommes comme moi, tous aussi excités et enthousiaste que moi par tout cela.

K: Mais ils ne sont pas devenus des whistleblowers (révélateurs). C’est quoi la différence ?

B: Certains le sont devenus. Certains ont perdu leurs nominations, certains ont perdu leur grade.

K: Est-ce que vous pouvez en nommer? S’ils sont devenus des révélateurs, est-ce que je les connais ?

B: Non, non, non.

K: Qu’est ce qui c’est passé ?

B: Beaucoup ont pris leur retraite, et sont morts.

K: OK, donc, ils ont essayé de parler, mais ne se sont pas fait connaître ? Ils n’ont pas perduré ...

B: Laissez-moi vous expliquer quelque chose.

K: ... mais vous l’avez.

B: J’ai été un des plus grand des grandes gueules, c’est ma nature. J’ai pris ma retraite en tant que Command Sergeant Major. Et c’est un grade qui me confère le privilège d’ouvrir ma gueule devant qui que ce soit. Les généraux, les amiraux, et tout ce qui vient entre les deux, vous voyez? C’est un grade assez unique.

K: Je vois.

B: Les généraux attendent de vous que vous leur dîtes la vérité, qu’ils aiment ça ou pas, donc, vous apprenez à leur dire la vérité. Bon, il s’avère que j’ai une grande gueule. Je me suis tu là-dessus pendant ... quand est-ce que je me suis déclaré, si je peux dire? C’est juste une tournure de phrase ...

K: OK, à partir de 1967...

B: Je me suis tu là-dessus à partir de '67 jusqu’à '92 ou '91? Je crois que je me suis déclaré en '91.

K: OK, ça fait longtemps.

B: Oui. J’ai honoré mon serment, j’avais juré. J’ai juré que je ne partagerai jamais tout ce que j’apprendrais de secret pendant mon service active. Je savais que si je l’ai fait, je risquais 10 ans de prison, $10,000 d’amende, la perte de tous mes salaires, mes rentes, mes retraites, tout, peu importe, et à jamais.

K: OK, donc, vous avez parlé. Qu’est-ce qui vous est arrivé ?

B: J’ai parlé pour la première fois pendant une conférence à Tucson, Arizona en '91. Le résultat était une aggravation et une frustration monumentale, que le gouvernement a continué, à travers toutes ces années, à mentir au peuple.
Non seulement ils mentent aux gens, mais ils détruisent des vies afin de garder cette histoire sous couvert.
J’ai vu quelques-uns de mes bons amis, des hommes qui ... ils avaient dit quelque chose au mauvais interlocuteur, pas comme il fallait, au mauvais moment, et on leur avait envoyé en Islande, vous savez ?

K: On les a mutés ?

B: On les a mutés en Islande sans leurs familles. Une affectation en Islande pendant trois ans. C’est comme les Russes qui vous envoient en Sibérie. Ca existe dans notre pays aussi, nous avons la capacité de faire ça. Il y a des affectations ici et là que, vous savez, je ne veux pas utiliser une terminologie qui pourrait vous gêner, mais ... vous avez entendu le terme anus mundi ?
Nous avons des endroits sur Terre où il y a des bases militaires, et si vous y êtes affecté, tout le monde vous dit, "Salut, on n’entendra probablement plus jamais parler de vous," vous savez ?

K: OK, mais cela ne vous êtes pas arrivé.

B: Non, cela ne m’est pas arrivé. Et je peux vous dire ...

K: Pourquoi pas ? Est-ce que vous savez pourquoi ?

B: Plus j’apprenais, plus je m’énervais. Et en '91, je crois, quand j’ai parlé ... Wendelle Stevens est un de mes bons amis. Vous vous souvenez du "réseau des vieux garçons?" Le retraité lieutenant-colonel de l’armée de l’air, pilote d’avion de chasse, Wendelle est toujours en vie à Tucson.
Nous étions proche pendant des années. Quand j’ai pris ma retraite de l’armée, j’ai acheté une maison à Tucson, et voilà que je me suis trouvé en face de chez Stevens. Il se trouve qu’il est allé en prison, et c’était une manipulation tordue, politique. J’ai toujours eu le soupçon que c’était parce qu’il avait parlé ouvertement sur tout ça.
Il y a des gens qui disent, "Non, non, Wendelle a fait une erreur stupide, et il a enfreint la loi," et voilà qu’on l’a embarqué. Il a fait trois ans prison. En voilà un exemple. Les gens disent, " … ben, il a déconné." Mais je n’ai jamais cru que cet homme-là a pu faire ce genre d’erreur. Je crois qu’en partie, sa sentence était le résultat du fait qu’il a parlé de façon très ouverte. Donc, c’est le genre de risque que vous courrez.
En '91 j’en avais jusque là (met sa main sur le front). Mon premier mariage faisait naufrage pour plusieurs raisons. J’avais un nouveau boulot. J’ai pris un travail pour le département du Sheriff. En fait, je travaillais pour la FEMA (Agence Fédérale pour la Gestion des Urgences), en tant que directeur. Mais j’étais tellement frustré et énervé, j’attendais à ce que le gouvernement dise un tout petit quelque chose au public.
Et puis, j’étais tellement frustré et enragé par le fait que, non seulement ils ne disaient pas la vérité, qu’ils nous servaient des mensonges grossiers, mais qu’ils détruisaient aussi la vie des gens. Il y avait des gens qui ont eu des contacts, et que le gouvernement les mettait sous ce qu’ils appelaient – comment ça s’appelle, quand la police vous met sous protection ?

K: Détention protectrice, en lieu sûr ?

B: Pas seulement la détention, ils vous créent toute une nouvelle vie.

K: Oh oui, OK.

B: J’ai vu des exemples de la destruction des vies des familles militaires  parce que ...

K: Parce que la personne a parlé ?

B: Un pilote revient d’une mission, et avant que l’on puisse l’attraper, il dit quelque chose à quelqu’un: "Mon Dieu, si vous aviez vu ce que j’ai vu là-haut! Il y avait un vaisseau qui volait à côté de moi, et il y avait des gens qui me regardaient par la fenêtre!". On l’a rendu publique. Et ce pauvre type, on l’a pris et on l’a envoyé à Kwajalein. Je crois que c’est un îlot minuscule en plein Pacifique, là où vous ne pouvez pas amener votre famille. Et il est parti à Kwajalein pendant Dieu seul sait combien de temps, séparé de sa famille parce qu’il a dit une seule chose.
J’ai appris tout ça. Ca ne me semblait pas juste. Ce n’était pas digne. Aucun gouvernement, merde, n’a le droit de faire ça aux gens. Alors j’ai parlé, et j’ai VRAIMENT BEAUCOUP parlé.

K: OK.

B: Je n’ai pas seulement partagé tout ce que j’ai appris de l’étude à SHAPE,  "The Assessment", c’est déjà de la dynamite. Mais le vrai dynamite, c’est tout ce que j’ai appris depuis. Et j’ai continué à apprendre même après ma retraite de l’armée en '76.
J’avais toujours ma classification. Je travaillais pour le FEMA. J’ai reçu ce qui équivaut à une Maîtrise en Gestion d’Urgences de l’Institut d’Emmitsburg, Maryland.

K: OK, mais ils ne sont pas venus vous chercher pour vous envoyer en Sibérie ou en Islande ...

B: Non, ils ne l’ont pas fait, parce qu’une fois que j’ai ouvert ma grande gueule, il y avait des gens qui venaient me voir pour me dire, "Bob, c’est ta seule protection, c’est ta seule sécurité. Continues de parler. Parce que s’ils viennent te chercher maintenant, ça fera trop de bruit ..."

K: Oh, je vois.

B: ... et tout le monde saura que l’on t’a fait taire, et que ce que tu dis doit être vrai." Comme je vous ai dit, je crois à Bill, on a cherché à m’intimider. J’ai reçu des coups de téléphone de la part des gens qui ne voulaient pas s’identifier. Des voix masculines qui me disaient, "Tu ne crois pas que tu en as assez parlé? Il serait temps que tu la boucles." [Il mime le fait de parler dans un combiné] "Qui c’est?" "T’occupes. Ferme ta gueule." Click. J’en ai reçu pas mal.
J’avais une petite maison à Tucson, dans un cul-de-sac. J’y habitais, je l’ai achetée il y a des années, '60-quelque chose. J’étais assis là, peut-être à lire, et j’entends (imite le bruit des pâles d’un hélicoptère), un bruit très particulier. Je cannais des hélicoptères. Je connais le bruit d’un Huey, parce que j’étais au Vietnam, et le Huey a un son très distinct, unique.
Je me suis dit, vous savez, est-ce qu’il est de passage par-là? Mais ça continuait (imitation hélico), et le foutu truc était là au-dessus de ma maison. Alors je suis sorti dans la rue, je regarde, et je découvre un hélicoptère type Huey, totalement noir, à pas plus que 30 mètres au-dessus de ma maison, en violation des régulations FAA, vous savez, violation totale.
Le truc était assis là-haut, et il n’y avait pas le moindre marquage. Pas un seul, il était totalement noir, et ça aussi, c’est une violation FAA, vous savez. Ces types enfreignent la loi tout le temps.
J’étais là, dehors, et j’ai pensé, "Qui êtes-vous?" Je l’ai regardé attentivement, et il y avait un grand dispositif circulaire en verre en dessous. Ca faisait partie de l’avion. J’en ai conclu que c’était probablement un de ces fenêtres à 360 degrés. Il y avait probablement des types là-dedans en train de me regarder à travers le verre.
Mais c’était noir, totalement noir. Le verre était noir. Ce truc se maintenait là-haut, genre on t’emmerde, vous savez. Qu’est-ce que vous voulez que je fasse? J’ai brandi mon poing, je leur ai montré mon doigt, j’ai dit une ou deux grossièretés. Je les ai traités de quelques noms, (indique avec l’index) "Je vous connais, salopards, fils de pute! Je sais qui vous êtes et je sais ce que vous êtes en train de faire!"

K: OK.

B: Et alors, j’étais en train de leur offrir enfer et damnation. Je suis sûr qu’ils se sont dit, "Bien, on a réussi à attirer son attention", et ils sont partis. D’abord, totalement noir, sans marquages ...  une violation. Vol stationnaire au-dessus d’une résidence privée ... une violation.

K: C’est sûr.

B: Vous savez bien qu’il s’en foutent. C’était de l’intimidation. Cela s’est produit immédiatement après que j’ai parlé à la conférence à Tucson. 

K: OK. Donc, dîtes-moi, vous aviez des amis bien-placés, parce que je sais que vous avez passé du temps à Washington. Qui vous protège? Parce que ... c’est humain, ou extraterrestre ...?

B: Je vais vous dire ce que j’en pense, et c’est juste ma petite participation. Je crois que depuis que je me suis rendu publique avec ma grande gueule, et que j’ai parlé, et je parlais régulièrement à cette époque. A partir de '91, j’ai voyage partout dans le monde, bon Dieu, j’ai visité 18 pays.
Je crois que c’est le fait d’être bien visible en publique qui m’a sauvé. En dehors des coups de téléphone et le Huey noir et tout ça. Vous savez, j’ai vu des gens m’approcher dans les conférences, des types qui ne voulaient pas se présenter, et avec des costards, vous savez ce que ça veut dire, des costards ?

K: C’est clair.

Bob. Costard trois pièces, veston ...

K: (Rires)

B: ... style typique d'une agence gouvernementale. "Uh, vous avez parlé assez franco sur tout ça, pourquoi vous faites ça?" "Alors, qui êtes-vous?" "Peu importe, pourquoi vous faites tout ça ?" "Eh bien, tout d’abord, il faut que la vérité sorte." "Sans blague, vous croyez connaître la vérité?" "Je pense que j’en connais un peu, ça vous va? En fait, j’en connais pas mal. C’est encore mieux." J’ai eu affaire à ça aussi, à travers les années.
C’était une période intéressante ... J’ai parlé à Leeds, une conférence. Un type m’a appelé, il s’est présenté comme "Mr Sweeting". Vous savez, un nom typiquement anglais, je suppose, "Mr. Sweeting". Nous avons découvert que Tony Dodd avait vérifié le numéro de Mr Sweeting, qui m’a appelé pour me dire qu’il était impératif qu’il me parle avant ma prestation.
Tony et moi sommes tous les deux dans la cabine, collés comme des sardines. Tony écoute pendant que je parle à ce Mr Sweeting, et il me dit, "C’est impératif, Mr Dean, que je vous parle avant que vous montiez sur scène. Qu’est-ce que vous allez dire?" Je réponds, "Alors, Mr Sweeting, si vous êtes dans les environs, pourquoi ne pas venir à la conférence pour m’écouter?" "Eh bien, non, je ne peux pas faire ça. Je voulais juste savoir ce que vous vous préparez à dire." Je dis, "Je me prépare à dire un sacré paquet."

K: (Rires)

B: Et Tony a vérifié le numéro. Et devinez d’où venait cet appel ? Il y a un énorme centre de l’US National Security Agency dans le Yorkshire, qui s’appelle, ah...

K: Menwith Hill.

B: Menwith Hill. J’y suis passé en voiture. Tony m’y a amené plusieurs fois.

K: C’est sûr.

B: Le numéro de Mr Sweeting était à Menwith Hill.

K: OK, et alors ... c’est tout ? C’est le fin mot de la conversation ?

B: Le fin mot était que Mr Sweeting ne voulait rien me dire sur qu’il était ni pourquoi il voulait me parler. Et je lui ai dit, "Je ne partagerai rien avec lui au téléphone. S’il veut me parler, venez à la conférence et je me ferais un plaisir de lui parler en face à face."

K: Alors, à ce sujet, est-ce que vous avez eu des témoins, des gens, qui se sont déclarés, et qui ont partagé des choses avec vous, en tant que témoin ?

B: Oh oui. J’ai rencontré des gens que se sont présentés et qui m’ont dit, "Vous savez, j’ai attendu pour pouvoir partager ceci, Dean ... et je crois que je peux partager avec vous parce que vous n’allez pas prendre mon nom et mon adresse pour me livrer aux autorités. Mais voilà ce qui m’est arrive, et je sais que ça vous est arrivé aussi." Nous avons tous été membres de ce que l’on appelle "le réseau des vieux garçons." Nous voulions que cela sorte. Nous voulions que cela sorte honnêtement, au clair, et démocratiquement, bordel !

K: Donc, vous m’avez convaincu que vous y êtes, mais je n’y adhère pas encore tout à fait, parce que ... est-ce que vous pensez avoir subi des problèmes de santé? Est-ce que vous avez subi, vous savez, des manipulations mentales, et si la réponse est non, je dois vous redemander, qui vous protège ?

B: A cela, laissez-moi répondre ceci ... on dirait Nixon... (Kerry rit) J’ai partagé ceci plusieurs fois avec des gens, parce qu’ils m’ont pose la même question, OK ?

K: J’en suis sûr.

B: Quand je suis devenu notoire, je pense que c’est le meilleur terme, là où j’ai parlé clairement et régulièrement, partout sur cette foutue planète, et partout aux Etats-Unis, j’ai reçu une somme considérable de réactions positives des gens. Pas seulement les militaires qui m’ont remercié d’avoir rendu ça publique, et j’ai eu un bon nombre de vieux amis très proches qui ont pris leur retraite, jusqu’à un certain point.
Un bon ami à Roswell, un sergent de l’armée à la retraite, qui, après qu’il a parlé en publique, son fils à été tué par un chauffard qui a pris la fuite. Et l’on a toujours pensé que c’était le résultat du fait qu’il avait parlé en publique.

K: Clifford Stone.

B: Clifford a perdu son fils.

K: Nous l’avons interviewé, oui.

B: Clifford est un ami très proche, et son fils a été tué tout de suite après qu’il a publié son livre. On peut dire, "Oh, coïncidence". Foutaises! J’ai vu pas mal de coïncidences dans ma vie, et je n’y crois pas.

K: OK.

B: Je ne crois pas que les coïncidences existent. Dans la vie de tout le monde, il n’y a pas de coïncidences. Tout est écrit. Clifford est comme moi maintenant; il est devenu un reclus.






Soutenez Project Avalon - faites un don :

Donate

Merci de votre aide.
Votre générosité nous permet de poursuivre notre tâche

Bill Ryan

bill@projectavalon.net


unique visits