Chercher

__________________________________________________________



Un commentaire personnel

sur les informations



Traduction par The Avalon Translation Project,
d'une page du site originel de Project Camelot.


9 juillet 2008

Un certain nombre de gens nous ont écrit pour nous demander notre point de vue sur l’information présentée par nos multiples lanceurs d’alerte. Nous sommes enchantés de vous en présenter ici un résumé. Il contient nos renseignements les plus récents, au moment de la rédaction (9 juillet 2008).

Dans l’ordre des interviews :


Mr X, l’archiviste qui se consacrait aux OVNI :

Il nous raconte son expérience (six mois de travail dans une chambre forte au cours des années 80, à archiver de grandes quantités de documents, de photos, de films et d’artéfacts). Nous l’avons par la suite mis en contact avec le Dr Bob Wood et Ryan Wood, chercheurs très respectés œuvrant sur les documents Majestic, et filmé leur longue conversation avec lui pour en conserver des traces, avec l’accord que la vidéo ne serait pas publiée. Une grande partie de ce qu’il a relaté coïncide de manière frappante avec les renseignements contenus dans les documents Majestic.


Bill Hamilton :

Bill Hamilton est un chercheur de longue date, très connu, hautement respecté et qui n’a pas peur de s’engager dans des domaines controversés. Il parle de ses passionnantes rencontres personnelles avec des ET à apparence humaine, du voyage dans le temps, et de ses étonnantes relations réciproques avec les OVNI dans le ciel.


Gary McKinnon :

Nous sommes restés en contact depuis que Kerry l’a rencontré à Londres en juin 2006. Il en a vécu des vertes et des pas mûres. De toute évidence, le gouvernement US l’a choisi pour faire de lui un « exemple ». Il semble clair ici que l’intention du gouvernement étasunien de le voir derrière les barreaux est une preuve qu’ils ont peur de la levée du secret, mais prouve aussi la probable vérité des déclarations de Gary.

De toute évidence, la découverte par Gary de flottes [spatiales] extérieures à la Terre et la confirmation de l’existence du programme spatial secret est une menace bien réelle, qui frappe de plein fouet leur rempart du secret. Nous avons fortement l’impression qu’il détient suffisamment de preuves pour tout révéler – au cas où son recours en  appel serait refusé. Nous ne savons cependant rien de plus que ce qu’il nous a révélés lors de l’interview. Au moment où nous écrivons, son appel final contre son extradition du Royaume–Uni par les États-Unis est en cours d’étude. Nous vous encourageons à visiter son site et à manifester votre soutien à cet homme courageux.


Dan Burisch :

Nous avons probablement reçu plus de message sur Dan et son témoignage complexe et important que sur tout autre témoin. Il vaut la peine de passer un petit moment ici sur son histoire.

Un certain nombre de sites sur Internet sont presque fanatiques dans leurs critiques de Dan. Certains individus semblent passer l’essentiel de leur temps à attaquer sa crédibilité (et on doit se demander qui les paie pour cet emploi apparemment à plein-temps !). On doit aussi se demander pourquoi ils lui accordent tant d’attention.

Quand nous avons rencontré Dan pour la première fois, en juillet 2006, il nous a montré des documents, non rendus publics, qui établissaient son identité et sa bonne foi. Ce n’est pas sans raisons qu’ils ne sont pas publiquement disponibles, puisqu’on nous a demandé de signer un engagement de non-divulgation.

Il a également présenté le 1er mars 2008 certains de ces documents à Rob Simone, au cours de son interview en direct sur la scène du colloque OVNI de Laughlin, devant un auditoire d’environ 300 personnes. Rob a examiné les documents sous le regard du public, a approuvé d’un signe de tête, et a poursuivi l’entretien. Il était très important que cela soit public.

Nous avons rencontré [Dan et Marci] en privé à de multiples occasions, la plus récente (au moment où nous écrivons) étant à dîner, début avril. Nous les avions rencontrés auparavant pendant cinq heures, lorsque Dan nous a parlé de la « Ligne temporelle 1, variante 83 ». C’était le 10 décembre 2007, et Dan avait quitté un projet de plusieurs mois classé secret, pendant lequel il ne pouvait communiquer avec nous, ni avec quiconque, sinon avec Marci, pour des raisons de sécurité nationale. Nous pouvons attester personnellement du fait qu’il était tenu au secret.

Pour en savoir plus, consultez ici notre important rapport sur la Ligne Temporelle 1, variante 83, et notre non moins important addendum du 5 juin 2008, sur la page des Nouveautés, ici (en anglais).

Que ce matériel soit intéressant, vital à comprendre, est un euphémisme. Nous vous encourageons à consacrer huit minutes bien employées à regarder cette courte vidéo en anglais, prise par une caméra de surveillance dans le bureau de Dan (postée par Marci, avec la permission de Dan) et qui montre sa colère et sa frustration évidentes et très réelles face à un événement. Il ignorait à l’époque qu’on l’enregistrait. La sincérité de son émotion est frappante et convaincante.

La partie importante des détails du témoignage de Dan a été indépendamment confirmée par notre source interne, Henry Deacon, qui n’avait jamais entendu parler de Dan. Ceci est extrêmement important, puisque Henry a pu confirmer les parties les plus provocantes du témoignage de Dan : a) que nous avions reçu la visite d’humains de l’avenir, voyageurs temporels, avec pour conséquences des problèmes difficiles et complexes liés à des lignes temporelles entrelacées et superposées ; et b) qu’il existait dans un avenir relativement proche des menaces graves pour la race humaine.

Henry savait également quelque chose de la technologie des Portes des étoiles (stargate technology), bien qu’il ait affirmé ne pas reconnaître la technologie du Miroir (Looking Glass), telle que décrite et dessinée par Dan, pas plus qu’il n’avait rencontré de Majestic (MJ-12) au cours de sa carrière – du moins sous ce nom. Ceci n’est pas inhabituel.

Il faut remarquer que Henry Deacon, tout comme de nombreux lanceurs d’alerte, possédait son niveau particulier d’accréditation dans le secteur des projets clandestins sur lesquels il travaillait. Alors qu’il semblait couvrir un domaine plus large d’informations auxquelles il était exposé, son habilitation, comme toutes les autres, avait ses limites. Si on juge la nature du rôle de Dan, au fil des années, au sein de Majestic ou du Comité de la Majorité, il est probable que Dan a été exposé à des niveaux de secret supérieurs et qu’il avait affaire aux niveaux d’autorité les plus élevés que comporte le Gouvernement Secret.

Dan s’est ouvertement engagé devant nous et devant d’autres à toujours répondre honnêtement et le mieux possible à nos questions, sauf lorsqu’il n’était pas libre de révéler des informations dues à son niveau d’accréditation, ou s’il avait signé des accords de non-divulgation. Il dit, et c’est significatif, que les membres actuels de Majestic ne sont plus les mêmes que du temps où il était impliqué – la relève de la garde s’est déroulée récemment. Dan lui-même a été « rayé des cadres » et peut maintenant poursuivre à plein temps son travail sur le Projet Lotus.

Il faut garder à l’esprit que lorsque une personne possédant une habilitation au secret d’un niveau élevé quitte une des agences à trois lettres ou un autre groupe appartenant au gouvernement secret, on peut les réintégrer à tout moment (même contre leur gré, disent certains). Dan, pour sa part, a été « rappelé » pendant la période de l’été et du début de l’automne 2007 pour assister le nouveau groupe– y compris avec les nouveaux renseignements obtenus du « Cube Orion » ou d’un portail temporel similaire – dans différents domaines pour lesquels il était le seul à être qualifié, du fait de sa relation avec le J-Rod P 52K nommé Chi’el’ah. Nous n’en connaissons pas tous les détails. Disons que toutes les informations reçues de Dan n’ont pas été publiées.

Pour ceux qui se battent avec les détails du témoignage complexe de Dan, nous aimerions donner ici ce qui est peut-être le renseignement le plus important : que le déplacement polaire de 2012, subi dans leur histoire par les humains du futur, a maintenant été évité, grâce à la mise hors service des Miroirs et des Portes des étoiles. Nous pensons que c’est important et crédible, et Dan lui-même le croit certainement.

Certaines personnes font remarquer que certains des aspects du témoignage de Dan sont apparemment en contradiction avec ce que d’autres ont déclaré. Un exemple évident est celui où Dan dit avoir entendu parler de trois espèces différentes de visiteurs (toutes composées d’humains voyageurs temporels de l’avenir), ainsi que d’une espèce interdimensionnelle dont il sait très peu de choses. Par ailleurs, Clifford Stone a déclaré avoir entendu parler de 57 espèces différentes de visiteurs, tandis que Henry Deacon nous racontait être au courant d’ « au moins 40 ».

Nous n’y voyons aucune contradiction. Dan nous parle seulement de ce qu’il connaît, ou de ce sur quoi on l’a briefé. Il ne peut pas faire grand-chose d’autre que d’indiquer ce qu’il sait.

Selon nous, le nombre véritable d’espèces visiteuses est probablement plus proche de celui de Clifford Stone (ou même supérieur). Dan ne souhaite pas spéculer sur ce qu’il n’a pas lui-même vécu.


John Lear :

John est un conteur et chercheur extraordinaire, il possède à la fois beaucoup de courage et de style. Les récits personnels de ses expériences avec Bob Lazar nous frappent par leur authenticité. Il a le courage de lutter contre l’ordre établi et d’assumer ses vues très controversées.

Il y a quelques semaines, nous avons eu la grande chance de recevoir de Henry Deacon une série de 32 courriels qu’il expédiait tout en regardant en temps réel la récente vidéo de John Lear en quatre parties. Henry nous a dit que ce que racontait John était « exact à 80 % » - ce qui est particulièrement significatif, si on considère combien une partie du matériel de John paraît outrée à beaucoup.

Henry n’a fait aucun commentaire sur la pesanteur de la Lune ni sur son atmosphère, et nous a indiqué que la théorie de John sur le caractère holographique des avions du World Trade Center était incorrecte, du fait de l’expérience de première main d’Henry dans le domaine (voir ci-dessous). Il ne critiquait pas l’opinion de John, puisque Henry confirmait l’existence de cette technologie holographique. Il a d’ailleurs qualifié de « bien deviné » l’essentiel du matériel restant de John. Étant donné la gamme de sujets couverts par ce dernier, on peut parler d’une approbation extrêmement importante.


Henry Deacon :

On a déjà beaucoup écrit sur cette page à propos de Henry Deacon. Nous le connaissons bien, nous l’avons souvent rencontré, et avons passé des douzaines d’heures à discuter avec lui de manière personnelle et intense. Du fait de son rôle inhabituel dans des projets clandestins – ce qui s’appellerait direction de projet dans la société civile – il se trouvait en position d’en savoir beaucoup sur un nombre significatif de sujets, de projets, de situations et de lieux. Nous le considérons comme un homme à principes, modeste et brillant.

L’importance majeure du témoignage vaste et de grande portée de Henry peut être ainsi résumée :

  • Il confirme les renseignements de Dan Burisch sur les voyageurs temporels humains du futur, et les problèmes liés aux lignes temporelles parallèles alternées.

  • Il nous a annoncé que le véritable problème pour l’humanité au cours des prochaines années sera la convergence simultanée de beaucoup d’éléments.

  • Il nous a enjoints de « trouver un endroit sûr » et de nous préparer aux heures difficiles qui nous attendaient - très bientôt.

  • Il a assisté à des réunions où on discutait de l’utilisation, dans le cadre d’un dépeuplement à grande échelle, de pathogènes furtifs (des virus fabriqués), et il insiste qu’on lui a donné le Rapport d’Iron Mountain à lire à titre de document d’instruction.

  • Il confirme que le 11-Septembre a été un « job interne », et qu’il travaillait dans les locaux d’où l’opération était dirigée.

  • [Dernier élément, mais non le moindre !] Henry a passé un certain temps sur la plus vaste des quelques bases existant sur Mars.

Tout comme Dan, Henry nous a produit lors de notre première rencontre des documents confirmant son identité et son lieu de travail. Nous connaissons son véritable nom, son adresse, et sa date de naissance. Il est bien ce qu’il dit être.

Du fait de ses nombreuses déclarations et de tous les détails qu’il a donnés, Henry peut difficilement nous rencontrer et nous parler actuellement, et on l’a contraint et menacé (mais pas ouvertement agressé). Il est peu probable que nous puissions jamais enregistrer un entretien audio ou vidéo avec lui. Si nous pouvions malgré tout [un jour] présenter en toute sécurité une interview vidéo, il serait sans doute considéré comme le plus intéressant, le plus intelligent et le plus convaincant de tous nos témoins. (NdT – Cela s’est effectivement révélé possible plus tard : voir les vidéos concernant Henry Deacon sur la Page d’Accueil de Project Avalon en Français !)


Ralph Ring :

Ralph Ring a passé beaucoup de temps avec Otis T. Carr il y a près de 50 ans, à l’époque où Ralph était un jeune homme d’un peu plus de 20 ans. Bien qu’il ne se rappelle plus certains détails (c’est normal !), son histoire est fascinante et convaincante. Elle contient certains des plus importants indices sur l’ « énergie libre » (et gratuite) jamais rendu publics.

De ce fait, Ralph a vécu des années dans une obscurité relative suite à l’intervention du FBI, qui a fermé de force les installations de recherche où ils avaient construit, entre autres, un disque volant à l’échelle 1, de 12 m de diamètre, qu’ils ont réussi à « téléporter » à une quinzaine de kilomètres de là. Quand ils ont contacté General Motors, avec des plans de voitures pouvant planer au-dessus du sol et n’utilisant ni roues ni moteurs à pétrole, la réponse a été sans équivoque : Si vous les montez, on les descendra !

Il est important de savoir que Ralph ne possédait pas une formation de physicien. C’était au contraire un technicien d’expérimentation, brillant et intuitif. Les phénomènes qu’il décrit doivent être modélisés par d’autres selon des principes mathématiques et physiques. Ralph ne prétend pas pouvoir le faire.

Depuis notre interview de 2006, Ralph a été invité à prendre la parole à plusieurs colloques. Au premier, celui de Laughlin en février 2007, il a reçu non pas une, mais deux « standing ovations ». Il est maintenant entouré d’une petite équipe très qualifiée qui s’emploie à reproduire les recherches d’Otis Carr.


Duncan O'Finioan :

Duncan a fait partie du programme militaire étasunien classifié, destiné à créer une « nouvelle espèce » de Super-Soldats, combinant capacités psychiques améliorées et force physique anormale – programmés comme assassins et utilisés depuis la prime enfance dans des opérations secrètes. Duncan est un guerrier blessé qui a considérablement souffert des révélations courageuses qu’il nous a faites au cours de son extraordinaire interview de deux heures.

Dans le cas de Duncan, nous possédons la confirmation indépendante d’un autre témoin, David Corso, qui est sorti de l’ombre pour confirmer la stupéfiante histoire de Duncan comme jeune assassin dans la jungle du Cambodge où, lui et un groupe d’enfants se sont tenus par la main en projetant leur esprit comme arme, et tuant tout le monde à proximité. Nous reconnaissons bien sûr (tout comme Duncan), qu’il existe des détails importants dont il ne peut se souvenir. Nous songeons à refaire une interview avec lui, en compagnie d’un autre lanceur d’alerte du même programme militaire, et qui s’est récemment manifesté pour soutenir témoignage personnel de Duncan.


Gordon Novel :

Gordon Novel a été impliqué dans l’affaire du Watergate, celle de Waco et dans beaucoup d’autres moments chauds de l’histoire américaine. Il travaille, pour le compte d’une faction de la CIA, à développer l’énergie libre (et gratuite) et à libérer la planète de sa dépendance vis-à-vis des carburants fondés sur le carbone. Bien que nous ayons été en contact étroit avec lui pendant la plus grande partie de 2006 et début 2007, nous ne sommes pas à jour sur l’état de son projet RAM (fondé sur l’Alien Reproduction Vehicle, un engin rétroconçu). On peut contacter Gordon sur son propre site.


Clifford Stone :

Clifford Stone est un homme très altruiste, très honnête et très courageux. Il a révélé au cours de notre interview certaines choses jamais enregistrées auparavant sur les expériences qu’il a vécues à l’époque où il faisait partie d’une équipe militaire étasunienne secrète, qui avait pour mission de récupérer des engins extraterrestres qui s’étaient écrasés, et aussi sur ses relations personnelles avec les êtres qui ont survécu. Authentique patriote américain, Clifford est pourchassé et hautement surveillé par le gouvernement à cause de ses révélations actuelles et de sa volonté d’apporter au grand public la vérité sur la présence extraterrestre. Il est intuitif de nature, très conscient d’avoir une mission à accomplir, et il se consacre à l’évolution de l’humanité.


David Corso :

À la suite d’une série de coïncidences inhabituelles, Duncan O’Finioan a rencontré David Corso adulte, bien des années après avoir été impliqué dans une mission pour le gouvernement secret – où, en tant que Super-Soldat, il a apparemment travaillé avec ou même pour cet homme. Devenus très bons amis, ils partagent le souvenir commun d’incidents, effacés jusqu’alors de leur mémoire, et qui ont resurgi lorsqu’ils se sont revus et qu’ils ont commencé à comparer leurs notes.

Le rôle de Corso en tant que militaire consistait plus ou moins à surveiller et à commander, mais il ne se rappelle pas les détails. Il partage avec nous ses souvenirs retrouvés correspondant au moment et au lieu où il a vu Duncan pour la première fois, ainsi que des bribes de souvenirs de leurs rencontres ultérieures. Il est clair que Duncan et lui étaient tous les deux impliqués dans une expérimentation de type MKULTRA, effectuée par le gouvernement secret, et destinée à créer et entretenir une armée de Super-Soldats et d’assassins programmés.


David Wilcock :

Dès qu’il est tombé sur notre vidéo du témoignage de Henry Deacon, David Wilcock nous a immédiatement contactés. Dans ce qu’il considérait comme une étonnante synchronicité, il a découvert que les informations que nous avions obtenues de Henry coïncidaient parfaitement avec celles de son propre contact, qui faisait partie des gens dans le secret, et auquel il se référait sous le nom de « Daniel ». David nous a raconté que Henry exposait des renseignements que lui, David, avait appris de Daniel, mais qu’il n’avait jamais rendus publics.

Parmi bien d’autres choses, Henry se référait aux travaux de David Wilcock et de Richard Hoagland, et David s’était immédiatement rendu compte que le témoignage de Henry sur Montauk (et Mars) rejoignait tout à fait celui de Daniel. David parle longuement de ce qu’il a appris de Daniel dans la deuxième partie de son interview avec nous.

David est devenu un supporter enthousiaste de Project Camelot et beaucoup de ceux qui vont régulièrement sur son site Divine Cosmos se rendent maintenant régulièrement sur le nôtre.

Notre interview de David en quatre partie était notre deuxième incursion dans l’ésotérique, bien que David – qui possède un esprit brillant – soit également un scientifique intuitif des plus inspirés. Ses vues diffèrent parfois des nôtres, et ce fut là le point de départ d’une « Conversation sur l’Avenir » entre nous trois, très bien reçue par le public.


Jim Sparks :

Nous avons rencontré Jim pour la première fois lorsque nous avons été invités à prendre la parole au bref colloque d’Avril 2007, à Rachel, dans le Nevada. Comme Camelot n’a pas beaucoup insisté sur les rapports d’abductés et d’expérienceurs, le récit par Jim de ses enlèvements multiples nous a paru si consciemment ressenti et si détaillé que nous avons voulu en savoir plus. Lors de la conversion avec lui, juste avant l’interview, nous avons découvert qu’on l’avait informé précisément de l’avenir possible de l’humanité, et il était évident à nos yeux que cela méritait d’être filmé.

Il est extrêmement difficile d’évaluer objectivement son témoignage, mais nous devons affirmer que Jim est sincère, qu’il a sans aucun doute vécu tout ce qu’il décrit, et qu’il a accompli un travail méritoire en essayant de le rendre logique afin de le présenter au public. Il se passionne pour le sauvetage de la forêt tropicale (une conséquence des enlèvements qu’il a vécus) et se consacre actuellement à cette cause.


Bill Holden :

Bill Holden est un expérienceur qui a volé en qualité de membre d’équipage sur Air Force One (NdT : le nom de l’avion présidentiel) durant les ères Kennedy et Johnson. Il a eu l’occasion de parler à JFK lui-même sur le sujet des OVNI et des visiteurs ET, et il relate cette passionnante anecdote dans notre interview.

Significatif aussi est le fait qu’on a montré à Bill en plusieurs occasions différents événements et situations extraordinaires – comme par exemple un OVNI émergeant de l’océan près d’Hawaii, et une réunion entre des officiers et des aliens dans les profondeurs d’un canyon – peut-être, entre autres, afin de voir l’effet produit par ces types de révélations hallucinantes sur quelques individus triés sur le volet.

En avril 2008, nous avons rétabli le contact avec Bill à Las Vegas et l’avons présenté à Jim Sparks, qui y habite aussi. Nous avons eu la chance de pouvoir filmer une conversation impromptue entre eux où, dans un échange personnel passionnant, ils comparent leurs différentes expériences.


Bob Dean :

Bob Dean est par excellence l’homme d’État expérimenté de l’ufologie. C’est un ancien militaire au CV irréprochable. Il ne faut absolument pas manquer l’interview que nous avons faite de lui, et nous le considérons affectueusement comme un « projet de divulgation » à lui tout seul. Les expériences qu’il a vécues au cours de la Guerre Froide, où il appartenait à l’OTAN et était basé en Europe, montrent le niveau de risque auquel étaient confrontés les militaires à la fois dans les observations d’engins volants et dans les contacts directs avec des aliens. Il a poursuivi ses propres recherches dans le domaine après avoir quitté l’armée et il est devenu un orateur aussi connu que respecté sur le « circuit de conférences OVNI ».

Parmi les nombreux entretiens et conférences qu’il a donnés dans le monde entier sur les expériences qu’il a vécues, notre interview ressort comme l’une des plus révélatrices et étonnamment personnelles qu’il ait faites. Nous nous sentons honorés qu’on nous ait accordé ce qui est très probablement la dernière interview de cet authentique grand homme.


Dan Sherman :

Dan Sherman a subi des modifications génétiques lorsqu’il était encore dans le sein de sa mère, pour qu’il puisse appartenir à une équipe de « communicateurs intuitifs » - à laquelle on pourrait faire appel lors d’une future catastrophe quand (c’est ce qu’on lui a dit) toutes les communications électroniques seront devenues inopérantes. Il raconte comment il a été choisi et formé à communiquer avec un ET par le truchement d’un terminal d’ordinateur, en utilisant des protocoles complexes de biofeedback. Son interview traite tous les sujets de son livre, court mais important, intitulé Above Black (Plus que clandestin).

Il faut garder à l’esprit que, depuis que Dan a quitté le programme, et puisqu’il est lanceur d’alerte, son rôle réel lors d’une panne généralisée du réseau sera probablement remis en question. Il se peut qu’il soit maintenant relégué à la simple fonction de membre hautement intuitif dans la population. Il nous apparaît néanmoins que son retrait volontaire du programme peut avoir été orchestré en haut lieu, à un niveau supérieur à celui de la relation militaires/ET de sa programmation d’origine... auquel cas on peut se demander quel nouveau rôle il pourrait être amené à jouer à l’avenir, si les événements prévus se produisent.


Richard Hoagland :

Richard est le présentateur accompli et le maître de ses propres données. Participant régulièrement à Coast to Coast AM (un radio talk-show de fin de soirée en Amérique du Nord – Wikipedia), il est très à l’aise devant un micro ou une caméra. La particularité de l’interview que nous avons faite de lui, c’est que Richard couvre de nombreux domaines dont il n’a pas parlé sur Coast, comme son opinion sur le rôle joué par les ET dans notre création, et l’origine possible de notre race ancestrale...

Nous croyons que ses travaux sont importants et qu’ils méritent grand respect. Pour ce qui est des alunissages d’Apollo, la version des événements donnée par Henry Deacon est quelque peu différente. Deacon déclare que la plupart des missions Apollo sont allées sur la Lune, mais qu’on a filmé sur un plateau de cinéma certains détails et que les missions réussies n’ont pu l’être que grâce à la technologie ET intégrée à la capsule Apollo et au LEM (le module lunaire) – du fait de la présence des ceintures de Van Allen et d’autres facteurs.

Il nous semble très évident qu’un certain nombre des photos lunaires bien connues d’Apollo ont été prises sur Terre en vue de tromper le public et de cacher ce qu’ils ont pu avoir rencontré sur la Lune. Les photos de Richard – de ce qui ressemble à des dômes de verre sur la Lune – méritent d’être sérieusement examinées, tandis que d’autres questions demeurent.

Un certain nombre de gens nous demandent pourquoi nous n’avons pas évoqué au cours de nos trois interviews ce que Richard a décrit comme les « Magiciens », ni pourquoi ils n’entendent pas davantage parler de Gene Roddenberry. La réponse toute bête est que nous étions arrivés à la fin de la bande et du temps imparti, mais voilà bien sûr une bonne raison d’y revenir plus tard. Qui plus est, Richard nous a clairement indiqué qu’il ne nous a pas raconté tout ce qu’il sait.

Pour terminer, nous aimerions dire que nous sommes enchantés d’être en contact avec le Dr. Ali Fant, l’ancien contrôleur de vol spatial à la NASA, auteur de la revue Amazon, aussi complète que détaillée et positive, et que Richard cite tout à la fin de la troisième partie de notre entretien.


Boriska :

Notre voyage en Russie et la rencontre de Boriska Kipriyanovitch, 12 ans, est un des grands moments de notre travail d’équipe sur Camelot. Premiers journalistes occidentaux à avoir interviewé sur film Boriska, nous avons fait un vrai scoop et vécu un séjour enthousiasmant. Boriska est une belle âme, et malgré les changements qu’il vit, naturels pour un garçon de son âge, il a néanmoins réussi à communiquer l’essence de son monde intérieur et certaines de ses étonnantes visions de ce qui pourrait arriver dans l’avenir.

Nous recommandons vivement, en complément de notre interview, ce long article de Guennadi Belimov, maintenant traduit pour la première fois en anglais, et disponible ici en français. Si nous comparons notre interview et le rapport de Belimov, la situation de Boriska semble maintenant différente de ce qu’elle était lors de sa première apparition aux yeux du public, à 7 ans. Plus âgé et se méfiant davantage du monde, il est maintenant moins communicatif – et les souvenirs de ses vies précédentes se sont quelque peu dilués dans le présent plus envahissant et plus exigeant dans lequel il se trouve plongé.

Boriska occupe une place à part dans le cœur de beaucoup de ceux qui nous écrivent, et c’est bien compréhensible. Puisque c’est un enfant Indigo et qu’il porte le flambeau de l’espoir pour l’avenir, nous sommes impatients d’appartenir au monde dont lui, tout comme de nombreux adolescents humains de son âge, déjà éveillés, sera un jour un des guides. Le temps est proche où nous pourrons vérifier si sa vision impressionnante d’une catastrophe, impliquant un continent victime de l’eau, se matérialise comme il l’a prédit, au cours de 2009.


Benjamin Fulford :

Comme beaucoup d’autres gens, c’est avec grand intérêt que nous avons lu les déclarations claires et vigoureuses de Benjamin Fulford sur Jeff Rense lors de l’été 2007. Ce qui nous a frappés, c’est son naturel et le sérieux de son important message d’avertissement aux Illuminati. Il nous a semblé nécessaire de rencontrer l’homme en personne, afin d’enquêter sur la véritables nature de ses affirmations. Nous avons saisi l’occasion de nous rendre par avion au Japon afin de rencontrer en tête-à-tête l’homme qui se dresse contre les Pouvoirs en Place avec une vision aussi claire de sa mission.

Notre entretien donne au spectateur l’occasion d’examiner de près l’homme, son récit et les raisons pour lesquelles il croit fermement être soutenu par les Sociétés secrètes asiatiques dans son appel convaincant en faveur de la paix. Dans l’état actuel des choses, nous ne sommes pas en mesure d’évaluer l’impact des déclarations et des requêtes de Benjamin sur la faction Rockefeller ou les Illuminati en général, ni d’établir son degré de réalisme lorsqu’il décrit le pouvoir de représailles des Sociétés secrètes asiatiques dont il est le porte-parole, auprès de ceux qui lui accorde beaucoup d’attention en Occident.

L’histoire n’est pas encore terminée. Nous avons au minimum encouragé Benjamin à continuer, et au maximum peut-être avons-nous bien fait comprendre son message à ceux que nous savons surveiller de près notre travail. Avec cet objectif en vue, nous pouvons peut-être utiliser cette surveillance à bon escient.


Luca Scantamburlo :

Nous ne pouvons discuter de l’expérience que nous avons vécue avec Luca sans également débattre de la Planète X, qui constitue peut-être la plus grande pomme de discorde de tout notre matériel. On nous demande souvent notre avis sur les preuves qu’il fournit, particulièrement parce que Leo Zagami indique clairement que Cristoforo Barbato (dont Luca présente les preuves) a été la victime d’une opération coup–de-poing des Jésuites, et qu’aucune menace de ce genre n’existe en fait.

Notre meilleure réponse à cela, c’est d’abord d’attester que Luca rapporte avoir été menacé et intimidé à la suite de la publication de notre interview de lui, et qu’il a non seulement interrompu tout contact, mais qu’il a de plus cessé toute recherche dans ce domaine. Nous ne savons pas exactement ce qui est arrivé, mais il s’est de toute évidence produit quelque chose. L’affaire ne doit pas être traitée à la légère. Nous espérons sincèrement reprendre contact avec Luca à l’avenir, si les circonstances le permettent.

Nous nous accordons ensuite à dire qu’il existe des preuves indirectes, à ne pas non plus traiter à la légère, de l’existence d’un grand corps céleste inconnu dans le système solaire – peut-être une étoile naine brune se dirigeant vers l’intérieur, sur une longue orbite elliptique inclinée. Henry Deacon nous a personnellement confirmé avoir entendu parler d’un tel objet, classé secret, pendant la période où il a travaillé pour la NOAA.

Nous ne sommes pas du tout sûrs que cet objet, s’il existe, représente une grave menace. Cette preuve est plus fondée sur les travaux de Zechariah Sitchin (qui lui-même déclare que Nibiru, s’il s’agit bien de la Planète X, ne reviendra pas avant quelques centaines d’années). Nous pensons qu’on fait sur Internet à propos de cet objet un énorme battage, dont la plus grande partie (sinon l’ensemble), peut être éliminée comme sans fondement.

Il faut déclarer sans ambages que le témoignage sur la Planète X (qui tient en quatre mots : La planète X arrive) donné par notre source, l’homme politique norvégien, n’est pas fiable, et depuis, il nous l’a confirmé. Les expériences qu’il a vécues en rapport avec les bases souterraines sont tout à fait réelles, mais le lien qu’il a fait avec la Planète X n’est qu’une conjecture de sa part, qui ne s’appuie que sur une conversation qu’il a eue, et sur une ou deux choses qu’il a lues ou entendues.

Il ne s’agissait pas d’un témoignage fondé sur une expérience indéniable. Bref, nous ne sommes toujours pas près de connaître de façon certaine la véritable raison de la présence dans le monde entier de bases souterraines... même si nous sommes sûrs de leur existence.

Si la Planète X est une authentique réalité, elle devrait commencer à être visible dans un an environ (2009), dans l’hémisphère Sud, auquel cas les Pouvoirs en Place seront incapables de réduire au silence la voix de milliers d’astronomes amateurs dans des dizaines de pays. Nous observons et attendons donc avec beaucoup d’intérêt...


Leo Zagami :

Nous avons enregistré les interviews de Luca Scantamburlo et de Leo Zagami presque dans la foulée (après être passés de l’Italie à Oslo). Bien que Leo fasse allusion aux ET et aux entités interdimensionnelles comme étant des djinns, il est important de garder à l’esprit qu’il les considère sous l’angle du magicien presque entièrement immergé dans le langage de l’occulte. La connaissance consciente de Leo, comme celle de quiconque, a ses limites. Il ne sait que ce qu’il sait.

À un moment, Leo déclare que le film des Jésuites sur la Planète X a été donné à Cristoforo Barbato dans un but de désinformation subtile par le Vatican, qui a, selon lui, tout intérêt à promouvoir cette histoire. L’objectif d’une campagne de ce type n’est pas immédiatement évident, à moins de lui attribuer le but général de promouvoir le chaos et, peut-être, de détourner les chercheurs de ce qui est réellement en préparation.

Il est ressorti clairement de notre réunion avec Leo Zagami qu’il était énergique, vif, passionné et extrêmement bien informé sur les mécanismes internes des Illuminati et du Vatican. Mais depuis notre interview, il s’est déroulé un certain nombre d’événements qui ont changé la donne de manière significative. Fatma Suslu, l’épouse de Leo, l’a quitté, emmenant avec elle son fils. Leo a été accusé d’abus [sexuel] et a été temporairement incarcéré par la police norvégienne.

Une fois relâché, il s’est d’abord rendu à Rome, puis aux États-Unis, d’où il a rapporté qu’il travaillait maintenant pour la CIA et qu’il avait été rétabli à la tête de la Loge Monte-Carlo. Il affirme de plus avoir fondé ce qu’il appelle la « Loge Liberty », il a sous ses ordres un groupe de quasi-miliciens, et rend à nouveau des comptes aux Illuminati et au Vatican. Voici donc un important passage du statut de lanceur d’alerte à celui, renouvelé, de membre du groupe même contre lequel il s’était originellement rebellé, ce qui, à l’origine, avait attiré notre attention et celle de beaucoup d’autres.

Ce retournement nous attriste, mais nous avons conscience de certaines des forces démoniaques qui dominent maintenant sa vie. Camelot et nous souhaitons nous distancier de lui dans les circonstances actuelles. Il a publié des interviews peu après son arrivée aux États-Unis. Le ton d’au moins une d’entre elles était si haineux que nous nous sommes sentis obligés d’exprimer publiquement notre inquiétude (What's New, 19 mai 2008), en indiquant que nous ne pouvions plus soutenir sa position sur ce sujet et sur d’autres.

Nous avons eu en Norvège un aperçu de la véritable nature de cette belle âme et c’est pourquoi nous lui souhaitons du bien. C’est également la raison pour laquelle notre interview de lui demeurera sur notre site et reste librement disponible sur Internet. Nous attendons de voir, dans l’avenir, le moment où Leo se libèrera de nouveau des chaînes qu’il traîne et où il recommencera à révéler la vérité, et redevenir l’homme que nous savons qu’il est.


Project Camelot
9 juillet 2008









Soutenez Project Avalon - faites un don :

Donate

Merci de votre aide.
Votre générosité nous permet de poursuivre notre tâche

Bill Ryan

bill@projectavalon.net


unique visits

Google+