Chercher

__________________________________________________________


Project Avalon
Une chronique de l'éveil humain
...là où se rencontrent science et spiritualité

C sur le Forum...


RECHERCHES LIÉES AUX CONSPIRATIONS
 
Manipulations génétiques




Silicon Valley, patrie du cauchemar
transhumaniste

Vidéocast de David Icke




Transcription et traduction par The Avalon Translation Project.



Ajoutée le 23 sep 2016

David Icke : Hello ! Je suis assis, avec l'Université de la Singularité en arrière-plan. En Californie, près de San José dans la Silicon Valley. Et elle se situe au centre de quelque chose qui s'appelle le NASA Research Park. Tout autour de moi il y a des entreprises impliquées dans des recherches high-tech liées au transhumanisme, dans la technologie spatiale, et dans tout ce domaine de la recherche de pointe, du moins vu du domaine public.

Je suis venu ici à l'Université de la Singularité parce que ça paraît quelque chose d'ordinaire, sans grande importance pour l'humanité. Mais ce n'est pas le cas.

Parce que, parmi les gens qui ont créé cette... Université de la Singularité, il y a Ray Kurzweil, un des grands des relations publiques œuvrant pour  Frankenstein et le cauchemar transhumaniste.

Et le but de tout ce programme, c'est que l'humanité se retrouve avec de la technologie insérée dans le corps, dans le cerveau, de la nanotechnologie pour finir, que vous pouvez même respirer -- ce qu'on appelle de la "poussière intelligente", des "nanorobots", ou par différents autres noms.

Et cette technologie connectera l'esprit humain à ce dont je parle depuis des années et que je nomme la "sous-réalité technologique". Mais les gens comme Kurzweil, qui ont mis sur pied l'Université de la Singularité avec d'autres, appellent cette "sous-réalité technologique" le Cloud (le "Nuage").

Et ils affirment que les êtres humains seront connectés au Cloud avant 2030, ce qui est... pratiquement aujourd'hui, en réalité. Du moins ça commencera à ce moment-là. "Alors nous penserons -- ce sont les mots de Kurzweil -- alors nous penserons depuis le 'Cloud': il y aura -- ce sont ses mots -- des passerelles ("gateways") aménagées dans le Cloud vers nos cerveaux."

Et, au fil du temps, une situation se développera, dit-il, celle où le Cloud assurera une proportion de plus en plus grande de la pensée humaine, jusqu'au moment où il assurera l'ensemble de la pensée humaine.

Donc, ce que nous voyons derrière l'ensemble de cet objectif, c'est le détournement total de l'esprit humain conscient et du subconscient immédiat par ceux qui contrôlent le Cloud, et il s'agira donc de l'intelligence artificielle qui, bien sûr, aura pour ordre du jour programmé, ou qu'il choisit d'avoir, si vous entrez vraiment profondément dans la nature de ce qu'est réellement l'IA.   

Et ils en parlent ouvertement, parce qu'ils essaient de convaincre les gens que le Cloud les rendra surhumains. Nous voyons constamment ce discours commercial, selon lequel le fait d'être connecté à ce nuage technologique, cette sous-réalité Wi-Fi, nous rendra capables de faire des choses, de comprendre des choses que l'esprit humain ne peut pas comprendre.

En fait, tout le terme de "singularité" fait référence à un point où l'intelligence artificielle acquiert un potentiel de réflexion supérieur à celui de la conscience humaine, de l'esprit humain conscient.

Ils affirment donc : "Connectez votre cerveau, votre esprit, à ce nuage technologique, et vous serez surhumain. Vous serez capable de penser comme les machines peuvent le faire, comme l'IA peut le faire."

C'est bien sûr totalement absurde, parce que c'est en fait le contraire. Il ne s'agit pas de rendre les gens surhumains, mais de les rendre subhumains, il s'agit de la fin de l'humanité telle que nous la connaissons pour ce qui ressemble de près ou de loin à une pensée libre, ou à de la perception libre, parce que les perceptions partiront du Cloud vers l'esprit conscient. Et l'esprit conscient pensera : "Je suis en train d'avoir une pensée, je vais faire ceci, je suis d'accord avec ça, je vais soutenir ça, je vais m'opposer à ça, je crois ceci."

Mais en fait, ce ne sera pas l'esprit humain qui arrivera à ces conclusions, mais des impulsions provenant du Cloud.

Voilà tout le programme de ce cauchemar transhumaniste, qui est en train de se dérouler autour de nous, et qui est ce que la l'Université de la Singularité ici veut faire avancer, avancer, avancer, que Kurzweil et le Cloud font avancer, avancer, avancer.                      .

La prise de contrôle totale de la pensée humaine et, par là, de l'émotion humaine.

Et en ce moment, on est en train de nous mener sur cette voie, pas à pas, de façon très ordonnée, mais qui paraît à la plupart des gens n'être que le hasard.

Voici comment les choses se passent :

- On commence par rendre les gens dépendants d'une technologie qu'ils peuvent tenir en main, ce qu'on appelle en anglais les "holdables" ("qui peuvent être tenus en main") : les smartphones, les tablettes, etc.  Et bien sûr, regardez autour de vous n'importe groupe de gens, n'importe où dans le monde, regardez tous ces jeunes quand vous les voyez en groupes, [pour eux] le reste du monde n'existe plus une grande partie du temps. Seul l'écran du smartphone existe, tandis que l'esprit humain fixe de plus en plus son attention sur ce qui en fait une manifestation du Cloud.

- Puis, le stade suivant, nous l'avons vu, est de placer de la technologie sur le corps, parce que c'est bien sûr le stade suivant, avant celui d'entrer dans le corps. Et donc nous avons maintenant ce terme de "wearables" ("qui peuvent être portés sur soi"). Il s'agit là de vos montres connectées (smart watches), votre Bluetooth, votre Googleglass, etc.

Donc faire passer maintenant la technologie de la main au corps, de façon à ce que vous le portiez réellement toute la journée.

Ce que nous avons déjà vu, et c'est le stade suivant, où ils veulent depuis le début faire arriver l'humanité en la manipulant, et c'est celui des "implantables", où la technologie est insérée dans le corps.

Et c'est là la technologie conçue pour être connectée au Cloud, et donc prendre le contrôle de la pensée humaine. 

Dans ce parc de recherche de la NASA donc, tant de choses se passent, à tant de niveaux, dans tant de secteurs technologiques, pour faire avancer ce programme de contrôle technologique de l'esprit humain, que ce soit la l'Université de la Singularité d'ici qui promeuve ce cauchemar transhumaniste, ou qu'il s'agisse de placer en orbite des satellites pour qu'ils diffusent de la Wi-Fi sur toute la planète. Parce que, si vous voulez connecter tout le monde à ce Cloud, à cet esprit technologique subconscient -- c'est dans ce but qu'ils ont planifié le Cloud pour l'humanité --, il faut qu'il y ait la Wi-Fi partout. Et c'est ce qui se passe.

Les noms liés à ça ne viennent pas forcément à l'esprit des gens. Le moteur de recherche de Google, d'accord ? Google est là pour vous aider à trouver sur Internet ce que vous souhaitez.

Et bien, en fait, ça va plus loin que ça.

Facebook. Tous ceux-là sont à deux pas d'ici, à Silicon Valley. Facebook est juste un moyen de garder le contact avec vos amis et de partager vos nouvelles, ce qui vous arrive. Pas vrai ?

Non. C'est bien plus que ça.

Donc, nous sommes à l'Université de la Singularité. Jetons maintenant un coup d'œil à Google.

(10:38)
Nous voici donc juste quelques milles plus loin par l'autoroute, à Google, dans Silicon Valley. Il est d'une certaine manière approprié que Google soit aussi proche de la zone de recherche de la NASA dans l'Université de la Singularité, parce que, comme je le disais, les gens pensent à Google comme étant avant tout un moteur de recherche, sur Internet, ce qui lui donne tout d'abord un énorme pouvoir, par sa domination dans l'arène des moteurs de recherche. Parce que, par le biais de codes algorithmes, d'autres technologies et d'autres méthodes, ils peuvent manipuler le classement d'apparition des histoires qui figurent sur leurs listes de moteur de recherche. Il est par exemple possible de favoriser un candidat dans des élections présidentielles. Il y a eu un certain nombre d'histoires concernant Internet au cours de l'actuelle campagne électorale entre Hillary Clinton et Donal Trump, suggérant que leurs recherches leur disent qu'Hillary Clinton a été mise en valeur, que des choses négatives sur Hillary Clinton ont été supprimées en ce qui concerne la capacité de les trouver sur Google.

Il existe donc là un potentiel de manipulation de l'information, au moyen de sa domination en tant que moteur de recherche, le potentiel de gens allant sur Internet.

Mais cela va bien au-delà. Parce que Google est l'un des principaux meneurs dans ce programme transhumaniste, en alliance avec un organisme avec lequel il travaille la main dans la main, la DARPA. Et la DARPA est le metteur au point technologique du Pentagone. C'est l'organisme, un des plus sinistres sur Terre, qui développe des choses comme les rayons de la mort, des manières toujours plus efficaces de tuer des gens, ou de les contrôler avec de la technologie de la surveillance ou de la manipulation de l'esprit.

Cette combinaison de la DARPA et de Google est au premier rang de la promotion de cet agenda transhumaniste, articulé par des gens comme Ray Kurzweil et son Université de la Singularité, et Ray Kurzweil se trouve être un des cadres de Google. On l'appelle leur "futurologue en chef", ou quelque chose de ce genre.

Et vous commencez alors à voir l'explication de constats apparemment étranges. Il y a quelques années une femme nommée Regina Dugan, qui était cheffe et directrice de la DARPA, a soudain infléchi curieusement sa carrière, à première vue : elle a quitté la DARPA pour devenir cadre chez... Google !

Mais quand vous faites des recherches et que vous vous rendez compte de ce qui se passe, vous remarquez que cette inflexion de carrière, apparemment curieuse, du bras technologique du développement du Pentagone à un organisme de moteur de recherche, se révèle en réalité être un transfert d'un service à l'autre, car Google est fondamentalement impliqué dans tant de domaines de ce programme transhumaniste -- ils ont par exemple pris le contrôle d'une entreprise nommée Boston Dynamics, qui est un des organismes principaux, un des organismes les plus importants dans la mise au point de machines et de robots, commandés par intelligence artificielle. Et ils sont sous contrat avec... la DARPA !

Il est extrêmement important de comprendre cette combinaison en relation avec ce programme de contrôle de l'esprit humain en l'attachant à une sous-réalité technologique : ce Cloud, dont ils parlent. 

Et ce qu'on met également au point, est une armée de robots. Je parle depuis des années du fait qu'on veut créer une armée mondiale, afin d'imposer la volonté d'un gouvernement mondial. Mais cela se passe en fait une étape plus loin, par rapport à ce que je dis ici, parce qu'en fin de compte ils ne veulent pas que ce soit une armée d'êtres humains, mais d'une armée de machines, commandées par intelligence artificielle, ou l'intelligence artificielle prend les décisions concernant qui tuer ou ne pas tuer, qui bombarder ou ne pas bombarder.

Ce n'est pas moi qui imagine ça ou qui le sors de nulle part, vous le voyez maintenant dans les gros titres des nouvelles, au fur et à mesure que ces technologies apparaissent au grand jour. Ce sont de technologies militaires high-tech de pointe, contrôlées par intelligence artificielle.

Et bien sûr à Dallas, il y a quelques mois, nous avons eu la première tuerie par robot, quand un robot a tué quelqu'un dont on a dit qu'il était en train de tirer sur un policier.

Nous sommes donc maintenant dans un monde, un domaine de science-fiction. La science-fiction est censée être une projection dans l'avenir, sortie de l'imagination.

Mais la science-fiction est maintenant de la science factuelle, et elle est tout autour de nous, et elle est conduite par des organismes tels que la l'Université de la Singularité, et par Google.

Et ce que Google a fait récemment, a été de changer le nom d'une grande partie de son entreprise en Alphabet. Il y a une raison à ça, je le souligne : les domaines dans lesquels Google est impliqué, tous les domaines dont je parle et d'autres, vont infiniment, infiniment plus loin que le simple moteur de recherche que connaissent les gens.

Et Google est devenu un nom si connu que lorsque le gens le voient ou l'entendent, ils le retiennent. Tout se passe comme s'ils voulaient éviter la situation qui se préparait, où ils disaient : "Google, dans cet agenda transhumaniste, fait ci ou ça" "Quoi, c'est Google ?! Google fait ça ?!"

Le nom est tellement connu des gens, qu'on ne peut pas le cacher. Ils ont donc renommé une grande partie de l'entreprise, en utilisant ce nom -- ordinaire, facilement oublié et, dans la grande majorité des esprits, pas relié du tout à Google -- d'Alphabet. Donc "Alphabet fait ceci, Alphabet fait cela ..." "Euh... c'est qui, Alphabet ?"

Voilà pourquoi c'est fait.

Il nous faut surveiller des gens comme Kurzweil, l'Université de la Singularité, le programme transhumaniste, et des organismes comme Google, comme un épervier avec un télescope, parce qu'on est en train de nous manipuler pour nous faire abandonner notre cerveau à de la technologie, commandée par de l'intelligence artificielle.

Vient alors la question, que j'ai évoquée, parmi bien d'autres choses, dans les prestations de mon tour du monde : "Quelle est cette Intelligence Artificielle ?"

Qui pose cette question ? "L'intelligence artificielle va contrôler ceci, va contrôler cela..."

Alors, qu'est-ce que c'est ?

Je pense que lorsque vous examinez cette question et que vous voyez ce que l'intelligence artificielle est réellement, vous réalisez qu'il s'agit d'autre chose que de simple technologie.

(19:30) Nous voici donc, de nouveau, seulement quelques milles plus loin sur la route, de Google, de la l'Université de la Singularité.  Il faut que je crie. Je crois que nous ne sommes pas loin de la grande route, qui dans une agglomération américaine, est très, très souvent juste à côté. Pratiquement partout.

Facebook. "Oh, le T-Shirt ?! Cool, mec. Facebook, bien sûr, n'est rien d'autre qu'une plateforme de réseau social, rien d'autre. Pas de quoi s'inquiéter !"

Sauf que c'est plus que ça.

Commençons par sa censure, en progression. Quand vous construisez une plateforme de communication, un réseau de communications, où vous récupérez la vie privée des gens, parce qu'ils vous racontent d'eux-mêmes toute leur vie privée, quand vous construisez un réseau de communication et d'information, dans le monde entier, vous avez au départ l'air d'être un brave type. "Oh, c'est le T-shirt ! Hé, mec. Cool. J'suis comme toi !"

Mais plus tard, quand vous devenez suffisamment gros et, pensez-vous, suffisamment puissant, vous commencez à révéler ce pour quoi vous avez été créé et mis au point.

Qui n'est pas d'être le véhicule d'un flux libre de communication d'informations, mais de dicter ce qui peut, ou ne peut pas, être entendu.

Si bien que, ce que nous voyons de plus en plus, avec ces géants de l'Internet -- pas seulement Facebook, mais des organismes tels que YouTube (qui, bien sûr, appartient à... Google), c'est une censure de plus en plus forte des informations qui contredisent la version officielle de tout, qui dénoncent que ce que nous apprenons par les médias de masse n'est qu'une illusion, un tas varié de mensonges et de demi-vérités, simplement pour nous empêcher de voir ce qui se passe vraiment. 

Et donc, en ce qui concerne YouTube, ce qui est de plus en plus apparent pour les gens de ce qu'on appelle les "médias alternatifs", c'est que les vidéos qu'ils mettent sur YouTube et qui, auparavant étaient, comme ils disent, "monétisées", qui pouvaient rapporter de l'argent lié à la publicité, maintenant ils "démonétisent" les vidéos qui, d'une manière ou d'une autre, très souvent, contredisent toute version officielle, en particulier qui contredit gravement la version officielle du gouvernement, des militaires, sur les guerres et les attentats terroristes.

Parce qu'ils savent que beaucoup de gens des médias alternatifs tirent essentiellement leur capacité à fonctionner et à se financer de la monétisation des vidéos. Il s'agit d'un effort très ciblé destiné à briser les médias alternatifs, à rendre leur fonctionnement plus difficile.

(22:55) Ensuite on en arrive à Facebook, et je sais moi-même tout à fait ce qu'il en est, parce que vous postez si souvent des choses, des questions pour défier le système, de fait souvent très innocentes, mais elles sont retirées malgré tout, et vous vous retrouvez banni pour une semaine, pour certaines personnes parfois un mois, ou même bannies pour de bon, pour avoir posté des choses que les gens ont le droit de voir ou d'entendre.

Mais parce que Facebook a pris tant d'importance, tant de puissance, il pense maintenant qu'il peut commencer à rouler les mécaniques et dicter aux gens ce qu'ils peuvent ou ne peuvent pas entendre. Pour moi, personne ne me convaincra que le T-Shirt, Mark Zuckerberg, dirige cet endroit. Pas le moins du monde. [Inaudible] mais en fin de compte ce n'est pas là qu'est le vrai pouvoir.

Parce que lorsque vous faites des recherches et que vous approfondissez suffisamment les choses, vous réalisez que ces géants de l'Internet, tels que Google et Facebook, et tant d'autres, euh... YouTube, bien sûr, puisqu'il est contrôlé par Google. Mais en fait, ils rendent compte aux mêmes maîtres, ils font partie de la même Toile.

Donc, nous sommes ici et voici une série de bâtiments plutôt ordinaires, qui s'appellent Facebook. Mais ça, c'est un fil de la Toile, et c'est la Toile qui finalement dicte la direction et le comportement de Facebook.

Et puis il y a ici un autre fil de la Toile, qui s'appelle Google. Mais c'est en fin de compte la Toile qui dicte la direction et le comportement de Google. Et donc, ce que vous voyez, ce sont différents masques, si vous voulez, posés sur le même visage, différents fils de la même Toile, et c'est cette force placée au centre de la Toile, l'araignée si vous voulez, qui mène en fait ce programme par le biais de tous ces différents aspects et fils de la Toile. 

Donc cette censure en cours, sur toutes ces différentes plateformes et expressions Internet, n'est pas en fait quelque chose que quelqu'un décide ici ou que quelqu'un décide là, c'est en réalité coordonné au moyen du Web. Cela va toujours être comme ça.

Si donc vous réexaminez Facebook, du point de vue du transhumanisme, ce que je disais tout à l'heure à la l'Université de la Singularité, chez Google, nous avons ce programme humaniste destiné à attacher l'esprit humain conscient et subconscient au Cloud, ce que Ric Kurzweil appelle le "Nuage". Et donc, le Cloud, en tant que sous-réalité engendrée par une intelligence artificielle ferait de plus en plus de réflexion humaine, jusqu'à en arriver à la totalité de la pensée humaine : ils le disent ouvertement maintenant !

Et Facebook est impliqué là-dedans, comme je l'ai indiqué. Si on veut que tout le monde soit attaché à un "nuage" mondial fonctionnant grâce au Wi-Fi, ce qui doit être créé, c'est un "nuage" Wi-Fi auquel personne ne puisse échapper, une technologie Wi-Fi qui couvre le moindre centimètre carré de la planète.

Et c'est ce qui se passe : des satellites sont lancés là-haut, et SpaceX et tous ces organismes -- la NASA, la DARPA -- sont tous reliés par cette Toile et poussent le monde dans une certaine direction.

Vous vous souvenez qu'une fusée a explosé il y a quelques semaines, à Cap Canaveral. Et il s'agissait d'une fusée testée et préparée par cette entreprise, SpaceX, qui est dirigée par ce type, Elon Musk. Et une fois de plus, c'est une des personnes qui ont dit : "Il faut qu'on ait de la technologie en nous, afin de nous attacher à ce Cloud, parce que si nous nous ne le faisons pas, nous ne pourrons pas faire face aux machines, à l'intelligence artificielle." Il s'agit là seulement d'une autre façon de fournir un prétexte pour que les gens soient technologiquement attachés à ce Nuage.

Mais cette fusée a explosé, avant qu'elle puisse envoyer un satellite, de Facebook, qui devait baigner l'ensemble de l'Afrique dans le Wi-Fi. Et c'est ce que font ces satellites qu'ont met sur orbite : baigner toute la planète dans le Wi-Fi, pour baigner toute la planète dans le Cloud, auquel ils veulent, dans le cadre de cet agenda transhumaniste, attacher l'esprit humain.

Voici ce qui se déroule sous nos yeux. Et juste en parcourant Silicon Valley, de lieu en lieu, très proches l'un de l'autre à l'échelle américaine, vous vous retrouvez à l'épicentre, là où tout cet agenda est mis sur pied. Et il faut que nous en devenions conscients.

Parce que sinon nous allons continuer à marcher, à pénétrer en somnambules dans ce cauchemar transhumaniste, et ce sera la fin de l'humanité telle que nous la connaissons.

Il est temps que nous nous réveillions, et vachement vite !






Soutenez Project Avalon - faites un don :

Donate

Merci de votre aide.
Votre générosité nous permet de poursuivre notre tâche

Bill Ryan

bill@projectavalon.net


unique visits

Google+