Chercher

__________________________________________________________

Dan Burisch:

Secrets de la Porte des Étoiles - 1ère partie


Cette page est une traduction d'une Publication originale de Project Camelot.


Secrets de la Porte des Étoiles
  1ère partie
Une interview-vidéo de Dan Burisch

Las Vegas, Juin 2007

Filmé, monté et réalisé par Kerry Lynn Cassidy

 

 

 


...Parce qu'alors les gens focaliseront sur une date. Et je… Oui, il y a des personnes dans ce monde qui sont en train de dire « Oui, c'est au tournant, d'une minute à l'autre. Pourquoi les extra-terrestres ne viennent-ils pas nous sauver ? » Nous devons nous sauver nous-mêmes.

…C'était un quid pro quo pour obtenir les renseignements de… Que Chi'el'ah m'a donné. J'ai demandé certains renseignements en retour. En fait des renseignements sur le voyage dans le temps. Parce qu'ils essayaient toujours d'être… Vous comprenez, ils me cachaient encore la vraie nature de la situation, aussi tard qu'en 2001.

...Le miroir montre des éventualités, ou a montré des éventualités. Le cube réagit avec les personnes présentes donc il y a effet, si vous voulez, sur ce qu'ils y voient. C'est comme un disque jaune qui sort du haut en tourbillonnant… D'où l'origine du mot « Livre Jaune ». En fait, j'en ai profité lors du T-9. Le miroir y était et j'y ai projeté certaines informations, ça a créé quelques petits ennuis lors de la réunion.

...Mais j'ai pu leur montrer les résultats éventuels, donc en fait, j'ai utilisé le Livre Jaune, le cube pour ça. Ils se sont vus, avec consternation, debout sur les os de leurs propres familles et des choses comme ça dans la vision, et en fin de compte ils ont décidés de supprimer Lotus et certains enlèvements du traité Tau 9.

...Ils se passaient ce cube de pays en pays, entre les mains de l'élite de chaque pays, pour y voir leur futur propre à chacun et ensuite choisir le chemin qui leur serait le plus favorable.

...Je suis content de transmettre cette information Ŕ c'est un honneur de transmettre cette information: je comprends que le Livre Jaune n'est plus accessible.

...Je dirai à qui me le demande : qui que ce soit qui l'ai pris, il est en de bonnes mains et ne sera pas utilisé pour nuire à l'humanité...



Début de l'entretien


KC (Kerry Cassidy) : Comment aimeriez-vous commencer ? Quel est le meilleur point de départ pour la Porte des étoiles ?

DB (Dan Burisch) : Eh bien, j'ai une liste de questions devant moi, que vous deux m'avez soumis, il y en a 30.

KC : [rire]

DB : Oh, je suis désolé. Je n'aurais pas du dire le nombre.

KC : Non, non ...

DB : Elles sont démantelées, leurs trois composants séparés : la projection, l'anneau et le baril des deux appareils 'Portes des étoiles' ainsi que du dispositif 'miroir'. Les portes des étoiles ont aussi des poteaux de champ, mais je ne suis pas physicien, ne me demandez pas comment ils marchent.
Donc il y a des poteaux de champ qui sont placés autour des actuelles « portes« et je suppose qu'ils sont entreposés. Je ne suis pas sûr de ce qui est arrivé aux composants terrain. Mais les trois composants ont été démantelés et distribués entre l'Union Européenne, les Nations Unies et l'OTAN, qui en ont chacun possession. Et il n'y a pas un groupe qui a plus d'un composant.

KC : OK, alors ...

DB : Alors ils sont tous en train de se regarder dans les yeux et ils ne sont pas... Ils ne peuvent pas assembler l'équipement parce qu'ils sont tous mutuellement dépendants l'un de l'autre et ils surveillent tous les autres. Donc tout le monde est en train de protéger tous les autres, littéralement. L'équipement opérationnel de base est formé de trois composants, un dispositif de type de projection, un baril et un jeu d'anneaux, anneaux électromagnétiques.

KC : Pouvons-nous savoir combien de portes des étoiles artificielles étaient sur la planète ?

DB : Non. Je ne vais pas faire de commentaire sur le nombre total. Je dirais qu'il y en avait plus de 50.

KC : Vraiment !

DB : Oui.

KC : Wow. Dans différents pays du monde.

DB : Oui.

KC : OK. Et elles sont artificielles ?

DB : Oui.

KC : OK. Donc, et maintenant ces portes des étoiles ...

DB : Eh bien, vous voyez, ce n'est pas une porte des étoiles. C'est un appareil qui accède au portail, à un trou de ver.

KC : Est-ce qu'il donne accès à une porte naturelle… En d'autres mots, le dispositif artificiel accède à une porte des étoiles naturelle.

DB : Oui. Il prend l'énergie depuis un PER naturel, un « Pont d'Einstein-Rosen ».

KC : OK.

DB : Il y accède et ça marche comme, si j'ai bien compris, pas en parallèle mais comme sur le dos de l'énergie de la porte des étoiles naturelle, oui.

KC : OK. Donc, en d'autres termes, s'il n'y a que ... S'il y a 50 dispositifs artificiels qui accèdent, ils accéderaient à 50 vortex d'énergie naturelle correspondants.

DB : Ça, je ne sais pas.

KC : OK.

DB : Il est possible que... En fait, quand ils utilisaient le miroir, ils devaient travailler en tandem. Il fallait mettre en route un deuxième miroir en même temps pour recevoir les acoustiques. Donc à moins qu'un deuxième soit branché… Mis en marche sur un autre site, là où s'est trouvé Will Uhouse. Il a vu le site du deuxième noeud, pas le premier noeud qui se trouve dans le complexe de Papoose.
Il faut deux installations, deux miroirs, branchés en même temps pour pouvoir entendre les acoustiques, ou le son si vous voulez, de ce qu'ils voient; pour voyager en tandem avec la projection visuelle de l'équipement. Il faut deux appareils pour entendre quoi que ce soit.

KC : Uh huh.

DB : Et ensuite les deux sites peuvent entendre la même chose. Je suppose donc, les deux miroirs étant calibrés sur la même chose, qu'ils accédaient tous les deux au même « tunnel « si vous voulez, pour arriver à l'information.

KC : OK, c'est ce que je me demandais. Donc un miroir peut montrer le futur mais une Porte des étoiles, ou du moins, l'équipement qui accède à une porte des étoiles, ou un trou du ver, permet de voyager dans le temps ? C'est ça ? Nous parlons de deux choses différentes ?

DB : Oui.

KC : Ils utilisent la même technologie ?

DB : À la base, oui. Le dispositif d'origine était le dispositif de la Porte des étoiles. Ils l'ont monté en puissance, si vous voulez, grâce aux poteaux de champ. Comment ils accroissent la puissance ou la stabilisent, je ne sais pas. Il faudrait en parler à un physicien.

KC : OK.

DB : Par contre ...

KC : Les poteaux ont monté la puissance assez pour qu'il devienne un miroir ?

DB : Eh bien, non. Non. Non. La montée en puissance du dispositif stabilisait la « porte », si vous voulez, pour passer de l'autre coté dans un autre lieu, qui essentiellement, parce que le temps et l'espace sont relatifs, la même chose Ŕ permet de passer dans une autre époque. Le dispositif du miroir est le résultat de l'ingénierie inversée d'une porte des étoiles.

KC : OK.

DB : C'est le résultat de la rétro-conception des données sur les cylindres-scellés d'origines qui nous a permis de créer les appareils d'accès à la porte des étoiles si vous voulez, et que nous appelons les portes des étoiles.

KC : Uh huh.

DB : Le miroir est un appareil d'ingénierie inversée. Le miroir est donc un dispositif secondaire qui a émergé dans les années 60 et 70 et Will a vu un exemplaire de la première génération, si j'ai bien compris, un équipement de très grande taille. Ils deviennent toujours plus petits, quoi qu'il arrive. Regarde ce qui est arrivé à l'ordinateur.

KC : Qui ? Will a vu…?

DB : Oh oui.

KC : Will...

DB : Will Uhouse.

KC : ... Uhouse a vu le premier miroir.

DB : Il a vu la démonstration d'un des premiers miroirs. Ce sera même dans le DVD que nous préparons, l'entretien actuel, où il parle du tir d'une balle, je crois, à travers un objet, et il y avait un délai dans le temps quand la balle avait déjà traversé l'objet et vous pouvez voir la balle de l'autre coté, ou le projectile si vous voulez, un canon électrique, je crois. Quel était le … [Marci McDowell, hors caméra, confirme]. Oui, ils utilisaient un canon électrique. Et après ils voyaient l'impact de la balle. Ils jouaient déjà avec ça au début des années 70, début à mi-70s, sur les séquences dans le temps.

KC : Le miroir d'origine n'était pas l'ingénierie inversée d'une technologie extra-terrestre ?

DB : [longue hésitation] Si.

KC : OK. Mais il y avait aussi des informations autour de ces cylindres-scellés…

DB : Um hmm....

KC : ... Qu'ils ont aussi utilisées et ces cylindres venaient aussi d'une race extra-terrestre.

DB : D'une ... Bien, non, les cylindres-scellés ne sont pas d'une race extra-terrestre. Les informations sur les cylindres-scellés le sont.

KC : Qui était peut-être les Annunaki ? Est-ce que c'est ...

DB : Je n'aimerais pas la caractériser de ce nom.

KC : OK.

DB : Je ne devrais vraiment pas. Non.

KC : Mais c'était une technologie pas de ce monde à l'origine.

DB : Oui, madame.

KC : OK. Et à ce moment, comme ... OK. Disons que c'était dans les années 60 ? 50 ?

DB : Eh bien... Oui. C'est alors qu'ils ont commencé à montrer beaucoup d'intérêt dans la construction d'équipements qui pourraient voir au delà de la courbe espace-temps pour voir dans le futur et quelque peu dans le passé, mais à la base dans le futur.

KC : OK. Il y a aussi notre contact Henry Deacon qui a eu affaire avec la « boîte noire » arrivée sur l'un des véhicules.

DB : Uh huh.

KC : Et je ne sais pas si vous êtes au courant de cette boîte noire.

DB : Uh huh.

KC : Vous avez été exposé à ça aussi ?

DB : Oui. C'est ce qu'on appelait le cube ou le Disque Jaune. Oui.

KC : OK. Mais ce n'était pas... C'était un miroir ?

DB : C'est une variante de la technologie.

KC : OK.

DB : Cependant, alors que le miroir montre des éventualités, ou a montré des éventualités, le cube réagit avec les personnes présentes donc il y a effet, si vous voulez, sur ce qu'ils y voient. Le cube sortait du haut en tourbillonnant comme un disque jaune … D'où l'origine du mot « Livre Jaune ».

KC : Oui. OK. Oui.

DB : Et, selon la prédisposition… Un peu comme le petit Yoda dit à Luc, « Apporte là ce que tu as en toi ». Vous savez, ce qui s'y trouve est ce que vous y apportez. Vous pouvez ensuite changer le point de vue, le « tilt » , si vous voulez, l'orientation ou l'angle des informations qui venaient se présenter en retour. Donc, à moins d'être bien préparé à gérer une telle chose, l'interaction et les émotions humaines apportent une instabilité sur la provenance des informations.

KC : OK. C'est ce qui ce passait avec les boîtes noires, alors.

DB : Oui.

KC : OK. Mais avec le miroir...

DB : Et en fait j'en ai profité lors du T-9. Cet objet était présent au T-9 et j'y ai projeté des informations qui ont créé quelques petits ennuis lors de la réunion, et ils ont supprimé certains enlèvements et Lotus du calendrier, et des choses comme ça. En d'autres termes, j'ai mis la réunion en débâcle.

KC : Vous pouvez élaborer ? Êtes-vous d'accord pour élaborer ?

DB : Eh bien. Le... Le... Laisse-moi prendre une petite pause et considérer ce que je devrais ou ne devrais pas…

Pendant les négociations du Tau 9-6, on m'a demandé de procurer un modèle du Lotus. En fait, ils nous l'ont demandé à Marci et moi car ils savaient tangentiellement qu'elle était impliquée. J'ai dit oui, car c'est la réponse qu'on donne quand on est employé sous serment. C'est « Oui » sauf s'il y a de très, très grandes objections. On m'a ensuite emmené là où le traité était en négociation.

Pour donner une petite récitation sur la nature du Lotus : ce qui se passait, c'est que les P-45ks utilisaient Lotus. Ils voulaient utiliser Lotus pour rétro-concevoir leur problème neurologique. J'étais contre cette utilisation, mais devais quand même procurer… J'étais sous ordres de procurer un modèle. J'étais prêt à le faire mais j'ai pu aussi leur montrer les résultats éventuels.

Donc en fait, le Livre Jaune, le cube, a été utilisé pour ça. Ils se sont vus, avec consternation, debout sur les os de leurs propres familles et des choses comme ça dans la vision, en fin de compte ils ont décidé de supprimer Lotus ainsi que certains enlèvements du traité Tau 9. Je crois que je peux dire sans risques maintenant que nous avons réussi à supprimer quelques événements, parce que nous sommes à un traité OF 9 et Tau 9 du passage au travers le... l'accomplissement du passage au travers du plan galactique. Donc je crois être relativement sauf si j'en parle maintenant. Ils ne pourront pas faire marche arrière et remettre ça dans les traités et tout ça dans le temps qu'il nous reste. En d'autres mots, on a été les plus malins, et… C'est ce qui arrive dans la négociation de traités.[1]

KC : Donc vous avez utilisé les capacités du Livre Jaune ou de la petite boîte noire pour leur montrer les implications futures...

DB : Exactement.

KC : ... dans l'utilisation du Lotus pour amplifier, ou rectifier, leur propre problème biologique ?

DB : C'est la vérité. Et les informations ont été déformées... Il faut beaucoup d'émotions pour déformer l'image et l'audio qui vient avec. Mais je dirais juste que je suis extrêmement véhément dans mon objection quant à l'utilisation du Lotus, et apparemment cette véhémence à suffit pour fausser l'image à tel point qu'ils ont sauté en arrière d'horreur, effarés.

KC : Wow. Alors... OK. Et ceci, juste pour la compréhension de notre public … Vous avez vu dans le Livre Jaune ou le miroir, je présume (et vous pouvez me corriger sur lequel des deux), le futur du Lotus, en action, comment Lotus devient… Vous savez, vous avez mis ça en avant…

DB : Eh bien, en fait, non. Non, non, je n'ai pas fais ça. Les rapports qui me sont parvenus concernant le futur du Lotus, que nous n'allons pas discuter en profondeur ce soir, ah… Sont des renseignements qu'on m'a donnés.

KC : OK. Donc vous ne l'avez pas vu.

DB : Vu, personnellement ? Non, on me l'a reporté.

KC : Je vois.

DB : On me l'a dit. C'était dans les premières années de Lotus, les « premières années » entre guillemets. Ça ne fait que 6 ans que le projet est en cours.

KC : OK.

DB : C'était dans la deuxième moitié de 2001 et c'était un quid pro quo pour obtenir des renseignements de… que Chi'el'ah m'a donné. J'ai demandé des renseignements en retour. En fait des renseignements sur le voyage dans le temps. Parce qu'ils essayaient toujours d'être… Vous comprenez, ils me cachaient encore la vraie nature de la situation, aussi tard qu'en 2001.

KC : Voulant dire, la situation réelle étant… À quel point , vraiment, avaient-ils accès aux portes des étoiles, au voyage dans le temps ?

DB : Exact. Tout le système des traités, les situations qui nécessitaient les traités, les résultats, le résultat potentiel réel des deux chronologies, Chronologie #1 et Chronologie #2. Dans le cas présent, on dirait que nous sommes sur une variante de la Chronologie #1, et c'est bien. Selon tout ce que j'ai vu, lu et qui m'a été reporté concernant la Chronologie #1, ça ne se passe pas exactement comme ils l'ont prévu. Mais bien sur, ce n'est pas possible parce que nous avons modifié le parcours pour nous dévier de la Chronologie #2 et en faisant ça, notre futur…

Je vois notre futur comme une ardoise vierge. Nous l'écrivons nous-mêmes. Et donc nous voyons maintenant se manifester des choses qui sont un peu différentes du pronostic vu dans les éventualités. Et je suis confortable avec ce que nous voyons jusqu'à maintenant mais, vous savez, nous avons encore des défis à confronter, la dégradation de l'environnement, etc. Mais j'ai espoir que nous serons à la hauteur du challenge.

KC : OK. C'est intéressant parce qu'on dirait que l'accès plus important que vous avez eu à des renseignements sur le miroir et MJ12, c'est grâce à Chi'el'ah…

DB : Eh bien, ce sont les renseignements qu'il m'a donnés qui ont provoqué les questions.

KC : Oui.

DB : Et le fait qu'ils ne voulaient même pas entrer dans des discussions à longue haleine avec moi à la fin des années 90s concernant le quoi de ce qu'il était. Après des années d'arguments pour savoir même la source de ces informations, ensuite nous avons enfin eu accès à la documentation. Ça a prit quelques années quand même.

KC : OK. Mais votre interaction avec Chi'el'ah vous menait dans une direction et vous présentait certaines informations et MJ-12 en avait d'autres. C'est correct ?

DB : Eh bien, elles n'étaient pas... Elles n'étaient pas vraiment… Ce n'est pas comme si ils avaient d'autres informations. Il me racontait... Il m'a mis au courant.

KC : OK.

DB : Et eux, ils ne me racontaient rien en dehors du cadre de « besoin de savoir ».

KC : Je vois. Donc...

DB : Ils n'allaient pas me donner de renseignements qu'ils ne considéraient pas utiles à savoir.
KC : Mais ils ne savaient pas… Pour paraphraser à ma façon, ils ne savaient pas que Chi'el'ah vous avait expliqué les enjeux.

DB : Il m'a expliqué les enjeux et il m'a donné son point de vue concernant les traités. Je savais que quelque chose se manigançait et au bout du compte c'est ce qu'ils voulaient savoir et je leur ai dis : « Eh bien, pour que vous sachiez ça, moi, j'ai besoin de savoir certaines choses. » Vous savez, c'était vraiment une situation quid pro quo et ils ont dit: « Bon, d'accord. On vous le dira si vous nous racontez. » Alors je leur ai donné ce que je savais et ils m'ont donné quelques renseignements de plus.

C'était à la même époque que Lotus commençait à faire ses preuves, l'événement du 31 mai 2001 qui a mis mon projet prosaïque à la poubelle et l'a transformé en ce qu'il est maintenant. Et c'est comme ça que j'ai appris la destination finale du Lotus. Et ça, comme je l'ai dis, nous en parlerons une autre fois.

KC : OK. Mais n'est-il pas vrai qu'en une certaine mesure Lotus pourrait aider Chi'el'ah maintenant ?

DB : C'était le point de vue des J-Rods P-45, et ce n'est pas mon point de vue.

KC : Je vois, Alors…parce que je différencie entre Chi'el'ah, qui est, si j'ai bien compris, un P-52, et les P-45. Alors, ils viennent de la même…

DB : Ils viennent de la même chronologie, la même voie, juste séparés de 7 000 ans.

KC : OK. Alors, mais encore ...

DB : Qui est une séparation plutôt importante.

KC : Alors ce que nous avons... Ce que vous dites c'est que, dans un sens, Chi'el'ah ne pouvait bénéficier de Lotus parce que…

DB : Il ne l'a pas demandé non plus.

KC : OK.

DB : Il ne l'a pas demandé. Et je dirais ceci. C'est quelque chose que David… J'ai parlé avec David au téléphone il n'y a pas longtemps. Je ne dirais son nom de famille. Je crois que vous savez de qui je parle…

KC : Bien sur, mais nous pouvons utiliser son nom de famille si ça ne vous dérange pas.

DB : Et ben, bien sûr. David Wilcock..

KC : OK. Oui, parce que nous avons enregistré un entretien avec lui.

DB : Oh, OK, merveilleux. Et il parlait. Nous parlions de la même chose, de la boîte, du cube. Et je lui ai dit : « Oui, mais quelque chose de bizarre s'est passé. » J'ai été pro temp ou promu MJ-9 pour le 12 suite à un pari qui s'est fait dans le MJ-12. Et j'ai eu l'opportunité de choisir qui serait le dernier MJ-9 avant l'ajournement du groupe (suspension officielle).

Avant de lui taper sur l'épaule... j'ai contribué à l'arrivée de la première femme dans le 12, j'ai eu l'opportunité de voir certains documents et de chercher dans certaines archives à Washington, DC avant de traverser l'Atlantique pour rencontrer certaines personnes et leur dire qu'à la base leurs offres ne m'intéressaient pas. Je parle d'un voyage à Bruxelles.

KC : Pour rencontrer les Illuminati ?

DB : Oui. Et c'est pendant cette période que le cube a disparu. Et il n'a pas été vu depuis. Et il a disparu des archives. Bien sur, je n'ai aucune idée… Je n'ai pas la moindre idée où cet objet peut se trouver, mais je sais ceci : Je suis content qu'ils ne puissent pas le trouver. Parce que ce qu'ils se passaient ce cube…

Et ça c'est une question qu'a posé Bill, s'il n'y avait qu'un seul cube. Ils se passaient ce cube de pays en pays, entre les mains de l'élite de chaque pays, pour y voir leur futur propre à chacun pour ensuite choisir le chemin qui leur serait le plus favorable. Pourquoi est-ce qu'ils ne vivent pas leur vie ? Et n'essayent pas d'être des gens bien ? Pourquoi ont-ils besoin d'une petite boîte noire qui leur dira quand et comment sauter ? Ce n'est plus être un humain, du moins pas de mon point de vue ni du point de vue de nos associés. Ce n'est pas être humain à part entière.

Donc, à ma connaissance, il a disparu. Il y a bien eu quelques, vous savez, allégations pendant cette époque quand j'ai… C'est déjà un an de cela ? Quand j'ai eu une mauvaise crise ? C'était vers la fin de l'année dernière je crois ? Non. [Marcia, hors-caméra, confirme la date] C'était il y a près d'un an de cela que j'ai eu une crise aiguë et j'étais même hors commission, sérieusement, pendant un temps, et il y avait tout cet esclandre pour entrer dans mon appartement et y récupérer quelque chose. Je n'ai pas de commentaire sur le quoi de ce quelque chose. Mais je dirai ceci à tout le monde : qui que ce soit qui l'ai prit, le cube est en de bonnes mains et ne sera pas utilisé pour nuire à l'humanité.

KC : D'accord.

DB : En fait, le fait qu'il soit en de bonnes mains évitera son utilisation pour faire du mal à l'humanité. Jusqu'alors il n'a été utilisé… A part le… Mais, je veux dire, il faut que je justifie mon propre comportement à Bandelier quand je l'ai utilisé dans le but de déformer pour que Lotus et les enlèvements soient supprimés. Mais je crois que c'est pour une bonne cause.

KC : Bien.

DB : Mais il est en utilisation depuis, en fait, les années 50, par les monarques, par les leaders de divers pays pour déformer l'histoire de la race humaine.

KC : Wow. C'est incroyable.

DB : Et le peuple, les gens moyens, nous tous, avons le droit à un futur qui est le nôtre, et qui n'est pas déformé et désigné et promulgué et promu et provoqué par les sangs bleus qui pensent être supérieurs à tous les autres.

KC : Eh bien, merci, Dan.

DB : De rien.

KC : Je crois que nous vous devons tous un grand merci pour ça.

DB : Eh bien, je suis juste... Je suis content de transmettre cette information. C'est un honneur de transmettre cette information : je comprends que le Livre Jaune n'est plus accessible.

KC : Oui.

DB : Mais c'est tout ce que j'en sais.

KC : Je comprends. Je comprends tout à fait. Et, merci pour ce renseignement.

DB : C'est peut-être pour cette raison aussi que les Illuminati ne nous ont rien fait et c'est peut-être aussi la raison, à l'autre bout, que les vieux Magi n'ont rien fait et c'est peut-être pour ça qu'ils gardent le silence et… Hmmm.

KC : D'accord.

DB : Je ne sais pas.

KC : Ils n'ont plus le dessus.

DB : Le peuple devrait avoir le dessus et il devrait avoir le contrôle de sa destinée et c'est pour ça que nous irons aussi loin qu'il le faudra, nous deux, pour dénoncer le rapport NSSM200 qui a été mis en place lors de l'administration de Ford, et qui, je crois, a été écrit par le Pr Henry Kissinger, dans lequel il suggère que la nourriture pourrait être une arme et son utilisation contre, ou plutôt comme un outil contre, le tiers monde.[2]

Maintenant, au même moment nous voyons une corrélation entre les conclusions tirées du rapport du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (IPCC)) sur les changements climatiques, si la température moyenne du globe monte, je crois entre 2 et 3 degrés Celsius, la croissance dans l'hémisphère nord, la latitude supérieure, accroîtra. Par contre si la température monte au-delà de ça, la croissance sera en chute. Par contre les latitudes inférieures… Et c'est là que se trouvent la majorité des pays du tiers monde…la hausse de 2 à 3 degrés Celsius créera famine et perte des récoltes.

KC : OK.

DB : Mais c'est drôle non, comment ils permettent au réchauffement global de s'accroître par la provocation… Avec l'utilisation des énergies fossiles. Attention, je ne dis pas que c'est la cause à part entière. Ce ne l'est pas, des cycles sont impliqués aussi, cycles courts ainsi que cycles longs. Mais c'est drôle, non ? Et j'hasarderais qu'ils commanderont juste assez d'efforts pour améliorer les niveaux jusqu'à stabilisation pour que les latitudes supérieures ne perdent pas leurs récoltes, où l'on trouve la majorité des pays riches.

KC : Intéressant. En fait, c'est une observation fascinante. Je crois qu'il est intéressant de voir que la majorité des récoltes sont en fait dans les latitudes inférieures. Elles ne sont plus cultivées en Amérique du nord.

DB : Correct. Mais vous avez toujours une protection de l'environnement.

KC : Certes.

DB : Tandis que quand vous avez une perte des récoltes dans les latitudes inférieures vous allez aussi perdre une grosse partie de la population du tiers monde, ce que, malheureusement, selon l'interprétation des documents, certaines personnes trouvent acceptable.

KC : D'accord.

DB : Nous ne sommes pas de cet avis.

KC : C'est le rapport d'Iron Mountain... qui parle aussi de choses de cette nature. Et vous êtes au courant.

DB : J'en ai entendu parler.

KC : OK. C'est en fait ... Il est librement disponible sur le net et parle de choses très similaires.

DB : Vous savez... Je n'aime pas du tout m'interposer dans la politique.

KC : Je sais. Je...

DB : Je préfère me concentrer dans la recherche.

KC : Mais en même temps...

DB : En même temps, je veux dire, vous savez, quand nous entendons parler de la mise en place du Codex qui délimite les valeurs de la nourriture. Oh, vous pouvez manger autant que vous voulez et mourir de faim pendant que vous y êtes s'il n'y pas de substance nutritive.

KC : En effet. Absolument.

DB : Quand j'entends que la nourriture est utilisée comme une arme et impliquée dans l'utilisation des énergies fossiles, je commence à être personnellement fâché. Il n'y a pas une personne dans les latitudes inférieures qui ne vaut moins que moi.

KC : En effet. En effet.

DB : Vous savez, tout le monde vaut exactement le même sur cette terre et malheureusement il y a des individus qui ne sont pas du même avis.

KC : Je comprends. OK, Donc Bill, la question que vous posiez : premièrement vous avez parlé de Will Uhouse.

DB : Le fils de Bill Uhouse.

KC : Le fils de Bill Uhouse.

DB : En effet, oui.

KC : Il est très connu. Ça ne nous a pas frappé que c'était en fait… Que vous parliez du fils qui avait accès à cette technologie.

DB : Oui, Oui. Bill était le constructeur en avioniques et équipements de tests, il a aussi inversé l'ingénierie de l'équipement de tests des ARV et avioniques. J'ai vu une partie de cet équipement (et c'est sur la bande que Marcia et moi avons fait)… Dans une salle. J'ai vu une partie de l'équipement de diagnostic, dans la baie-B, sous la baie de Galileo, qu'il a construit lui-même. Alors quand j'ai commencé à le décrire, Will m'a regardé et m'a dit : « Oh, c'est mon père qui l'a construit.» Nous avons eu un bon rapport là.

KC : Donc ce que vous me dites…

DB : Mais c'est Will qui a eu l'expérience avec l'équipement du miroir dans les années 70. Son fils, le fils de Bill Uhouse.

KC : Et Will Uhouse est en vie aujourd'hui ?

DB : Oui. Bien sûr.

KC : OK. Parce que c'est intéressant…

DB : Et sa femme, Teri. Ils sont, en fait, si j'ai bien compris, ils se sont rencontrés au cours de conversations concernant la publication de nos informations. Teri et Will se sont rencontrés, sont tombés amoureux, et se sont mariés. Franchement, ça me fait chaud au coeur.

KC : [sourit et rigole] OK. On dirait que Will à pas mal de connaissances sur ce qui fait tourner cet ARV alors…

DB : Uh huh.

KC : Si son père était impliqué dans l'ingénierie inversée...

DB : Uh huh. Oui.

KC : OK. Donc en 1947, quand le cube a été découvert, ça a complètement changé l'idée de deux chronologies en créant la capacité de… Je veux dire, je ne sais pas ce que les deux peuvent ou ne peuvent pas faire…

DB : Eh bien, premièrement, le cube n'a pas été découvert en 1947. Les histoires se sont mélangées. Le cube était en fait… Les informations sur le cube et son existence étaient déjà connues en 1946. Des discussions le concernant ont eu lieu en 1947 après un certain crash dans un état du Midwest, plus bas, sud-ouest…Nouveau Mexique… À la suite de quoi, pendant les premières négociations des traités avec les Orions et Eisenhower, le cube a été confié à Eisenhower. Il était convenu qu'il passerait aux autorités des Nations Unies mais il a été volatilisé par l'armée des États-Unis.

KC : OK.

DB : Ils ne l'ont pas remis.

KC : Mais la façon dont vous parliez du cube ont dirait qu'il se connecte avec les émotions du spectateur, dans un sens.

DB : C'est vrai. Et en fait, il est passé dans les mains de... C'était en fait une technologie Orion.

KC : OK.

DB : Et ils nous l'ont donné dans un esprit de bonne volonté mais ils n'ont pas bien estimé notre niveau d'évolution, notre capacité à gérer une telle responsabilité. Et de gérer l'équipement. Ils nous trouvaient plus équilibré que nous ne le sommes.

KC : OK. Eh bien ça ouvre presque la boîte de Pandore au niveau de l'histoire des États Unis.

DB : C'est la boîte de Pandore. Je ne suis pas certain de ce que le cube a projeté pour 9/11. Par contre, l'analyse qui m'a été demandée… (Bien sur j'ai payé le prix pour l'avoir fait. Là encore, certaines personnes ne voulaient pas entendre les conclusions que j'en ai tirées.) Mais… l'analyse que j'ai faite indique qu'il y a certainement, au minimum, des raisons d'avoir grande méfiance à l'égard du délai de réponse. Et une information que je tiens directement d'un des anciens membres est que nous étions en fait conscients (mais dans le cadre du miroir, pas du cube)…

KC : Je comprends.

DB : Que nous étions conscients dès le milieu des années 90 d'une guerre entre les extrémistes islamiques et les États-Unis. Nous étions aussi conscients d'autres possibilités, ils ont utilisé les statistiques du miroir pour calculer la variation entre les différentes images pour démontrer ce qui pourrait arriver à la même époque, l'autre éventualité au même instant. Et, de leur point de vue, le moins important des conséquences était le 9/11. Je suis conscient de ce qu'était l'autre possibilité. Je ne suis pas prêt à en parler car je ne sais pas quelles seraient les conséquences de mentionner des choses qui n'ont pas eu lieu jusqu'ici, mais les éventualités existaient qu'elles pourraient.

KC : Oui.

DB : Alors, vous savez, je me sens un peu... J'ai un poids quand il en vient à ce sujet, mais…

KC : OK. Mais vous nous dites que les miroirs ont été démantelés, selon votre vocabulaire.

DB : Oui madame.

KC : Et ce à tous les niveaux.

DB : À tous les niveaux.

KC : OK.

DB : Ils sont débranchés.

KC : Et vous nous avez dit qu'il y avait 50 appareils. Et je suppose que...

DB : J'ai dit au moins 50.

KC : ... Qui accédaient, ou créaient des portes des étoiles depuis des vortex naturels.

DB : Oui. Ils les aspiraient et les rendaient accessibles.

KC : Et le miroir n'est pas la même chose qu'une porte des étoiles.

DB : Non. Un miroir est l'ingénierie inversée provenant des inscriptions sur les cylindres-scellés sur la construction des unités qui formaient les portes des étoiles, pour que… Essentiellement, avec quelques modifications de l'équipement vous pouvez prendre un miroir, l'élever sur un angle, placer autour des poteaux de champ et ouvrir un trou par lequel passer.

KC : Certes. OK, mais le miroir peut montrer le futur. Donc nous disons…

DB : De futures éventualités. Pas le futur.

KC : OK. Donc disons que nous avons 50 miroirs actifs ainsi que...?

DB : Oh non. Il y en avait beaucoup moins. Nous avions principalement le monopole sur le miroir. Nous et l'Inde. L'Inde avec Indira était très tôt le courtier quand Indira Gandhi avait le rôle de courtier pour le Comité de la Majorité entre les États-Unis et l'Union Soviétique parce que les soviets menaçaient de mettre en place leur propre système de traités avec les extra-terrestres, ce qui aurait été intenable.

C'est alors que nous avons accepté de développer MJ-12 en un organisme international alors qu'avant c'était une opération entièrement sous l'entreprise et la direction des Américains. C'est ainsi qu'est né le Comité de la Majorité entre 1963 et 1967. Une fois le courtage de ces informations, qui a eu lieu en parallèle avec, sous la table mais en parallèle avec les traités des Nations Unies qui concernaient des sujets tels le Traité d'interdiction complète des essais nucléaires et le Traité de l'espace.

Et ça s'est fait en même temps sous la couverture du soutien des Nations Unies. Les diplomates faisaient des allers-retours et négociaient l'ouverture, pour que les systèmes des traités deviennent qu'un seul système de traités et donc, tenable et gérable, pour, espérons-le, un bon dénouement. Et nous saurons dans les quelques années à venir si c'était un succès.

KC : OK. C'est fascinant. Vous nous dites que d'autres pays, dont l'Inde, avaient accès à la technologie du miroir.

DB : Oui madame. C'était inclus dans les traités dès les années 60 et 70 lors du développement de la technologie depuis la documentation sur les portes des étoiles. Ainsi au même instant que Will Uhouse, par exemple, voyait les premières générations du miroir, l'Inde avait les mêmes.

KC : OK. Et est-ce que vous êtes libre de nous dire quels autres pays y avaient accès ?

DB : Aux informations ? Ou à l'équipement ?

KC : Au miroir, à un miroir, ou la capacité…

DB : Non.

KC : ... de créer un miroir et de voir dans le passé … de voir le temps, de voir le futur de leur propre histoire.

DB : Non. Non.

KC : Ce n'est pas acceptable ?

DB : Non. Non. Et je vous dirai pourquoi la réponse est non. Dans les traités, le miroir ainsi que les portes des étoiles, ainsi que le cube, et les « bancs de mouvements d'informations », sont tous contrôlés par le système des traités. Le système des traités interdit et permet le passage de certaines informations entre délégués pour situer la documentation sur le miroir et où se trouve le flot d'informations, quel en est l'accès. Vu que j'étais présent à Bandelier et considéré comme un délégué, je ne peux pas en dire plus.

KC : OK. Donc vous ne pouvez pas me dire qui a...

DB : Non.

KC : ... accès à cette technologie.

DB : À part l'Inde et les États Unis, non.

KC : OK. D'accord, mais nous pouvons supposer que certains pays peut-être, les leaders de certains pays, ont pu avoir accès à cette technologie à un moment ou un autre.

DB : Je crois qu'il est juste de dire que nous pouvons supposer qu'ils avaient accès aux informations qui en ressortaient. Mais je ne placerais aucune caractérisation sur aucune supposition de qui aurait pu ou ne pas pu l'avoir.

KC : OK. D'accord, eh bien, je crois...

DB : Mais je vous remercie pour la question.

KC : OK. Mais c'est un tout nouveau regard sur l'histoire. Je veux dire, il est certain...

DB : En effet.

KC : Je veux dire... Vous savez, tout ça doit être aussi naturel pour vous que, vous savez, se lever le matin, boire une tasse de café. Ça fait partie de votre point de vue du monde.

DB : Non ... Il n'y a rien de plus naturel pour moi que de se lever le matin et boire ma tasse de café ! [Grand rire]

K: OK.

D: Et nous n'aurions jamais du construire... La porte des étoiles, oui, OK, dans le but de parler avec des visiteurs d'autres chronologies. Oui, absolument. Mais le miroir, non. Ça a été fait parce que nous avons une faiblesse en tant que peuple qui aspire à des choses que nous ne devrions peut-être pas essayer d'atteindre.

KC : Eh bien...

DB : Il n'aurait jamais du être construit.

KC : Il nous donne le pouvoir, c'est cela ? Nous parlons du pouvoir, et de l'abus du pouvoir ici.

DB : Oui.

KC : Je veux dire, la vérité se trouve là, n'est-ce pas ?

DB : Oui.

KC : Alors ...

DB : Et je suis un défenseur contre cet abus. En fait… Eh bien, je pourrais dire 'contre cet abus'… je suis contre son utilisation. Point.

KC : OK. Alors disons que nous avons le miroir, et vous me dites qu'il nous montre des éventualités, et l'une des questions que nous nous posons est : Comment est-ce que ça marche ?

DB : Eh bien, d'après ce que j'ai compris (et j'en parlais avec Bill il y a très peu de temps, peu de temps de cela), les anneaux et la quantité d'informations via l'énergie qui passent. Et je dois faire très attention ici… La position des anneaux, leur orientation, l'énergie qui passe au travers, la position du baril, etc. - parce que vous pouvez élever le baril sur un bras au centre, à l'intérieur - tous ont leur rôle comme si vous prenez un oignon avec les différentes couches de l'oignon.

Quand vous traversez les différents niveaux d'énergie vous traversez aussi les différentes couches alors vous recevez différentes tranches d'informations. Imaginez maintenant un nombre presque infini de couches superposées en comparaison avec les anneaux et une quantité presque infinie d'énergie que vous pouvez ajouter ou soustraire, pour calibrer plus ou moins.

KC : Eh bien on dirait comme une ...

DB : Au lieu de se déplacer d'un hertz ou deux, peut-être un millième de hertz plus ou moins.

KC : OK. Mais on dirait que vous travaillez avec... Presque un effet de kaléidoscope, la façon dont vous tournez et tordez et focalisez et chaque fois un dessin différent. C'est cela ?

DB : Oui, sauf ...

KC : Le dessin et les couleurs changent.

DB : Le dessin est différent, les couleurs changent mais c'est comme si vous travaillez avec de multiples kaléidoscopes où, quand vous rencontrez deux éventualités différentes, vous avez deux kaléidoscopes et vous faites une modification sur l'un d'eux qui peut facturer ou fonctionner à un angle différent sur un autre kaléidoscope. Vous avez donc deux images séparées qui défilent d'un coté et de l'autre.

KC : OK.

DB : Mais… Oui.

KC : OK. Alors, est-ce...

DB : C'est la meilleure analogie que je puisse donner ...

KC : Est-ce qu'il y a une interface avec un ordinateur pour capturer cet affichage…

DB : Oui.

KC : ... des éventualités ?

DB : Oui. En fait il y a un système qu'ils utilisaient qui permet d'organiser l'entrelacement pour décrypter le défilement d'un coté et de l'autre des deux éventualités ou les multiples qui pouvaient arriver quand l'image commençait à sauter…

KC : Vous pouvez figer les images, c'est cela ? Pour les regarder de plus près ?

DB : Ce qu'ils ont fait c'est séparer les entrelacements dans la vidéo pour ensuite les réintégrer et regarder les vidéos et ensuite déterminer statistiquement combien de temps est passé sur chaque vidéo pour calculer la probabilité que chaque événement ait lieu. Et ils ont testé ça contre des éventualités sur le terrain et des probabilités d'une occurrence future pour affiner un système scientifique qui marchait. Et c'est ça…

KC : OK. Et alors, je vous suis jusqu'ici mais ce que je vais dire c'est qu'en fait c'est là qu'ils auraient pu regarder en arrière pour voir… En d'autres termes, s'ils voyaient un événement dans le miroir, tout ce qu'ils devaient faire c'est calibrer, ou chercher les différentes éventualités pour trouver celle qui a eu lieu et ensuite…

DB : C'est ce qu'ils ont fait.

KC : ... Et à mesure que le temps passe ...

DB : Absolument. C'est exactement ça. Pile poil, plein dans le mille. Et vous savez, quelques personnes aiment à dire… Quelques personnes racontent que c'est un écran de fumée et de miroirs, mais, là encore, on m'a dit une chose en 2001 que je vis aujourd'hui. OK ?

KC : OK.

DB : OK ? Sans rentrer dans le détail. Nous en parlerons une autre fois. Mais c'est le meilleur équipement scientifique que je puisse imaginer pour déterminer une telle chose. Mais nous revoici à la vieille question : Juste parce que nous avons le pouvoir de faire quelque chose, le devrions-nous ?

KC : Certes.

DB : Et je suis 100% défenseur. Elle et moi [fais un signe de la main vers Marcia] nous avons eu plus qu'un petit malentendu à Frenchman Mountain sur le même sujet, et j'ai fini par prendre le chemin de retour tout seul à pied par le Lake Mead vers Las Vegas, nous étions à nous crier et nous hurler dessus le long de la route.

Ils faisaient des tests sur Frenchman Mountain en même temps qu'ils accédaient au Pont Rosen là-bas - Le Pont d'Einstein-Rosen - avec l'équipement. Ils avaient mis des rideaux et tout ce tralala, assez pour que Metro ne puisse rien voir du haut de la montagne et tout. Et ils y accédaient quand une erreur s'est produite et il y a eu une petite explosion sur la face est de cette petite… de ce que nous appelons le Conquistador Helmet. [3]

Et elle voulait que j'y aille pour faire un peu de ménage et effacer les preuves. Et nous nous sommes disputés parce que je ne voulais pas du tout y être mêlé. Parce que je ne crois pas en… Je ne suis pas contre la technologie en soi. Je suis tout pour la technologie de dernière pointe. Mais je ne crois pas que l'on doit jouer avec des choses qui mêlent avec la vision du futur.
Il y avait un autre problème à l'époque, en fait, les différentes formes de communications qui passaient au travers de cet équipement … qui venait d'ailleurs … je suppose … elle ne veut pas, n'a pas encore, ne veut pas (m') admettre, mais je suppose que ça venait d'Orion et que c'était des informations liées à la défense, sur comment ce type d'équipement, comment un Pont d'Einstein-Rosen à distance, pourrait-être utilisé pour extraire des informations depuis un système informatique de défense.

KC : Ah ha.

DB : Et je ne parle pas d'un système informatique de défense américain. Je lui ai dit : « vous savez quoi ? NON. » Regardez, nous avons la technologie ici, nous avons le talent, nous avons la volonté intellectuelle et physique pour défendre notre pays sans avoir à utiliser une technologie du temps. Je n'aimerais pas faire face, par exemple, dieu nous en garde, aux chinois sur le terrain. Mais en même temps, je n'ai pas peur de leur pays non plus. Je crois que nous devrions être diplomates avec eux et avoir une entente ferme et un respect l'un pour l'autre mais je n'ai pas peur d'eux non plus. Et donc, l'utilisation d'une technologie comme ça, pour moi, n'est pas honnête.

KC : D'accord. C'est comme savoir comment le jeu se termine permet de jouer à son avantage antérieurement en s'assurant que cette éventualité se manifeste.

DB : C'est pour ça que j'étais si intéressé par… Quand je faisais ma peine... Pendant la période des boulots de formations de sûreté et de sécurité et tout ça ici à Las Vegas, quand je dialoguais avec Marcia et l'OEil, parce que nous parlions littéralement tous les jours de la même chose. Et de la psychologie des individus qui arrivent à la table pour jouer un jeu et qui trichent pour changer le résultat du jeu. Et toute cette psychologie c'est quelque chose que je ne suis pas… vous savez, ça ne m'est pas étranger et c'est ce qui m'a aidé, si vous voulez, à préparer la mèche de l'explosion qui allait avoir lieu entre moi et ce type de technologie, qui a amorcé mon différend avec.[4]

KC : OK. Bien, je comprends ce que vous dites et il y a mille et une questions que tout ceci…

DB : Je sais, je sais.

KC : ... suscite et nous n'avons pas toute la nuit, mais j'aimerais demander…

DB : Il y en a 30 ici. [Rire]

KC : Maintenant que je sais ce que je sais et ce que vous avez communiqué, vous êtes en train de dire que vous ne pouvez pas utiliser le miroir pour avoir l'avantage pays contre pays mais qu'est-ce qu'il en est de pays contre hors planète ?

DB : Non, non, non, non. Il ne devrait pas être utilisé du tout.

KC : OK. Je comprends mais ...

DB : D'accord ?

KC : Mais, est-ce qu'il existe quelque chose ? Je veux dire, en d'autres termes, est-ce que cette technologie est quelque chose qu'ils utilisent en ce moment pour voir nos relations avec, parce que…

DB : [fait un geste négatif de la tête] La technologie n'est pas du tout utilisée en ce moment.

KC : OK. Mais la raison pour laquelle elle n'est pas utilisée en ce moment c'est parce que nous allons dans le plan galactique…

DB : [fait un oui de la tête] À partir de 2017 je m'attends à voir tous ces petits morceaux d'équipements se rassembler probablement, oui.

KC : Remis en route.

DB : Oh oui.

KC : 2017? C'est encore loin...

DB : 2016, 2017.

KC : Pas avant ?

DB : Probablement pas.

KC : Vous voulez dire ...

DB : Je parie qu'ils vont pencher plus vers la caution. C'est ce que toutes les personnes de sagesse leur ont recommandé.

KC : Oh, wow.

DB : C'est d'agir avec précaution. Que oui, le ci-nommé cycle de catastrophe, ou saison de catastrophe de Fulcanelli, la période du, oh, dans les alentours de 1992 jusqu'en 2012, environ. Bien que nous l'aurons passé, passé 2012, nous devrions vraiment traverser le cycle complet qui est d'environ 1980 à 2016, pour être confiant que l'interprétation venant de la chronologie du futur sur leur propre catastrophe soit bien passé, au cas où ils se soient trompés d'une année ou deux. Nous parlons de 45 000 et 52 000 ans respectivement. Nous avons du mal à comprendre ce qui c'est passé il y a 2 000 ans et nous parlons de 50 000 ici. C'est plus sage pour eux d'attendre.

KC : OK. Vous voulez dire brancher... Les miroirs sont maintenant hors service mais aussi la technologie de la porte des étoiles.

DB : Oui. Oui, ils sont hors services, et les portes des étoiles et les miroirs, je suis sûr qu'ils sont dans leurs caisses de naphtaline et tout et tout et qu'ils ont été séparés… Les trois composants de chacun ont été séparés et placés entre les mains des différents pouvoirs diplomatiques et militaires autour du monde. Et nous parlons spécifiquement de l'Union Européenne, des Nations Unies et de l'OTAN. Ils ont spécifiquement le contrôle d'un composant chacun. Et je ne peux pas dire quel composant est avec qui.

KC : OK. Mais vous dites qu'il ne peut y avoir aucun doute que toute cette technologie est démantelée.

DB : Il n'y a aucun doute que les miroirs et la technologie de la porte des étoiles sont démantelés. Et… Par contre, il y a quelques menaces, des menaces en cours, de certains pays qui disent qu'ils vont l'assembler quand ils veulent, à leur volonté. Et ces pays, s'il le faut, seront mis hors du coup.

KC : OK. Vous voulez dire ... Assembler maintenant ?

DB : Je veux dire construire le leur maintenant.

KC : Oui. C'est ce que j'entendais.

DB : Oui. Ce qui a été mis en existence a été ramassé. J'ai de bonnes assurances que ce qui se tramait là a été ramassé et démantelé.

KC : OK. Et nous supposons qu'Iraq est l'un d'eux.

DB : Oh, absolument.

KC : Ils étaient capables de déterminer dans le miroir la plus grande éventualité que ces choses se déroulent…

DB : C'est vrai. C'est vrai. Et Bill a une question sur une date future concernant une autre chose et une année m'a été donné. Et il me disait, si une année peut être révélée pour ça, pourquoi pas pour l'autre?

KC : Correct.

DB : Eh bien, il y avait une année de plus haute probabilité pour ça. Par contre, me raconter quelque chose qui va peut-être arriver dans le futur concernant un projet sur lequel nous travaillons, c'est autre chose.

KC : Sur.

DB : Révéler n'importe comment la date d'une éventualité qui concerne la vie et le destin de nous tous sur terre, et en particulier pour un éventuel quatre et demi, ou quatre milliards de morts, c'est autre chose qui vient avec un poids bien différent.

KC : Mais est-ce que nous pouvons assumer que cette année est passée ? Ou…

DB : Vous ne devez pas… Non. Vous ne devez pas assumer.

KC : Non. D'accord. Donc c'est toujours une possibilité. Ce que nous avons c'est une éventualité avec peu de chances que cet événement ou série d'événements ait lieu… dès à présent.

DB : Oui. Oui. Ce que nous voyons c'est une faible probabilité que la part la plus importante des catastrophes de cet événement ait lieu. Les événements qui vont le déclencher vont toujours avoir lieu, à ma préconisation. Prenons le cas du maximum solaire qui tombe dans les alentours de 2012 et la perte du GPS qui est prévue et les choses comme ça, qui fait partie du… Vous pouvez trouver ça sur le web. Un des groupes qui parlait de la perte des communications GPS et satellite c'est Engadget, je crois.

KC : Vous parlez du réseau électromagnétique qui va se planter.

DB : Oui. Oui. C'est à cette époque que je m'attendrais à voir l'éventualité de l'événement T2, établie avec l'histoire des J-rods et des Orions. Mais c'est la limite de ce que je peux…

KC : Wow. OK. Donc, c'est plutôt proche.

DB : Mais je ne peux pas donner de date.

KC : Oui, je comprends

DB : Je peux mais je ne devrais pas parce qu'alors les gens focaliseront sur une date. Et je… Oui, il y a des personnes dans le monde qui sont maintenant en train de dire « Oui, c'est au tournant, d'une minute à l'autre. Pourquoi les extra-terrestres ne viennent-ils pas nous sauver ? »

KC : Oui.

DB : Nous devons nous sauver nous-mêmes.

KC : OK

DB : Et c'est pour ça que les démarches ont été engagées dans le monde et sont toujours en cours, pour qui nous puissions nous sauver..


(2ème partie - merci de cliquer ici)


[1] Marci McDowell (note transcrite):

OF-9: Dan parle du Traité « Omicron Phi 9 », le traité qui n'inclut pas les P-45ks, et le Traité « Tau 9 » ou « T9 » qui concerne toutes les parties dont les P-45ks. Il parle spécifiquement du rassemblement pour le Traité « Omicron Phi 9-8 » prévu en 2009, et le rassemblement pour le Traité FINAL « Tau 9-7 » prévue en 2012.

Note de Marci sur la transcription :
Bandelier: Dan parle du monument national « Bandelier », là où a eu lieu le rassemblement du Traité Tau-9. Voir : http://www.nps.gov/band . Les délégués P-52k sont arrivés en camions depuis LANL tout proche [le Laboratoire National de Los Alamos (LNLA)], et les P-45ks ont atterris dans les ruines de Tyuonyi car elles ressemblent à un 9 et les ruines mêmes du village ressemblent à la Ville Inca (Inca City), sur Mars. http://www.pirateplanet.com/nm/small/Bandelier_Ruins_2.jpg. 

[2] Marci McDowell (note transcrite):

« NSSM200 »: NATIONAL SECURITY COUNCIL WASHINGTON, D.C. 20506 April 24, 1974; National Security Study Memorandum 200.

[3] Marci McDowell (note transcrite):

 "Metro" , en parlant de Las Vegas Metropolitan Police Department..

[4] Marci McDowell (note transcrite):

L « OEil » est une référence à « l'OEil dans le ciel » ou la surveillance dans les casinos.


Photo collage du graphique du trou de ver reproduite avec l'aimable autorisation de William Henry.






Soutenez Project Avalon - faites un don :

Donate

Merci de votre aide.
Votre générosité nous permet de poursuivre notre tâche

Bill Ryan

bill@projectavalon.net


unique visits

Google+