Chercher

__________________________________________________________

David Icke et Credo Mutwa
Temples de Paix



Kuruman, Afrique du Sud – 22 août 2010

Credo Mutwa (CM) : Mes très chers amis, c'est l’une des ironies de l’histoire, c'est l’une des choses qui arrivent en ce monde dans lequel nous vivons, lorsque des hommes usèrent de la violence contre leurs semblables, et c’est en cet endroit que les Temples de Paix doivent être construits. OUI directement ici, où des batailles furent menées. AMEN
Ici même, où les hommes ont été tués.

Femmes (W) : Oui (en chœur).

CM : Dans quelques parties de cet endroit, vous trouvez de vieilles balles. Dans quelques parties de cet endroit, vous trouvez des pièces d'artillerie. Parce qu'ici, en premier, les noirs ont combattu les blancs. Et plus tard, les blancs ont combattu les blancs. Aussi récemment que dans les années trente, il y avait des guerres qui faisaient rage ici. En cet endroit, un temple de paix peut être construit, afin d’emporter toute l'amertume du passé et toute la douleur. Merci.

W: Amen (en chœur).

David Icke (DI) : Bien, je voudrais remercier Credo pour ses mots, moi qui ai voyagé dans une cinquantaine de pays dans ma vie, et qui vois les mêmes peuples partout. Ils veulent les mêmes choses. Combien de gens ai-je rencontré dans ma vie qui voulaient une guerre ? Qui voulaient  se battre ? Qui voulaient le conflit ? Je ne pourrais pas les compter sur cette main, probablement. Et pourtant, le monde est plein de conflits. Et le conflit vient de l'état d'esprit des gens, de ce qui est dans leur coeur, de ce qui est dans leur tête. Et il importe peu que vous soyez noirs, blancs, jaunes ou de n'importe quelle autre couleur à laquelle vous pouvez penser. Ce n’est toujours pas, comme Martin Luther King l’a dit, de la couleur de votre peau dont il s’agit, mais de la force de votre caractère. Et alors nous avons un monde où, comme Credo l’a indiqué, les noirs ont combattu les blancs, et quelque temps plus tard, les blancs ont combattu les blancs. Et qu'arrive-t-il dans les parties de ce pays maintenant ? Les noirs combattent les noirs, les tribus combattent les tribus. Cela n’a rien à voir avec la couleur. Cela n’a rien à voir avec la race. Il est question de ce qu’il y a là-dedans (pointant son cœur) …

W: Yeah (en chœur).

DI : …et quand nous l'ouvrons, nous comprenons, comme Credo l’a vu de par sa grande vie et je l'ai vu de par mes voyages, quand vous ouvrez ceci il n’existe qu’une seule langue.

W: Oui  (en chœur).

DI : Il y a seulement une couleur.

W: Oui  (en chœur).

DI : Il n’y a qu’un seul nous …

W: Oui  (en chœur).

DI : …un moi infini, partie intégrante, expression de ce grand océan que vous appelez Dieu. Je l'appelle l'Infini. Le nom importe peu, nous sommes seulement les expressions de cette compréhension infinie, cette conscience infinie. Et voici notre connexion à cela, directement ici.

Ceci (pointant sa tête) peut nous couper de cela (pointant son cœur) car il est prisonnier de l’esprit, voulant ceci et voulant cela, le désir et les choses matérielles. Et ceci (pointant son cœur) peut se refermer et être inerte, tandis que cela (pointant sa tête) gouverne, et cela (pointant sa tête) dit, « Je veux cette chose. Comment l'obtiens-je ? Je dois me battre! Nous devons nous battre! Nous devons faire la guerre! ». Ceci (pointant son cœur) dit, « Vous vous battez avec vous-mêmes ».

Parce que nous sommes tous les expressions du même « je ». Et si cela, cette église, ce temple de paix, comme Credo l'appelle, peut être construit dans cet endroit de conflit historique, alors c'est une expression du coeur dans un endroit qui a été profané par une obsession de l’esprit. Et nous entrons dans une ère où le coeur commencera à régner. Et la tête prendra sa place comme le serviteur du cœur, et non plus comme son maître. Ainsi, je vous souhaite le succès dans la mise en place de ce temple de paix en cet endroit.

W: Yeah, alléluia (en chœur).

DI : Et quel honneur cela a été que de tous vous rencontrer aujourd'hui ainsi que d’entendre cette merveilleuse musique. Et c'est toujours un honneur de rencontrer Virginia et toujours un honneur de rencontrer le plus grand être humain qu’il ait été mon privilège de connaître.

W: Oui (en chœur).

DI : Merci beaucoup.

W: Merci, merci (en chœur, applaudissant et chantant).

 





Soutenez Project Avalon - faites un don :

Donate

Merci de votre aide.
Votre générosité nous permet de poursuivre notre tâche

Bill Ryan

bill@projectavalon.net


unique visits

Google+