Chercher

__________________________________________________________

David Icke :
RACE HUMAINE, RELEVE-TOI !

Mai 2010

Cliquez ici pour la version PDF de cet interview (17 pages)

Traduction et sous-titres vidéo : The Avalon Translation Project


Bill Ryan (BR) : Je suis Bill Ryan de Projet Avalon, et la date est… Je vais le redire, permettez-moi de le refaire encore une fois. Je vais vous dire ce que vous pourriez faire…
Ça vous ennuierait de faire le clap avec vos mains ?

David Icke (DI) : Pas de problème, mais ce sera un clap avec une main et demie [Rires].

BR : Voici le son produit par un clap fait avec une main et demie (Rires].

DI : Oui, oui… [Il frappe deux fois dans ses mains].

BR : Très bien, merci… très joli.

DI : Je possède le clap le plus silencieux qui soit. Parfois, je dois faire quelque chose comme ça [il frappe la partie charnue de ses mains l’une contre l’autre].

BR : [Rires]. Pensez à me le rappeler. Un de ces jours, des crétins sur YouTube vont comprendre que vous avez de l’arthrite et que, par conséquent, vous ne pouvez pas donner une véritable poignée de mains, vous savez [Rires]. Nous devrions leur faire une démonstration maintenant devant la caméra…

DI : Oui, voici ce qu’est…

BR : … Vous savez, nous faisons de notre mieux pour…

DI : Mesdames et messieurs, ceci est une poignée de mains maçonnique [Rires].

BR : Nous faisons de notre mieux pour vous montrer une poignée de mains…

DI : … C’est une poignée de mains maçonnique, ah, entre maçons qui ont de l’arthrite rhumatoïde aux mains, vous savez, c’est une vieille tradition…

BR : …Aaah…

DI : … qui remonte à Babylone [Ils éclatent de rire tous les deux].


Commencement de l’interview

BR : Ainsi donc, je suis Bill Ryan de Projet Avalon et nous sommes le 19 mai 2010. Et même à présent, j’ai du mal à croire que nous sommes en 2010. Vous savez, David, parfois on repense au passé et on se dit « Mon Dieu, la dernière fois que j’ai pensé à ça, c’était au début des années 90. Comme le temps s’accélère ! ». Vous arrive-t-il aussi de temps en temps de vous faire cette réflexion ?

DI : Tout le temps, Bill. Lorsque j’ai eu ma première ouverture de conscience en 1990, j’ai commencé à voir des médiums, l’un derrière l’autre. A titre de confirmation, tous me répétaient la même information et l’une des premières choses que j’ai découvertes est ce que j’ai, pour cette raison, appelé « les Vibrations de Vérité ». De fait, c’est le titre qui, logiquement, m’a été inspiré pour le tout premier livre que j’ai écrit sur ces thèmes.

Et c’est – pourtant, bonté divine, le moins que l’on puisse dire c’est qu’il n’y avait aucun signe de cela à l’époque – un changement vibratoire était sur le point de se manifester et, première chose, il allait dissoudre la densité qui maintenait les gens en esclavage dans une sorte de coma collectif, si vous préférez, et les éveiller. A partir de là, ils allaient se percevoir, eux et le monde, de manière différente. Et puis, la deuxième chose : ce changement vibratoire allait faire monter à la surface tout ce qui jusque là était demeuré caché.

Et, encore une fois, vous savez comme nous savons tous : 1990, vous voulez rire ! Toujours rien à l’horizon. Mais, regardez ce qui se passe à présent : c’est ahurissant le nombre de gens qui, dans le monde entier, s’éveillent à une nouvelle version d’eux-mêmes et du monde. Et, bonté divine, la quantité d’informations qui sortent au grand jour et dont on n’avait pas idée il y a vingt ans ! Combien de choses dont on ne parlait pas il y a dix ou cinq ans… Nous nous trouvons devant une courbe exponentielle.

Il y avait dans ceci un aspect des plus intéressants que j’avais remarqué lors des toutes premières années… Un médium m’a dit à l’époque que le temps finirait par passer si vite que c’en serait effrayant. Parce que – pour moi en tout cas – le temps et l’espace ne sont pas réels, nous savons qu’ils relèvent d'une construction mentale.

Prenez un CD-Rom rempli d’informations et de données spécifiques et mettez-le dans votre ordinateur ; l’ordinateur va lire ces données en s’adaptant, disons, au niveau numérique, au niveau d’information, et il les restituera sur l’écran sous ce qui est, semble-t-il, une forme spatiotemporelle. Et c’est exactement ce que nous faisons tandis que le cerveau gauche appréhende l’information et l’organise en séquences.

Plus rapidement il fait se produire cette séquence, plus le temps semble aller vite et inversement. C’est ce qui faisait dire à Einstein que lorsque vous êtes dans la salle d’attente du dentiste, cette séquence de temps n’est pas très rapide – [il marmonne] : « Oh ! Bonté divine… l’homme… parti… mmm. » Et puis… au contraire, je continue dans l’esprit de sa métaphore, lorsque vous êtes en compagnie d’une jolie femme, « ssshhh » [il fait un signe rapide vers l’avant], cette séquence-là file à toute vitesse.

Ce qui semble se passer c’est que ce changement énergétique, tandis que nous passons d’une époque de répression à une époque d’expansion, de révélation et de conscience, influence la façon dont nous décodons la réalité car c’est toute notre façon de décoder la séquence qui semble être fondamentalement affectée.

Comme je l’ai dit récemment dans un article : « Où est donc passé le mois d’avril ? Qu’est-il advenu du mois de mars ? S’il a vraiment eu lieu, comment se fait-il que cela m’ait échappé ? Parce que c’est l’impression que j’ai, c’est absolument extraordinaire que Noël… Quoi ? C’était quand Noël ? Je veux dire, il y a deux ans ? Ce qui se produit est tout bonnement incroyable.

BR : Cet éveil auquel vous vous référez, vous l’avez vu de vos propres yeux à Brixton Academy (un des séminaires de David Icke à Londres qui a fait « salle comble » et plus… - NDT) il y a à peine quelques jours alors que vous procédiez à la présentation magistrale au public de votre dernier livre à l’occasion de sa publication. C’est, bien entendu, la raison pour laquelle nous avons fait le choix de sortir cette interview maintenant car, permettez-moi d’en informer le public, David a un grand nombre de nouvelles informations importantes à communiquer et, à Brixton, c’était la première fois que vous vous lanciez dans cette séance de huit ou neuf heures. Nous parlons de…

DI : J’ai parlé pendant huit heures en réalité.

BR : C’est énorme et vous m’avez dit l’autre jour que vous avez été soufflé par la réaction que vous ont réservée toutes ces personnes alors qu’il y a quinze ans vous parliez devant des chaises vides. Les choses ont bien changé, vous ne trouvez pas ?

DI : Oh, c’est extraordinaire ! Je… Je… Vous savez, il y a vingt ans, quand j’ai commencé, en dépit du fait d’être ridiculisé par les masses, j’allais un peu partout pour parler de toutes ces choses – bien sûr, j’en savais alors bien moins qu’aujourd’hui, comme c’est le cas pour nous tous – mais c’était comme se taper la tête contre les murs. Je sortais les chaises, il n’y avait, pour ainsi dire, personne et je parlais à des chaises vides et à quelques rares individus puis, je rangeais les chaises et je rentrais chez moi. La soirée se résumait à ça.

En moi-même, je me disais : à l’évidence, ceci ne mène à rien. Mais comme vous le savez et comme nous le savons tous, il y a quelque chose en vous qui vous pousse à continuer. Au plus profond de vous, quelque chose vous pousse à continuer « Allez continue ! Avance ! » Et vous ne pouvez vous empêcher de penser « A quoi bon ? – Continue ! »

Et puis, au cours des dix dernières années particulièrement, je veux dire, peut-être que les choses ont commencé à bouger, en vérité je dirais quinze ans, et puis dix, et cinq, parce que la courbe grimpe [il fait le geste pour indiquer l’ascension], c’est incroyable mon ami, je veux dire, dans le monde entier, vous pouvez regarder dans n’importe quelle culture – bien sûr, certaines sont plus opprimées et donc plus fermées que d’autres – mais, dans le monde entier, ce qui se passe est extraordinaire, vous savez.

Tout ce que j’ai capté en 1990 au sujet de ces « Vibrations de Vérité », de cet éveil, de… la façon dont ce changement énergétique allait dissoudre la densité qui nous maintenait dans l’esclavage et l’ignorance : tout ça est en train d’arriver.

Vous savez, vous traversez les années et vous croyez savoir. Tout a l’air apocalyptique avec tout ce que ça implique et quand vous observez l’évolution de la société dans laquelle nous vivons, si vous regardez la télévision ou que vous lisez les journaux, on pourrait croire que cette dictature communiste fasciste – les termes sont différents mais il s’agit de la même chose – mondiale de style orwellien, ce nouvel ordre mondial orwellien, est pour ainsi dire chose faite tant les choses s’accélèrent, mais…

Si vous regardez tout ceci depuis le niveau des cinq sens et que vous ne voyez que ce que le mental conscient peut voir et percevoir, alors je comprends parfaitement pourquoi les gens acceptent, je comprends parfaitement pourquoi il y a tellement de chercheurs, vous savez, qui ne parviennent pas à dépasser le niveau de la conspiration pure et dure et qui pensent [il fait le geste de s’arracher les cheveux] : « Nous ne pouvons rien y faire ! »

Mais ils se trompent, parce que ceci est… Ce monde n’est pas comme nous le croyons. Il y a d’autres forces à l’œuvre. Cette réalité soi-disant solide et physique n’est en fait ni physique ni solide, mais fluide. Ce n’est pas l’impression qu’elle donne et pourtant c’est vrai. Et, c’est parce qu’il y a cette fluidité derrière l’apparente rigidité, solidité et fixité que ce niveau de réalité peut changer très, très vite.

Vous voyez, quand les gens perçoivent – ce que je comprends tout à fait dans la mesure où c’est le mental conscient qui nous donne ce… cette « mise au point » de la réalité – que le monde physique ne change que lorsque les choses changent physiquement, le temps nécessaire à l’exécution du changement en question sera absolument considérable, en tout cas dans notre perception de ce qu’est le temps, parce que c’est ce qui se produit dans le monde soi-disant solide.

Or, lorsque vous comprenez que ce monde supposément solide n’est en fait rien d’autre qu’une projection holographique et que la véritable réalité de base de cet univers n’est qu’une information oscillante ondulatoire, alors la vitesse à laquelle ce monde peut changer prend soudain des proportions radicalement différentes. Par exemple, admettons que vous soyez devant un écran d’ordinateur et que vous deviez changer ce qui s’y affiche, physiquement s’entend, par où commenceriez-vous ? Rappelez-vous : cet écran est la projection d’informations enregistrées sur un disque. « Très bien, pensez-vous, je veux donc changer ça, d’accord : je retire mon CD, je reprogramme, je presse la touche ‘entrée’, je remets mon CD. » Eh bien ! Ça n’a plus rien à voir.

Ce qui se produit maintenant dans le cadre de cette transformation complète de Vibrations de Vérité, c’est que notre conception même des données de cet univers est en train de changer – ce que nous voyons est un cycle, or les anciens ne parlaient-ils pas de la nature cyclique du temps ? Et ceci, Bill, pour moi – je parle uniquement du fruit de mon expérience et de mes recherches, chacun bien entendu doit parvenir à ses propres conclusions, c’est bien naturel – mais les anciens parlaient de la nature cyclique du temps, et ça, c’est un fait. C’est comme un grand jeu cosmique.

Nous traversons différentes époques – ce que la culture indienne appelle des « Yugas » et que d’autres, de par le monde, appellent autrement – dans lesquelles ce cycle passe par des temps de grande expansion, ce que les anciens qualifiaient d’Âge d’Or. Et il traverse aussi des périodes de répression qui connaissent de grandes épreuves : c’est pendant ces moments-là que sont introduits des systèmes de contrôle et tout ce qui va avec. Et puis, il y en a d’autres qui nous ramènent au point de départ et la séquence toute entière repart à zéro.

C’est un jeu informatique interactif – dans sa plus simple expression – en ce sens que nous captons l’information du jeu, comme l’ordinateur prend ses informations sur le CD pour les afficher sur l’écran mais, comme pour Internet, nous apportons notre propre contribution au jeu. C’est donc un jeu interactif par lequel nous donnons et nous recevons.

Et il m’apparaît comme infiniment juste, si je retourne à l’origine des Vibrations de Vérité qui sont entrées dans ma vie il y a vingt ans - en tout cas à la conscience que j’en ai - que nous soyons actuellement en train de passer d’une période de répression, de peur et d’insécurité – personne, je crois, n’a besoin qu’on lui fasse un dessin – à une période où l’expansion de conscience est beaucoup plus importante.

L’insécurité est la clé qui permet de comprendre pourquoi des gens veulent exercer le contrôle : si des gens – ou toute autre entité - quel que soit le nom qu’on leur donne, veulent en contrôler d’autres, s’ils veulent contrôler – je ne parle pas du pouvoir qui vous permet d’exprimer votre vie, votre propre expérience, mais du pouvoir pour prendre de l’ascendant sur l’expérience des autres, et c’est bien ce dont il est question quand on évoque le système de contrôle – alors c’est toujours, toujours, toujours la manifestation d’une insécurité profonde.

Ainsi donc, la période dont nous sommes actuellement en train de sortir est celle d’un système de contrôle aux mains de gens peu sûrs d’eux. Or, nous sommes au sommet de cette période et c’est la raison pour laquelle les choses sont tellement rudes : nous sommes dans la phase où il faut se battre, symboliquement et littéralement de bien des manières, située entre l’énergie artificielle que représente ce contrôle – époque d’oppression, dirons-nous – et le sommet juste avant la descente qui mène à la période suivante.

Nous avons donc une situation dans laquelle le système de contrôle [en place] essaie désespérément de s’accrocher au pouvoir qui a été le sien pendant cette période alors que les Vibrations de Vérité, cet accélérateur énergétique, mettent à notre disposition un niveau inédit d’information à décoder et par voie de conséquence manifestent un monde différent. Ils en sont à cette phase de bagarre, à ce sommet. Chaque minute, chaque année du temps qui passe - en référence à notre façon de le mesurer - ce niveau de conscience des Vibrations de Vérité va s’imposant comme étant la norme.

C’est ce qui me fait dire que le système de contrôle est condamné. Je suis incroyablement optimiste. Il se suffit pas de dire [il prend une petite voix] : « Ils sont condamnés, ils sont condamnés, alors je vais attendre là à ne rien faire parce qu’ils sont condamnés. » Non, les choses ne sont pas comme ça. Nous sommes une expression de ces énergies, il nous faut donc nous accorder à elles, suivre leur guidance, leur inspiration, ou quoi que ce soit, et exprimer avec nos cinq sens la réalité de ce qu’elles représentent.

Il ne s’agit pas simplement d’attendre que les choses arrivent. Nous en sommes à faire des choix : allons-nous suivre ce nouveau courant d’expansion massive, de liberté et ce potentiel de proportions inimaginables si on le compare à notre actuelle réalité, ou bien allons-nous essayer de nous accrocher au monde dans lequel nous avons vécu jusqu’à maintenant, au contrôle et à la suppression, aux gagnants et aux perdants, à l’état d’esprit qui stipule que beaucoup doivent être privés pour que quelques uns puissent posséder et toutes ces balivernes ? Parce que c’est ce choix que nous faisons et c’est aussi la croisée des chemins.

Les gens qui s’accrocheront à cette énergie-là, à cette réalité, vont traverser des moments très éprouvants – c’est le cas de tout le monde bien sûr, parce que nous en sommes à cette période de changement – mais je veux dire des moments vraiment très durs dans la mesure où ils annexent leur conscience, ces gens adhèrent à un sens de la réalité, à un modèle énergétique qui est dans l’antichambre de la mort.

Et puis, Bill, si vous ramenez tout ça au système de contrôle en question, lequel tente de s’illustrer toujours davantage, alors ce que nous voyons est une manifestation absolue, cent pour cent holographique d’un modèle énergétique propre à cette époque révolue. Ce système est donc condamné à s’écrouler en même temps que cet artifice. Si je retire le CD de l’ordinateur, l’écran doit devenir noir. Il doit être vide. Parce que le modèle d’information qui est à l’origine de tout ceci n’est plus là, et c’est ce vers quoi nous nous dirigeons.

Comme je l’ai dit, nous allons vers des temps difficiles car nous approchons de la transformation, point fort de cette période transitoire agitée. Bonté divine, vous savez, nos enfants et nos petits-enfants ne vont pas passer la plus grande partie de leurs vies dans un système de contrôle comme les choses pourraient nous le faire croire actuellement et pour quelques années encore … Non, tout cela est en train de s’effondrer.

C’est une période extraordinaire pour s’incarner. C’est merveilleux d’être là, de voir la répression et la limitation céder le pas à l’expansion et à un potentiel infini. Pour aussi éprouvant qu’il soit, ce moment est absolument grandiose.

BR : Ce que j’aime dans votre façon d’expliquer tout ça, c’est qu’elle épouse parfaitement, et certaines des personnes qui regarderont cette vidéo le reconnaîtront peut-être, les théories d’un physicien britannique du nom de David Bohm, B-O-H-M qui a décrit très exactement ce à quoi vous vous référez comme étant « l’ordre implicite » et « l’ordre explicite ».

DI : Oui, c’est juste.

BR : En aviez-vous déjà entendu parler ?

DI : Oui, tout à fait.

BR : Et la façon de changer la réalité explicite qui est comme ce qui est ex-primé dans notre apparente physicalité, c’est de comprendre qu’il y a une réalité implicite sous-jacente. Et, bien sûr, des extraterrestres techniquement avancés, des êtres spirituels évolués ou des êtres spirituels malfaisants ou des êtres mauvais qui ne veulent pas savoir pourquoi ils sont là, pourquoi ils mettent la pagaille dans la réalité implicite ce qui donnent des résultats qui sont comme des projections métaphoriques sur le mur, sur la réalité explicite, et cela ressemble à ce que vous expliquiez. Je voulais donc juste « boucler la boucle » à ce stade, sachant que tout ce que vous dites en l’occurrence est exact et reconnu par des physiciens quantiques sur l’ensemble de la planète.

DI : Eh bien, c’est un point intéressant, Bill. Peut-être pourrais-je expliquer quelque chose qui fait partie de ce nouveau livre, Human Race, Get Off Your Knees et qui est relié à ceci dans la mesure où j’y explique comment ce système de contrôle a été introduit, aussi loin que nous puissions remonter dans le temps et le reconnaître.

Je raconte qu’il y avait un temps où cette planète, cette réalité, était dans une période que les anciens appelaient l’Âge d’Or – en fait, je pense qu’il y avait un « Yuga » Âge d’Or dans la croyance hindoue. [NDT : Le Yuga dans lequel nous sommes s’appelle le Sathya Yuga, soit le Yuga de Vérité]. C’est un temps de grande expansion et de connexion. Nous ne pourrions donc pas, depuis la perspective de la vie ici et maintenant, dans des prétendus corps physiques, percevoir véritablement la nature radicalement différente de ce qu’exprime cette époque alors que nous faisons partie de ce monde mais que nous ne lui appartenons pas si on s’en réfère au point d’observation qui est le nôtre.

Nous faisons l’expérience de ce monde tout en sachant que nous faisons cette expérience. Nous ne sommes pas dans ce monde et nous pensons que ce monde est tout ce que nous sommes, nous sommes là [il place les mains autour de son visage comme pour indiquer un champ de vision restreint]. Nous sommes là où nous regardons et faisons l’expérience du monde immédiat « dans » - entre guillemets - lequel nous nous trouvons, mais nous avons des points d’observation et des points de compréhension dans la conscience supérieure qui peuvent nous donner une position totalement différente quant à cette réalité.

Supposons que vous vous trouviez dans une maison dont tous les volets sont clos – ce qui est emblématique de ce que les humains ont vécu dans la période que nous avons traversée – vous pourriez penser que le monde, que tout, se borne à cette maison. Mais, vous ouvrez des volets et, tandis que votre horizon s’ouvre, vous pouvez observer non seulement depuis cette maison mais depuis des niveaux de perception beaucoup plus élevés – en raison de cette connexion entre le niveau que vous expérimentez et d’autres niveaux de conscience plus élevés – voilà que soudain, vous comprenez que la maison se trouve dans une rue ! Alors, vous sortez dans la rue et vous comprenez que la rue appartient à un lotissement, que le lotissement est dans une ville, que la ville est dans un département, que le département est dans un pays – Hé ! Je suis sur une planète ! Alors, vous vous mettez à regarder les étoiles…

Mais… mais tout cela était déjà là pendant tout ce temps que vous avez passé à attendre dans la chambre avec les volets fermés, à croire qu’il n’existait rien d’autre [il place à nouveau ses mains autour de son visage comme pour indiquer un champ de vision limité]. Alors, tout ceci, cette période de l’Âge d’Or, durant laquelle les gens savent que nous sommes tous une seule et même conscience, je veux dire, signifie que le conflit, la division, la compétition, le « c’est moi qui vais gagner », « je dois à tout prix arriver au sommet le premier », le sentiment que nous sommes divisés, séparés les uns des autres, tout ça ne se manifeste pas dans ces périodes d’expansion de conscience et de compréhension. Nous nous apercevons que nous sommes une conscience unifiée avec différents points d’observation auxquels nous donnons différents noms.

BR : Pour faire une petite digression, ceci a été merveilleusement présenté dans le film « Avatar », ce que vous avez écrit…

DI : Oui, c’est absolument vrai. Vous voyez, je pense… Je ne dis pas que ce que James Cameron a voulu dire ou symboliser dans ce film, je ne le sais pas. Ce que je peux vous dire, c’est ce qu’il symbolise pour moi. Et, en fait, c’est un point intéressant car il va dans la direction que je m’apprêtais à prendre…

Cette manifestation de la réalité amplifiée de l’Âge d’Or qui se trouve dans la Boucle Temporelle – qui n’est pas réellement une boucle, nous pouvons y accéder à mesure que nous avançons - est de l’information, un niveau élargi d’information qui s’inscrit dans les tenants de cette réalité, que nous décodons comme une expérience holographique. C’est d’ailleurs une expérience holographique très différente de celle que nous avons eue jusqu’ici, parce que le modèle d’information est très distinct de celui que nous décodons actuellement.

Ce que je veux dire dans ce livre, c’est qu’il s’est produit quelque chose dans cette réalité qui a créé ce que j’appelle un schisme. Ce schisme était une distorsion au sein même de la diffusion de l’information et cette distorsion a tout changé. Une des choses que ce schisme a provoquées… parce que je ne cesse d’y revenir tant cela me semble important : si nous continuons à penser en termes de physicalité – car c’est ce qu’elle paraît être – alors, nous allons passer à côté du nœud de l’intrigue, la réponse se situant à un autre niveau.

Nous participons d’une illusion holographique, une réalité apparemment tridimensionnelle, mais celle-ci n’est pas solide. Nous la décodons comme telle, mais en fait elle n’est pas solide. C’est un ensemble d’information que nous décodons à travers elle. Ainsi donc, si vous reprenez, non l’analogie elle-même, mais le principe des hologrammes, vous obtenez sur une empreinte holographique ...de l’information sous une forme ondulatoire.

Si vous regardez une empreinte holographique, vous verrez qu’elle ressemble assez à une empreinte digitale – or, cela non plus n’a rien d’accidentel – puis, un laser est dirigé sur la forme d’onde holographique, sur l’information, et il se manifeste alors ce qui ressemble à une image holographique en trois dimensions, quoi qu’il ait été photographié, quelle que soit l’information de l’empreinte. En même temps, vous avez ce que vous percevez comme information sous forme vibratoire, c’est une image, une personne, une boîte, une pomme, qui correspond à ce que vous avez photographié.

Alors, quand des scientifiques s’interrogent : Hum… Comment quelque chose peut-il exister à la fois sous la forme d’une onde et d’une particule ? C’est parce que c’est le cas ! Lorsque vous regardez une image holographique, une image holographique illusoire en trois dimensions, la somme d’information partir de laquelle elle est manifestée ne disparaît pas en laissant l’image holographique seule présente. En fait elles sont là tous les deux : l’image et la somme d’information qui l’a créée ! Deux formes différentes de la même chose, l’une est l’information et l’autre, l’information décodée.

Ce que j’essaie de dire dans cette séquence, c’est que lorsque cette somme d’information est telle que, ce que… appelons-le Âge d’Or, a été sciemment manipulée, cette distorsion devait obligatoirement se manifester dans le monde holographique décodé. Et une des façons pour ce faire fut au travers d’évènements géologiques colossaux, énormes et catastrophiques qui sont rapportés dans de vieux récits et légendes partout dans le monde. Il y est question d’éruptions volcaniques et de tremblements de terre majeurs, de la planète qui se retourne sur son axe et de tout un tas d’autres choses, mais ces descriptions sont d’une grande cohérence quelle qu’en soit l’origine.

Il y a aussi des gens qui ont fait des recherches à caractère scientifique - en géologie ou en biologie - dans des temps plus récents et qui ont découvert que ces histoires anciennes se reflètent fidèlement dans des strates géologiques et dans leurs études biologiques.

Qu’arriva-t-il lorsque qu’apparut cette distorsion dans l’information énergétique puisée dans le principe ondulatoire ? Eh bien elle se manifesta dans la réalité holographique par, je veux dire, la version biblique du Déluge. Je pense, toutefois, qu’il y a eu beaucoup d’évènements de ce type, pas seulement un, et de proportions catastrophiques, ça ne fait aucun doute. Et je dirais que cela a dû produire également des schismes, des distorsions dans le psychisme des êtres humains.

Cette distorsion a mis fin à cette harmonie, à cette connexion, au fait que tout soit en harmonie et totalement interconnecté – tout cela, brillamment symbolisé comme vous l’avez dit par les Êtres Bleus dans le film Avatar. Elle a mis un terme à l’harmonie de la planète même, provoquant des catastrophes géologiques [pas très audible], créant une fracture chez l’être humain et l’harmonie elle-même s’en trouva fracturée.

Après cela, nous sommes passés par toutes sortes d’états émotionnels et… de distorsions (à nouveau, des distorsions ici, des distorsions là) que nous observons : toutes les distorsions émotionnelles, la peur qui est une distorsion ainsi que d’autres émotions vibratoirement basses telles que l’angoisse, la peur et la frustration, la colère, la haine et le conflit. Tout cela commença à se manifester.

Nous sommes à présent dans une période où, si je peux le suggérer, cette manipulation peut être soulagée par ces Vibrations de Vérité, par ce changement d’énergie. Eh bien, voici qui est d’une importance fondamentale pour le système de contrôle parce que celui-ci, quelle que soit la forme qu’il prenne, est une manifestation holographique de la distorsion !

S’il n’y a pas manipulation, le système de contrôle ne peut pas se matérialiser parce que si l’information est harmonieuse et équilibrée, des choses comme le contrôle de la faim, la famine, la guerre, la haine, la torture, les rituels sataniques, la pédophilie et tout ce qui s’ensuit, ne peuvent pas se manifester, sachant que celles-ci ne sont que des manifestations de la manipulation.

Et à mesure que la guérison se répand et nous soulage de cette manipulation… il se trouve, Bill, je voudrais suggérer – oui, je passe mon temps à répéter ça mais je je ne suis pas en train de dire aux gens ce à quoi ils doivent croire et je ne fais qu’exprimer ce que je ressens – qu’il y a de plus en plus de gens qui s’éveillent et qui se disent : comment se fait-il que je n’avais pas vu ça plus tôt ? Ce sont eux qui ouvrent leur esprit et qui, en accélérant leur vibration – parce que l’état vibratoire qu’est la fermeture de l’esprit et la densité, prend fin lorsque vous ouvrez votre esprit à d’autres possibilités – qui elles, s’accordent à la structure d’information qui leur est proposée, aux Vibrations de Vérité, comme je les appelle.

Quant à ceux qui sont toujours dans le système de contrôle et qui continuent à le soutenir, ce sont ceux dont l’esprit est encore fermé et qui, actuellement, sont toujours attachés à ces temps révolus d’expériences aux vibrations basses et denses. Alors, comme je l’ai dit plus tôt, dès que nous serons sortis de ce faisceau vibratoire sa manifestation disparaîtra d’elle-même ! Parce que c’est cette information artificielle qu’on est en train d’effacer du système.

Ce que nous voyons n’est donc pas… cela peut sembler étrange, mais si vous y regardez de près, vous verrez que ce n’est pas le cas. Nous voyons à présent le système de contrôle à son comble. Il semble avancer de plus en plus rapidement, faire passer plus que jamais de lois orwelliennes et tout ce qui va avec. Le contrôle s’accentue, ils veulent implanter des puces électroniques dans le corps des gens, c’est la voie qu’ils sont en train de prendre, c’est leur plan. Nos enfants – les adultes également, mais plus particulièrement les enfants – sont la cible idéale d’altérations électrochimiques, en terme d’additifs chimiques dans l’alimentation et les boissons, de manipulations électroniques par l’intermédiaire des téléphones portables, les micro-ondes et tous les problèmes électromagnétiques induits par les technologies électromagnétiques.

C’est tout cela que l’on nous flanque actuellement dans la figure, suggérerais-je, et même si c’est sujet à controverse, il ne s’agit peut-être pas tant pour le système de contrôle en place de se donner plus de pouvoir mais de défendre contre les Vibrations de Vérité, le pouvoir qu’il a déjà.

Les vieilles méthodes de contrôle consistant tout simplement à maintenir les gens endormis [il imite le ronflement de quelqu’un qui dort], ça ne marche plus… Ils ne leur reste plus grand-chose à faire ! A ce stade, ils contrôlent à peu près tout, ils contrôlent les ressources, ils contrôlent ceci, cela, et ils peuvent tranquillement, à leur profit, déposséder l’humanité de l’énergie et de n’importe quoi car l’humanité continue de coopérer, à se laisser soumettre sans même s’en rendre compte - être esclave sans même s’en apercevoir constituant, bien entendu, la forme la plus développée d’asservissement.

Cependant, à cause de ces Vibrations de Vérité et parce qu’ils peuvent voir à l’avance ce que nous appelons la ligne du temps - la Boucle du Temps - telle que nous pourrions la percevoir, il se pourrait bien qu’ils soient à même de voir venir certaines de ces choses. Ils se sont donc focalisés sur cette époque pour nous flanquer à la figure tout ce qu’ils pouvaient, faire tout leur possible pour nous empêcher d’être profondément, fondamentalement influencés par la transformation qu’engendrent ces Vibrations de Vérité, sachant qu’une fois que nous en serons là [il fait un mouvement signifiant que l’on a un point de vue plus dégagé], la partie est finie.

Alors, pour moi, l’époustouflante synchronicité entre ce changement vibratoire et tous ces gens qui s’éveillent puis ce bombardement à tous les niveaux, de toutes ces choses qu’ils cherchent à imposer et ce jusque dans les moindres détails – mentalement, physiquement, émotionnellement – à la race humaine afin de nous contrôler et de nous supprimer, ces deux choses convergent ici car « ceci » nous permettra de nous libérer tandis que « cela » essaie de l’empêcher, mais en vain.

La seule chose, c’est que « ceci » rend la transformation plus difficile, plus éprouvante qu’elle ne l’aurait été autrement si on n’avait pas cherché à nous mettre des bâtons dans les roues. Il est toutefois impossible de l’empêcher. « Ceci » pense qu’elle est une force irrésistible et incontournable. Elle ne l’est pas. « Cela » est la force irrésistible et « ceci » va recevoir des chocs et pas des moindres à mesure que nous avancerons vers ce qui nous sépare de 2016, 2017, peut-être un peu plus – en tout cas, ça va se passer pendant ma vie actuelle – et que sera mise à jour la structure de ce système de contrôle apparemment imprenable, imparable, lorsque nous le verrons s’effondrer – parce que ce n’est qu’un château de cartes.

Pourquoi ? Parce que l’énergie de l’information qui permettait aux cartes de tenir debout et qui se manifeste lourdement tant que l’apathie et l’ignorance prévalent dans la race humaine, cette énergie est essentielle pour maintenir les choses en l’état. Eh bien, le château de cartes va s’écrouler. Navré, les gars, c’est comme ça.

BR : Quelles sont donc les nouvelles informations que vous avez présentées à la Brixton Academy, l’autre jour ?

DI : Oh, il y en a pas mal. De fait, j’y ai travaillé pendant des mois parce que j’entame véritablement une nouvelle période de ma vie et je vais faire le tour du monde avec cette présentation pendant l’année qui vient ; l’Europe, l’Amérique et autres…

Je pourrais peut-être expliquer comment, au fil des ans, j’ai reconstitué ce matériel – quelles que soient les conclusions que le public en tirera. Cela s’est avéré réellement très simple et puis ça a été un thème constant et récurrent qui n’a fait que se répéter pendant que j’avançais dans les niveaux de compréhension.

Ensuite, comme nous l’avons évoqué la dernière fois, j’ai parlé de ce qui m’est arrivé quand je suis allé voir un médium en 1990, après avoir pendant environ un an ressenti comme une présence autour de moi qui faisait que même quand je me croyais seul dans une pièce, je ne l’étais jamais. Et puis, c’est devenu de plus en plus fort et finalement… en résumé, je suis allé voir un médium pour la première fois de ma vie. A ma troisième visite, elle commença à percevoir une image dans sa tête et elle me déclara : « On me demande de vous dire certaines choses. » Elle me dit que j’apparaîtrais sur la scène mondiale et révéler de grands secrets.

Et je… vous me connaissez : je travaillais comme présentateur sportif à la BBC, à l’époque je commentais le billard. Et puis, j’étais le porte-parole national du Parti Vert et tout ce genre de trucs, mais de là à parler sur une scène internationale et révéler de grands secrets… Je veux dire, vous savez, de quoi s’agit-il ? Mais, quelque chose en moi, par-delà le niveau du conscient insistait : Mais oui, mais oui. Laisse faire !

Quoi qu’il en soit, voilà où je veux en venir… parmi ces messages qui m’ont été transmis en 1990, il a été précisé : « Il dira des choses et se demandera d’où elles viennent. Ce seront nos propres mots. Parfois, nous placerons la connaissance dans son esprit. Parfois, il sera conduit à la connaissance. » Une autre chose qui m’a été communiquée un peu plus tard : « De difficiles recherches ne sont pas nécessaires. Tout a été organisé il y a bien longtemps. Les mots en sont la conséquence. La seule chose qu’il ait à faire est de suivre les indices. »

Comme vous le savez, il y a en Angleterre, depuis un certain nombre d’années, une célèbre publicité dont l’idée maîtresse est la suivante : « Cela fait exactement ce qui est mentionné sur la boîte. » Eh bien, tout ce que je peux dire d’eux, et peu importe qui ils sont à un certain niveau de conscience désincarnée, c’est qu’ils ont fait exactement ce qu’ils avaient mentionné sur la boîte.

Au cours des années, ce qui s’est produit – en fait, depuis le tout début – c’est que j’ai reçu des informations venant de « je ne sais où » qui me confirmaient tout ce que j’avais à savoir sur un sujet donné. Puis, les informations ont commencé à arriver à travers les cinq sens. Par exemple, je rencontre quelqu’un qui se met à évoquer le thème en question et je n’ai plus alors qu’à recueillir l’information. Ou bien, soudain je tombe sur un livre, j’ai une expérience qui concerne ce que j’ai besoin de savoir. Je mets, par hasard, la main sur des documents. Il se peut aussi que je découvre quelque chose sur Internet qui traite du sujet qui m’intéresse.

Mais n’allez pas croire que je doive attendre une semaine, un mois ou plus pour recevoir la réponse … tout s’enchaîne sous forme de continuité et j’ai appris, avec le temps que… à suivre la séquence et à la reconnaître, ce qui n’est pas difficile car elle gagne en puissance et devient chaque fois plus courte.

C’est comme ça que l’histoire reptilienne m’a été révélée. J’ai commencé à recevoir des intuitions qu’il y avait un élément non humain – quoique pas nécessairement reptilien – dans cette affaire. C’est à ce moment-là que je suis parti en voyage en Amérique pour donner des causeries de ville en ville pendant deux semaines environ et que j’ai rencontré douze personnes différentes qui m’ont raconté avoir eu des expériences avec des entités reptiliennes. Voilà comment ça a fonctionné et puis ça a continué. Pour en revenir à ces nouvelles informations, ça s’est passé de la même manière.

Je me suis lancé dans l’écriture de ce livre en commençant par relater la période des débuts… disons en mars 2009 bien que j’aie dû faire une pause importante quand j’étais en voyage. Et, je ne sais pas, un mois ou deux après que j’aie commencé, un jour je me suis assis pour écrire et j’ai senti que l’énergie de la pièce se transformait. Et j’ai pensé : je connais ça, je le reconnais. A ce moment, il se produisit un changement vibratoire. C’était tangible. L’atmosphère s’était modifiée – c’est une façon simple de le dire – et c’est quelque chose que je reconnais.

Ce qui me parvint alors, fondamentalement, fut : la Lune n’est pas réelle. Il y a, bien sûr, beaucoup plus à raconter sur ce que j’ai reçu, mais la Lune n’est pas authentique, la Lune n’est pas ce que vous croyez. Et je pensais… la Lune n’est pas ce vous croyez… Bon, c’est quelque chose qui m’avait déjà traversé l’esprit une ou deux fois au cours de ces années. Juste une petite pensée, sans plus, vous savez, l’espace d’un instant. Ça n’avait jamais été plus loin.

Alors, je pensai : la Lune n’est pas réelle. Je tapai alors quelques mots clé dans un moteur de recherche. Je ne pensais pas trouver quoi que ce soit. Et voilà qu’une minute ou deux plus tard, peut-être moins je suppose avec la vélocité de Google, j’obtiens pour résultat un livre intitulé Who built the Moon ? (Qui a construit la Lune ?) écrit par deux chercheurs qui sont aussi les auteurs de quelques autres ouvrages. Qui a construit la Lune ? Je veux dire, vous savez, c’est un titre magnifique dans le cas présent : la Lune est un artifice.

Et je l’ai lu. Je l’ai commandé et je l’ai lu immédiatement. Je ne dis pas que tout ce qu’il y a dans le livre – ou dans quelque livre que ce soit – est vrai à 100%. Je veux dire que, nom d’un chien, nous nous efforçons de mettre au jour de grands mystères - pas des trucs sans importance - qui ne veulent pas être dévoilés, ou au moins des gens qui n’ont aucune envie que l’on en parle. Alors, je ne prétends pas que tout soit absolument authentique, bien sûr que non. Les choses ne marchent pas comme ça. Toutefois, j’ai été vraiment, vraiment très impressionné par la façon dont les auteurs ont montré les anomalies, les anomalies très étranges et inexplicables sur.. eh bien, tout d’abord, sur la façon dont la Lune a été créée.

Lorsque je me suis mis à lire les explications scientifiques… ça aussi, c’est quelque chose, vous savez. Il y tellement de théories scientifiques qui, à force d’être répétées, deviennent des faits scientifiques. Attendez une minute ! Un fait scientifique ? Reprenons les choses au début… Dites donc, il s’agit bien d’une théorie !

J’en arrivai donc à la « Théorie du Big Whack » sur la création de la Lune. On y raconte qu’une planète de la même catégorie que la planète Mars aurait heurté la Terre et qu’un gros morceau s’en serait détaché pour former la Lune. Puis, j’ai continué ma lecture et découvert que parce que ça ne se goupillait pas bien côté science physique et tout le reste, ils l’avaient quelque peu modifiée de façon que la planète heurte la Terre encore une fois.

Je me dis : ça, c’est sacrément tiré par les cheveux… Hmm… Et là, c’est comme…

-T’en veux une autre ? Je vais t’en donner une autre.

-Oui.

-Très bien, voilà. Ça, c’est la Lune maintenant. T’as vu c’qu’on a provoqué ?

Et le fait que la lune soit bien plus grosse qu’elle ne devrait l’être en réalité pour un satellite de la Terre, que sa position et sa géométrie, le ratio géométrie/mathématique entre la terre et le Soleil particulièrement soit très, très impressionnant et… Qu’est-ce qui se passe ? Et le fait est qu’il y a des preuves que la Lune est creuse – en tout cas, dans une grande mesure. Personnellement, je pense qu’elle est compartimentée.

Et puis, je suis tombé sur quelque chose que beaucoup de gens ont déjà rencontré, car tous ces évènements se chevauchent ; le plan de base en est très simple : les deux savants de l’Académie Russo-soviétique des Sciences, qui ont écrit un article dans le magazine Spoutnik en 1970, je crois, mettaient en avant la thèse que la Lune est artificielle, qu’elle est creuse… elle n’est peut-être pas totalement artificielle, mais c’est un planétoïde évidé - je répète : évidé – et qu’une forme de vie extraterrestre non-humaine avancée, quel que soit le nom que vous vouliez lui donner - technologiquement avancée - avait créé cet artifice.

Là-dessus, ils commencent à détailler comment elle aurait été élaborée. Et quand vous suivez leur raisonnement, vous vous rendez compte qu’il répond aux questions concernant des anomalies à propos desquelles la science s’interroge encore. Comme le dit l’un des scientifiques, en réalité, la seule chose que l’on puisse dire à propos de la Lune, c’est que c’est une aberration mathématique : en l’état, elle ne devrait pas se trouver là.

L’une des choses que ces scientifiques disent, par exemple, c’est que l’extérieur de la Lune, sur une épaisseur d’environ 5000 mètres, est une zone tampon qui sert à la protéger des collisions avec des débris et autres objets spatiaux.

Par ailleurs, ils affirment – je ne dis pas que ce soit absolument exact, mais je pense que les thèmes, eux, le sont probablement – qu’il y a une barrière imprenable d’une trentaine de kilomètres. Et puis, il y a les cratères lunaires qui, malgré les différences de taille liées, bien évidemment, aux différences de puissance d’impact, ont une profondeur assez constante, ce qui fait dire aux gens : Comment cela est-il possible alors qu’ils ont différents… ? Les choses peuvent donc aller jusqu’à une certaine profondeur, après ça ne passe plus.

Quoi qu’il en soit, toutes ces pièces se sont imbriquées et j’ai réunis des tas d’autres… j’ai mis des quantités de détails dans le livre, après quoi j’ai appelé l’oracle, bien sûr ! J’ai donc téléphoné à Crédo Mutwa, le shaman zoulou, l’historien officiel de la nation zouloue et j’ai découvert, [grâce à lui,] qu’en s’appuyant sur les symboles des légendes zouloues, celles-ci s’appliquent de façon extraordinairement précise tout au long de l’histoire.

Une des choses qui me fait sourire c’est que ces anthropologues, historiens et compagnie qui représentent la tendance la plus répandue, qualifient le plus souvent de métaphores les récits des anciens et comme ce sont des gens qui fonctionnent avec le « cerveau gauche », ils les décodent littéralement - c’est tout ce qu’ils peuvent faire, ils ne peuvent pas dérouler l’histoire à travers le processus symbolique. Parce que nous sommes à une époque où nous… où il tellement plus facile de communiquer ce que nous essayons de dire dans la mesure où nous disposons d’une technologie toujours plus sophistiquée qui reflète la réalité même de ce que nous vivons.

L’univers de réalité virtuelle, par exemple, est un flot d’information vibratoire que nous décodons au moyen de l’électricité pour aboutir dans l’holographique afin de créer cette réalité. Vous voyez, je viens juste de faire la description d’Internet. Si cette pièce est équipée en wifi (Internet sans fil), alors votre ordinateur, là-bas, peut aller chercher cette réalité collective mondiale dans l’éther invisible. Eh bien, c’est ce que nous faisons d’une façon beaucoup plus sophistiquée. C’est pourquoi une circulation fluide de l’information est tellement essentielle à la réalité holographique dont nous faisons l’expérience.

Et les anciens n’avaient rien de tout ça à leur portée ! Pour mener à bien ce qu’ils essayaient de dire sur la réalité et la vie, ces devins, ces porteurs de la connaissance devaient utiliser le symbolisme qui était à leur disposition et que leur public, les gens de l’époque, pouvait comprendre.

Ce qui est une condition préalable. J’ai donc appelé Credo. Je ne lui ai rien dit de mes pensées ou de ma réflexion sur la Lune ni sur les éléments que j’avais reliés jusqu’à ce moment-là.

Je n’ai prononcé qu’une seule phrase :

– Credo, pouvez-vous me dire ce que les légendes zouloues racontent à propos de la Lune ?

– Oh oui, monsieur David, dit-il, nous disons de la Lune que c’est un œuf.

Bien sûr, un anthropologue qui n’est pas au courant de tout ça s’exclamerait : La Lune, un œuf ? [Il fait mine d’imiter quelqu’un qui chuchote] Dieu que ces gens sont primitifs. Primitifs. Primitifs. Ils ne seraient jamais reçus à un examen, vous savez.

Pourquoi ont-ils pris l’œuf comme symbole ? Parce que, disent-ils, la Lune a été évidée, évidée par deux frères, deux frères reptiliens appelés Umpanku et Rwani. Ils étaient connus dans les légendes zouloues comme les « Frères de l’Eau ». Ces légendes disent qu’ils ont vidé la Lune et l’ont fait rouler à travers le ciel il y a des centaines de générations de cela. Et puis, quand ils l’ont apportée près de la Terre, elle a causé une immense catastrophe géologique.

Evidemment, quand la Lune est arrivée dans le champ de gravitation de la Terre, elle l’a bousculée. Enfin, il y a ce vieux thème de la Terre qui se retourne sur son axe. Ce serait… fondamentalement, ce qui s’est produit alors, c’est que tout se qui trouvait là auparavant a été réduit à néant et que quand les choses se sont calmées, ils ont pu construire, ceux qui sont à l’intérieur de la Lune ont pu édifier leur nouvelle société. Je suis absolument certain que c’est bien ce qui s’est passé.

Et, chose intéressante, naturellement comme vous le savez, Bill, Umpanku et Rwani qui, dans les légendes zouloues avaient une peau couverte d’écailles à l’instar des poissons, étaient deux frères que l’on appelait les « Frères de l’Eau ». Ce sont là des légendes zouloues d’Afrique du Sud. Si vous les transposez à Sumer, à Babylone et aux tablettes sumériennes, vous reconnaissez les Anunnaki que dirigeaient Enki et Enlil. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Enki a largement été représenté et associé à l’eau. Encore une fois… c’était des frères.

Encore une fois, c’est bien cette histoire qui est reflétée ici mais aussi des tas d’autres histoires de frères, comme entre autres celles de Caïn et Abel. Je pense que lorsqu’on y réfléchit, on retrouve dans leur thème d’origine ce que j’appellerai ces entités reptiliennes. Et les légendes zouloues disent que Rwani et Umpanku qui étaient reptiliens, étaient… on les appelait les Chitauri, les enfants du serpent, les enfants du python. Ils dérobèrent la Lune de ce que l’on nomme le Grand Dragon de Feu pour l’apporter vers la Terre.

Et… la Lune a apporté des catastrophes et tout changé. Elle a, évidemment, affecté l’angle et la révolution de la Terre – et tout le reste. Elle a une influence sur l’eau. Elle a un formidable impact sur le système hormonal humain lequel est raccordé au système endocrinien, aux glandes pinéale et pituitaire du troisième œil – dont l’ouverture donne la conscience des dimensions subtiles et la vision au-delà des cinq sens (NDT : Il n’est ni l’Ajna chakra, ni son expression matérielle, la glande pituitaire, mais le résultat de l’interaction magnétique entre les deux centres physiques de la tête, la glande pituitaire et la glande pinéale – Michel Coquet – le 3ème Œil – Editions Alphée). Elle a un impact fondamental. Qu’importe… Je dis aussi que d’autres choses encore émanent de cette Lune-là. Le fait qu’elle se trouve là, la taille qui est la sienne, l’emplacement qu’elle occupe, tout cela participe à lui donner une influence fondamentale.

Pour revenir à ce dont je parlais tout à l’heure, je veux dire que lorsque la Lune est entrée dans le champ de gravitation de la Terre, en même temps que d’autres chose qui se sont produites parallèlement – parce qu’il y a beaucoup à raconter au sujet de Mars et de tout ce qui lui est arrivé dans cette histoire – que… Vous voyez, pour nous la Lune est un objet comme un autre et quand nous la regardons, nous voyons quelque chose de solide. Ça, ce n’est que le niveau holographique de la chose une fois décodée. Sa raison d’être c’est l’émission d’information comme tout ce qui dans cette réalité.est émission d’information par vibration

Ainsi donc, lorsque la Lune est entrée « physiquement » dans le champ gravitationnel de la Terre… elle n’est entrée physiquement qu’une fois la réalité holographique aboutie ce que nous appelons la réalité des cinq sens – quoi qu’il en soit, c’est ainsi que je l’appelle, pour faire simple. De fait, il s’agissait de l’information circulant par la voie de cette onde de forme qui est à l’origine de la manipulation flagrante sur cette planète parmi toutes les autres choses dont nous avons parlées. Et cette manipulation s’est manifestée sous la forme du système de contrôle.

Elle s’est manifestée par des personnalités brisées, par l’absence d’harmonie et par un sens désespérément limité du soi et du monde. Parce que lorsque l’on est en harmonie et en équilibre, on peut accéder plus facilement à des niveaux supérieurs de conscience. Mais quand votre champ énergétique fait ça : [il fait des gestes indiquant l’agitation et de babillage incessant] tous ces trucs-là à tout propos – l’inquiétude, la peur – cela n’indique certainement pas un état d’équilibre.

Par conséquent, ce à quoi vous pouvez vous ajuster, ce que vous pouvez rapporter en termes de compréhension, de conscience, de perception et même de manifestation, se limite essentiellement à l’état de conscience harmonieux, en accord avec ce que nous nous – le genre humain - étions avant la manipulation.

Comme je l’ai dit, ces Vibrations de Vérité viennent à bout de la manipulation, la manifestation de la manipulation nous jette donc maintenant à figure tout ce qu’elle peut pour essayer de s’accrocher à ce que l’énergie est en train de retirer du logiciel. C’est pour cette raison que monde va changer radicalement une fois que le point critique aura été dépassé, radicalement et totalement pour le meilleur.

BR : Mais, quel rapport y a-t-il avec la signification du fait que la Lune n’est pas ce qu’elle semble être ?

DI : Eh bien, vous voyez… je pense que, comme je l’ai déjà évoqué, l’apparition de la Lune était associée à toute une série d’autres choses. Vous savez, quand les anciens se référaient à une guerre des dieux dans le ciel, je ne crois pas du tout qu’ils s’exprimaient métaphoriquement. Le symbolisme - on pourrait en débattre – est ce que les gens en font. Pour ma part, je suis convaincu qu’il y a de fortes chances que ce soit véritablement littéral. Ce fut une bataille entre ce que nous percevons comme étant… et ce qu’ils percevaient comme des dieux.

Et puis, il y a la destruction de Mars qui, je le pense, était une planète occupée beaucoup plus récemment que les gens ne l’imaginent, et le fait est que nous retrouvons ce thème pas seulement auprès de gens dont le travail est dans la ligne d’Immanuel Velikovsky qui s’est illustré pour cela, mais aussi et encore une fois dans les légendes zouloues qui stipulent très exactement la même chose. Dans les deux cas, on dit qu’il y avait une planète entre Mars et Jupiter et qu’elle a été détruite. Détruite par des armes de haute technologie.

Dans Star Wars, vous savez… l’étoile… Vous savez, Bill, George Lucas est un membre prédominant du tout premier cercle. Ce qu’il raconte n’a rien de foutument imaginaire, comme : « il était une fois dans une lointaine galaxie… » Non, non… pardonnez-moi, dans la nôtre. Merci, George. Rappelez-vous, il parle de la planète détruite et de l’Etoile de la Mort. Qu’est-ce que l’Etoile de la Mort sinon la Lune ? Et c’est un objet fabriqué… un artifice utilisé pour s’approprier des planètes.

Je pense qu’il y en a beaucoup d’autres du même genre et que ce que le langage de la vie et tout ce dont j’ai parlé un peu plus tôt, comme la façon dont l’information m’est présentée et ce qu’elle me dit – ce que je suggère, quoi qu’il en soit – démontrent qu’il existe un modus operandi permettant l’introduction de ces Lunes.

Lorsqu’ils introduisent les Lunes, celles-ci ont une influence fondamentale sur la planète telle qu’elle est, ce qui fait qu’ils se trouvent virtuellement devant une page vierge, c’est ce qui s’est passé ici. Mais tout ça, c’est fini, cette civilisation-là est arrivée à son terme. Puis, à mesure que les choses s’apaisent, ils se lancent dans les manipulations génétiques et autres et ils se mettent à contrôler la société, puis la planète.

Il faut toutefois mentionner que ces Lunes dépendent de la planète cible en matière de ressources, d’esclavage pour créer les ressources et de toutes sortes de choses. Ainsi donc, bien qu’il semble y avoir une dynamique indiquant que la Lune contrôle la planète, en réalité la Lune en est totalement dépendante pour tous ses besoins.

Un des thèmes récurrent dans les récits des anciens, dans les légendes zouloues et dans ce que m’ont raconté beaucoup de gens que j’ai rencontrés tout au long de ces dernières années, c’est que ces entités reptiliennes – dont j’affirme qu’elles étaient présentes à l’intérieur de la Lune mais, attention pas seulement, à l’intérieur de la Terre également et dans d’autres régions de ce système solaire – ces entités reptiliennes sont terrifiées à l’idée d’être découvertes.

En effet, il faut savoir que leur nombre, si on le compare à la population humaine, est très restreint. C’est pourquoi… c’est l’une des raisons pour lesquelles, les reptiliens veulent éliminer une bonne partie de la population humaine – un thème récurrent dans la recherche conspirationniste – car ils ne peuvent pas en gérer l’importance.

Mais, il se trouve qu’ils dépendent complètement de cette planète en termes de ressources et…

BR : C’est une relation parasitaire que vous décrivez là…

DI : Oh, c’est précisément ce que j’ai dit dans mon livre et ceci est intéressant, Bill, parce que j’y parle également de quelque chose que j’appelle la Matrice de la Lune. Or, cette Matrice Lunaire est le cerveau collectif qui transmet à destination de ces entités reptiliennes. Ainsi donc, ce qu’ils ont fait – j’expliquerai ce que je veux dire plus en détail dans un instant – mais puisque vous évoquez le thème des parasites, il faut dire que de bien des façons, la race humaine est devenue l’expression collective de cette mentalité.

Alors, si vous observez la société… et c’est un sujet que j’ai largement développé dans mon livre, curieusement, on constate qu’il existe un groupe parasite qui, littéralement, s’emploie à parasiter un peu partout des planètes, d’autres groupes de gens, des populations, les populations de planètes entières et ils ont réussi à transférer cette attitude à la société humaine.

Regardez, Bill ! La société humaine est inondée de gens qui en parasitent d’autres en profitant de leurs efforts et de leurs talents pour se gratifier, eux qui n’ont pas apporté la moindre contribution. Regardez le système bancaire ! C’est le plus grand réseau parasite que vous puissiez trouver. On voit les gouvernements vivre en parasites sur le dos de la population toute entière tout comme le font les multinationales. Puis, transposez ça à la population dans son ensemble et vous êtes face à des parasites.

Je tiens à dire que j’ai rencontré des parasites dans ma vie. Un type a essayé de prendre le contrôle de tous mes livres et j’ai dû dépenser une fortune en frais de justice pour l’en empêcher. Il n’avait pas apporté la moindre contribution de quelque façon que ce fût ! Quelqu’un comme Jordan Maxwell a eu affaire à des parasites dans sa vie. Un en particulier qui a tenté de s’approprier son travail, l’œuvre de sa vie, et d’en profiter financièrement. Il y a tellement de parasites ! On en voit partout, pourquoi ? Parce qu’ensuite on s’incarne dans le corps d’un parasite et le corps existe à de multiples niveaux de réalité.

Je suggère que la mentalité reptilienne a été transférée dans l’inconscient collectif de la race humaine d’une manière que je vais développer à travers de ce que j’appelle la Matrice de la Lune.

Selon la force de la connexion que vous avez avec cette Matrice de la Lune, cet inconscient collectif, vous serez plus ou moins influencé par elle. Plus vous serez en accord avec elle, plus votre comportement et vos perceptions reflèteront la mentalité du troupeau.

A contrario, plus vous étendez votre conscience permettant ainsi à votre état vibratoire d’échapper à la fréquence de la Matrice Lunaire – qui, selon moi, est retransmise depuis la Lune – moins elle peut vous affecter.

Bien. Revenons très rapidement sur la période que nous traversons en ce moment. « Ils » sont prêts à faire n’importe quoi pour empêcher les gens de prendre conscience de l’influence de la Matrice Lunaire et par conséquent d’échapper à la mentalité de troupeau. Il faut savoir que lorsque vous avez commencé à vous en éloigner, son influence sur vous diminue et finit par disparaître et c’est alors que, tout à coup, vous vous mettez à voir les choses d’une manière qui vous était inaccessible auparavant.

Une des… comme je l’ai déjà mentionné, la principale caractéristique de ces entités reptiliennes, à cause de leur désir forcené de contrôle, c’est une insécurité exacerbée. La peur de perdre leur… leur capacité à survivre quand la population ciblée se rendra compte de ce qui se passe. C’est donc leur mentalité profonde. Cette pensée collective qui est connectée à l’inconscient collectif des êtres humains, cet esprit de troupeau, manifeste, projette et communique cela à la population.

Que voyons-nous ? Une population humaine toujours anxieuse et qui a peur de ne pas survivre, pas seulement au plan physique mais également financier… de ne pas survivre à : Et si mon compagnon me quittait ? Si je perdais mon travail ? Si cette nouvelle information était une menace pour mes convictions ? Tout tourne autour de la survie… de la nécessité de survivre.

D’où cela vient-il ? Si vous interrogez des experts du cerveau, de son anatomie, etc., ils vous répondront tous : c’est caractéristique du cerveau reptilien. Cela vient du cerveau reptilien et c’est ce qu’ils appellent, ce que certains appellent le « complexe reptilien » / le « complexe-R ». Cela fait des années que j’écris sur le sujet pour des raisons bougrement évidentes.

Ce que je dis dans le livre – et j’insiste : il suffit de le ressentir – c’est que cette manipulation génétique dont parlaient les anciens et que l’on retrouve toujours et encore – jusque dans La Bible : « les fils de Dieu se sont accouplés aux filles des hommes » et tout ce bazar, n’est pas simplement une expression, il en est question partout. Je dis que c’est une séquence, le thème de base de la séquence : la Lune entre dans le champ gravitationnel de la Terre et tout est transformé, c’est la fin de la société telle qu’on la connaissait. Dès lors, on assiste à des catastrophes géologiques et biologiques sans précédent, à la fracture des personnalités humaines chez ceux qui ont déjà eu toutes les peines du monde à survivre…

Puis les choses se mettent en place et les manipulations génétiques commencent. Soudain, des sociétés surgissent à Sumer, en Egypte, dans la Vallée de l’Indus, en Amérique du Sud, en Afrique de l’Ouest, en Chine. Des sociétés qui étaient en avance sur les autres. Je dis que c’est sous l’influence de ces entités. Evidemment, on a ensuite l’histoire des Anunnaki à Sumer, l’histoire des Chitauri en Afrique du Sud… dans les légendes zouloues.

J’affirme qu’il y a eu une manipulation génétique de l’espèce humaine. Bien sûr, je ne dis pas que le cerveau reptilien n’existait pas avant ça mais qu’il n’était en rien comparable à ce qu’il est maintenant. Je dis aussi que le cerveau reptilien agit, si on reprend la métaphore de l’ordinateur – celle de l’ordinateur corporel biologique que j’utilise depuis des années dans laquelle c’est un ordinateur biologique qui capte l’information et la transforme en cette réalité et, parce qu’il est biologique, il a la capacité de penser par lui-même jusqu’à un certain niveau – en fonction de cette analogie, ce cerveau reptilien est une puce informatique reliée à la Matrice Lunaire.

Et si nous vivons notre vie avec les caractéristiques du cerveau reptilien… soit fondamentalement la peur sous toutes ses formes, celle de ne pas survivre, et aussi dans la réaction, car le cerveau reptilien ne pense pas, il réagit ! Attention, d’une certaine façon, c’est une bonne chose. Si vous êtes au volant et que quelqu’un fait soudain irruption devant vous, vous pouvez remercier votre cerveau reptilien ! Vous savez que l’information n’a pas besoin de passer par le filtre élaboré du néocortex : Oh ! Cette femme traverse la rue, que dois-je faire ? Dois-je m’arrêter ? Dois-je m’écarter ? Oui ? Non ? Boum !

Une fois que cette réaction mécanique se manifeste, influence et commande… - Ce qui est le cas chez tellement de gens – Bonté Divine ! – et chez nous tous de temps à autre pour ne pas dire plus, dans la vie courante, dans nos décisions et nos interactions - vous avez alors une société qui est en réalité une manifestation du cerveau reptilien.

Dans le livre, j’ai longuement approfondi les caractéristiques du cerveau reptilien puis je les ai comparées à celles de la société humaine et j’ai constaté qu’elles se reflètent incroyablement et de bien des façons.

Parmi les éléments que j’ai remarqués : la société - qui était là auparavant – se termine avec l’arrivée de la Lune. Les choses s’apaisent, les manipulations génétiques commencent à ajuster l’espèce humaine à la Matrice Lunaire – les transmissions en provenance de la Lune – espèce humaine qui, à l’évidence, a démarré avec une population très réduite. Je dirais qu’elle venait d’Afrique, ce qui semble être aussi l’avis des anthropologues, et qu’elle est devenue, avec le temps, l’espèce humaine telle que nous la connaissons aujourd’hui.

Et puis, dans les années 90, j’ai vu un film… Je pense qu’il a été réalisé dans les années 80… Il s’intitulait They Live (Ils vivent) [Titre français « Invasion Los Angeles » NdR] de John Carpenter. Celui-ci ne s’est pas juste contenté de le produire. Je crois qu’il a tout fait, la musique, les effets spéciaux, absolument tout. C’est le John Carpenter qui a travaillé avec George Lucas dans Star Wars.

La première fois que j’ai vu ce film – à propos, vous pouvez aller sur YouTube et taper « They Live John Carpenter » dans le champ « recherche », il est toujours accessible (en entier ou en segments) et je le recommande fortement – j’ai pu me rendre compte, à l’époque, Bill, qu’il s’agissait véritablement d’une description de ce qui m’a semblé être le monde tel qu’il nous attendait dans les années à venir.

Mais, nom d’un chien, quand on y réfléchit, tout est dit ! Si ce type… bon, évidemment John Carpenter prétend que ça n’a rien à voir, que c’est juste une histoire – allons, voyons John, s’il vous plaît… s’il vous plaît, ne nous prenez pas pour des imbéciles !

Pour ceux qui ne l’ont pas vu, voici de quoi il s’agit : l’action se déroule dans l’Amérique des années 80 pendant une crise économique majeure. Quand le film est sorti, l’intrigue se situait dans le futur mais on peut voir à présent que ce futur est aujourd’hui. Les gens sont obligés de vivre dans la rue sous des tentes avec des toits faits de tôle ondulée, des refuges de fortune sur des terrains vagues – c’est ce qui se passe actuellement à travers les Etats-Unis – et on découvre le personnage principal dès le début du film. Il cherche du travail dans la construction et, bien qu’il n’y ait rien, il se débrouille tout de même pour trouver quelque chose.

A la fin de la journée, en quittant le chantier, un grand type noir lui demande s’il a un endroit où dormir et l’autre répond que non. En résumé, les deux hommes rentrent au village improvisé fait de bric et de broc, de toiles qui servent de tente, de tôle ondulée et de parpaings, le tout sur un bout de terrain en friche. Les gens ont réussi à bricoler une télévision dont la réception n’est pas fameuse et ils l’allument juste au moment où les deux hommes arrivent.

Soudain, le programme s’interrompt. Un homme apparaît et il dit simplement : Ils sont ici (ou quelque chose comme ça, je ne me rappelle pas au mot près) Ils sont ici ! Nous ne nous en rendons pas compte mais ils sont ici ! Ils nous contrôlent ! Ils nous contrôlent !

Quoi qu’il en soit, le type – je l’appellerai l’ouvrier, le nouvel arrivant dans le village – commence à se montrer curieux au sujet de l’église de l’autre côté de la rue. Il est attiré par ce qui semble s’y passer. Des gens du village y vont et c’est … très étrange. Il décide d’aller voir lui aussi, comprenant bientôt que la musique qui semble émaner d’un service religieux alors qu’il essaye de s’y introduire sort en fait d’un magnétophone. Il s’agit en réalité d’une opération secrète menée par ces gens et destinée à résister au contrôle qu’on tente de leur imposer.

Il faut dire que non seulement on est en pleine crise économique mais aussi dans un état policier – Hé ! Mais, c’est maintenant, nous y sommes ! Cette nuit-là, il y a une descente de police avec des hélicoptères et des flics armés jusqu’aux dents et les bulldozers arrivent pour raser le village. Le lendemain matin, (certaines personnes ont été arrêtées mais il a réussi à échapper) il retourne à l’église. Pour autant que je souvienne, la veille il a remarqué des boites en carton, et il réussit à en prendre une.

Il s’enfuit, il n’y a personne à ce moment-là, et il se réfugie dans la… dans une ruelle entre deux grands immeubles, une sorte de passage à l’écart, et là il ouvre la boîte. Et… ce sont juste des foutues lunettes de soleil ! Bien sûr, il est surpris et déçu mais il en prend tout de même une paire qu’il met dans sa poche, puis il jette la boîte et s’en va. Tandis qu’il sort de la ruelle et débouche sur la rue principale, il met les lunettes. Le voici d’un seul coup dans un monde complètement différent.

Ce qu’il voit à présent n’est plus la pub pour Coca-Cola, c’est un écriteau qui dit CONTINUEZ A DORMIR, là, de l’autre côté, ce n’est plus l’affiche qui invite à de magnifiques vacances, mais un texte qui ordonne OBEISSEZ A L’AUTORITE – ses lunettes lui permettent de voir tout ça. Il se rend alors dans un kiosque à journaux et commence à feuilleter des magazines comme Newsweek, Times et autres ; sans les lunettes les textes sont comme d’habitude mais dès qu’il les chausse, tous les messages subliminaux apparaissent : CONTINUEZ A DORMIR, OBEISSEZ A L’AUTORITE…

Soudain un type entre pour acheter le journal et l’ouvrier le regarde : l’autre a l’air humain mais dès qu’il met les lunettes, il se rend compte que le type n’est pas un humain. Il se met alors à regarder autour de lui et à comprendre que, lorsqu’il a ses lunettes – qui permettent de décoder la réalité autrement - certaines personnes, pas la majorité mais un nombre significatif tout de même, ne sont pas des humains. Et pourtant, à l’œil nu ce sont des êtres humains ! [il fait mine de mettre et de retirer des lunettes].

A présent, il comprend ce qui se passe. Il regarde à la télévision le président qui fait un discours : ce n’est pas un humain ; des membres des forces de police, ce ne sont pas des humains ; il se rend à la banque, bon nombre des personnes présentes ne sont pas des humains. Etc.

En guise de conclusion : le film se termine quand les protagonistes comprennent que la raison pour laquelle l’humanité ne peut pas voir ce que lui discerne avec ses lunettes est qu’il y a au sommet de la tour de la télévision, une parabole géante qui diffuse une transmission et que cette parabole bloque le signal – je dirais : « élève un mur pare-feu » comme les autorités chinoises le font pour empêcher l’accès au système informatique en Chine afin que les Chinois ne puissent recevoir de larges pans d’information sur Internet, alors que nous le pouvons – annihilant ainsi les capacités de la population à discerner ce que lui peut voir avec ses lunettes.

Ce que je dis dans le livre, c’est que si on enlevait cette antenne parabolique de la tour de la télévision, où elle fait dans le film office de symbole, pour la placer sur la Lune, on serait alors très proche de ce dont je parle. Et, naturellement, il y a de nombreux autres détails intéressants mais je suis… sur ce thème. Mais enchaînons… vous savez, l’information me parvient avec une telle vitesse actuellement ainsi que je l’ai décrit tout à l’heure, je suis convaincu que cette Matrice Lunaire opère au sein d’une matrice de contrôle plus puissante… et je pense que la planète Saturne est fortement impliquée là-dedans.

Il y a, j’en suis sûr, infiniment plus à savoir sur les Lunes de Saturne et sur les raisons pour lesquelles il en existe tant et aussi sur ce qui a conduit George Lucas – comme cela semble être démontré quand vous ajoutez ceci à cela – a baser son Etoile de Mort (la Lune) sur Mimas, une des Lunes de Saturne. Et bien sûr, Bill, comme vous le savez bien, des gens du premier cercle parlent de vaisseaux énormes, de taille incompréhensible (de notre point de vue) qui entrent et sortent de Saturne.

BR : Norman Bergrun, The Ring Makers of Saturn.

DI : Oui, et je pense que plus récemment, lors d’un Congrès qui se tenait à Barcelone, des gens en ont également parlé et…

BR : Bob Dean.

DI : Oui. Et voyez-vous, je pense qu’il s’agit d’une révolution qu’il va nous falloir comprendre. Et c’est comme ça, parce que nous, sur cette planète Terre, nous vivons sur… eh bien, pour le moins dans la réalité illusoire holographique… [Rires] En réalité, où nous situons-nous dans ce que nous appelons le temps et l’espace ? Mais, quoi qu’il en soit, de notre point de vue, nous vivons à l’extérieur de la planète. Est-ce donc forcément ainsi que toutes les planètes fonctionnent ? J’ai la sensation qu’au moins une grande partie des planètes opèrent avec des populations qui vivent à l’intérieur, et non à l’extérieur.

Maintenant, si on revient à… C’est pour cette raison, je crois, que nous sommes passés à côté d’un grand nombre de choses car nous regardons à l’extérieur et nous disons : mais c’est inhabitable ! C’est peut-être le cas à l’extérieur mais qu’y a-t-il à l’intérieur ?

Mais, pour en revenir à… tout à l’heure, vous avez mentionné le film Avatar. Je crois… comme je l’ai déjà dit, je ne sais pas ce que Cameron a voulu symboliser mais pour moi, il est flagrant que si vous prenez les Êtres Bleus au nez de lion – et je pense que le symbolisme du lion est très, très fort car je crois que… Je l’ai utilisé comme symbole de l’être humain véritable en opposition aux êtres humains opprimés que nous sommes devenus – donc, si vous considérez que les Êtres Bleus au nez de lion étaient l’Humanité avant le Schisme, avant la venue des prédateurs, il est évident qu’ils étaient en harmonie, en connexion totale avec tout.

Maintenant, imaginons que les forces armées des Etats-Unis et leur technologie de pointe débarquent sur cette Lune, qu’ils lui donnent le nom de Pandora, s’en emparent, prennent possession de ses ressources sans la moindre compréhension de ce que c’est qu’être connecté à toute chose, et qu’ils la détruisent – remplacez les forces armées américaines d’Avatar par ces prédateurs reptiliens et ça ressemble fichtrement à ce qui s’est réellement passé.

BR : Il m’est venu à l’idée que ce pourrait faire un thème très intéressant pour une saga dans laquelle les humains que vous avez décrits métaphoriquement comme étant les Reptiliens…

DI : C’est juste.

BR : … reviennent infiltrer les Na’vi, les Êtres Bleus, avec des avatars qui n’auraient rien de bienfaisant, comme ceux que nous avons vus dans le film interprété par Sigourney Weaver et les autres, mais qui seraient en fait des envahisseurs. Parce qu’alors, nous avons l’introduction des Reptiliens venus prendre le contrôle… stratégique et militaire des positions sur un champ de bataille politique et économique en infiltrant des agents, je pense.

DI : Oui, la chose intéressante à propos de ce film, Avatar, c’est qu’il possède la dimension dont je parle dans mes livres depuis, disons, une bonne décennie, sur le fait que ce nous appelons les lignées Illuminati sont en fait des hybrides. Ce sont des hybrides de reptiliens et d’humains qui ont été spécifiquement développés par ces Reptiliens.

Ils ne sont pas uniquement dans la Lune mais elle représente une partie importante de leur système de contrôle, j’en suis absolument convaincu. Ils ont produit des lignées spécifiques qui sont porteuses d’une connexion génétique beaucoup plus puissante avec eux. Mais bon, je parle de connexion génétique, ce que nous appelons la génétique. Ça se joue sur le plan holographique, c’est en fait la génétique dans notre perception.

Voyons la génétique. De quoi s’agit-il sinon d’un logiciel, d’une information au niveau métaphysique vibratoire – ce que dans le livre j’appelle l’univers métaphysique, ce que je décris comme le concept vibratoire ou informatif, comme l’univers métaphysique en opposition à l’univers holographique abouti. Et, parce qu’ici [il définit un espace en face de lui], nous avons cette connexion génétique, ce qui est là en réalité [il définit un autre espace derrière lui] est une connexion informative vibratoire.

Ce qui veut dire que ces lignées particulières que nous appelons les lignées illuminati, le croisement de ces familles au sommet du système bancaire avec le système politique, les forces armées, les patrons de presse et tout le reste, ils… cette comptabilité vibratoire signifie que ces entités reptiliennes qui opèrent juste en dehors du regard des humains, ou qui au moins réussissent à se projeter de manière à ce que nous ne puissions pas les décoder, peuvent posséder les facultés mentales et émotionnelles – donc le comportement et les actes - de ces filiations hybrides de manière bien moins marquée au sein de la population dans son ensemble.

Ainsi, lorsque nous parlons des Rothschild, des Kissinger, des Rockefeller, et de toutes ces autres familles dominantes de la politique, de la haute finance et des affaires, nous parlons en réalité d’hommes et de femmes qui sont des intermédiaires au plan vibratoire entre les Reptiliens opérant en dehors de la vision humaine et la société.

Et quand… tenez, par exemple, voici une analogie : vous savez, quand un scientifique veut manipuler des substances dangereuses, ce qu’il fait… On les voit faire de temps en temps : il utilise un grand réservoir et le matériel en question se trouve à l’intérieur tandis que le scientifique, lui, est à l’extérieur – prenez maintenant le champ vibratoire : cette réalité est leur réalité avant tout. Ils peuvent y entrer, en sortir, mais ils ne peuvent pas rester bien longtemps, cela semble leur poser des problèmes. Et que font les scientifiques dans les labos ? Ils enfilent des gants épais, de sorte que même en étant à l’extérieur de la réalité, ils peuvent y travailler.

Ces lignées illuminati sont comme ces gants en réalité. Elles sont le véhicule qui leur permet d’infiltrer la société humaine dans la zone de fréquence qui correspond à notre perception depuis leur propre zone de perception. Et, comme je l’ai dit, ils peuvent entrer dans cette réalité – je suis sûr qu’il y en a parmi eux qui sont dans notre réalité et peuvent y rester, c’est très possible – mais les plus importants, ceux qui sont au sommet des puissances de contrôle, peuvent venir mais pas pour très longtemps.

Pour ma part, je trouve que cela ressemble fort aux histoires de vampires comme Dracula qui… dès que le soleil se lève, ils ne peuvent pas sortir, ils doivent alors disparaître et rester hors de sa portée. Il y a une bonne dose de ce symbolisme dans tout ça.

Comme tout ce qui relève des vampires et des histoires de vampires vient de ces entités reptiliennes, je voudrais suggérer que pour cette raison même, ils peuvent entrer dans notre réalité vibratoire qui est compatible avec eux pour une durée limitée. Au-delà, ils risquent d’être détruits vibratoirement et sérieusement affectés. L’un des moyens qui peut toutefois leur permettre de prolonger leur séjour est la consommation de sang humain.

Parce que le sang humain – qui comme nous le voyons est une substance rouge qui circule dans les veines – considéré sur le plan holographique et au niveau universel métaphysique, encore une fois symbolise l’information. Il est relié à un état vibratoire. Par sa consommation, le sang humain véhicule le code génétique humain – l’univers métaphysique – soit le code vibratoire, et cela donne aux vampires reptiliens la capacité de demeurer plus longtemps dans cette réalité.

C’est donc l’une des raisons - et il y en a sûrement d’autres, mais en tout cas c’en est une - pour lesquelles on découvre là où ces lignées sont présentes, des liens avec la pédophilie, le satanisme et les sacrifices humains. Des sacrifices à qui ? Mais… aux dieux ! Les dieux reptiliens qui alimentent cette énergie de terreur, de peur et autres qu’un sacrifice humain fait monter systématiquement par la façon dont il est pratiqué.

Autre chose : dans … une lumière visible, à l’intérieur de notre gamme de fréquence, quel que soit le nom que vous lui donniez – de notre spectre électromagnétique, une fois dans cette réalité ces entités consomment des humains comme nous consommons du bétail, des moutons ou d’autres animaux. Et nous retrouvons là un thème qui remonte directement aux temps anciens où les reptiliens mangeaient les humains, aux sacrifices faits aux dieux et tout le reste. Mais, quand elles sortent de cette réalité, de retour dans leur propre réalité vibratoire, ces entités se nourrissent de notre énergie en « vampirisant » notre état énergétique.

Il faut savoir que si je veux vampiriser une source d’énergie, cette dernière doit se trouver à l’intérieur de la gamme de fréquences à laquelle je peux me connecter. S’il s’agit de la fréquence 1 et que je suis sur la fréquence 2, je ne vais pas pouvoir y accéder, il faut donc que j’établisse la connexion. Ils ont, à cet effet, structuré la société pour conserver l’humanité qu’ils ont organisée - mais ce n’est pas la seule raison pour laquelle ils ont procédé ainsi - ils l’ont fait pour nous maintenir dans la portée de la Matrice Lunaire qui opère pour cette même raison dans la même zone de fréquence que celle dont je parle. Ils ont structuré la société de façon à générer la peur maximale, l’angoisse maximale, la frustration maximale, la colère maximale, le conflit maximal.

A cause d’une énergie vibratoire inférieure, de guerres comme les deux Guerres Mondiales, et de trucs comme le 11 Septembre, ils génèrent une somme colossale d’énergie humaine émotionnelle inférieure. Ils se nourrissent de ça puis cette force, cette nourriture est recyclée dans le système de contrôle.

Mais il y a une raison que j’ai découverte chaque fois que j’ai fait des recherches sur tous les noms, ou presque, des principaux Illuminati et qui conduit finalement au satanisme et immanquablement à la pédophilie… savez-vous laquelle ?

Eh bien, encore et toujours, la vampirisation énergétique. Ces pédophiles sont en réalité, ces élites pédophiles – comme Bush père ainsi que d’autres gens que je dénonce depuis des années… comme Edward Heath, l’ex-premier ministre de Grande Bretagne, et une liste sans fin d’autres fichus noms… dont on parle, incidemment, tous les jours au journal de CNN et de la BBC… D’ailleurs, à ce propos, ça va être un sacré choc quand les noms de toutes ces entités possédées vont être mis en évidence – et ils le seront. Et, dans l’ensemble de la population où les gens ne sont pas connus, les mêmes principes s’appliqueront pour les pédophiles.

Au niveau humain, vous voyez ces hybrides d’humains avoir des rapports sexuels avec des enfants - et il s’agit toujours de sexualité anale, même si c’est avec une fille. Encore une fois, c’est une chose habituelle. Et quelle en est la raison ? Ils se connectent à l’enfant dans la région du chakra inférieur, le point ou vortex de base du champ énergétique humain. Pendant qu’elle s’adonne à l’acte sexuel avec un enfant, l’entité possédante – juste à l’extérieur du champ de vision de l’humain – draine à elle l’énergie de l’enfant. Il y a quelque chose dans l’énergie de l’enfant prépubère qui intéresse tout particulièrement les Reptiliens.

Car, comme nous le savons tous, lorsque nous atteignons la puberté, il se produit en nous une transformation hormonale absolue. De leur point de vue, ce changement a sur le champ énergétique de l’enfant un effet indésirable : il n’est désormais plus aussi pur. Ainsi, Bill, l’ancien thème des sacrifices de jeunes vierges aux dieux… Jeunes vierges n’est ni plus ni moins qu’un terme codé désignant les enfants ! Ils sacrifiaient des enfants ! Et ils le faisaient à cause de cette fameuse énergie prépubère !

Il y a donc une explication des plus claires, une fois que vous avez mis le doigt dessus, pour que tant de gens appartenant à l’élite du système bancaire, politique et autres institutions, soient à la fois satanistes et pédophiles ou bien l’un ou l’autre – mais plus vraisemblablement les deux si vous cherchez vraiment.

Ils se nourrissent de l’énergie humaine et tout particulièrement de l’énergie des enfants. Je me souviens avoir lu un passage dans un livre de Carlos Castaneda – après que j’aie compris tout ceci – dans lequel il cite sa source shamanique. Ses ouvrages ont été publiés autour des années 60 et il y parlait des enseignements de quelqu’un dont le nom était Don Juan Matus, un shaman d’Amérique Centrale.

Certains disent que Don Juan n’a jamais existé. Eh bien, laissez-moi vous dire : si cela est vrai, Castaneda était un sacré génie parce que ce qui lui a été inspiré est incroyablement exact ! Et… Don Juan Matus parlait des prédateurs. Les prédateurs qui sont venus d’un lointain cosmos pour prendre possession de l’humanité. Et, il parle de la façon dont ils se sont emparés de l’esprit de l’humanité… textuellement : Ils nous ont fait don de leur esprit.

J’affirme que c’est comme ça qu’ils s’y sont pris [il pointe le doigt vers la Lune]. C’est comme ça qu’ils l’ont fait autrefois et c’est comme ça qu’ils le font aujourd’hui. Castaneda parlait aussi du fait que ces prédateurs avaient pour cible le champ énergétique pur des enfants et qu’ils s’en nourrissaient quand celui-ci était au summum de sa magnificence, un champ énergétique vibrant, éclatant de connaissance… Si vous pouviez voir l’enfant lorsqu’il arrive à l’âge adulte, expliquait-il : son champ énergétique est devenu minuscule avec une luminosité pratiquement inexistante. Juste assez pour vivre, comme il le disait,… mais pas plus.

Voilà ce qu’ils font… et toutes ces différentes facettes que nous avons évoquées aujourd’hui, tout concorde. C’est le tableau dans son ensemble. Y a-t-il encore d’autres choses à découvrir ? Vous voulez rire ! Mon Dieu, il y en a des quantités ! Je ne dis pas que j’ai exploré tout ce qu’il y a à savoir, en aucun cas. Le « terrier du lapin » est terriblement profond …

Mais, nous commençons à entrevoir la structure dans laquelle tout ça s’insère et, une fois que… Les pièces du puzzle se mettent en place, lorsque vous avez délimité le cadre de l’image – c’est ce que je pense en tout cas, bien que je n’en ai pas fait un depuis une éternité – toutes les pièces avec les bords droits, alors vous voyez beaucoup plus clairement où vont les autres. Et, bien entendu, plus il entre de pièces, plus vous savez où positionner telle ou telle parce que vous avez une idée plus précise de l’image et c’est ce vers quoi nous allons maintenant.

Mais, sacré bon sang, que de chocs et de surprises nous attendent ! Et cela va bien plus loin que ce dont j’ai déjà parlé aujourd’hui.

BR : Que va-t-il se passer dans les toutes prochaines années ?

DI : Eh bien, je dirais que nous nous trouvons au point crucial entre l’énergie de la vieille époque et la nouvelle époque. Peut-être pourrais-je expliquer ce que je veux dire en vous disant comme ça fonctionne.

Dans le livre, je déclare que des trous noirs – il semblerait que nous en ayons un au centre de cette galaxie et je vois de plus en plus de scientifiques qui supputent qu’il en est de même dans toutes les galaxies mais nous verrons… en tout cas, ça concorde avec le reste du tableau – émane une fréquence de base qui soutient cette réalité, cependant elle n’est pas statique, elle se déplace et elle est cyclique, mais je vais y venir.

Cette fréquence de base arrache aux soleils des informations émises sous forme de photons et génère essentiellement ce que j’appelle l’Internet Cosmique sans fil. Exactement comme je le ferais dans cette pièce, si ce bâtiment est équipé du wi-fi, je serais à même de l’amener à un ordinateur sans aucun câble dans le mur ni aucun circuit électrique. L’ordinateur n’a plus qu’à s’alimenter à un Internet sans fil et disposer d’une réalité collective que n’importe qui d’autre dans le monde entier peut – enfin, pour la Chine, c’est une partie seulement et également pour quelques autres endroits – afficher sur son écran de la même manière.

Et je dis que cet Internet sans fil, dans notre réalité, est de l’information codée en photons venant du soleil ainsi que d’autres choses, je ne dis pas que c’est tout, en tout cas c’est certainement la base. Et nous décodons actuellement cette information-là dans cette réalité. Par exemple, l’énergie que les Chinois appellent le Chi et qui circulent à travers les lignes des méridiens, le circuit des méridiens d’acupuncture du corps, c’est de l’énergie photonique. L’énergie photonique circule à travers la grille des méridiens de la Terre. Et c’est de l’information, cet univers est information.

C’est de l’information décodant de l’information, à l’identique de ce que fait l’information encodée dans un ordinateur quand elle décode l’information encodée dans un logiciel ! L’information peut décoder l’information ! Ça dépend juste de la façon dont elle est programmée… pour faire ce qu’elle est supposée faire ! Êtes-vous un récepteur ou bien un émetteur, ou alors : êtes-vous un décodeur ou bien un encodeur ? OK, c’est ce que vous êtes, alors appuyez sur « Entrée ».

Alors, cette vibration qui émane des trous noirs, cette vibration spatiale – et il y a encore bien d’autres choses à savoir mais je… ne peux pas exposer les thèmes ici – tandis qu’elle se déplace à travers son cycle de transformation, elle change l’information qui émane des soleils sous forme de photons. Elle modifie la structure de l’information que nous recevons. Par conséquent, à mesure qu’elle se déplace dans ce cycle, nous nous mettons à décoder une information différente. C’est cela qui crée les époques que la culture indienne appelle les « Yugas » et cette nature cyclique du temps.

Elle n’est pas vraiment cyclique… au sens où… Son concept de base est la vibration de cette information dont je parle. Celle-ci se produit dans le présent, le seul moment où elle existe est l’instant présent. Elle ne sort pas de l’instant présent, elle ne fait que vibrer, elle… les changements de vibration ont lieu au présent.

Mais, tandis que nous la décodons et que nous transformons cette vibration en séquence etc., nous semblons nous déplacer du passé, traverser le présent, vers le futur. En réalité, c’est de l’information qui vibre dans l’instant présent, c’est juste qu’elle a changé et, à mesure que nous la décodons, notre perception est le mouvement de ce que nous appelons le temps.

Et, dans la mesure où la vibration doit terminer un cycle avant de revenir à la vibration originale, nous manifestons ce que, dans le passé, j’ai appelé la Boucle du Temps. Une Boucle du Temps apparente dans laquelle nous passons par une période d’expérience puis nous récupérons afin de recommencer. Ces périodes sont divisées en époques – en raison du changement vibratoire, d’où l’information obtenue sous la forme de photons, le changement de l’internet sans fil.

Certaines de ces périodes sont très aliénantes, très réductrices, elles représentent alors une expérience que notre conscience doit faire, et parfois ce sont des périodes d’expansion qui correspondent à des Âges d’Or. En tant que conscience désincarnée, nous choisissons où nous voulons faire nos expériences et dans quelle époque. Et puis, en nous incarnant, nous faisons l’expérience d’une période donnée et nous percevons la course du temps qui va du passé au futur après avoir traversé le présent, mais en réalité, si nous restions assez longtemps au sein du temps, nous nous retrouverions au point de départ.

Mais bien sûr, le temps est également influencé par la façon dont ceux qui interagissent avec ce jeu informatique de la Boucle du Temps et qui partagent leur connaissance, leur expérience, et aussi leurs informations sur Internet. Car Internet change avec ce que les gens écrivent dans leurs blogs par exemple. Alors, il s’agit bel et bien d’un outil interactif, mais ça, je dirais que c’est l’élément de base, le fondement. C’est juste un jeu cosmique… alors, ne le prenez pas trop au sérieux.

L’humanité a traversé - et continue de le faire - des temps très exigeants dans ce jeu cosmique. Mais comme je l’ai dit de nombreuses fois, personne dans une autre dimension ne nous menace avec une Kalachnikov pour nous imposer d’intégrer la conscience toute affaire cessante sous peine de mort, c’est un choix que nous décidons de faire.

De fait, par la vision du corps physique, quand notre expansion de conscience est bien focalisée, l’attention est dirigée sur une réalité unique – comme, par exemple, l’expérience que nous faisons actuellement de cette réalité que nous croyons physique. Ensuite, nous voilà, essayant de comprendre ce qui a pu nous faire prendre cette décision ou même si quiconque peut être assez fou pour penser ou croire qu’alors que notre niveau de conscience était au-delà de ce monde, au-delà de cette limite, nous avons fait le choix de nous trouver ici et maintenant pour vivre cette expérience.

Ainsi donc, lorsque l’on est au niveau de l’expérience, on essaie de comprendre ce qui a pu déterminer ce choix fait à un degré de conscience bien plus élevé. Et, plus nous étendons notre conscience, plus nous ouvrons notre esprit, ancrant toujours plus profondément notre connexion à ce niveau, plus les raisons de notre choix se font jour. Parce que nous avons fait un choix.

C’est comme dans les films de Matrix où l’Oracle dit à Néo : Tu n’es pas venu ici pour faire un choix, ça tu l’as déjà fait, tu es venu pour comprendre les raisons de ton choix. Et, au niveau où nous en sommes, c’est précisément ce défi que nous avons à relever. Je voudrais dire que, de manière décisive, nous avons fait le choix de vivre cette extraordinaire période de transformation. Nous avons fait le choix de passer de la limitation, de la répression, du contrôle, de la violence, des conflits et tout le reste et de voir une réalité connectée à de multiples niveaux, totalement nouvelle, faite d’expansion, paisible et pleine d’amour, qui va suivre.

Je crois que nous avons fait un très bon choix et que c’est une époque fascinante. Ne le prenons pas trop au sérieux même si nous savons qu’il y a un grand nombre d’épreuves en cours, mais plus nous le prendrons au sérieux dans les années qui viennent – et nous voici de retour à votre question sur ce qui va se passer prochainement – plus ce sera difficile. Si pendant la période en question, nous cantonnons notre sens de la réalité aux cinq sens comme une grande majorité des gens l’ont fait jusqu’à présent, les choses vont être très, très éprouvantes.

Mais si nous adoptons une attitude du genre : Attends une minute, Je ne suis pas Jones – Je ne suis pas Ethel Jones ou Charlie Smith, je ne suis même pas David Icke… Ce n’est pas… Je ne suis pas David Icke – dans le grand schéma des choses, ce n’est pas mon nom, c’est le nom que je porte dans l’expérience que je vis actuellement.

Alors, si nous prenons du recul et que nous nous focalisons sur Je suis conscience infinie et David Icke, Ethel Smith, Charlie Jones est mon expérience, alors cette époque de défis dans laquelle nous entrons sera bien plus facile parce que nous aurons sur ce qui se passe une perspective totalement différente.

Nous n’allons pas nous asseoir devant l’ordinateur et nous lancer dans un jeu vidéo en nous identifiant à l’action. Nous comprendrons que c’est un jeu et que, par conséquent, il s’agit seulement d’une expérience dans la grande éternité de ce que nous sommes. Voilà qui change complètement le point de vue que nous avons de l’épreuve et nous observons les bouleversements et les choses qui se produisent et que nous aurions préféré ne pas voir arriver, si vous m’autorisez à le dire.

Mais, voyez-vous Bill, ce que je ressens c’est que nous voyons maintenant de plus en plus les Vibrations de Vérité en action et l’impact qu’elles ont sur cette réalité. Pas encore sur les gouvernements ou autres trucs du genre, parce qu’ils sont… le fait qu’ils fassent ce à quoi nous assistons montre qu’ils sont très nettement dans une situation dominée par une énergie mentale très dense, ils sont donc encore connectés à la vieille énergie.

Ils ne reçoivent donc pas les Vibrations de Vérité. Ainsi, à ce niveau-là de conscience, le système de contrôle tel que nous le percevons – le système bancaire et politique et tout ce qui s’ensuit, les forces armées, les patrons de presse – ils vont faire tout leur possible pour aller toujours plus loin et imposer de plus en plus de contrôle, désespérés qu’ils sont de s’accrocher à leur pouvoir.

Mais, en même temps, un nombre exponentiel de gens – nom d’un chien, nous observons cela dans le monde entier, et avec quelle rapidité les choses avancent ! – de plus en plus de gens sortent de la densité dans laquelle leur vie baignait jusque là et se connectent aux Vibrations de Vérité, cette nouvelle énergie, et à partir de là, ils se voient eux et le monde d’une manière complètement différente.

Et nous sommes maintenant au point où les deux [vibrations] se battent… je déteste le terme « se battre » … Je déteste le mot « détester », en fait. Peut-on détester ce mot « détester » ? C’est un peu… mais bon, vous voyez ce que je veux dire. Et… mais un conflit se livre entre ce qui est dans le processus d’éveil et ce qui freine des quatre fers. Sur un plan symbolique, c’est comme si vous vous teniez au milieu d’une rivière dont le débit s’accélère toujours plus et que vous disiez « Je ne bougerai pas » - comme le système de contrôle – et finalement vous dépensez tellement d’énergie juste pour ne pas vous laisser emporter et sans avoir la moindre idée de ce qui va arriver… Si le flot de la rivière commence… continue d’enfler, il va vous entraîner… ça, c’est la chute du système de contrôle.

Mais, si nous montons sur un matelas pneumatique ou dans un canoë, prêts à affronter les rapides – ce qui va durer quelques années – et vous savez que nous le pouvons… cela peut s’avérer une aventure, car c’est juste une expérience : nous sommes tout ce qu’il y a, tout ce qu’il y a jamais eu et sera – une expérience. Peu m’importe si vous balayez les rues ou si vous êtes assis là à vous exprimer comme moi, si vous conduisez un bus ou… je ne sais pas… si vous êtes directeur de banque ! C’est une expérience !

Nous sommes tous conscience infinie, infinie possibilité. Si nous observons ce qui est en train d’arriver et ce qui va se produire dans cette perspective, cela va être beaucoup plus facile, bien plus tranquille. Mais le temps, à mesure que nous nous approcherons… Je pense que 2012 est une… peut-être pas une totale diversion, mais je crois que c’est une diversion. Une diversion sur laquelle des quantités de gens se focalisent et, quand vous vous focalisez sur quelque chose comme ça, le système de contrôle peut vous manipuler et vous entraîner.

Peut-être ont-ils planifié quelques évènements pour attirer l’attention des gens : Oh ! C’est 2012 ! Oh… - ce genre de trucs. Mais l’année 2012 est significative, au sens où ce n’est pas 2011. Parce que ce changement vibratoire s’amplifie et il a un impact de plus en plus fort sur la perception humaine, il sera plus fort encore en 2011, et puis il continuera à monter en puissance davantage encore d’année en année en 2012, 2013, 2014 et finalement, à un certain moment tout va basculer.

Et puis, viendra un moment où tout va basculer, où une force irrésistible – ceux qui dirigent le système de contrôle pensent que c’est la leur, mais ils se trompent… Disons-le autrement [rires] : des objets inamovibles, un système de contrôle [rires] – ils pensent que c’est ça la force irrésistible, mais ça n’est pas ça : la force irrésistible, ce sont les Vibrations de Vérité [il montre le ciel avec sa main] – voilà. Et c’est ce à quoi nous assistons maintenant, [il indique avec sa main le point de rencontre des deux forces] nous le voyons arriver jour après jour et de plus en plus.

Ils vont arriver à un point, pas demain mais dans très peu d’années à compter de maintenant, où ça va se produire. Et à partir de là, le modèle dominant, énergétique, informatif, le modèle de conscience de cette réalité sera celui des Vibrations de Vérité. Et cela va se passer du vivant de nos enfants et de nos petits enfants.

Et à la fin de leur vie, qui sera beaucoup plus longue en raison du changement énergétique qu’ils vont connaître comparée à ce schisme – qui est l’une des raisons pour lesquelles l’être humain… a une durée de vie plutôt tronquée… Je me réfère aux récits qui rapportent que dans les anciennes civilisations, les gens vivaient tous de très longues vies : autrefois ! Ce n’est pas une plaisanterie – parce que la situation énergétique dont ils faisaient l’expérience était différente.

Alors, quand nos enfants et nos petits-enfants arriveront à la fin de leur vie, vous et moi, nous regarderons, désincarnés, depuis un autre niveau de réalité, et nous allons applaudir en nous disant : notre travail est terminé. Et c’est pour ça que nous sommes ici. Alors… [Joyeusement à la caméra] Continuons, vous le voulez bien ?

BR : Voilà un résumé absolument magnifique ! [ils rient]. A peu près en même temps que nous mettrons cette vidéo en ligne, nous allons sortir une conversation merveilleuse et impromptue que vous avez eue avec Jordan Maxwell…

DI : Oui, avec Jordan…

BR : … dans laquelle Jordan exposait un point de vue tout à fait valable – je pense que vous et moi sommes d’accord sur ce point – exposant qu’il y a actuellement une opération militaire en cours entre de prétendues forces du bien et de prétendues forces du mal et qu’un grand nombre de gens sont otages de la situation, ou pions sur un échiquier ou toute autre métaphore qui vous plaira, et quel que soit le rôle que nous pensions devoir interpréter, nous nous situons quelque part dans cette mixture.

Et Jordan, le cher homme, s’est focalisé sur la réalité solide de ce champ de bataille en disant : vous savez, nous allons tous nous faire trouer la peau si nous ne faisons pas attention, nous sommes vraiment en danger. Je me demandais si vous pouviez parler de ça car il y beaucoup de gens qui vont regarder cette vidéo et qui pensent encore que nous sommes en danger parce que ces choses ont véritablement lieu. Et je sais que vous… nous avons donc besoin d’être aidés par des forces aussi puissantes que ce qu’on nomme les forces obscures, qui essaient de nous manipuler et de nous contrôler pour servir leurs propres intérêts.

Dans une certaine mesure, vous l’avez déjà évoqué dans cette conversation mais pourriez-vous en dire un peu plus sur ce point crucial, sur la raison pour laquelle le « grand virage » pourrait se produire sans que les 7 milliards de personnes que représente la population mondiale n’aient à prendre les armes, à descendre dans les rues, sachant que ce n’est pas la solution ?

DI : Eh bien, si vous réfléchissez au modèle énergétique selon lequel nous avons fonctionné pendant toute cette période, la réponse au danger et aux attaques a été « œil pour œil ». C’est ce que nous appelons la guerre, les émeutes et tout le reste. Où cela nous a-t-il menés ? Nulle part car on devient ce contre quoi on se bat. Vous savez, si vous pensez que répondre à l’agression par l’agression va faire avancer les choses… si vous répondez à la violence par la violence, qu’allez-vous obtenir ? Deux fois plus de violence ! Oh, nous voilà drôlement plus avancés, n’est-ce pas ? Le monde est tellement plus vivable !

C’est pour cette raison que lorsque je vois des émeutes suite aux complications économiques et autres problèmes – comme ce à quoi nous avons assisté en Grèce et ailleurs, et il y en aura d’autres indiscutablement – c’est une telle… un telle confirmation de l’ignorance de ce que sont les choses, vous savez, nous sommes tirés vers des états vibratoires inférieurs à la simple pensée que nous devons nous BATTRE ! LUTTER POUR LA PAIX ! Ça n’est pas beau ça ?

– Envoyons des tapis de bombes sur Bagdad pour y amener la paix, d’accord ?

– Imbécile ! Vous faites de la politique, n’est-ce pas ? Oui, c’est bien ce que je pensais !

… Cela nous entraîne dans des états vibratoires inférieurs, soit précisément là où le système de contrôle veut nous voir. Et, quand vous y réfléchissez, même au niveau physique, ils n’en ont rien à faire des émeutes ; de fait, de leur point de vue c’est une bonne chose parce qu’alors ils peuvent – problème, réaction, solution – justifier des mesures répressives plus importantes prises par le système de contrôle, de l’emploi de la force, du GIGN et de la police armée, voire même de recourir à l’armée jusque dans nos rues, vous savez : merci beaucoup ! Vous nous avez donné exactement ce dont nous avions besoin pour justifier de tout ceci.

Ils n’ont pas peur non plus des manifestations. Vous savez, juste avant la guerre en Irak, nous avons une manifestation estimée à un million de gens dans les rues de Londres. Que s’est-il passé ? Ils ont envahi l’Irak. Ils… Vous savez… Oh, j’ai participé à ces manifestations, moi aussi. Vous allez à des manifestations et cela vous donne la sensation d’avoir bien agi : Je leur ai dit ma façon de penser ! Au moins, j’y étais. Allons en discuter autour d’un verre au café du coin. Après ça, un peu plus tard, on peut allumer la télé et les regarder envahir le pays contre l’invasion duquel on a manifesté.

Non, ce qui les terrifie, ce n’est pas la violence ou les émeutes, ce n’est pas les manifestations dans les rues – je ne dis pas qu’il ne faut pas en faire, mais ils n’en ont pas peur. La seule chose dont ils aient peur c’est que nous ne coopérions pas. Parce que ne perdons jamais de vue notre supériorité numérique. Le nombre de gens qui sont pleinement conscients – dans la réalité physique comme nous l’appelons, et dans les sphères non humaines du système de contrôle – le nombre d’entre eux qui sont impliqués en pleine conscience de ce qu’ils font, si on le compare à la population de la planète de sept milliards, est minuscule.

Je veux dire, qu’avec les années, mon estimation… j’ai eu de vagues soupçons ici et là qui m’ont poussé dans cette direction, que ces lignées hybrides – et pas toutes sont conscientes de ce qu’elles sont, pourraient bien être manipulées pour agir et penser d’une certaine façon mais elles n’en sont pas conscientes. Ces gens pensent qu’ils prennent leurs propres décisions, pour aussi déplaisantes qu’elles soient – ils représentent quatre à cinq pour cent de la population.

Alors, quand vous considérez cet aspect de la question, vous savez, je pense que je peux voir comment nous en sortir. Regardez la Chine, c’est un exemple fantastique. La Chine de bien des façons, Bill, est une ébauche de la société planétaire dans laquelle vous avez les serfs et les esclaves et puis le système de contrôle qui ne laisse aucune place à la liberté, où l’information est fabriquée, censurée sur Internet – tous ces trucs, nous savons comment est la Chine. Comparons donc les chiffres.

Je veux dire qu’il y a entre un milliard et demi et deux milliards de gens en Chine, voire plus. Quel que soit le nombre, c’est absolument énorme. Le nombre de gens qui les contrôle est minuscule ! Nous avons vu un homme – ce qu’il a fait est héroïque – qui se tenait devant un tank, l’homme au tank, c’est une photo extrêmement célèbre. Bien sûr, cela fait une image magnifique : Oh ! Quel homme courageux, n’est-ce pas incroyable ? – et puis, il a probablement disparu, et personne ne l’a jamais revu. Et s’il y avait un million de gens devant leurs foutus tanks ?

Et si… Lorsque des quantités phénoménales de gens se retrouvent spoliés parce que les banques ont provoqué une situation économique ayant entraîné la perte de leur travail suite à la faillite des sociétés qui les emploient et que derrière ça, ces mêmes banques les chassent de leurs maisons et les confisquent… Je veux dire, excusez-moi ! Qu’est-ce qu’il nous prend de quitter ces maisons alors que les gens qui nous mettent à la rue sont ceux-là mêmes qui ont causé la situation qui nous empêche de payer l’hypothèque et que c’est pour cela qu’ils nous foutent dehors ? Que dites-vous de cette suite d’évènements ?

Et nous, la race humaine, le nombre immense de gens que nous sommes, nous nous exécutons !

Vous savez, une partie de cette histoire de Matrice de la Lune, une partie de cet esprit de troupeau lié à la Matrice de la Lune, a pour but de… et voyez-vous, c’est un autre aspect, je veux dire, les scientifiques spécialistes du cerveau vous diront que cela fait partie du mode de fonctionnement propre au cerveau reptilien : il sait où est sa place. Le cerveau reptilien est très, très hiérarchisé. J’entends : vous avez le sommet de la hiérarchie - ça, c’est du cerveau reptilien -, mais vous avez également la base de la hiérarchie – je connais ma place. C’est, là encore, le cerveau reptilien dans une autre de ses expressions.

La structure hiérarchique du pouvoir qui s’exerce depuis le haut de la pyramide où on trouve une minorité de gens qui s’accrochent tandis que le reste est en bas, c’est très représentatif du cerveau reptilien et de sa peur de l’autorité. Je lisais un article dans lequel quelqu’un discutait du cerveau reptilien ; cette personne disait que les gens instinctivement, en tout cas beaucoup de gens, ressentent une sorte d’intimidation quand un représentant de l’autorité quel qu’il soit, directeur ou autre, arrive dans la pièce. Elle ajoutait que c’est une manifestation du cerveau reptilien. Et ironiquement, à peu près en même temps, je lisais un article sur une actrice anglaise célèbre qui est très, très anti famille royale et ne croit pas du tout en l’institution.

Celle-ci, dans une réception, a déclaré selon cet article : Je suis contre la famille royale et tous ces trucs-là. La Reine s’est approchée de notre groupe pour saluer les gens présents et, perdant tout contrôle, je me suis mise à balbutier d’affreuses stupidités. Vous savez, j’étais intimidée au maximum… C’est la Reine ! Voici la femme qui dans un autre contexte se serait écriée : encore cette foutue Reine ! La royauté et tout ce genre de truc, c’est tellement périmé ! C’est typique du cerveau reptilien quand il entre en action, c’est ce que je voulais dire.

Il a pour effet de soumettre à l’autorité un nombre colossal de gens. Et quand les populations en général sont soumises ou qu’elles ont peur de défier l’autorité, alors par définition, c’est le système de contrôle qui se met en place.

Une des grandes manifestations de cet état de choses est que vous ne devez pas transgresser la loi. Très bien, voyons comment ça marche. Ces types en costumes sombres et tout ce qui s’ensuit inventent des lois sur lesquelles nous n’avons aucun contrôle. Oui, d’accord. Alors, ils font ces lois à propos desquelles nous n’avons rien à dire, mais nous nous disons que c’est la loi et que, par conséquent, nous devons obéir. Oui, très bien… et où cela nous mène-t-il donc ? Permettez-moi de vous dire ce que nous allons faire : vous tendez vos mains et je vous passe les menottes et après ça, nous irons prendre un verre au café du coin – parce que c’est ce que vous êtes en train de dire.

Ainsi donc, si une loi ne respecte pas la liberté des hommes, si elle ne respecte pas la justice des hommes, si elle n’est pas fondamentalement équitable, elle n’a rien à voir avec une transformation positive de la société mais avec la répression qui donne tout pouvoir à quelques uns de contrôler les foules. Si une loi ne respecte pas la liberté et la justice, il n’y a pas lieu de la respecter ! Alors que faisons-nous ?

Quand vous dites aux gens qu’ils ne peuvent transgresser la loi… très bien, allons-nous… En vérité, c’est de ce point que nous approchons actuellement si vous observez ce qui est en train de se passer – j’ai écrit un chapitre entier dans le livre que j’ai intitulé « On nous vole nos enfants ». Et s’ils changeaient la loi, s’ils déclaraient que l’état peut prendre vos enfants – et c’est exactement ce qu’ils veulent faire, et ils sont en train d’œuvrer dans ce sens – obéiriez-vous ? Non, n’est-ce pas ? Eh bien, nous avons… Ah, nous venons juste de trouver où était la ligne à ne pas franchir.

Il y a donc un Rubicon que vous franchirez quand la loi deviendra répressive au point de prendre vos enfants. Alors, tout ce que nous avons à faire est d’observer : allons-nous décider d’une ligne à partir de laquelle nous entrerons en résistance ? VOUS N’IREZ PAS PLUS LOIN ! Au point où – toc, toc, toc – Nous voulons vos enfants, s’il vous plaît. La voiture est là…

Ou bien, allons-nous d’ores et déjà décréter que la ligne est franchie, et dire : tout ce qui est une menace à ma liberté de base et à celle des autres, tout ce qui crée de l’injustice dans ma vie et dans celle des autres… car si nous pensons que les problèmes des autres ne nous regardent pas, c’est la règle du diviser pour régner et c’en est fini de nous, ils ont gagné la partie.

Par contre, si nous bougeons et déclarons que c’en est assez, c’est la dynamique tout entière qui commence à changer.

Parce qu’ils sont en train de faire sur l’ensemble de la planète, pas seulement en Angleterre, consiste à introduire de façon évidente toujours plus de lois scandaleuses dans l’ensemble de la société englobant les moindre détails de nos vies, que ce soit sur l’endroit où nous devons déposer nos poubelles ou n’importe quoi d’autre. S’ils n’y a pas de résistance en face, ils se disent : pas de résistance ? Très bien. Et ils vont toujours plus loin dans la stupidité et la répression, toujours plus loin dans les détails de votre vie. Pas de résistance ? On va plus loin.

Alors, mesdames et messieurs, nous allons devoir commencer très bientôt – comme hier par exemple – à tracer une ligne, collectivement, à nous rassembler, pour savoir ce que nous devons faire de ces… divergences – ces divergences factices que l’on veut nous imposer afin de nous diviser pour mieux régner – religions, races, classes sociales, pays, éducations, de toute cette « merde », et nous regrouper, nous unir autour de ce qui nous affecte tous fondamentalement : la destruction de la liberté humaine.

Parce qu’il ne s’agit pas ici d’un complot pour assujettir les Juifs, les Musulmans ou les Américains de classe moyenne, les Sud Africains ou qui que ce soit mais d’un complot visant à nous soumettre tous autant que nous sommes ! Si nous ne nous regroupons pas, si nous permettons que règne la division, alors, vous savez, nous sommes à un changement d’époque de toute façon, mais la nature du changement sera beaucoup plus dure, beaucoup plus désagréable qu’elle ne pourrait l’être en nous unissant maintenant et en leur déclarant : vous n’irez pas plus loin !

Parce qu’en faisant cela, nous produisons cette résistance, alors le mouvement de ce système de contrôle qui s’immisce toujours plus profondément dans nos vies devra cesser ! Mais nous ne résistons pas, nous gémissons ! Certaines personnes résistent, mais pour la plupart, nous ne faisons que nous en plaindre : Oh, Big Brother, Grand Dieu, qu’arrive-t-il donc à ce pays ? … Qu’y a-t-il à la télé, mon cœur ? Et ça ne va pas plus loin !

Et voyez-vous, ce n’est pas Big Brother qui apporte le système de contrôle. C’est le « petit moi » qui l’autorise. Big Brother est impuissant devant une perception massive du « petit moi »… Et je suis en accord avec moi-même sur la question ! [Rires].







Soutenez Project Avalon - faites un don :

Donate

Merci de votre aide.
Votre générosité nous permet de poursuivre notre tâche

Bill Ryan

bill@projectavalon.net


unique visits

Google+