Chercher

__________________________________________________________

Une interview avec Henry Deacon,
un physicien à Livermore (1)

Octobre 2006

Cliquez ici pour une version PDF de ce texte (6 pages)

Cette page est une traduction d'une publication originale de Project Camelot



Cette interview a été transcrite à partir d’une vidéo pour conserver l’anonymat de la personne avec qui cette entrevue s’est déroulée. « Henry Deacon » est un pseudonyme, suggéré par sa similarité à l’agréable et créatif homme universel de la série télé « Eureka ». Certains détails ont été effacés et/ou modifiés pour que l’identité de cette personne reste cachée, cette transcription a aussi été « nettoyée » de la plupart des hésitations naturelles et autre. Cependant, il est très important de noter qu’aucune information basée sur des faits divulgués dans cette transcription n’a été altérée ou modifiée.

Le nom et les détails de l’emploi de Henry sont connus et vérifiés et nous avons pu le rencontrer plus d’une fois. Il est compréhensible qu’il fût un peu nerveux mais il souhaitait absolument nous parler. Durant l’entrevue, il nous répondait parfois par un silence et des regards significatifs ou par des sourires énigmatiques plutôt que par des mots. Il était très captivant, d’une manière très silencieuse, et n’était pas toujours très sûr de ce qu’il devait ou ne devait pas dire. Cependant, il a été parfois très ravi de nous révéler la vérité sur certains points tout en ne laissant aucun moyen pour que cette information soit reliée à lui. Une ou deux informations supplémentaires ont été fournies par e-mail suite à l’entrevue.

La partie la plus importante de ces informations supplémentaires se trouve à la fin de cette transcription, où Henry confirme le témoignage de Dan Burisch.

Les lecteurs sont invités à distribuer cette transcription gratuitement à condition qu’aucune partie ne soit modifiée ou supprimée. Des parties non modifiées peuvent cependant être citées si le contexte est préservé. Nous considérons cette entrevue comme d’une extrême importance et selon notre opinion l’information révélée devrait être mieux connu des lecteurs.

Pour de plus amples informations sur Henry, mises à jour en février 2007, veuillez cliquer ici. Cela dit, il vaut mieux vous familiariser d'abord avec le matériel présenté ci-dessous qui vous fera découvrir Henry et son témoignage.

Cliquez ici pour une nouvelle mise à jour (mai 2007)

Nous n'avons rien entendu d'Henry ces cinq dernières semaines. Lors de notre dernière communication datant de la dernière semaine de Mars 2007, il nous avait dit ne pas être libre de parler. Jusque là, il avait été en communication régulière avec nous. Nous sommes certains qu'il a été forcé au silence.

Cette dernière mise à jour contient de fascinantes informations sur un certain nombre de sujets (y compris de nouvelles infos sur Mars et sur les dessous du 11 septembre), nous pensons cependant que l'information la plus importante qu'il ait partagée avec nous se trouve dans la deuxième mise à jour. Mais, comme nous l'avons dit ci-dessus, nous conseillons aux nouveaux lecteurs de lire le témoignage d'Henry dans l'ordre chronologique.

_____________________________

Début de l'interview

Pouvez-vous nous parlez de vous-même – autant que vous le pouvez.

« Je suis actuellement employé par une des agences « à trois lettres » [il fait un petit jeu de mots avec nous jusqu'à ce que nous arrivions à deviner la bonne agence, qu’il confirmera plus tard.] Je suis probablement en train de prendre un grand risque en vous parlant de cette manière, cependant je n’ai pas l’intention de révéler des informations que je juge confidentielles ou spécifiques à la sécurité nationale.

J’ai été impliqué dans beaucoup de projets, avec beaucoup d’agences durant de nombreuses d’années.

Pour aller droit au but, je crois que je suis un walk-in, "arrivé" plus ou moins quand j'étais en huitième. J'ai des souvenirs d'être venu d'une autre planète, et tout ceci se mélange avec des souvenirs d'enfance humaine. C'est très étrange et j'ai du mal à expliquer ce que je ressens. Je n'ai jamais eu de problèmes à comprendre intuitivement des informations scientifiques complexes et je me suis souvent rendu compte que je comprenais des systèmes complexes sans avoir eu accès à des explications ou à un entraînement antérieur. Je travaille essentiellement avec des systèmes. Je ne veux pas paraître arrogant, mais je connais une importante quantité d’informations avancées, scientifiques et autres. Je le sais, c’est tout. Je ne peux rien dire de plus. »

Pouvez-vous nous donnez des indications sur l’agence dans laquelle vous travaillez ?

« Non, pas en public. Je ne peux pas me le permettre. »

Quelles sont les informations que vous possédez et que vous jugez importantes à révéler au monde ?

« Il y a tellement de choses que j’ai du mal à trouver par où commencer.

Je savais à propos du 11 Septembre 2001 deux ans avant l’événement, par exemple. Pas en termes spécifiques, mais certainement en général. On en parlait, un événement pareil, quelque chose qui changerait le jeu disons. Je sais aussi qu’il y a une guerre prévue entre les Etats-Unis et la Chine pour la fin 2008. Ceci aussi est géopolitique et n’a pas de relations avec les Black Ops. Ces deux événements sont des choses dont on entend parler. Je n’ai pas plus de détails sur ces informations. »

Vous voulez dire que la Chine et les Etats-Unis sont en train de travailler ensemble pour organiser une guerre ?

« Le Pentagone a commencé la planification en 1998. Il faut comprendre que la Chine et les Etats-Unis travaillent main dans la main sur tout. Cette guerre est une opération de collaboration entre les Etats-Unis et la Chine. La plus part des guerres sont établies de cette façon et ça fait un moment qu’elles le sont.

Voulez-vous savoir quelque chose d’autre qui soit aussi perturbant à entendre ? Ce que j’ai entendu d’une personne qui travaillait dans une unité responsable de missiles à tester dans le Pacifique et en Extrême Orient. Les missiles qui étaient transportés à la zone de test se trouvaient dans des conteneurs hermétiquement scellés, très sécurisés. Après les tests, les conteneurs devaient êtres renvoyés, scellés de la même façon, mais vides, en toute théorie. A une occasion, une personne était présente lorsqu’un de ces conteneurs fut ouvert. Il n’était pas vide. Il était rempli de sacs contenant une poudre blanche. »

De la Cocaïne ?

« Je vous laisse en tirer vos propres conclusions. Je doute que ce soit du sucre. Laissez-moi juste vous dire que, disons par hypothèse, je dis par hypothèse pour me protéger, si une telle opération avait lieu, il serait tout à fait logique, logistiquement parlant, de passer par ces routes, parce qu’il s’agit d’un moyen tout à fait sûr pour passer au travers de toute sorte de systèmes de sécurité, douanes, frontières internationales et ports, tous ces types de contrôle. C’est parfait, c’est de la même façon que des armes et des munitions passaient les frontières dans les valises diplomatiques qui voyageaient entre les consulats. Ceci arrive tout le temps. »

Est-ce que vous vous désigneriez comme un physicien ?

« Oui. Ainsi que d’autres spécialités, mais oui, je suis un physicien. Et ma spécialité est les systèmes. Livermore est un bon endroit, tout le monde est très professionnel là-bas. Vous savez, ils ne jouent pas de jeu là-bas. »

Que pouvez-vous dire sur l’état actuel de la physique dans le complexe militaro-industriel ?

« Il est une dizaine d’années en avance sur la physique quotidienne qui est publiée dans les journaux et le domaine public. Il existe des projets qui traitent de sujets qui dépassent l’entendement ou l’expérience, qui dépassent l’imagination de beaucoup de physiciens du domaine public. »

Pouvez-vous nous donner quelques exemples ?

[Longue pause]

« Il existe un projet qui s’appelle « Shiva Nova » à Livermore et qui utilise des réseaux de laser géants. Il s’agit d’énormes lasers, d’énormes condensateurs, plusieurs Terawatts d’énergie, dans un bâtiment construit sur des ressorts géants [ici Henry étend les bras pour nous montrer leur taille], tous concentrés sur un point très très petit. Cela crée une réaction de fusion qui reproduit certaines conditions pour tester des armements nucléaires. C’est comme un essai nucléaire dans des conditions de laboratoire, et il y a des enregistreurs de données très puissants dirigés sur ce point où toute l’énergie se concentre.

Le problème est que tous ces événements hautement énergétiques peuvent créer des fissures dans le continuum espace-temps. On l’a observé aux débuts des événement de Hiroshima et Nagasaki, et on peut même le voir dans de vieux films. Essayez d’apercevoir les sphères d’énergie en expansion, je peux vous envoyer un lien si vous voulez. Le problème avec la création de ces fissures dans l’espace-temps, peu importe qu’elles soient petites ou grandes, est qu’il y a des choses qui entrent dont vous ne voulez pas. »

Des choses ?

« Des choses traversent. Des choses que tout le monde connaît et on en discute beaucoup sur internet. Des Etres, et des influences, et toutes sortes de choses bizarres. Et je peux vous dire qu’ils ont créé de gros problèmes. »

Quelle sorte de problèmes ?

[Pause]

« Le problème de leur présence et ce qu’il faut en faire après. L’autre problème est que si vous créez des fissure dans l’espace-temps, vous êtes en train de jouer avec le temps en soi, peu importe si vous le voulez ou non. Il y a eu beaucoup de tentatives pour réparer les dégâts, mais tout cela a abouti à une superposition de boucles temporelles. Quelques ET sont en train de nous aider, et d’autres… d’autres ne le font pas. Quand il s’agit de prévoir le futur, nous parlons de futurs probables et de futurs possibles. Tous ceci est extrêmement complexe et très confidentiel. En gros, c’est un gros bordel. Nous avons ouvert la boîte de Pandore, en commençant avec le Projet Manhattan, et nous n’avons toujours pas pu trouver de moyen pour faire face aux conséquences. »

Le problème de la multitude des  lignes temporelles ressemble aux informations divulguées par Dan Burisch… Pouvez-vous faire un commentaire là-dessus ?

[Henry hoche la tête] « Je ne sais rien sur ce sujet. »

D’accord. Nous vous enverrons les liens pour que vous puissiez voir les interviews. Mais ce que vous dites soutient les informations divulguées par « Mr X » sur le site de Camelot. Avez-vous vu ou lu ces interviews ?

« Non, que dit-il ? »

« Mr X » est un archiviste qui pour une période de six mois a eu la possibilité de travailler avec des documents, films, photos et artefacts classifiés dans les années 80 lorsqu’il travaillait avec un fournisseur de la Défense sur un projet spécial. Il raconte qu’il a lu que la raison principale pour laquelle les ET s’intéressent à nous sont les tests nucléaires et les dangers des armes nucléaires.

« Ceci paraît assez correct. Sauf qu’il s’agit d’un ou deux groupes d’ ET qui sont concernés, pas tous. »

D’accord. Quoi d’autre pouvez-vous nous dire à propos du problème des lignes temporelles ?

« Juste qu’il est irrésolu. Le risque est que, vous voyez, à chaque fois que nous essayons de le réparer, nous augmentons le problème. Ca devient de pire en pire, tout le temps. »

Est-ce que les extra-terrestres – ou plutôt une partie des extra-terrestres – sont des voyageurs temporels ? Dan Burisch affirme ceci.

« Oui.»

Est-ce que vous connaissez le Projet Montauk ?

« Il nous a causé d’énormes problèmes, et a généré une… une boucle de 40 ans. Je ne sais pas pour Al Bielek. Je crois qu’une partie de son témoignage est suspect. Mais quelque chose comme ceci a définitivement eu lieu, l’Expérience de Philadelphie aussi. John Neumann était très impliqué dans tout cela. »

Et Tesla, et Einstein ?

« Je ne sais pas. Mais Neumann… » [Henry fait un signe de la tête]

Montauk était réel ?

« Oui. Et c’était un vrai bordel. Ils ont créé une fente dans le temps que nous ne sommes toujours pas capables de réparer. Il faut comprendre que ceci est lié au Projet Rainbow, les Stargates… ils travaillaient sur cela là-bas. Mais une partie des dossiers sur Montauk qui sont sur Internet ne sont pas convaincants pour moi. J’ai vu des photos d’équipements qu’ils étaient supposés avoir utilisés, et ce sont des déchets, un tas d’ordure. »

[Bill] J’ai toujours eu du mal a comprendre l’idée des portails temporels parce que je ne vois pas comment ou pourquoi ils pourraient rester sur la planète dans une certaine position alors qu’elle bouge dans l’espace. Si un portail est créé dans l’espace-temps, on s’attend à ce qu’il soit projeté très vite quelque part parce que la Terre est en train de tourner sur elle-même, sur son orbite, et le système solaire en lui-même orbite autour du centre de la galaxie dans un cycle énorme. Je veux dire tout est en mouvement, tout le temps, et ceci est bien connu. Pouvez-vous expliquer ceci ?

« Non je ne peux pas. Mais je comprends ce que vous voulez dire, et les portails restent vraiment sur des points spécifiques, liés à cette planète. Cela ce passe comme ça. Pourquoi ils ne sont pas projetés en arrière ou flottent simplement je n’en ai aucune idée. Ils sont peut être liés gravitationnellement d’une manière ou d’une autre. Votre supposition est aussi bonne que la mienne.

Un des portails est connecté à Mars et c’est un lien stable, peut importe où la Terre et Mars sont positionnés sur leur orbite. Nous avons une base là-bas établie depuis le début des années soixante. En fait, nous avons plusieurs bases. »

Donc nous avons déjà exploré Mars ?

« Bien sûr, il y a très longtemps. Avez-vous vu Alternative Three ? »

Oui.

« Ce film contient des éléments réels. La vidéo de l’atterrissage sur Mars était une parodie et d’autres parties étaient satiriques aussi, mais il y a quelque chose qui est réel dans tout cela. »

Que savez-vous d’autre étant un physicien qui travaille sur ces projets ?

« D’accord. Ceci pourrait vous intéressez, si vous avez un peu d’expérience dans le domaine de la physique. Vous savez ce qu’est un signal de non localité, n’est ce pas ? Quand deux particules séparées peuvent apparemment communiquer instantanément quel que soit la distance entre elles. Des systèmes de communication ont été créés pour pouvoir communiquer sur de vastes distances ainsi que plus localement en utilisant une technique qu’il est impossible  d’espionner, parce qu’il n’y a rien qui voyage entre ces deux appareils qui pourrait être intercepté. Il est impossible de craquer, déchiffrer, ou écouter parce qu’il n’existe aucun signal qui voyage, donc il n’y a pas de signal qui peut être intercepté ou décodé. Ca ne marche pas comme ça tout simplement.

Le grand avantage de ces appareils est qu’ils sont en réalité très faciles à construire. Vous pouvez créer deux circuits chaotiques sur une poignée de petites plaquettes en utilisant des composants peu onéreux que n’importe qui peut acheter, et ils vont communiquer entre eux avec cette technique. Vous pouvez en fabriquer si vous savez comment faire. »

Existe-t-il d’autres applications à part les communications ?

[pause]

« Oui. »

Que pouvez-vous nous dire d’autre sur cela ?

« C’est tout. Oh, je crois qu’il faut que je vous dise que je ne m’étais pas rendu compte au début que vous étiez aussi la personne qui a créé le site Serpo. Laissez-moi juste vous dire qu’il ne s’appelait pas de cette manière. Et je doute que le voyage ait pris 9 mois. Ce n’est pas de cette façon qu’ils ont voyagé là-bas. »

Ah, vous voulez dire que le voyage a été instantané ?

[pause]

« Je ne crois pas qu’ils ont voyagé de la même manière que celle décrite sur le site Serpo. Peut être qu’il y a eu d’autres programmes. Il y en a eu beaucoup. Mais le voyage sur de vastes distances est bien mieux en utilisant les portails. Tout autre moyen est vraiment… c’est juste inefficace. »

Vous voulez dire qu’ils ont utilisé les Stargates ?

« Je suppose que vous pouvez les appeler de cette façon, oui. Je doute aussi que le système soit Zeta Reticuli. Il me semble qu’il s’agit d’Alpha du Centaure. Je crois que vous avez mentionné cela sur votre site. »

Vous avez une raison pour dire cela ?

« Eh bien, Zeta 1 et Zeta 2 sont très loin l’une de l’autre. Alpha du Centaure et Proxima du Centaure sont plus proches. Alpha du Centaure a un système très semblable au notre, mais il est plus vieux. Les planètes sont en orbite stable. Il y a trois planètes habitées : la deuxième, la troisième et la quatrième. Non, attendez, la cinquième, je crois. Deuxième, troisième et cinquième. »

C’est stupéfiant…vous savez ça professionnellement ? Je veux dire, vous apprenez ça au cours de votre travail ?

« Oui. C’est connu. Il est relativement facile d’arriver là-bas, moins de cinq années-lumières, et ceci est, vous savez… c’est juste à coté de nous. Les… gens… là-bas sont très humanoïdes. Ce ne sont pas des Petits Gris, ils sont comme nous. La forme humaine est très repandue dans l’univers. »

[Bill] Est-ce qu’une des planètes est désertique ? C’est ce que j’ai vu dans la photo que j’ai décrit. Les deux soleils couchant, sur un paysage désert. C’était magnifique. [Voir l’article sur le site Serpo]

« Oui, elle l’est. Une planète désertique. »

Wow… Savez-vous quelque chose sur le Projet Looking Glass ?

« Ça me dit quelque chose… »

C’est une technologie que Dan Burisch nous a révélé et qui permettait des visions du futur. Etiez-vous impliqué dedans ?

« D’accord, cette technologie n’a pas été développée par nous. On nous l’a donnée, ou plutôt elle a été prise sur un vaisseau que nous avons acquis. Je n’ai pas travaillé dessus. »

Nous avons entendu qu’ils ont une Stargate créée par les humains à Los Alamos. Qu’en savez vous ?

[Il nous regarde sans répondre, avec un sourire énigmatique]

Que pouvez-vous nous dire sur Los Alamos ?

« Il existe un site Internet de Los Alamos que je vous enverrai, et puis vous pourrez rechercher « bouclier gravitationnel » et des choses du genre. Tout est là-bas.

[le site est http://lanl.arxiv.org]

Maintenant, c’est peut être une erreur que ce soit dans le domaine public. Il faudrait peut être conseiller aux gens de sauvegarder les pages qu’ils y trouveront avant qu’elles ne soient supprimées une fois que cette interview sortira, si elle sort. Mais pour le moment vous pouvez le voir par vous même. Il est difficile d’en dire autre chose. »

Que pouvez-vous nous dire sur la présence des extraterrestres ?

« Faites une petite recherche sur le film « Wavelength ». C’est basé sur une histoire vraie. L’avez-vous vu ? C’est basé sur l’incident qui a eu lieu à Hunter Liggett. C’était chaud. »

Non. Où se trouve Hunter Liggett ?

« 90 miles au sud-est de Monterrey en Californie. Ma principale base à l’époque était Fort Ord. Je travaillais là-bas au début des années 70, lorsque j’étais militaire. Et je travaillais pour le CDCEC, ou Combat Developments Command Experimentation Command [Commandement pour l’Expérimentation, Commandement de l’Evolution des Combats]. Vous pouvez faire des recherches dessus.

Nous testions toute sorte de matériel et nous « vivions » littéralement dans les champs. Nous portions des lunettes de protection laser la plupart du temps et on nous examinait régulièrement les yeux pour vérifier que nos rétines n’étaient pas brûlées. Certains animaux dans les champs portaient même des lunettes modifiées ! C’était la vision la plus bizarre que vous pouvez imaginer.

Un jour quelque chose se passa lorsque nous étions en train de faire des tests. Un disque est apparu dans la zone et a volé sur place. Il volait juste en face de nous, au-dessus du champ. Donc, [pause] on a descendu ce putain de disque. »

Vous avez abattu un disque ?

[Henry hoche la tête] « Nous n’aurions jamais dû le faire. Ce n’est pas moi personnellement, mais le groupe qui l’a fait. Entre nous, nous avions tout ce drôle d’armement et je suppose qu’ils ont paniqué et ont pensé être dans un film ou quelque chose comme ça. Le disque fut mis hors service et capturé avec ses occupants, que j’ai vu brièvement. Ils avaient l’apparence de petits enfants humanoïdes, sans cheveux. Et ils avaient des petits yeux, pas de gros yeux en forme d’amandes. Je ne crois pas que quelqu’un sache ça. A ce que je sais ce n’est pas sur internet. »

C’est incroyable. Je n’ai jamais entendu parler de cet incident.

« La plupart des autres témoins se sont retrouvés au Vietnam et beaucoup d'entre eux ont été tués. Je pourrais être le seul témoin encore vivant qui ait vu ce qu’il s’est passé… Je ne sais pas.

Le reste de l’histoire est dans le film de science-fiction « Wavelength », qui est sorti au début des années 80. Je n’en avais jamais entendu parler jusqu'à ce que je tombe dessus des années plus tard, en Arizona. Est-ce que j’ai raconté çà ? [Henry rigole pour la première fois]

Quand j’ai regardé la vidéo, je m’attendais à, vous savez, un petit divertissement avec une bière ou deux, mais je veux dire, j’étais bouche bée... Le début du film décrit clairement et avec précision l’incident. Le film est très proche du reste de l’histoire, ainsi que l’utilisation de la base abandonnée de Nike au sud de la Californie pour les conserver.

Aller le trouver. C’est essentiellement réel. J’étais simplement choqué quand je l’ai vu. La personne qui l’a écrite a dû être là-bas, ou a dû connaître quelqu’un qui était là-bas. Mais je ne sais pas qui c’est.

Je possédais une photo authentique d’extraterrestre. Je l’ai montrée à une personne un jour, une femme, une femme très douée, qui était une microbiologiste qui travaillait pour une des agences. Ça l’a absolument terrifiée. Elle ne pouvait pas le croire. Elle ne voulait rien avoir à voir avec ce sujet. Et je dis cela juste pour montrer que le public, même les scientifiques, n’est pas prêt pour que ce genre d’information soit officialisé. Et cette personne était très intelligente. Mais cela ne l’a pas empêché de flipper, de ne pas vouloir en savoir plus. Elle était totalement terrifiée. »

Est-ce que vous possédez encore cette photo ? Pouvez-vous nous la montrer ?

« Je ne sais pas. Il se peut que je l’aie encore quelque part, et si je la trouve, je vous l’enverrai. »

Pouvez-vous nous la décrire ?

« La photo montrait un petit être qui avait une peau brune, un peu noire et ridée. Il était le seul survivant d’un incident. Mais il mourrut peu après. Il avait une tenue qui était auto-cicatrisante, euh… auto-réparatrice. C’était un sorte de matériau qui arrivait à se réparer de lui-même. Et il possédait un artefact, une sorte de télécommande, qui lui a été prise. »

C’était le survivant d’un accident ?

[pause]

« Non. »

Un voyageur dans le temps ?

« Vous savez tout vous ? »

Non, mais vous nous donnez des confirmations.

« Je veux dire qu’il s’agit de quelque chose d’extrêmement compliqué. C’est tellement compliqué qu’il est impossible qu’une seule personne possède toute l’information. La plupart des agences ne savent pas ce que les autres agences sont en train de faire et tout est extrêmement compartimenté. Aucun ne parle à l’autre à propos de ces sujets. Parfois il arrive que certains projets sont reproduits deux fois au prix de je ne sais combien de millions parce que l’existence de l’autre projet est inconnue. Je veux dire, je suis un scientifique, et les scientifiques ont parfois les mains liées car ils ne peuvent pas communiquer librement. En fait, ils ne peuvent pas communiquer du tout [Henry rigole]. Et il existe un millier de projets confidentiels, je veux dire des projets majeurs. C’est un gros bordel.

Il existe beaucoup de groupes d’extraterrestres, et en plus nos ancêtres sont inclus dedans. Il existe des boucles temporelles qui reposent sur d’autres boucles, c’est un véritable bordel. Il faudrait un QI de 190 pour tout comprendre. »

Parlez-nous des boucles temporelles. Au fait, pouvons-nous vous demander encore une fois… Vous n’avez pas entendu parler de Dan Burisch ?

« Pas à ce que je m’en rappelle. Ça ne me dit rien. »

Nous l’avions interviewé le mois dernier. Il était auprès de John Lear sur la page web.

« J’ai vu votre interview avec John Lear, en train de parler des photos de la Lune et de comment elles étaient retouchées. La NASA fait ça tout le temps. C’est un sacré personnage. J’aimerais bien le rencontrer un jour.

Ce que peu de gens savent c’est que les rapports des radars pour le Service Météorologique National sont aussi retouchés, pour que certaines images radar ne soient pas dévoilées. Je ne veux pas dire retouchées à la main. Les images prises par les radars sont filtrées électroniquement grâce à un logiciel. Certaines traces radar sont énormes ! Mais en plus, les radars de la météo ne peuvent pas enregistrer des traces radar qui voyagent à des vitesses qui dépassant un certain niveau, quelques milliers de milles par heure. Mais il reste encore quelques traces qui doivent êtres supprimées. »

Des OVNIs ?

« Bien sûr. Ils sont généralement optiquement invisibles, mais ils apparaissent sur les radars. Ils sont aussi visibles en ultraviolet… Je ne crois pas que ceci soit généralement connu de la plupart des gens. »

Que pouvez-vous nous dire à propos des boucles temporelles ?

« D’accord. [pause longue] Ce qu’il faut savoir à propos des boucles temporelles est qu’il existe un grand nombre de lignes temporelles parallèles, de nombreuses branches. Il n’y pas de paradoxe. [dessine un schéma] Si vous retournez dans le passé et vous tuez votre grand-père, c’est le paradoxe du grand-père que tout le monde connaît, mais il n’y a pas de paradoxe. Quand vous retournez dans le passé et que vous le changez, ceci crée une nouvelle ligne qui est une nouvelle branche de celle qui existait déjà. Sur cette ligne, vous ne seriez pas né et vous n’existeriez pas, donc cette partie du paradoxe est vraie. Vous voyez ? Mais sur cette ligne, celle sur laquelle vous êtes, vous existez et vous continuerez d’exister. Il n’y a pas de paradoxe. C’est simple… Vous voyez ? Vous avez à faire différentes branches d’une sorte d’arbre temporel. Aucun principe n’est violé. Tous les événements futurs sont des possibilités, pas des certitudes. C’est assez important, c’est une… distinction importante. C’est vraiment tout ce que je peux dire à propos de ce sujet. »

Que savez-vous sur les « chemtrails » ?

« Bon. Les « chemtrails » ont été développées par Edward Teller et sont en gros l’ensemencement de la partie supérieur de l’atmosphère par un millier de tonnes de microparticules d’aluminium pour essayer d’élever l’albédo de la planète, la réflectivité de la planète, à cause du réchauffement de la planète. Les microparticules d’or, de vrai or, ont été utilisées dans une situation similaire sur une autre planète, mais je crois qu’ils possédaient beaucoup d’or, et nous avons utilisé l’aluminium plutôt. Le réchauffement de la planète est en partie causé par l’effet de serre et ceci rend les choses encore pires, mais la majeure partie du réchauffement est dûe à l’augmentation de l’activité solaire. L’activité solaire constitue le vrai problème. »

Pourquoi cette information n’est-elle pas annoncée publiquement ? Il semble que les gens doivent savoir et aimeraient bien savoir, et il n’y a pas de risque de sécurité si ce que vous dites est réel.

« Scientifiquement, c’est un risque total. Rien n’est encore assez bien compris. Peut-être que ça marche et peut être pas. Ça pourrait très bien empirer les choses. Ça pourrait aussi avoir des effets secondaires sur la santé, la météo, et Dieu sait quoi. Ça touche toute la planète, et voila que vous avez une décision unilatérale, non démocratique, déconnectée d’un processus  démocratique ou politique, pour mettre en place un énorme projet spécial qui affectera tout le monde sur la Terre. Si ce n’est pas une polémique, je n’ai aucune idée de ce que c’est. La solution est de garder tout ça au secret. C’est aussi la solution inconsidérée habituelle. »

Est-ce que ça fonctionnera ?

« Je ne sais pas. »

Est-ce que cela a une relation avec les guerres climatiques ?

[pause]

« Oui, les guerres climatiques existent. L’Air Force aura le contrôle sur la météo dans deux ans. »

Que pouvez-vous nous en dire de plus ?

« Lisez le Report from Iron Mountain. La plupart de ce qui est dedans est vrai. Je travaillais dans un groupe en [ ______ ]. Ils nous ont appelé et nous ont passé un dossier. Ce qui était bizarre, c’est que ça n’avait rien à voir avec notre travail, et  que c’est arrivé de je ne sais où, et personne ne s’y attendait. Le gars nous a dit, et je n’oublierai jamais car ça a sonné terriblement faux : « Il y a des loups et des moutons, et nous sommes les loups. ». Puis ils nous ont demandé de lire le dossier, et c’était tout.

Il n’y avait pas de choix, et il n’y en a toujours pas. La façon dont ils perçoivent les choses est qu’il y a beaucoup trop de monde, et vous savez, ils n’ont pas tort. C’est vrai. Donc ils ont décidé qu’il faut les éliminer et ils sont en train de chercher des solutions pour ça. Il m’arrive de penser qu’il n’est pas nécessaire que ça se passe comme ça.

A part ce que j’ai dit à propos de l’espace-temps, l’autre problème est la surpopulation. C’est aussi simple que cela. Il existe des projets pour réduire la population globale pour le bien de tous. Il faut le croire, l’intention est positive. Ça a été mis en place par Kennedy, il y a longtemps. La RAND Corporation était impliquée et un des Rockefeller, je ne me souviens pas lequel, probablement Laurance, je crois. »

En tuant des gens ?

« Essentiellement oui. Des virus artificiels ont été déployés par différents moyens et sont difficiles à détecter et presque impossibles à soigner. Les médecins dans le domaine public ne peuvent pas identifier ce qui se passe. »

Qu’est ce que vous en pensez, personnellement ?

« Très mitigé. [pause] Comme individu de chair et d’os, je suis accablé. Et comme scientifique entraîné à voir les choses d’une perspective beaucoup plus large, d’une autre perspective, il faut dire que je comprends la logique derrière tout cela.

Il faut comprendre que je ne défends pas ou ne condamne pas cela. C’est juste un commentaire d’une perspective scientifiquement abstraite. Mais les problèmes auxquels nous faisons face sur cette planète sont tellement vastes qu’il existe juste quelques personnes qui ont l’entraînement ou l’expérience pour pouvoir tout voir, d’un même champs de vision.

J’ai connu des circonstances différentes, et j’ai pu voir beaucoup de choses de part la nature de mon travail. La plupart des gens ne voient pas tout cela. Mais j’ai travaillé dans de nombreuses agences, et j’en sais donc beaucoup.

Vous savez qu’il est légal de tester des agents biologiques et chimiques sur les citoyens américains ? C’est légal. Vous savez, tout ce que ça nécessite est l’accord du maire de la ville ou son équivalent dans n’importe quelle région. Ou un représentant officiel. Personne ne sait cela mais ça peut être vérifié. Vous pouvez le retrouver vous-même. Tous ceci est très délicatement caché dans la loi quelque part, mais ça concerne le domaine public. Tout est là. »

Vous avez dévoilé bon nombre de données extraordinaires durant notre conversation. Quel est le message le plus important que vous aimerez laisser aux gens ?

« Ecoutez, je ne veux choquer personne, mais je ne suis pas optimiste. Les problèmes que nous devrons affronter en tant que race sur cette planète sont énormes. Je ne crois pas que la plupart des civils soient prêts à comprendre et à faire face à l’échelle et la complexité de tout cela. Ils ont assez de problèmes dans leur vie quotidienne, et ces problèmes sont d’un niveau complètement différent. La surpopulation reste le plus gros problème. Tout le reste y est connecté.

Vous voyez, je comprends pourquoi l’armée prend les choses en main. S’il y avait une divulgation de tous les problèmes, et toutes les solutions proposées, est-ce que vous croyez que ceci nous aiderait ? Je suggère que la réponse serait non. Ça compliquerait les choses encore plus qu’elles ne le sont déjà.

Mais au fin fond de moi je crois que tout le monde doit savoir ces choses, sinon je ne serais pas là en train de vous parler. Le message essentiel que je veux que vous conserviez est que j’espère vraiment et que j’ai envie de croire qu’en tant qu’individus nous pourrons traiter tout ceci. Mais je me réveille parfois le matin et je doute, mais au fond de moi j’ai envie que le monde sache les choses importantes qui ne nous ont pas encore été révélées. Mais parfois je me demande, vous ne savez pas ce que je ne vous ai pas dit. »

_____________________________

Le 27 septembre, trois semaines après nos premières rencontres et après que nous l’ayons fortement poussé à visionner l’interview vidéo en trois parties de Dan Burisch sur le site du Projet Camelot, nous avons reçu l’e-mail suivant. Il est transcrit intégralement et sans altération:

« Dan Burisch dit toute la vérité.

Je le confirme.

Les lignes temporelles et tout…

Meilleurs vœux  »

6 octobre 2006

Images d'explosions nucléaires: fissures dans l'espace temps ?

Pour plus de photos sur la sphère d’énergie en expansion
regardez http://waynesthisandthat.com/abombs.html





Soutenez Project Avalon - faites un don :

Donate

Merci de votre aide.
Votre générosité nous permet de poursuivre notre tâche

Bill Ryan

bill@projectavalon.net


unique visits

Google+