Chercher

__________________________________________________________

Avalon logo En Hommage :
Le Dr. Eugene Mallove

 Cette page est la traduction, par The Avalon Translation Project,
d'une publication du site originel de Project Camelot.



Le Dr. Eugene Mallove est mort le 14 mai 2004 à l’âge de 56 ans. On l’a trouvé au bout de l’allée de son garage, battu à mort lors d’un prétendu vol. Il avait reçu plusieurs blessures à la tête et au cou par instrument contondant. L’autopsie a confirmé le décès par meurtre.

Gene Mallove était un expert en énergie alternative et travaillait dans ce domaine à des programmes viables. Très respecté pour sa connaissance de la fusion à froid, il venait de publier une « lettre ouverte » exprimant dans les grandes lignes les résultats de ses recherches des 15 dernières années dans le domaine des « énergies nouvelles » et les raisons de son engagement. Au moment de son décès, le Dr. Mallove était persuadé que le monde verrait, dans les mois qui suivent, l’apparition d’un générateur à énergie libre et gratuite.



Ce qui suit a été rédigé par le Dr Brian O'Leary, et correspond au chapitre de son dernier livre : The Energy Solution Revolution (La révolution de l’énergie-solution). Gene Mallove était un ami très proche de Brian O’Leary, et nous sommes très reconnaissants à Brian de nous avoir permis de reproduire son travail.

Chapitre 3. Eugene Mallove contre la fatuité des scientifiques

« Aucun problème ne peut être résolu sans changer le niveau de conscience qui l’a engendré. »
--- Albert Einstein

« J’ai 50 années d’expérience en physique nucléaire et je sais ce qui est possible et ce qui ne l’est pas… Je n'examinerai plus d’autres preuves [de la fusion à froid] ! Ce ne sont que des âneries ! »
--- Herman Feschbach, professeur au Massachusetts Institute of Technology(MIT), 1991

« J’espère que vous conviendrez que la réaction très fâcheuse et irréfléchie de feu le professeur Feschbach était tout sauf scientifique. Elle m’évoque celle des chefs de l’Eglise à l’époque de Galilée, qui refusaient de regarder la Lune ou Jupiter dans son télescope, parce qu’ils « savaient » qu’on ne pouvait rien y voir. Oui, de nombreux scientifiques modernes sont gonflés d’un orgueil catastrophique. De bien des manières ils sont devenus de simples « techniciens de la science », et les gardiens de ce qui équivaut à de pernicieuses « Saintes Ecritures ». "Ne m’embêtez pas avec vos preuves expérimentales, ma théorie me permet de dire ce qui est possible et ce qui ne l’est pas !" »
--- Eugene Mallove, www.infinite-energy.com, 2004

« C’était la première fois que la preuve expérimentale présentée montrait sans conteste qu’on peut produire un excédent de chaleur sur demande… le 22 mai 2008, le professeur Yoshaki Arata de l’Université d’Osaka [a présenté] des expériences où le rapport chaleur obtenue/chaleur apportée dépassait 2500 %... »
--- Scott Chubb, Infinite Energy, septembre-octobre 2008

En ce qui concerne la suppression des avancées énergétiques, certains de nos plus puissants scientifiques mènent la danse, avant toute autre raison. Le monde quête l’approbation ou la désapprobation de ces grands-prêtres de notre culture sur l’éventualité d’une nouvelle énergie. Presque toujours, ils répondent « Non », sans même y accorder un regard. Nous sommes piégés par l’énigme de la crédibilité. Seuls certains d’entre nous, dotés d’un bagage scientifique, se sont libérés de cette forme de censure, et peuvent reconnaître les grandes promesses que recèle la recherche des nouvelles énergies.

Personne ne connaissait et n’a su mieux exprimer ce potentiel que le Dr. Eugene Mallove – à la fois scientifique, journaliste, éducateur, visionnaire, humanitaire et ami. Le 14 mai 2004, on l’a assassiné au cours de ce qui ressemble à un vol au domicile de ses parents. Il était, à 56 ans, dans la fleur de sa carrière.

C’est une grande perte, qui commence seulement à se faire sentir. Ses écrits étaient si nombreux, sa manière de s’exprimer si passionnée, ses liens avec la communauté scientifique si uniques, sans parler de sa vision de la solution énergie, qu’il sera douloureusement regretté. C’est un de mes héros. Sa place sera difficile à occuper.

Mallove est entré dans les arènes de la nouvelle énergie en 1989, alors qu’il était rédacteur scientifique principal au MIT, et qu’il enquêtait sur la découverte controversée de la fusion à froid par Martin Fleischmann et Stanley Pons, docteurs en chimie à l’Université de l’Utah. Comme nous l’avons vu au chapitre 1, ses rapports d’enquête portant sur les tentatives [de reproductibilité] par des physiciens nucléaires du MIT possédant des intérêts dans la recherche de la fusion à chaud (qui coûte des dizaines de milliards de dollars en argent fédéral) ont révélé qu’ils avaient menti sur leur incapacité à reproduire les expériences originelles de Pons-Fleischmann. Leurs conclusions « non corrigées » confirment en fait la véracité de la découverte. Les efforts de ces scientifiques, et ceux d’autres chercheurs liés à de grandes universités, destinés à discréditer la fusion à froid, sous les auspices du Ministère étasunien de l’Energie, demeureront dans les mémoires comme une triste leçon d’éthique scientifique.

Prenant tous les risque, Eugene Mallove a démissionné du MIT pour révéler la vérité sur la fusion à froid, indifférent au ridicule et à la perte de sa sécurité financière. Et il a écrit son livre Fire from Ice (Du feu à partir de la glace), nominé au Prix Pulitzer. Les faits révélés dans cet ouvrage ont conduit le grand écrivain Arthur C. Clarke à conclure que la suppression de la fusion à froid était « un des plus grands scandales de l’histoire de la science. »

Mallove avait fourni quinze années d’un travail productif dans le domaine, lorsqu’on l’a éliminé d’une manière insensée. Quelle perte ! Ses ouvrages qui faisaient autorité, ses multiples éditoriaux et articles dans le magazine à succès Infinite Energy, son soutien aux travaux grâce aux bons offices de sa New Energy Foundation (Fondation pour les Energies Nouvelles) et du New Energy Research Laboratory (Laboratoire de Recherches sur les Energies Nouvelles), ses multiples apparitions dans les médias, et son excellente vidéo, devenue DVD, « Fire from Water » (Du feu à partir de l’eau) soulignent l’audace dont il a fait preuve en s’embarquant dans sa mission, sans se préoccuper des menaces visant une carrière qui aurait pu être sans problèmes. Il était seul à organiser et à soutenir les efforts des scientifiques qui travaillaient sur la fusion à froid, devenus une communauté regroupant plusieurs centaines de chercheurs, dont beaucoup originaires d’institutions prestigieuses, qui se réunissent tous les ans et publient dans les meilleures revues scientifiques professionnelles. En dépit de tous les aléas, la fusion à froid est devenue une science viable à fort potentiel, grâce aux efforts infatigables et désintéressés de cet homme. C’était un individu hors du commun.

En appui à mes remarques, je vous invite à vous rendre sur le site www.infinite-energy.com. Dans mon livre, Re-Inheriting the Earth (Se réapproprier la Terre), publié en 2003, avant son décès, l’index révèle plus de pages (neuf) de citations de l’œuvre de Mallove que de toute autre personne. Il avait les pieds sur terre et ne s’est pas aventuré dans la science de la conscience, comme je l’avais fait. Cela le rendait d’autant plus crédible. Il n’a jamais succombé aux allégations pseudo-scientifiques des gourous New Age et s’est toujours comporté en scientifique responsable. Il n’avait pas d’a priori, mais au contraire envisageait toutes les alternatives viables avec une grande honnêteté intellectuelle, bien que d’un point de vue scientifique foncièrement occidental.

Il était toujours très exigeant envers lui-même. Il ne donnait pas dans les idées à la mode ni dans la politique. Il paraissait d’une rigueur très désarmante à ceux qui restaient proches de l’establishment, et une source d’inspiration pour tous ses confrères hérétiques. Je suis non seulement émerveillé par ses réalisations, mais je regrette de ne plus avoir l’occasion de faire équipe avec lui et avec d’autres pour renforcer la crédibilité de la recherche et du développement d’énergies nouvelles.

En 2004 il avait également proposé aux candidats Démocrates à la Présidence la création d’un Office for Unconventional Energy (Office pour les Energies non-Conventionnelles) au Department of Energy (DOE – Ministère de l’Energie). Il en a oralement présenté l’idée au cours d’une réunion avec les candidats, et trois d’entre eux l’ont reprise à leur compte. Si le DOE a commencé à examiner le concept de la fusion à froid, ce qui aurait été impensable au cours des 15 années passées, nous le devons en grande partie à Gene.

Son « Appel Universel à l’Energie Nouvelle » est posté sur Google et beaucoup d’autres sites. Lisez-le. L’éloquence de cet appel est sans équivalent parmi ceux qui tentent de donner leur chance à ces recherches. C’est Mallove qui a établi les normes de notre travail, qui a fourni une base de compréhension des principes scientifiques et une nomenclature pour les concepts et catégories les plus prometteurs.

Sa manière d’envisager des analogies historiques, telles que le développement de l’aviation, de la relativité, de la physique quantique, de la révolution copernicienne et des Lumières, telles qu’elles sont rapportées dans Infinite Energy, est féconde et source d’inspiration. Ses écrits apportent une compréhension profonde et pénétrante des modèles historiques du progrès scientifique et de la censure auxquels nous sommes actuellement confrontés dans la recherche des énergies nouvelles. Je m’incline humblement devant les écrits de Mallove et devant l’ouvrage brillant, devenu un classique, de Thomas Kuhn : The Structure of Scientific Revolutions pour ce qui est de l’aveuglement des scientifiques traditionnels de toutes cultures aux nouveaux paradigmes de la découverte.

Quand il s’agit de modifier les vues du monde, les scientifiques - tout comme les gouvernements en place, l’industrie, les médias et le discours intellectuel - peuvent se révéler les gardiens d’un mode de pensée obsolète. Plus que tout autre, Mallove donne à cette aberration culturelle, appliquée aux percées des nouvelles énergies, un aperçu autre qui fera longtemps date, et ce d’autant plus que les progrès se font trop lents – parfois même en totale contradiction avec la pensée des progressistes et des écologistes, prisonniers d’un état d’esprit fondé sur la pénurie.

La tragédie d’Eugene Mallove nous encourage d’autant plus à faire progresser notre cause commune. Nous devons répandre l’information aussi rapidement et largement que possible. Dans le domaine, beaucoup d’entre nous pensent que ce meurtre a été en fait un assassinat : Mallove était un de ces nombreux pionniers qui pouvaient changer beaucoup de choses. Ceci implique que, par la force liée à la qualité et au nombre, les équipes qui se forment actuellement s’assureront de la poursuite du travail, quel que soit le destin de pionniers tels que Gene. Une enquête approfondie du meurtre, toujours en instance, apportera de la lumière, nous l’espérons, sur son vrai mobile.

Le romancier Mignon McCarthy a dit : « Toute société honore ses conformistes vivants et ses fauteurs de troubles morts. » Je crois que le monde se souviendra du Dr. Mallove comme l’un des plus grands pionniers scientifiques de l’histoire, comme l’un des Galilée de notre temps.

Dans les derniers chapitres, nous examinerons de plus près la manière de vaincre l’entêtement de ceux qui se prétendent « scientifiques » mais qui refusent d’accorder un regard aux nouveaux phénomènes qui semblent violer leur propre notion de la réalité. Dans notre quête, les scientifiques, comme nous le verrons, peuvent se révéler des alliés ou des adversaires. Les climatologues et les écologistes les plus importants nous ont aidés à créer un nouveau défi lié à la conservation du carbone dans le sol. C’est positif. Mais la plupart des physiciens refusent encore la notion d’énergie nouvelle, en dépit de preuves accablantes. Eux aussi appartiennent à l’école du tout-payant. Il va nous falloir amener à bord de plus en plus de scientifiques, d’écologistes et de progressistes.

Dr Brian O'Leary
Vilcabamba (Equateur)
2008







Soutenez Project Avalon - faites un don :

Donate

Merci de votre aide.
Votre générosité nous permet de poursuivre notre tâche

Bill Ryan

bill@projectavalon.net


unique visits

Google+