Chercher

__________________________________________________________

Avalon
                  logo En Hommage :
Le Dr. Milbank Johnson

 Cette page est la traduction, par The Avalon Translation Project,
d'une publication du site originel de Project Camelot.



Dr. Milbank Johnson Milbank Johnson, docteur en médecine, naquit en 1871. Au début des années 30 Johnson commença à s’intéresser au « microscope universel » puis, plus tard, à la machine à « rayons Rife », tous deux inventés par Royal Rife, de San Diego (Californie). La publication des études réalisées par le docteur en médecine Edward Rosenow, de la Northwestern Medical School, révélèrent l’efficacité supérieure du Microscope Rife, comparé aux modèles traditionnels. Arthur I. Kendall, docteur en philosophie (PhD) de la Northwestern Medical School (et devenu quelques années plus tard son doyen), inventa un moyen de cultiver des cellules cancéreuses qui se révéla ultérieurement efficace pour leur étude au microscope. En 1933 Johnson commença à s’intéresser au succès de la machine à rayons Rife, un transmetteur radio pilotant un appareil à lampe plasma, qui réussissait à neutraliser ou à tuer un certain nombre d’organismes bactériens, de même qu’une forme de cellule apparemment cancéreuse. La première épouse de Johnson était décédée d’un cancer en 1920, et en 1934, deux ans avant son départ en retraite, il mit sur pied et géra ce qui est maintenant connu sous le nom de « clinique anti-cancer 1934 », une installation du centre médical Scripps, située à La Jolla, près de San Diego.

Le Dr. Johnson écrivit en 1935 que les résultats de la Clinique 1934 n’étaient « pas très concluants » et, de fait, un des patients de cette clinique, atteint d’un cancer de l’œil ou situé derrière l’œil, vint début 1935 consulter Johnson, qui l’envoya ailleurs se faire extraire la tumeur et énucléer l’œil. Johnson écrivait beaucoup et gardait copie de toutes ses lettres, et pourtant des lettres de la période allant d’immédiatement avant la Clinique 1934 à début 1935 ont disparu.

Avec l’approbation du Dr. Rufus B. von KleinSmid, président de l’University of South California (USC), Johnson mit sur pied en 1935 le « Comité Spécial de Recherche Médicale » pour étudier la machine à rayons Rife, et on pense que ce comité concrétisa un accord sur l’honneur entre l’USC et Johnson, peut-être pour le protéger des risques encourus.

Johnson eut deux autres cliniques, une à Los Angeles en 1935 qui se concentrait sur diverses maladies, et la dernière en 1936-37 à Altadena, en Californie, à la Maison de retraite Scripps. Cette clinique se spécialisait dans le traitement de la cataracte, et le Dr. Johnson écrit que les résultats y étaient excellents, avec restauration totale de la vision chez 29 des 30 patients. Johnson se querella en 1938 avec Rife (Johnson avait amené l’USC à offrir à Royal Rife en 1935 ou 1936 un doctorat honoris causa, que Rife rejeta) et en 1938 donc, Johnson avait déjà perdu tout intérêt pour Rife, bien qu’il restât très impliqué dans les Associations de Contribuables californienne et nationale. Il mourut en 1944 de ce qui sembla être une crise cardiaque, mais on découvrit plus tard qu’il avait été mortellement empoisonné. Il est décédé quelques heures avant une conférence de presse où il devait annoncer au monde que la thérapie électronique de Rife avait guéri tous les patients (16 sur 16) concernés par cette étude médicale qui était supervisée par l’Université de Californie du Sud. On pensa d’abord à un décès accidentel, avant que des enquêteurs fédéraux ne découvrent le poison, des années plus tard, lorsque le corps du Dr. Johnson fut exhumé.







Soutenez Project Avalon - faites un don :

Donate

Merci de votre aide.
Votre générosité nous permet de poursuivre notre tâche

Bill Ryan

bill@projectavalon.net


unique visits

Google+