Chercher

__________________________________________________________

 John F. Kennedy

Cette page est la traduction d'une publication du site originel de Project Camelot.

JFK

D’après plusieurs sources crédibles, le président John F. Kennedy a eu une connaissance du phénomène OVNI qui dépassait ce qui est habituellement connu à ce sujet. Une preuve du haut niveau de connaissance de Kennedy a été apportée par un ancien steward de l’avion présidentiel « Air Force No 1 », qui a fait état d’une remarque énigmatique du président.

Bill Holden, qui s’occupait du ravitaillement à bord de cet avion, voyageait avec Kennedy en Europe pendant l’été 1963. Il a dit qu’un matin en parlant d’une conférence sur les OVNIs qui avait lieu à Bonn en Allemagne, le sujet déclencha une discussion à bord. Holden dit qu’il s’adressa à Kennedy et demanda : « Qu’est que vous pensez des OVNIs, Monsieur le président ? » Il dit que Kennedy devint tout-à-fait sérieux et réfléchit un moment avant de répondre : « Je voudrais parler à l’opinion publique de la situation au sujet des extraterrestres, mais j’ai les mains liées. »

Un document controversé de MJ-12 intitulé: “Récapitulatif de l’Unité chargée des Phénomènes Interplanétaires” nota cette connaissance que Kennedy avait. Ce document apparemment écrit juste après que des OVNIs se soient écrasés au Nouveau Mexique en Juillet 1947, déclare : « Il a été porté à la connaissance du CIC (Corps de Contre-espionnage) que que des parties de la mission de récupération ont été dévoilées au représentant élu en 1946, John F. Kennedy, député démocrate du Massachusetts au Congrès Américain, fils de Joseph P. Kennedy, membre de la Commission sur l’Organisation de la Branche Exécutive du Gouvernement. (Jack) Kennedy avait des responsabilités limitées en tant qu’officier de marine assigné au Service d’Espionnage de la Marine pendant la guerre. On croit que cette information (concernant les OVNIs écrasés à Roswell) a été obtenue par une source du Congrès qui est proche du Secrétariat à l’Aviation Militaire. »
Kennedy était le seul député nommé qui a été informé de la vérité des incidents de Roswell à cette époque.

Cependant, un autre document apparaît être un mémorandum écrit par le président Kennedy au directeur de la CIA intitulé : “Inventaire de tous les dossiers de renseignements de la Sécurité Nationale, classés ‘secret’. » Dans ce mémo, Kennedy déclare : « …J’ai initié et j’ai instruit James Webb (alors directeur de la NASA) au sujet du développement d’un programme avec l’Union Soviétique pour conjuguer les efforts d’exploration de l’espace et de la lune. Ce serait très utile si vous pouviez faire une revue des cas de menace extrême avec le but d’identifier ceux qui sont sérieux opposés à ceux classés par la CIA et l’Aviation Militaire. Il est important que nous fassions une claire distinction entre les choses connues et inconnues dans la mesure où les soviets comprennent mal notre offre de coopération en la traitant de couverture pour le recueil de renseignements sur leur défense et leur programme spatial. » Kennedy ensuite demanda que tous les dossiers sur les  « choses inconnues » soient donnés aux autorités de la NASA et qu’un rapport intermédiaire soit envoyé à la Maison Blanche avant le 1er Février 1964.

Ce document qui montre clairement qu’un président allait faire circuler des secrets concernant les OVNIs à des cercles moins restreints du gouvernement et ensuite probablement les rendre publics était daté du 12 novembre 1963, juste 10 jours avant son assassinat le 22 novembre à Dallas.

S’accrochant désespérément à un point de vue où les OVNIs n’ont pas leur place, des spécialistes tournent en ridicule ce document et refusent son authenticité, alors qu’un document absolument authentique a été trouvé dans la bibliothèque de John F. Kennedy.

Le mémorandum d’action de la Sécurité Nationale No. 271 est intitulé : « Coopération avec l’URSS dans les Affaires Spatiales » et est adressé au directeur de la NASA de l’époque, James Webb. Ce mémo signé ne mentionne pas spécifiquement les OVNIs, néanmoins, Kennedy demande à Webb « d’assumer personnellement l’initiative et la responsabilité centrale au sein du gouvernement pour le développement d’un programme de coopération substantielle avec l’Union Soviétique dans le domaine de l’espace, incluant le développement de propositions techniques spécifiques. »

Kennedy ajouta que ce plan était la conséquence directe de « ma proposition du 20 septembre pour une plus grande coopération spatiale entre les États-Unis et l’URSS, incluant la coopération dans les programmes de débarquement sur la lune. Ce document incroyable était aussi daté du 12 novembre 1963, mais qui, en 1963, aurait cru que les USA et l’URSS auraient commencé des opérations communes de coopération dans l’espace ? L’emploi du temps de la Maison Blanche ce jour-là, montre que Kennedy prit son déjeuner à 14H et qu’après il n’avait pas de « rendez-vous officiels » mais qu’ « il s’entretint avec divers membres de son staff pendant l’après-midi. » Ce jour là Kennedy a eu bien évidemment plus que le temps de s’occuper des affaires spatiales.
Il est aussi évident que cette apparente tentative de coopérer avec l’URSS se termina avec la mort de Kennedy à Dallas. Ensuite pendant toute l’administration Ronald Reagan, nous devions toujours être en alerte et nous opposer à l’empire du mal, et la coûteuse Guerre Froide continua. Les opposants à JFK devinrent effrénés à condamner ses tentatives de changer le cours de la politique antérieure des USA. D’après une source bien-informée, Kennedy joua à un jeu dangereux, « …lorsqu’il fut clairement évident qu’il n’était pas prêt à appuyer les actions contre les communistes d’une manière normale – plans pour retirer les troupes du Vietnam du Sud – plans pour fragmenter ou supprimer la CIA; plans pour le développement du Système de Justice; sa défaillance à soutenir (l’invasion de Cuba à) la Baie des Cochons; et le désir de partager quelques-uns de nos secrets les plus sensibles avec les russes et les chinois – station spatiale, etc… Tout cela pendant que sa popularité faisait des bonds élevés dans le public américain – un président qui n’avait pas le soutien de la majorité à son élection. C’était une situation dangereuse qui ne laissa pas d’autres moyens à ceux qui contrôlaient les choses que de l’assassiner. »

La même source continua à dire : « Je crois que John F. Kennedy avait évalué, et avait accès à, suffisamment de renseignements classés secrets, pour être parvenu personnellement à la conclusion que les OVNIs, et par conséquent une vie extraterrestre possible, étaient répandus dans notre système solaire… Je pense que Kennedy était certainement arrivé à cette conclusion… et envisageait de démontrer non seulement la capacité de l’humanité à s’entendre sur un but commun, mais de démontrer formellement que nous pouvions entrer dans l’ère spatiale et conquérir l’espace en tant qu’espèce. A cette époque, des gens auraient vu ça comme quelque chose de fou (s’ils n’avaient pas accès aux dossiers) ou (s’ils avaient accès) très prématuré et peut-être dangereux. »

Toute une série de questions ont évolué autour de son discours à la chambre de commerce de Dallas, qui était la destination du cortège présidentiel le 22 Novembre 1963 fatidique. Plusieurs chercheurs et des journaux à sensation ont proclamé qu’il avait projeté de changer le discours prévu, et ils se réfèrent à des notes manuscrites, qui peuvent avoir inclus des commentaires à propos des OVNIs. Ces notes n’ont jamais été rendu publiques et donc continuent à être du pain béni pour les théoriciens.

Aiguillonnés par ces preuves terriblement tentantes, certains proclament même que l’assassinat de Kennedy était destiné à l’empêcher de révéler au public la nouvelle de visiteurs extraterrestres.

Bien que cette théorie est certainement infondée et probablement fausse, sa volonté d’en finir avec la Guerre Froide et partager notre connaissance de l’espace avec nos ennemis (perçus en tant que tels) peut avoir été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase de ceux qui étaient au sein du complexe militaro-industriel (et des services de renseignements). Ce groupe pensait déjà que le jeune président était trop « indulgent avec le communisme » et un danger pour leur structure de commande et de contrôle.

Avec tous les renseignements que nous avons maintenant sous la main, il y a peu de doute que le président Kennedy ait pu savoir plus de choses au sujet des OVNIs qu’il n’est généralement accepté..

.

Jim Marrs,
 
auteur de « Ordre du jour extraterrestre »  (Alien Agenda)






Soutenez Project Avalon - faites un don :

Donate

Merci de votre aide.
Votre générosité nous permet de poursuivre notre tâche

Bill Ryan

bill@projectavalon.net


unique visits

Google+