Chercher

__________________________________________________________

John Lear

Traduction par The Avalon Translation Project,
d'une page du site originel de  Project Camelot.


John Lear dit tout

Las Vegas (Nevada), avril 2008

...maintenant certains peuvent poser la question de savoir pourquoi tant de compagnies aériennes où j’ai travaillé se sont cassé la figure et pourquoi on m’a vidé aussi souvent. Mon excuse est toute bête. Je ne suis pas le plus fin crayon de la boîte, je suis extrêmement fainéant, j’ai une grande gueule et j’ai vraiment tendance à la ramener.
John Lear

Oui, il est incorrigible et il aime s’amuser, il a un grand sens de l’humour qui l’a bien servi au cours de toutes ces années. Notre interview de 2006 avec John Lear (voir ci-dessous) reste une de nos préférées.

Lorsque récemment, nous l’avons de nouveau rencontré, avec beaucoup plus de temps à notre disposition qu’il y a deux ans, John a entassé sur la table de son studio les livres, les graphiques et les documents de recherche, puis il s’est assis pour nous raconter « tout ce qu’il savait ».

En insistant particulièrement sur la saga de Bob Lazar – comme seul peut la narrer John Lear – nous abordons les contradictions des théories liées au 11-Septembre et pourquoi, en tant que pilote réputé, il est particulièrement qualifié pour estimer quels types d’avion, si c’est le cas, ont frappé le World Trade Center (réponse : aucun. John explique les raisons pour lesquelles c’étaient des hologrammes) ; pourquoi la pesanteur de la Lune pourrait bien correspondre à 64 % de celle de la Terre, et conserver ainsi une atmosphère ténue ; le fait que Ben Rich, ex-directeur des Lockheed Skunk Works, était un agent du Mossad ; la localisation de la « Nouvelle Zone 51 », nommée Sandia, située au cœur du désert du Nevada ; ce qui s’est réellement passé à Above Top Secret, un forum Internet où il s’est fait attaquer et qu’il a par la suite quitté... et bien d’autres choses encore.

Vous ne trouverez rien ici sur 2012, ni sur la Planète X – John les écarte tous les deux – mais nous pensons que vous serez distraits et fascinés par les expériences détaillées et les opinions d’un homme qui mérite d’être admiré et respecté pour son courage, sa personnalité, et son engagement dissident à révéler ce qu’il croit être la vérité.


Cliquez ici pour le site de 'Pilots for 911 Truth'. (« Pilotes pour la vérité sur le 11-Septembre », en anglais)
Cliquez ici pour le site de Ron Schmidt ('The Living Moon' – la Lune vivante) de recherche sur le projet Pegasus, qui représente les opinions, les idées et les recherches de John Lear (en anglais).



Voler dans le soleil avec John Lear

Las Vegas (Nevada), août 2006

John Lear est une figure bien connue, et même légendaire, du milieu ufologique. Nous avons eu récemment l’honneur de l’interroger chez lui à Las Vegas. Nous avons débarqué tôt un matin et avons été introduits dans son extraordinaire bureau par sa charmante épouse. John s’est pratiquement lancé dans l’interview sans préliminaires. Nous avons constaté avec surprise qu’il s’intéressait à l’alpinisme, et nous avons rapidement appris qu’il avait été le plus jeune Américain à faire l’ascension du Cervin. Il partage avec Bill Ryan – également alpiniste – une grande passion pour l’histoire de l’exploration de l’Everest.

Nous n’avons guère eu le temps de préparer les éclairages et le son avant que John se mette à parler. Par chance néanmoins, la lumière de son bureau était parfaite. Le soleil matinal de Las Vegas inondait, par une fenêtre latérale, la pièce de ses rayons et mettait en relief l’homme et son univers.

Énigmatique, direct et provocateur, il représente la quintessence de l’homme de ce monde. Entouré de photos en gros plan de la Zone 51, de paysages lunaires détaillés - non maquillés à l’aérographe – et révélant des structures artificielles, d’astronautes de la NASA, d’avions de pointe, et de toutes sortes d’objets-souvenirs liés à l’aéronautique, il s’est immédiatement lancé dans son récit inédit du 4ème astronaute, jamais reconnu par la NASA, décédé en janvier 1967, avec Grissom, Chaffee et White, dans le tragique incendie d’Apollo 1.

Dans cette interview incisive, John raconte les choses comme elles sont, sans mettre de gants. C’est un homme qui peut vous raconter une histoire importante et vous river pendant tout ce temps-là à votre siège. Nous avons apprécié la compagnie d’un type vraiment charmant malgré son écorce rude, qui a tout vu, mais à qui le lourd poids de ses immenses connaissances n’a jamais fait perdre sa joie de vivre.



Cliquez ici pour la traduction de l’interview vidéo.








Soutenez Project Avalon - faites un don :

Donate

Merci de votre aide.
Votre générosité nous permet de poursuivre notre tâche

Bill Ryan

bill@projectavalon.net


unique visits

Google+