Chercher

__________________________________________________________

Luca Scantamburlo :

Transcription de l'interview - 1ère partie

Cette page est une traduction d'une publication originale de Project Camelot


Luca Scantamburlo : Le retour de la planète X

Italie, février 2008

Cliquez ici pour la version PDF des parties 1+2 de l'interview (12 pages)


Début de l'interview

Kerry Cassidy (KC) : Bonjour, je suis Kerry Cassidy de Project Camelot et nous sommes ici avec Luca Scantamburlo.

Luca Scantamburlo (LS) : Superbe prononciation. Très bien. [rires de Kerry]

KC : Nous sommes très heureux d'être ici avec lui en Italie, nous ne pouvons pas dire où. Nous allons couvrir des sujets très intéressants. Luca est un journaliste accompli. Il est en contact avec Cristoforo Barbato et nous sommes très intéressés par ce qu'a à dire Cristoforo Barbato. Luca a écrit des articles sur ce que Barbato a dévoilé. Cette connexion vaticane nous intéresse ainsi que tout ce que vous pouvez nous dire là-dessus.

LS : Mon nom est bien Luca Scantamburlo, je suis né en Italie, j'ai 33 ans et je suis diplômé en journalisme. Ces 2 ou 3 dernières années, j'ai écrit plusieurs articles sur des affaires controversées, les Ovnis, la présence possible d'extraterrestres sur Terre et dans le système solaire. L'un de mes articles, une interprétation, a été publié dans Nexus New Times, la revue bimensuelle publiée en Australie.

KC : Pourriez-vous nous dire comment vous êtes entré en contact avec Cristoforo Barbato ?

LS : Oui. Cristoforo Barbato est né à Naples en 1972, mon premier entretien avec lui a eu lieu en 2002 alors qu'il était rédacteur pour un magazine national Stargate magazine – là, sur l'étagère du dessous il y a quelques copies – le magazine italien dont il était le rédacteur en chef.

Sur la gauche il y a une copie du magazine Extra Terrestere , une sorte de tabloïde. [Kerry le prend] Oui, celui-ci Kerry. Ce magazine n'existe plus, il était l'un de ceux qui parlait des Ovnis et autres phénomènes liés.

Je suis désolé de ne pas avoir un exemplaire d'un autre magazine, Stargate, pas Stargate Magazine, car dans celui-là Barbato a écrit plusieurs articles sur le Troisième Secret de Fatima.

A cette époque je ne lisais pas ces magazines, je ne les connaissais même pas et en 2002 j'ai demandé à Barbato s'il était intéressé par l'un de mes articles. Il l'a publié en 2002, ainsi qu'un autre en 2003, puis le magazine s'est arrêté en 2003. Cristoforo Barbato n'était donc plus rédacteur en chef, il avait perdu ce travail et était rentré chez lui.

Et vous savez, nous ne nous sommes pas rencontrés à cette époque. Nous avions juste nos échanges par e-mails et par téléphone. Et ce qui est arrivé ensuite, en 2005... J'ai lu un article sur les recherches de Cristoforo Barbato. Cet article parlait d'une vidéo montrée au public pour la première fois en avril 2005 à Pescara, une ville importante sur la côte adriatique.

J'étais très intéressé parce que dans l'article, le rapport disait que cette vidéo venait d'un insider du Vatican qui avait contacté Cristoforo Barbato en 2000, l'année 2000. Et après quelques contacts, Cristoforo Barbato obtint cette vidéo. Il l'a montrée au public pour la première fois en 2005, mais elle n'était pas sur Internet. C'était une vidéo de deux minutes.

J'ai donc envoyé un mail à Cristoforo Barbato en lui demandant s'il y avait une chance de pouvoir la visionner car, comme je vous l'ai dit, elle n'était pas disponible. Et il m'a répondu : Ah oui, vous pouvez venir à une conférence. J'ai été invité à une conférence à Santa Maria Magdalena, c'est le nom d'un petit village italien. Et à cette occasion, nous pourrons nous rencontrer et vous aurez la possibilité de voir la séquence. Parce que je ne vais pas la montrer à tout le monde. Quand je l'ai reçue, c'était sous des conditions très strictes.

KC : Barbato a-t-il vraiment gardé le silence sur ses contacts depuis plusieurs années avec cet initié du Vatican...

LS : Oui.

KC : ...avant qu'il ne dise quoi que ce soit ?

LS : C'est ... ah, vous sous-estimez un aspect important là ! Un peu de chronologie pour comprendre ce qui s'est passé... En 2000, il a reçu les premiers messages par courrier (à Rome, courrier ordinaire) et par e-mail. Et bien sûr il était très sceptique. Au début cet homme se disait initié du Vatican et peu à peu une relation s'est tissée entre eux. Et bien sûr, même au début ce « Gorge Profonde » lui a livré beaucoup d'informations. Mais Barbato n'était pas satisfait parce que ... vous savez mieux que moi Kerry, Bill... que… [longue pause]...le monde des initiés, ce monde de l'intérieur est très dangereux parce qu'il est très difficile de distinguer la vérité de l'information erronée. Il n'était donc pas satisfait et lui a demandé un rendez-vous.

J'imagine que pour l'initié, c'était une requête difficile parce que, s'il était réel et non pas un imposteur, il risquait sa vie et peut-être celle d’autres personnes, mais malgré tout cela le meeting a eu lieu. Et plus d'une fois.

KC : Plus d'une fois. Savez-vous où la réunion s'est passée ?

LS : Oui parce que Barbato a rendu cette information publique. Les deux premiers meetings ont eu lieu en 2005 à Rome dans un espace public, je ne sais pas où. Barbato ne me l'a jamais dit. Bien sûr, je le comprends.

Bill Ryan (BR) : [hors du champ de la caméra] J'imagine que Cristoforo a dû demander à sa source : Pourquoi me dites-vous cela ?

LS : Oui. Oui...cette question est même venue dans l'interview que j'ai eue avec Cristoforo Barbato, l'interview qu'il m'a donnée et publiée en avril 2006 dans le mensuel italien UFO Notiziario. Nous avons fait cette interview quelques semaines avant, c'était une interview écrite, je ne pouvais pas le rencontrer et je lui ai posé cette même question : Pourquoi l'initié faisait-il une chose pareille ?

La réponse se trouve dans les paroles du jésuite : Celui-ci et quelques uns de ses collègues font partie d'une structure de renseignement, une agence de renseignement fantôme, parce qu'officiellement le Vatican n'a pas de service de renseignement. Lui même et quelques collègues ont dû avoir... peut-être un ...problème moral je pense. Ils savent que les évènements qui se produiront tôt ou tard dans les prochaines années toucheront toutes les créatures sur Terre. Personne n'en sera exclu.     

BR : Toutes les créatures.

LS : Toutes les créatures, cela veut dire à toutes les latitudes de la planète.

KC : Mm, hm.

LS : Je pense qu'ils avaient un problème d'éthique. Il y a une histoire semblable dans la tradition grecque. C'est le problème d'Antigone vous savez. Il y a une loi. Si vous la respectez, vous prenez le risque de souffrir en votre qualité d'humaniste. Vous devez donc faire un choix : suivre les lois, les règles et détruire votre propre sens humaniste; ou alors enfreindre les règles.

KC : Donc ce jésuite est venu. C'est un jésuite ?

LS : Oui. Il est sorti de sa réserve uniquement avec Cristoforo Barbato. Mais lui et ses collègues l'ont choisi. Ils ont choisi la personne et cette personne est Cristoforo Barbato.

KC : Ils l'ont choisi parce qu'il était un journaliste respecté, et pour...

LS : Pour de nombreuses raisons, oui.

KC : Et à cause... en Italie...

LS : Oui. C'est une raison certaine. Mais les autres sont que Cristoforo Barbato était jeune.  Vous savez, les jeunes sont plus courageux, parce qu'en vieillissant vous avez plus de responsabilités, une famille peut-être, et une réputation. Alors... finis les scoops.

KC : Cristoforo avait quel âge quand il a été approché en l'an 2000 ? Le savez-vous ?

LS : Il est né en 1972, il avait donc 28 ans.

KC : Ah !

LS : Maintenant, il y a probablement d'autres raisons. Plus d'une. A mon avis, Cristoforo Barbato est une personne loyale, vous ne pouvez pas le corrompre. C'est ce que je pense. Et il est très strict. Peut-être parce qu'il est honnête.

KC : Je vois, très bien. Ok. Il est évident qu'il a fixé la barre très haut pour ce jésuite... il insistait... En premier lieu il a pris un certain temps pour lâcher l'histoire. Ensuite, il l'a vérifiée.

LS : Parce qu'il n'était pas convaincu. Il a conduit de nombreuses recherches pour les vérifications. Le jésuite [NDT : il sera parfois appelé « Gorge Profonde » par la suite, ce qui n'est pas lié à « Gorge Profonde Premier » qui a contribué au renvoi du président Nixon] lui a donné beaucoup d'informations, il lui a donné des photos, une séquence de vidéo, pas sur un CD ni un DVD. Nous sommes en 2000, il a reçu un paquet par la poste, dans le courrier et à l'intérieur, il y avait une cassette VHS.

KC : Euh...euh. Il l'a essayée ?

LS : Il l'a digitalisée, mais pas avec du matériel professionnel, la qualité de la vidéo n'est pas au top. Je pense aussi que si nous pouvions voir l'original, si nous avions cette chance, nous aurions peut-être plus d'informations sur la validité de la séquence elle même. Parce que nous parlons de la séquence d'une soi-disant observation dans l'hyper espace, où bien sûr, la lumière visible est pratiquement nulle.

Note importante : Luca Scantamburlo déclare que la séquence sur la planète X montrée dans cette vidéo n'est PAS le film original donné à Barbato par le jésuite, mais est une copie très proche
ou une reproduction de l'original.

 

KC : Et qu'est-ce cette vidéo nous montre ?

LS : Oui. La séquence...il semble qu'elle montre un planétoïde inconnu à l'astronomie moderne, à la connaissance officielle de l'astronomie moderne. Cela a été publié et c'est important, je veux dire qu'il y a deux visions distinctes côte à côte.

KC : Ok. Et ça a été filmé à partir de quel vaisseau spatial ?

LS : Avec une caméra sur une sonde spatiale qui appartient secrètement au Vatican, d'après son Gorge Profonde. Le nom de la sonde serait : Siloe. Siloe est un nom biblique que vous trouvez dans la Bible plusieurs fois, dans le Nouveau Testament. Je ne me souviens pas où exactement mais de toute façon, c'est une histoire sur ce qu'a fait Jésus Christ dans le passé en Palestine. Il y avait un aveugle, est-ce bien cela ? Il ne voyait pas et Jésus Christ a fait quelque chose, il lui a dit : Tu peux aller maintenant à la source Siloe, lave-toi les yeux là bas et tu recouvreras la vue. C'est ce que l'homme...

KC : En anglais, nous dirions « Silo » ?

LS : Oui. Silo. L'orthographe c'est S-I-L-O-E. Siloe est un lieu de Jérusalem qui est sacré pour les chrétiens. Cette sonde spatiale ferait partie du programme spatial.

KC : Qui ? Qui a construit cette soi-disant sonde spatiale ?

LS : Cette soi-disant sonde spatiale aurait été produite dans l'aire 51 au Nevada par Lockeed Martin.

KC : Ah, ok. Cette information vient-elle de Gorge Profonde ?

LS : Oui. Mais le point principal, ce que je veux souligner c'est qu'avant la première rencontre entre Cristoforo Barbato et ce jésuite, Barbato a vérifié ses antécédents. Et même au cours de la première rencontre, car le jésuite lui avait apporté des preuves de ses références. Barbato, qui avait toujours des doutes, n'en avait plus sur son identité. On ne parle pas ici de la preuve de la séquence vidéo, des autres photos et de toute l'histoire. Ce que Barbato comprenait sans aucun doute, c’était l'identité de ce Gorge Profonde. Il en connait le nom, le prénom, et ses antécédents. Bien sûr il a eu à protéger la source de l'information à cause des renseignements.

KC : Bien. L'organisation, l'organisation secrète dont ce jésuite est membre, fait partie d'un service d'espionnage clandestin du Vatican. Quel en est le nom ?

LS : Barbato a reçu cette information. L'agence de renseignement serait le Servizio Informazioni del Vaticano, le service de renseignement du Vatican. Et le nom de code serait : S-I-V, d'après l'expression italienne.

Mais ce qui est très intéressant, c'est ce que Barbato a trouvé par la suite aux États-Unis, dans un essai d'histoire écrit par John Loftus et Mark Aarons – le nom de l'essai est Ratlines – et il s'y trouve une référence à cette agence, avec l'expression exacte que le jésuite a donnée à Barbato – Servizio Informazioni del Vaticano. Vous pouvez le vérifier dans n'importe quelle édition de ce livre Ratlines. Il a même été publié en Italie, je l'ai lu de mes propres yeux.

KC : Euh…euh.

LS : Barbato s'en est aperçu après.

KC : Bien. Ok, mais quelle est la signification de Secretum Omega ?

LS : Secretum Omega serait, d'après le Gorge profonde de Barbato, le niveau le plus élevé d'autorisation secrète dans ce service. Secretum Omega est divisé en trois niveaux.

KC : Ok. Ce jésuite était un membre du niveau le plus élevé ?

LS : Oui. Il était l'un des membres le plus... Oui. Je ne sais pas lequel. Je ne me souviens pas quel était le niveau parce que... [fait des gestes de ciseaux avec ses mains]... il faut couper là... parce que… désolé.

KC : D'accord !

LS : C'est très difficile pour moi vous savez.

KC : Reprenons, à partir de là. Donc le jésuite est un membre du plus haut niveau, probablement, du SIV Secret.

LS : Oui. C'est ce que j'ai compris. Oui, il en était un membre actif à l'époque.

KC : Mais là, vous dites « était ». Est-ce que Barbato a eu une information disant qu'il avait quitté ce Service ?

LS : [Gros soupir] Je ne sais rien là-dessus.

KC : Je vois.

LS : Ce que je sais sans aucun doute, c'est qu'ils étaient en contact pendant quelques années au moins mais je ne pense pas qu'ils le soient toujours.

KC : Ok.

LS : De plus, il a fait son travail. Il en a même fait plus que prévu puisqu'il s'est rendu à une rencontre proposée par Barbato et vous savez, c'est quelque chose qu'ils... à laquelle ils n'avaient peut-être pas songé. Voyez-vous, habituellement, quand vous avez un Gorge Profonde, quand vous avez un initié, quand vous avez une source de renseignements, la plupart du temps, vous ne connaissez pas son identité. Presque toujours. [Soupirs]

Si il y a quelqu'un du Vatican qui a fait cela, bien sûr avec l'accord d'autres personnes, vous ne pouvez pas imaginer qu'une seule personne qui appartienne à ce Service si haut placé...[choisit ses mots avec précaution]... une telle agence ... vous savez, qui n'est pas une agence d'un État ordinaire, nous parlons du Vatican.

Le Vatican est un petit état mais c'est une tradition, une réputation. De plus, l'importance... C'est un état au sein duquel se côtoient la politique et la foi. Ensemble, et...

KC : Donc cet homme est sorti de l'ombre secrètement. Il a l'appui d'autres personnes du Vatican ?

LS : Je ne sais pas de combien, mais j'imagine plusieurs.

KC : Ok.

LS : Ils sont en minorité bien sûr car ce n'est pas la position officielle du Vatican.

KC : Bien. Et ils disent qu'il y a une planète dans le système solaire qui s'approche de nous...

LS : Qui s'approche de nous.

KC : De la Terre.

BR : Est-ce une planète, Luca, ou bien un gros corps céleste ?

LS : Question intéressante.... Barbato savait... parce que nous avons eu des conversations là-dessus, de nombreuses discussions, ce qu'il savait sans aucun doute est ce que le jésuite lui avait dit, à savoir que ce planétoïde qui semble venir dans le système solaire serait – et selon le jésuite, est – la fameuse Planète X ou, l'ancien dieu Nibiru. Et Marduk selon les babyloniens.

Donc, Planète X est l'expression scientifique pour un objet qui devrait être là-bas. Mais officiellement à ce jour il n'y a pas de preuves. Je veux dire... des preuves indirectes, il y en a, mais des preuves directes, officiellement, d'après les observatoires, il n'y en a pas. Officiellement. Mais il y a des preuves indirectes qu'il y a quelque chose.

Le jésuite a indiqué que ce planétoïde EST la planète sumérienne. Les sumériens appelaient Nibiru la Planète du Croisement. Tout le monde a entendu parler de ça parce que le célèbre historien russe, Zécharia Sitchin, qui vit à New-York, a écrit de nombreux ouvrages sur le sujet. Le jésuite a dit à Barbato que le planétoïde EST la planète Nibiru.

BR : Savez-vous quel nom ils lui donnent au Vatican ? Leur nom pour Nibiru ?

LS : Non, je ne sais pas. J'ai des idées là-dessus. Si vous consultez dans le Nouveau Testament, le livre de Jean, le Livre de L'Apocalypse, le dernier livre de la Bible, il y a un passage dans lequel se trouve une référence à ce corps céleste. Si vous considérez ce livre, pas seulement sous l'angle métaphysique ou du point de vue d'un avenir qui implique des états spirituels, si vous le considérez comme un livre avec... je veux dire... [cherche les termes appropriés]... Comment pourrais-je dire ?... Des évènements futurs ?

KC : Des prophéties.

LS : Des prophéties. En gardant la symbolique du langage. Si vous comprenez ce livre dans ces termes, il y a un passage étrange avec un certain mot. Ce mot est : Absinthe. [Wormwood] Il pourrait y avoir une connexion avec ce phénomène étrange. Je parle du phénomène céleste. Parce que si je me souviens bien, dans ce passage, le livre nous parle d'une étoile singulière qui apparaitra. Sa couleur est rouge. Son nom est l'Absinthe. Mais pour en revenir à votre question je n'ai aucune idée du nom qui lui est donné dans cette agence secrète.

KC : Ok. Alors pouvez-vous nous dire quelles sont les références du jésuite ? Autrement dit, qu'a-t-il dit à Barbato en dehors du fait qu'une planète approchait ?

LS : Oui. Il l'a confirmé.

KC : Est-ce que c'était lié au Troisième Secret de Fatima ? Nous savons que Barbato a écrit des articles sur le sujet auparavant.

LS : Oui, oui. L'une des raisons pour laquelle le jésuite et ses collègues ont DECIDE de contacter Barbato est bien à cause de ses articles publiés en 2000 dans le magazine mensuel Stargate, ses articles portaient sur le 3ème Secret de Fatima, particulièrement d'après les recherches portugaises de Fina d'Armada et de son co-auteur qui est historien.

Leur livre porte un titre étrange : L'intervention extraterrestre de Fatima. Vous pouvez facilement le trouver sur Internet. [titre anglais : The Apparitions of Fatima and the UFO Phenomena]

Et à cette époque, en 2000, il y a eu une conférence de presse tenue par le Vatican pour la révélation officielle du 3ème Secret; et si vous lisez la révélation, il y a la vision d'un évêque vêtu de blanc qui meurt avec d'autres chrétiens.

Mais il n'y a aucun signe de cataclysmes mondiaux sur la Terre. Voici le livre d'un journaliste renommé, Antonio Socci, [il prend un livre sur l'étagère] il a écrit un livre dont le titre italien : Quarto Segreto di Fatima, signifie : Le Quatrième Secret de Fatima. Ça ne veut pas dire qu'il y a un 4ème secret, c'est un jeu de mots, mais appuyé d'une forte preuve qui indique qu'une partie du secret n'a pas encore été rendue publique. Selon le livre d'Antonio Socci et d'après ses recherches, le secret écrit par Sœur Lucia Dos Santos comprenait deux parties.

La première est la soi-disant vision rendue publique et la version officielle donnée par le Vatican en 2000. Selon l'auteur, il y aurait une autre partie du secret qui n'est pas révélée. Et celle ci serait l'explication de la vision.

KC : Ok. La vision était celle d'un évêque en blanc... avec des gens... des chrétiens qui meurent.

LS : Qui meurent d'une façon terrible, terrible.

KC : Une mort terrible.

LS : Ils ne meurent pas de causes naturelles. Ils meurent parce que quelqu'un est en train de tuer, les tue.

KC : Quelqu'un.

LS : Oui, des soldats si je me souviens bien.

KC : D'accord. Alors est ce que Barbato a écrit ça quand il a parlé du 3ème Secret de Fatima ?

LS : Malheureusement, je n'ai pas les copies des magazines.

KC : Euh...euh, l'attention du jésuite a bien été attirée par cela.

LS : Oui. Vous avez saisi. [photo des 3 enfants de Fatima sur l'écran] Barbato n'était pas convaincu que ce message était bien le message écrit par Sœur Lucia. Il semble qu'il contienne de vingt à vingt cinq lignes en portugais. De 20 à 25 lignes et si vous faites attention à la version officielle, il y a une contradiction entre... parce que la version officielle du Troisième Secret de Fatima est plus longue.

Nous savons que Sœur Lucia a beaucoup écrit sur le 3ème Secret, peut-être des notes sur la vision et peut-être quelques lignes sur l'explication de la vision. Nous parlons de ce que la Sainte Vierge Marie lui a dit en 1917, à Fatima au Portugal. Nous apprenons aussi d'après ce livre, ces recherches historiques, que Lucia, l'une des 3 enfants, avait beaucoup de mal à coucher sur papier le secret parce qu'il contenait peut-être des choses difficiles à accepter.

Quand vous faites attention aux autres secrets, le Premier et le Second portent sur des guerres, la perte de la foi, la montée du communisme en Union soviétique. Nous parlons là d'évènements planétaires. Il est donc très étrange que le 3ème secret soit la mort d'un évêque sur des marches. Ça n'a pas beaucoup de sens selon moi. Mais...

Les articles écrits par Barbato portaient même sur la présence d'un autre enfant qui fut témoin de l'étrange phénomène ces jours-là à Fatima. Si ma mémoire est bonne, elle s'appelait Carolina Carriera. Les enfants témoins étaient donc quatre et non trois. Je veux dire que devant la foule, où un miracle a eu lieu, se tenaient trois enfants. Mais il y en avait un autre, le quatrième témoin.

Mais le plus important est la contribution du livre portugais écrit par Fina d'Armada. Selon Joaquim Fernandes et Fina d'Armada, les auteurs de cet excellent livre publié au Portugal en 1982, sur la présence extraterrestre possible à ce moment là, il y avait un autre enfant mêlé à ce phénomène.

De plus et c'est l'élément le plus important, qu'ont-ils fait ? Ils ont vérifié la transcription originale de ce qu'ont DIT les enfants au début. Une autre chose que je veux clarifier, c’est que je ne dis pas que la Sainte Vierge existe. C'est très important. Nous avons eu tellement d'apparitions en Europe, en France et en Italie voyez-vous. Je suis même sûr que vous connaissez les apparitions présumées de Medjugorje, dans l'ancienne Yougoslavie.

KC : Ok, il y a certainement des visions et des apparitions comme vous dites, qui évoquent la Vierge Marie. Tout est possible si c'est généré par les E.T.

LS : Il s'est certainement passé quelque chose. Parce que dans la dernière apparition, vous avez des milliers et des milliers de personnes qui sont témoins du prétendu « Miracle du Soleil ». Et bien sûr, d'un point de vue astronomique, le soleil... Rien n'est arrivé au Soleil. Peut-être que quelque chose est venu du ciel et ressemblait à un soleil sans être le Soleil. Il y avait beaucoup de journalistes, des témoins, ils ont écrit des articles pour les journaux portugais. Il s'est passé quelque chose à ce moment là, mais quoique...

KC : Qu'ont dit les enfants ? Vous disiez qu'ils ont vérifié le témoignage d'origine des enfants, alors quelle était la différence ?

LS : Oui. Les auteurs du livre portugais ont vérifié les papiers d'origine, où les mots d'origine apparaissent. Et ils ont compris qu'au début les impressions des enfants étaient qu'il y avait une créature étrange d'apparence féminine et qu'elle ne bougeait pas ses lèvres. Elle avait l'air d'avoir 14 ou 16 ans. Ce n'était donc pas une femme, c'était une adolescente.

KC : Ok.

LS : Elle avait quelque chose dans les mains comme une lance. Elle avait une robe, une drôle de robe, un drôle de revêtement et elle ne ressemblait pas à la Vierge Marie, mais cela ne signifie pas que la Vierge Marie n'existe pas, bien sûr.

KC : C'est donc ce qu'a écrit Barbato ?

LS : Barbato a étudié le bouquin portugais. Ce livre n'est pas publié en Italie, en italien. Barbato a étudié l'original.

KC : Ah… merveilleux !

LS : De toute façon, à cause de ceci et d'autres considérations que Barbato aurait faites en se basant sur d'autres avis d'hommes d'église, de théologiens, de prêtres, qui n'étaient pas si ... si satisfaits de la version officielle, Barbato a écrit d'autres articles. Et vous savez...

KC : Il fallait donc capter l'attention des jésuites et cela explique pourquoi ils l'ont choisi ?

LS : Oui, ils le surveillaient même avant.

KC : Je vois. Et vous le savez parce qu'ils lui ont dit ?

LS : Oui. Je pense que oui. C'est ce que j'ai compris via  mes contacts avec Barbato.

KC : Ok. Et nous allons lui parler aujourd'hui, n'est-ce pas ?

LS : Oui.

KC : Bien. Nous avons donc cette énigme. Nous avons le 3ème Secret de Fatima. Nous avons Barbato qui est choisi...

LS : Excusez-moi si je vous interromps.

KC : Je vous en prie.

LS : Ce qui est bizarre, c'est que Barbato n'a donné aucune information sur le 3ème Secret de Fatima. Il n'y a pas un seul mot du 3ème Secret. [soupirs] C'était peut-être un choix fait par les jésuites. C'était peut-être un choix fait par Barbato.

Bon, de toutes façons, à mon avis, il pourrait y avoir un rapport entre cette planète qui est un envahisseur, qui ETAIT un envahisseur dans notre système solaire dans les temps anciens et qui vraisemblablement fait partie maintenant de notre système solaire et le Troisième Secret de Fatima.

KC : Vous dites que vous faites la connexion mais que le jésuite ne l'a pas faite ?

LS : Non. Il n'y a pas un seul mot de Barbato, qui est le lien vous savez. Barbato a fait un travail exemplaire avant que la vidéo sorte, mais...

KC : Ok. Alors vous dites que c'est une sorte de... une synchronisation, vous comprenez ?

LS : Oui

KC : Deux évènements qui arrivent…

LS : Barbato est... à mon avis, Barbato est tout à fait conscient de ce qui se cache derrière le 3ème Secret de Fatima. Tout d'abord parce que...

KC : Parce qu'il sait...

LS : Parce qu'il a étudié le sujet vous savez. Par exemple ce livre [il prend le livre de Socci] est très important parce qu'il ne mentionne pas Cristoforo Barbato, mais il mentionne Malachi Martin. Un ancien jésuite très célèbre aux Etats-Unis parce qu’il... a participé à l'émission Coast to Coast...

KC : Oui, absolument.

LS : Avec Art Bell.

KC : Très respecté.

LS : Et il est mort en 1999.

KC : Exact.

LS : Mais il a fait quelque chose pour le Troisième Secret de Fatima. Il n'était plus jésuite à l'époque. Il travaillait au Vatican dans les années 60. Il était l'un des assistants d'un cardinal, donc à mon avis, il avait la possibilité de s'impliquer dans les aspects secrets des affaires vaticanes. Et bien, dans ce livre, Antonio Socci écrivit quelques lignes sur Malachi Martin et il n'est pas très convaincu de ses témoins et de son témoignage. Mais de toute façon, c’est important parce que Malachi Martin est mentionné dans le livre alors que les recherches de Cristoforo Barbato ne le sont pas. Malachi Martin est mentionné à cause des affirmations faites lors de l'émission Coast to Coast. Les recherches de Cristoforo Barbato ne sont pas mentionnées.

Le livre mentionne ce que Malachi Martin a dit à Art Bell pendant l'émission, sur quelque chose qui s'approchait de nous, selon les propres mots de Malachi Martin et c'est un point très important.

KC : Et qu'est ce qui s'approche de nous selon Malachi Martin ? Le savez-vous ?

LS : Oui, je me souviens. J'ai lu la transcription de ses paroles, je peux vous le lire. Mais de toutes façons...

KC : D'accord. Nous pouvons mettre les mots sur l'écran...

LS : Oui, je peux vous le dire. Le point important, c'est la construction d'un nouveau télescope par le Vatican sur le Mont Graham, en Arizona. C'est un site d'astronomie important géré par le Vatican en collaboration avec l'Université d'Arizona. Cela s'appelle « Le Télescope de Technologie Avancée du Vatican ». C'est dans le domaine public, ils ont un site web et ce télescope a un miroir d'un diamètre d'environ 1,8 m. C'est cher. Quelques millions de dollars.

KC : Pourquoi est-ce important ?

LS : Parce que c'est plutôt étrange de construire un télescope de technologie avancée quand l’objectif principal de votre état est de conserver la foi, la foi catholique, vivante. Donc, la question posée par Art Bell à Malachi Martin était : Pourquoi font-ils ça, Père ?

Et la réponse de l'ancien jésuite était, si je me souviens bien : Parce que ceux qui sont dans les plus hautes sphères du Vatican et de la géopolitique savent que ce qui s’approche vers nous pourrait être d'une importance cruciale dans les 5 ou 10 prochaines années. Fin de citation. Cela fut dit en 1997, nous sommes en 2008.

Vous savez que le problème est que nous faisons face à des changements climatiques radicaux. Quand vous cherchez dans les articles scientifiques, ceux sur le climat, il n'y a pas qu'une version, il y a plusieurs avis. Nombreux sont les scientifiques qui disent : Oui il y a des changements radicaux, le climat change. Nous sommes coupables à cause de la pollution...

KC : Oui. Ils disent aussi – et vous savez, nous avons interviewé David Wilcock et Richard Hoagland à ce sujet – que les planètes les plus éloignées se réchauffent.

LS : Oui. En fait Richard Hoagland, si je me souviens bien, est l'auteur du premier article écrit en 2003 sur les changements climatiques planétaires dans le système solaire. On peut le lire sur son site Enterprise Mission.

KC : Exact.

LS : C'était en 2003. Un point très important de la conversation entre Gorge Profonde (le jésuite du Vatican) et Barbato : ce jésuite a dit que cette planète, la soi-disant planète X, Nibiru, commencerait... aurait commencé à affecter le système solaire à partir de l'année 2004. Et c'était en 2000 ou 2001.

KC : Alors pourquoi Barbato a-t-il gardé le silence jusqu'en 2005 ? C'est bien en 2005 qu'il a publié ?

LS : C'était en 2005, oui. Il a parlé en avril 2005 lors de la conférence à Pescara, tenue par une association locale : UFO Observer. A l'époque il n'avait pas encore vérifié la source des informations, malgré ses vérifications des antécédents, ses vérifications des études de Zécharia Sitchin. Voici le dernier livre de celui ci sur les Earth Chronicles, il parle de la Fin des Jours.

KC : La Fin des Jours.

LS : Oui. Donc Barbato a fait beaucoup de recherches sur l'information que le jésuite lui a donnée.

KC : Ça lui a donc pris tout ce temps pour être certain que c'était ok.

LS : Je pense aussi qu'il craignait un peu les retombées de cette histoire... [sourit] Vous avez interviewé Bob Dean, le Sergent Major retraité.

KC : C'est exact.

LS : Et il a utilisé une expression que j'aime tellement pour tout ce qui touche aux extraterrestres, sur la présence possible des extraterrestres dans notre système solaire. Il a dit : Cette histoire, c'est de la dynamite.

Je suis entièrement d'accord avec lui ! Cette histoire est de la dynamite parce que si Nibiru existe, premièrement c'est une menace pour nous tous à cause de son orbite ; si c'est l'orbite décrite dans les textes anciens de Mésopotamie ; si c'est une orbite de comète. Cela signifie qu'à un moment donné, cette planète sera proche du Soleil et proche des autres planètes. Et si sa masse est plus importante que la masse de la Terre, nous pourrions avoir beaucoup de problèmes.

Et à cause de son centre magnétique, j'imagine. En fait, il y a... un comportement bizarre de l'activité solaire. Et comme par hasard, mais je ne crois pas au hasard, ce cycle solaire, ce cycle 24, sera à son maximum vers les années 2011, 2012. Ça ne vient pas de moi, ni du jésuite, ni de Barbato, ça vient de prévisions scientifiques faites par les employés de la NASA.

BR : Il faut que je demande : Qu'a dit le jésuite en termes d'information pure et dure sur l'orbite de ce planétoïde, sur sa taille, et sa nature ? Est-ce une planète cailloux ou bien une géante gazeuse comme Saturne ? Ou bien...

LS : La planète a été décrite par Zécharia Sitchin. Nous avons une atmosphère et nous avons la possibilité de vie à la surface. C'est la planète décrite par les sumériens.

BR : C'est ce que le jésuite a dit ?

LS : Oui. C'est Nibiru. Mais il en a dit plus sur le programme spatial qu'ils auraient... que le Vatican aurait en secret. Nous parlons du programme spatial Siloe. Le Programme Siloe ferait partie d'un programme plus important dont le nom est Kerigma. Kerigma est un mot grec. Qui signifie : proclamation, annonciation.


Cliquez ici pour la 2e partie






Soutenez Project Avalon - faites un don :

Donate

Merci de votre aide.
Votre générosité nous permet de poursuivre notre tâche

Bill Ryan

bill@projectavalon.net


unique visits

Google+