Chercher

__________________________________________________________



Forum de Project Avalon

Des chroniques de l'éveil humain
...là où se rencontrent science et spiritualité

C sur le Forum...


DISCUSSIONS GÉNÉRALES





 Les "Skull & Bones" et le financement de l'ennemi

Ces pages du Forum de Project Avalon sont, sauf indication contraire, traduites par The Avalon Translation Project.


Message N°1 
       21 février 2018 (Pour l'original, voir ici.)


United States
Membre d'Avalon  ceetee9's Avatar
Default Les "Skull & Bones" et le financement de l'ennemi

Voulez-vous d'autres preuves que la guerre, c'est pour gagner de l'argent, et que la gauche/les Démocrates contre la droite/les Républicains, c'est du bidon et rien d'autre qu'un moyen de plus que possède l'élite (les Mondialistes) pour diviser et régner et nous manipuler ? Lisez le dernier article de Jon Rappoport : Skull & Bones, Bankrolling the Enemy. (Les Skull & Bones et le financement de l'ennemi)

---------------------------------------------------------------------------------------------------

Les "Skull & Bones", Antony Sutton, et le financement de l'ennemi
 
Par Jon Rappoport [21 février 2018]

"Quand on voit les mêmes élites financer, encourager et aider les deux camps dans une guerre majeure, on commence à mieux comprendre la guerre. Ces élites utilisent la guerre pour créer le chaos, qu'ils "résolvent" ensuite, dans l'après-guerre, en imposant leur ordre à eux -- un plus grand contrôle de la vie, un plus grand contrôle des institutions gouvernementales. Ils appellent cette opération "la paix". Mais il s'agit en réalité d'une réduction de nos libertés." (The Underground, Jon Rappoport)

Le prodigieux auteur et chercheur Antony Sutton (1925-2002) a écrit quelque chose sur les hommes cachés qui sont à l'origine des événements marquants.

Je suis récemment tombé sur une interview de Sutton, menée en 1999 par Kris Millegan, chercheur et patron des éditions TrineDay.

En 1999, Millegan écrivait d'Antony Sutton : "Antony C. Sutton, 74 ans, a été persécuté mais jamais poursuivi pour ses recherches et la publication ultérieure de ses découvertes. Sa carrière officielle a été ruinée par son attachement à la découverte de la vérité. Son ouvrage Western Technology and Soviet Economic Development (Technologie occidentale et développement économique soviétique) a été publié en 1968 par l'Institut Hoover de l'Université de Stanford. Sutton y montre comment la base technologique et industrielle de l'État soviétique, qui s'employait alors à fournir aux Nord-Vietnamiens les armements et les fournitures destinés à tuer et blesser des soldats américains, fut bâtie par des firmes étasuniennes et en grande partie payée par le contribuable étasunien. Depuis leur plus grande usine sidérurgique jusqu'à l'équipement de construction automobile, en passant par les roulements de précision et les ordinateurs, pratiquement la majorité des grandes entreprises soviétiques ont été construites avec l'aide ou l'assistance technique des États-Unis."

"(...) puis quelqu'un expédia à Sutton une liste des membres du "Skull and Bones" et --"une image en surgit". Et quelle image ! Celle d'une société secrète intergénérationnelle basée à l'étranger et touche-à-tout, dont les racines remontent aux influences "Illuminati" de l'Allemagne des années 1830."

Voici quelques extraits de cette interview de 1999 :

Millegan - Pouvez-vous nous raconter comment vous avez appris l'existence des "Skulls and Bones" ? Et quelles ont été vos impressions ?

Sutton - Je n'ai rien su des S&B jusqu'à ce que je reçoive au début des années 80 une lettre me demandant si je voulais voir une authentique liste de membres. Sans raison apparente, j'ai répondu oui. Nous avions convenu que l'envoi serait fait par Federal Express et que je pourrais le garder 24 heures, qu'il fallait le remettre au coffre. Il s'agissait d'un "cambriolage" perpétré par un membre de la famille, dégoûté par leurs activités.

Au profit de tout membre du S&B lisant ceci et doutant de la véracité de l'affirmation : la liste des membres composent deux volumes à reliure en cuir noir. Les membres vivants et les membres décédés figurent dans des volumes différents. De très beaux livres.

J'ai passé toute la nuit à Kinko, à Santa Cruz, afin de photocopier l'ensemble des volumes, et je les ai rendus dans les 24 heures. 

Je n'en ai jamais diffusé de copies ni identifié la source. J'ai pensé que chaque exemplaire pouvait être codé et permettre à S&B de retrouver l'origine de la fuite.

Ce que je ressentais ? J'ai pensé alors (et encore maintenant) que ces gens "importants" était au fond des gamins immatures. L'horrible réalité, c'est que ces potaches ont une influence dominante dans les affaires du monde. Pas étonnant que nous ayons des guerres et de la violence. "Skull & Bones" (mot à mot : crâne et os, cf. le pavillon noir des pirates - NdT) est le symbole de la violence terroriste, des pirates, de la Division des SS à la Tête de Mort pendant la Deuxième Guerre mondiale, un symbole qu'on trouve sur les fioles de poison, etc.

J'ai longtemps conservé les photocopies sans les regarder -- mais quand je l'ai finalement fait, une image a surgi ! ÇA, c'était un élément important du soi-disant establishment. Pas étonnant que le monde ait des problèmes !

Millegan - Quelles ont été les conséquences pour votre carrière de vos études des élites, de l'économie, du secret et de la technologie. ?

Sutton - Tout dépend de ce que vous entendez par "carrière".

Selon les critères traditionnels, je suis un lamentable raté. J'ai été renvoyé de deux grandes universités (UCLA et Stanford), on m'a refusé la titularisation à Cal State [University] Los Angeles. Chaque fois que j'écris quelque chose, cela semble offenser quelqu'un de l'Establishment, et ils me jettent aux lions.

Par ailleurs, j'ai écrit 26 livres, publié quelques bulletins d'information, etc. Plus important encore, je n'ai jamais transigé avec la vérité. Et je continue.

Matériellement parlant... un raté de la pire espèce. En termes de découvertes... je pense avoir réussi. On juge un homme à ses ennemis. William Buckley m'a traité d'"abruti". Glenn Campbell, l'ancien directeur de l'Institution Hoover, à Stanford, m'a qualifié de "problème". 

Millegan - Une des politiques économiques d'Hitler a-t-elle jamais menacé les intérêts des banquiers internationaux, et si oui, cela a-t-il joué un rôle dans sa chute ?

Sutton - Les politiques économiques d'Hitler ont été approuvées par les banquiers, même pendant la guerre... ITT, Chase, Texaco et d'autres ont opéré dans la France occupée par les Nazis jusqu'à 1945. De fait, à Paris, la Chase a essayé d'acquérir les comptes des Nazis jusqu'en 1944. Lorsque nous sommes allés en Allemagne en mai 1945, je me souviens avoir vu à Hambourg un magasin Woolworth (bombardé) et avoir pensé : "Que fait Woolworth dans l'Allemagne nazie ?" Pendant que nous nous faisions bombarder et recevions des obus, c'était "Rien à Signaler" pour Big Business. Jetez un coup d'œil aux Alien Custodian Papers (Documents sur le contrôles des possessions étrangères aux USA - NdT).

(...) L'Union Banking est très importante. J'en ai fait un documentaire pour la TV nationale des Pays-Bas il y a quelques années. Ce documentaire a franchi les étapes de la production jusqu'à sa publication dans le magazine TV néerlandais. (...) À la dernière minute, il a été retiré et remplacé par un autre film. Ce documentaire apporte les preuves que Bush (Prescott Bush, le grand-père de George W. Bush Jr. - NdT) a financé Hitler -- des documents.

Peut-être que mes amis néerlandais le verront quand même, mais l'appareil [du Skull & Bones] s'étend jusqu'en Hollande.

Millegan - Qu'allait-il être raconté à la TV néerlandaise ? Et comment s'est déroulée cette censure ?

Sutton - Il quelques années, une compagnie de production TV d'Amsterdam -- sous contrat avec la TV nationale néerlandaise -- est venue aux États-Unis faire un documentaire sur S&B [Skull & Bones]. Ils se sont rendus au Temple de S&B et ailleurs, et ils ont interviewé des gens sur la Côte Est. Sur la Côte Ouest, ils m'ont interviewé ainsi que quelqu'un d'autre.

J'ai vu des extraits de l'original -- c'est du bon travail de professionnel. Ils avaient des documents reliant la famille Bush et d'autres membres S&B au financement d'Hitler par le biais de l'Union Banking de New York et sa banque correspondante néerlandaise. Plus que j'en ai dans [le livre de Sutton] WALL STREET AND THE RISE OF HITLER (Wall Street et l'ascension d'Hitler).

La première version a ensuite été reconfigurée en un documentaire en deux parties et programmé pour être vu en mars dernier. Il a été retiré au dernier moment et n'a jamais été diffusé.

Millegan - Comment voyez-vous l'avenir ?

Sutton - Du chaos, de la confusion et finalement une bataille entre l'individu et l'État.

L'individu est le plus fort, et il l'emportera. L'État est une fiction sanctifiée par Hegel et ses disciples afin de CONTRÔLER l'individu.

Tôt ou tard les gens s'éveilleront. Il nous faut d'abord nous débarrasser du piège du gauche-droite, c'est là un piège hégélien pour diviser et contrôler. Il ne s'agit pas d'une bataille entre la droite et la gauche, mais entre eux et nous.(...)

--fin de l'extrait de l'interview--

Voici maintenant une citation significative d'Antony Sutton, tirée de son ouvrage The Best Enemy Money Can BUY (Le meilleur ennemi que de l'argent peut acheter) (1986) :

"En utilisant des données d'origine russe, il est possible de faire une analyse exacte de l'origine de ces équipements. Il a été découvert que tous les principaux systèmes de propulsion diesel et à turbine à vapeur des quatre-vingt-seize navires soviétiques du matériel fourni [aux Nord-Vietnamiens] pour Haiphong qui a pu être identifié (c.-à-d. quatre-vingt-quatre des quatre-vingt-seize) avaient été construits ou conçu hors URSS. Nous pouvons donc en conclure que si les départements d'État et du Commerce [US] avaient, dans les années 1950 et 1960, constamment appliqué la législation passée en 1949 par le Congrès, les Soviétiques n'auraient pas eu la possibilité d'approvisionner la Guerre du Vietnam -- et 50.000 Américains de plus et d'innombrables Vietnamiens seraient encore vivants aujourd'hui."

"Qui ont été les fonctionnaires du gouvernement responsables de ce transfert d'une technologie militaire connue ? Ce concept est dû au départ au Conseiller à la Sécurité Nationale Henry Kissinger, qui a, rapporte-t-on, convaincu le président Nixon que donner de la technologie militaire aux Soviétiques calmerait leurs ambitions territoriales mondiales. On ne sait pas comment Henry en est arrivé à cet argument tout à fait illogique. Contentons-nous de dire qu'il a déclenché de grandes inquiétudes sur ses motivations. En particulier qu'Henry avait été un employé à la solde des Rockefeller depuis 1958 et a été président du Comité consultatif international de la Chase Manhattan Bank, un intérêt Rockefeller."

Si vous croyez que des actions aussi traîtresses n'auraient jamais pu se produire, je vous envoie à un autre chercheur, Charles Higham, et à son grand classique de 1983 : Trading with the Enemy (Commerce avec l'ennemi).

Higham se concentre sur la Deuxième Guerre mondiale. Les hommes des coulisses que dénonce Higham appartiennent au même groupe de base que ceux dénoncés par Sutton.

Higham, Trading with the Enemy :

"Que serait-il arrivé si des millions d'Américains et de Britanniques, empêtrés dans les tickets de rationnement et les queues aux stations-service, avaient appris qu'en 1942 les directeurs de la Standard Oil du New Jersey [appartenant à l'empire Rockefeller] avaient expédié du carburant à l'ennemi [l'Allemagne], via la Suisse neutre, et que l'ennemi expédiait le carburant des Alliés ? Imaginez que le grand public ait découvert que la Chase Bank faisait, après Pearl Harbor et dans le Paris de l'Occupation, des millions de dollars de chiffre d'affaires avec l'ennemi en toute connaissance du siège social de Manhattan [et de la famille Rockefeller, entre autres] ?  Ou qu'on construisait des camions Ford pour les troupes d'occupation allemandes en France, avec l'autorisation  de Dearborn, Michigan ? Ou que le colonel Sosthenes Behn, patron du conglomérat téléphonique international américain ITT, avait pris l'avion, au cours de la guerre, de New York à Madrid, puis jusqu'à Berne, afin de contribuer à améliorer les systèmes de communication d'Hitler et de faire progresser les bombes-robot qui dévastaient Londres ? Ou bien qu'ITT construisait les Focke-Wulf qui ont bombardé les troupes anglaises et américaines ? Ou que des roulements à billes cruciaux ont été expédiés en Amérique Latine à des clients associés aux Nazis, avec l'aide du vice-président de l'US War Production Board (le service étasunien des productions de guerre), en partenariat avec le cousin de Goering à Philadelphie, alors que les forces armées américaines en manquaient désespérément ? Ou qu'on était au courant à Washington de ces arrangements, qu'on approuvait ou qu'on ignorait volontairement ?"

Vous voyez le tableau ?

La guerre, à quoi est-elle bonne ? Avec les mêmes élites soutenant les deux camps, elle est bonne pour les affaires. Elle est bonne pour causer le chaos et des destructions. Elle est bonne pour lancer de nouvelles organisations mondiales, après la guerre, des organisations qui exercent un degré de contrôle à une portée inconnue jusqu'alors. Elle est bonne pour lancer des organismes tels que les Nations Unies, l'Union Européenne et l'Organisation Mondiale du Commerce --dédiés à la Mondialisation qui, à son tour, est dédiée à une civilisation planifiée, dans laquelle l'individu est dévalorisé et le groupe est Tout.

La liberté est dévalorisée. Et la domination du plus grand nombre par quelques-uns est saluée à notre époque comme étant de la paix.

 





Soutenez Project Avalon - faites un don :

Donate

Merci de votre aide.
Votre générosité nous permet de poursuivre notre tâche

Bill Ryan

bill@projectavalon.net


unique visits

Google+