Chercher

__________________________________________________________

Valery Uvarov

L'Énergie des Pyramides et 2012 - Partie 1

Traduction et sous-titrage, par The Avalon Translation Project,
d'une interview du site originel de Project Camelot.


Saint-Pétersbourg (Russie), 2007

Filmé, édité et dirigé par Kerry Cassidy et Bill Ryan.

Début de l’entretien


KERRY CASSIDY (KC) : Ici Kerry Cassidy, de Projet Camelot. Nous sommes ici avec Valery Uvarov, et nous sommes très heureux d’être à Saint-Pétersbourg, en Russie, comment dites-vous en russe : Sankt-… ?

VALERY UVAROV (VU) : Sankt-Peterbourg (Rires.)

KC : Sankt-Peterbourg, d’accord ! C’est une belle ville, et vous êtes une personne très intéressante, nous sommes très heureux d’être accueillis chez vous. Vous êtes un hôte très charmant et nous vous remercions sincèrement.

VU : Vous êtes plus que les bienvenus, mes amis !

KC : (Rires.) Merci ! Alors, nous allons commencer avec ce qui vous convient, par tout ce que vous aimeriez nous dire de vous. Pour commencer, nous aimerions connaître votre histoire. Comment êtes-vous arrivé là où vous en êtes aujourd’hui ? Nous savons que vous travaillez actuellement avec le gouvernement, n’est-ce pas ?

(Illustration) : Valery Uvarov, Responsable du département de recherche sur les OVNI, les Paléosciences et la Paléotechnologie à l’Académie de la Sécurité Nationale de Russie.

VU : Et bien, oui. Plus ou moins. Tout a basculé dans ma vie en 1989. Avant, j’étais un musicien professionnel, j’étudiais les mathématiques, et j’étudiais également l’art, je peignais. A cette époque, je me suis rendu compte tout à coup que la musique que je jouais, que toute la vie que je menais… étaient un peu différentes de ce qui se passait dans la réalité autour de moi. Je venais de comprendre que notre civilisation, notre Planète avait certains problèmes, et que je devais faire un choix : ou bien jouer de la musique comme je le faisais avant, ou bien essayer de résoudre certains des problèmes que je voyais autour de moi, dans cette vie-ci. Et j’ai fait mon choix.

En 1989, je suis allé à une conférence sur les OVNI, ici en Russie. Et j’y ai rencontré beaucoup de gens très intéressants (inaudible). J’ai beaucoup d’histoires très intéressantes. Et quelque chose a changé en moi, tout a été bouleversé, et je me suis décidé : j’ai renié la musique, j’ai tout renié de ma vie, et j’ai décidé de me consacrer entièrement à mes recherches sur les OVNI, à l’histoire actuelle de notre Planète et celle de notre civilisation, et d’essayer de contribuer à ce que notre civilisation devienne meilleure. Alors…

KC : Est-ce que… Est-ce une éventuelle rencontre avec des visiteurs, pour les appeler ainsi, qui vous a incité à aller à cette conférence sur les OVNI ? Consciemment ? On bien y êtes-vous allé inconsciemment, sans savoir pourquoi ?

VU : J’ai rencontré quelqu’un dans mon enfance. Mais à cette époque, je n’ai pas réalisé ce qui se passait. Pour moi, c’était quelque chose, je dirais, d’habituel, d’étrange mais d’habituel. Alors, j’ai commencé à avoir d’étranges visions, l’Univers, des engins spatiaux volants, d’autres choses encore, j’étais fou de tous les films, de tous les livres qui traitaient d’extraterrestres et de science-fiction. Cela, je l’ai toujours eu en moi probablement. Mais en cette année-là, en 1989, c’était comme une déformation et une transformation, et j’ai soudain clairement compris que cette nouvelle voie était pour moi la vraie voie.

KC : Quel âge aviez-vous alors ? Approximativement ?

VU : Et bien, approximativement ? (Rires.) J’avais 36 ans, et tout a changé, j’en suis heureux, à vrai dire. Vraiment, maintenant, je suis un homme qui a beaucoup de chance, je fais ce que j’adore faire, j’ai fait quelques très grandes découvertes, et j’espère que je partagerai aujourd’hui avec vous quelques idées très intéressantes.

KC : Et vous avez également écrit des livres?

VU : Oui, j’ai écrit quelques livres, et quelques articles. Je publie également le magazine Nexus en russe, principalement en tant qu’éditeur.

KC : Merveilleux. Et avant, je vous ai vu interviewé dans Secret Space, c’était une vidéo de Chris Everard sur le programme spatial, vous savez également des choses là-dessus, n’est-ce pas ?

VU : Oui, c’est vrai.

KC : Vous avez aussi une formation en mathématiques, pouvez-vous nous en parler, qu’est ce que c’est ?

VU : Oui, j’ai étudié à l’Institut Polytechnique de Saint Pétersbourg.

KC : Je vois. Avez-vous un diplôme reconnu, ou bien s’agit-il seulement de plusieurs années d’étude ?

VU : Juste de plusieurs années d’étude, et quand cette année est arrivée, j’ai tout lâché, je me suis juste concentré, complètement focalisé sur mes recherches, alors j’ai laissé tomber tout le reste et j’ai commencé ce que je devais commencer. Mais en même temps, étant musicien professionnel, peintre et par ailleurs mathématicien, c’était beaucoup plus facile pour moi de comprendre ce qui se passait, je pouvais voir un événement, ou disons, un objet et le voir de différents points de vue : en tant que musicien, en tant que mathématicien… c’était beaucoup plus facile.

KC : Donc, vous avez un côté artistique, et un côté scientifique…

VU : Oui.

KC : C’est très intéressant. Et alors, comment dire, la musique et les mathématiques comportent beaucoup de similitudes, n’est-ce pas ?

VU : D’une certaine façon, oui. Je peux regarder les choses très librement. Je ne suis pas limité au domaine étriqué d’une science. Un mathématicien ne peut regarder le monde que comme un mathématicien, d’accord ? Moi – non. J’essaye de voir l’événement de différents points de vue, et cela devient compréhensible pour moi. Spécialement en ce moment, quand j’ai besoin de voir quelque chose de caché, par exemple des événements dans l’histoire de notre civilisation, j’ai besoin d’ouvrir mon esprit et d’essayer de comprendre ce qui ce cache derrière cet événement, c’est pourquoi j’ai besoin d’avoir un esprit très ouvert, et d’être musicien, mathématicien et artiste, c’est très utile.

KC : Quelle est votre fonction ou poste actuel dans le milieu ufologique ou au sein du gouvernement ? Avez-vous actuellement un poste précis ?

VU : Oui, cela s’est passé de la façon suivante : ces gens de l’armée et du gouvernement, qui ont effectué depuis de nombreuses années des recherches sur les OVNI, ont entendu parler de moi et m’ont invité à faire partie de leur groupe.

KC : Je vois.

VU : En réalité, c’est comme ça que ça s’est passé. Ils m’ont invité et il y a par exemple deux ou trois organisations qui m’aident dans mes recherches, je m’exprime librement : j’ai recours à eux lorsque j’ai besoin d’accéder à des banques de données secrètes, ou bien pour accéder à des informations que je ne peux pas trouver dans les bibliothèques. C’est pour cette raison que je fais partie de cette organisation militaire.

KC : Vous avez effectué des recherches sur les pyramides et également sur l’énergie des pyramides. Peut-être vous donnent-ils accès aux Pyramides ou au Sphinx ?

VU : Oui, c’est sûr, mais par ailleurs je m’intéresse à la science cachée derrière les pyramides. Je suis absolument convaincu que ces gens que nous connaissons, que nous appelons les hiérophantes, les anciens Egyptiens, en fait pas des Egyptiens actuels – des prêtres atlantes, des prêtres d’après l’Atlantide. C’étaient des scientifiques de très, très haut niveau, j’en suis complètement sûr, et actuellement je suis profondément intéressé par les connaissances cachées dans les pyramides, dans les temples et dans tout ce qu’ils ont utilisé. Tout d’abord, ils ont développé des capacités angéliques [sic], qui plus tard les ont aidés à s’ouvrir à une super sensibilité puis, par ailleurs, à la voyance. Ils avaient la plupart de ces capacités, et vous savez que ce sont des capacités inhabituelles. C’était un peuple très, très puissant.

Nous nous développons actuellement d’une toute autre façon. C’est pourquoi il était de mon plus grand intérêt de voir ce qu’ils avaient éventuellement atteint, ce qu’ils ont laissé de côté et ce qu’ils ont utilisé. Et bien, après avoir fait des recherches sur des textes anciens, j’en suis très tôt arrivé à la conclusion suivante : toutes leurs connaissances, ils les ont reçues en cadeau d’une civilisation extra-terrestre très, très avancée. Et lorsque j’ai compris cela, je me suis dit : « Ce que je dois faire maintenant c’est essayer de trouver une partie de cette connaissance, même petite, laissée quelque part : sur le mur d’un temple, dans les pyramides, dans les textes anciens, je dois la découvrir, l’analyser, et en extraire tout le savoir possible. »

KC : Donc, vous avez commencé cette quête, je suppose, après votre prise de conscience en 1989, et maintenant nous sommes en 2007. Pendant toutes ces années vous avez travaillé, vous avez écrit des livres sur les pyramides et vous êtes en train de construire une pyramide, si je comprends bien. Cela est-il exact ?

VU : Oui. Nous sommes en train de construire une grande pyramide en pierre à partir des connaissances que j’ai acquises en faisant des recherches sur les anciennes pyramides de différentes civilisations.

KC : Et en quoi consistent ces connaissances ? Pouvez-vous me donner quelques informations cruciales sur… Vous êtes finalement en train de construire, en fait, plus d’une pyramide, en Russie, pas très loin d’ici ?

VU : Oui. Ce n’est qu’à une centaine de kilomètres de Saint-Pétersbourg. Nous avons trouvé un endroit très, très ancien où les gens pratiquaient des sortes de rituels depuis des centaines d’années. Il s’agit d’une faille, comme une cassure, d’où un faisceau d’énergie s’échappe de terre… Alors, j’ai en fait tout construit en suivant les directives apportées par le savoir ancien. Donc, nous avons trouvé le bon endroit, en fait, il y a là-bas trois très bons endroits. Et maintenant, nous sommes en train de construire une pyramide à l’un de ces trois endroits (NdT. Construction terminée en 2009 – voir http://pyramids.iicufi.org/index.php?id=55&L=1)

KC : Je vois, alors c’est un vortex d’énergie que vous avez trouvé…

VU : Oui, c’est plutôt un grand vortex d’énergie, et c’est le moment idéal pour le faire. Et aussi, j’en suis venu à la stricte conclusion que ce que notre civilisation sait aujourd’hui au sujet des pyramides et de leurs effets, n’est pratiquement rien en comparaison avec la réalité. C’est pour cette raison que nous avons décidé d’en fabriquer une à partir de nos connaissances et non en respectant la forme ou les proportions réelles des pyramides sur lesquelles nous avons effectué des recherches. Non, car cela ne tiendrait pas compte de toutes les informations. Elles ne sont pas suffisantes, il nous en faudrait beaucoup plus. Tout d’abord, lorsque les anciens prêtres construisaient les pyramides, ils le faisaient en essayant de les régler sur la fréquence d’une certaine personne, par exemple, un pharaon ou un prêtre.

La pyramide de Chéops est un instrument un peu différent, et j’ai toujours voulu comprendre ce qui faisait de cette pyramide un instrument si puissant, pouvant non seulement influencer notre système énergétique mais également développer nos capacités. Comment avoir accès – écoutez bien – aux dimensions parallèles de la Terre et du Temps, nous sommes à un moment crucial, parce que c’est là qu’on peut trouver des informations au sujet de l’histoire de la planète Terre, et non seulement sur son passé, mais également sur son avenir. On peut donc glaner des choses inimaginables. C’est ce à quoi j’ai consacré l’ensemble du livre que je viens d’écrire et de publier ici, en Russie.

Il s’appelle The Pyramids. Le voici (Il va chercher le livre.). Je pense qu’il va être de la même couleur dans sa version anglaise. Je pense que le livre sera bientôt publié en anglais. Et ici vous pouvez voir les traductions d’anciens textes, vous comprendrez complètement les centres d’intérêts des prêtres anciens. Pourquoi ont-ils consacré tant d’années, ainsi qu’autant d’argent, à la simple édification d’une énorme pyramide ? Pourquoi ? Juste comme sépulture pour le pharaon ? Non, non, c’est pour des raisons tout à fait différentes, et nous avons décidé d’accéder aux mêmes possibilités maintenant en construisant notre pyramide. Alors, nous avons trouvé l’endroit, nous avons trouvé les connaissances. A l’intérieur de la pyramide que nous sommes en train de construire maintenant, il y aura 25 résonateurs. Dans la pyramide de Chéops, on en connaît au moins trois. Trois chambres. Dans notre pyramide, il y en aura 25…

KC : Je vois. Mais êtes-vous en train de dire que vous allez utiliser le pouvoir des cristaux ?

VU : Nous allons mettre en place là des sources d’énergie, pas seulement des cristaux, ses sources d’énergie, parce que si vous créez une pyramide sans source d’énergie, vous n’obtiendrez jamais ne serait-ce que ce que vous imaginiez obtenir.

KC : Le vortex, n’est-il pas la source principale d’énergie… ? Non ?

VU : Non, non, c’est comme un gaz. Mais pour utiliser la puissance de ce gaz, nous avons besoin d’un moteur. Donc, ce que j’appelle source d’énergie, c’est un certain dispositif que nous mettons à l’intérieur de la pyramide, à un certain endroit, et la pyramide influencera l’espace et le temps, en provoquant une sorte de combustion de l’espace. Et c’est ici le début de quelque chose de très, très intéressant et d’insolite. Donc, nous en sommes arrivés à ce stade et nous avons immédiatement décidé de commencer la construction de la pyramide à la fin de l’année dernière et je pense que nous l’aurons terminée à la fin de ce mois d’octobre 2007.

KC : Avez-vous partagé vos connaissances avec d’autres pays, ou ceci est-il uniquement un projet interne à la Russie ?

VU : Actuellement, c’est uniquement en Russie.

KC : Parce que ceci pourrait être très intéressant, j’en suis sûre, pour la plupart des chercheurs américains – mais aussi d’autres pays.

VU : J’aime beaucoup certains chercheurs américains, comme par exemple Graham Hancock, (deux autres noms : Nevil Burrell ? Jill Burton ? inaudibles) et d’autres, beaucoup d’autres. Je les aime beaucoup, ils m’ont profondément touché. Je veux leur dire Merci pour tout ce qu’ils ont fait. Mais en même temps, ils ont mis en lumière certaines idées très étranges lorsqu’ils disent: « Ecoutez, regardez juste attentivement les pyramides », ou « Regardez attentivement ceci ou cela … » et d’autres choses du même style. Ils montrent qu’il y a là quelque chose d’inhabituel mais, la plupart du temps, ils n’apportent pas de réponses.

KC : D’accord.

VU : Ce que je fais, c’est essayer d’apporter des réponses… Plus ou moins. J’ai la chance d’avoir trouvé des réponses et le livre The Pyramids est le livre qui contient des réponses.

KC : Bon, vous avez mentionné au cours de notre bref, mais délicieux repas, que vous étiez d’une certaine manière en relation avec ces visiteurs. Ils vous guident en quelque sorte dans le voyage que vous réalisez, n’est-ce pas ?

VU : Oui.

KC : Vous ont-ils suggéré où aller ?

VU : Oui. D’une certaine façon, oui.

KC : Et vous les appelez… Comment les appelez-vous ?

VU : Je préfère les appeler visiteurs. On peut les appeler extra-terrestres mais par ailleurs quand vous commencez à comprendre comment cet espace est en fait construit, vous en venez à comprendre que le point le plus distant de notre Galaxie est à moins d’une minute de trajet de la Terre [sic]. Moins d’une minute ! Cela veut dire, d’après ce que nous savons sur notre planète, et en comparaison du temps que notre civilisation a existé sur cette planète, que ce sont les gens, les humains qui sont les visiteurs. Eux sont ici depuis si longtemps, des milliers d’années, ils sont venus tellement de fois, qu’ils contrôlent la situation. Je dirais que ce sont eux qui essayent de garder le contrôle sur la planète en suivant un certain cap. Alors, lorsque j’ai rencontré ces visiteurs, la première fois, il y a assez longtemps, c’était au cours d’une expédition, ma toute première question a été : « Que faites-vous ici ? » Comme tout citoyen ou personne normale, même américain, j’avais quelques idées sur leurs capacités : ils volent, ils ont des capacités exceptionnelles… Eh bien, que font-ils ici ? Quelle est leur raison d’être ici ? La réponse s’est révélée assez simple, et en même temps, elle a bouleversé ma vie.

L’un de ceux que j’ai vu, m’a dit : « Si vous voulez comprendre pourquoi nous sommes ici, il vous faut apprendre l’histoire de votre civilisation, votre préhistoire. Alors, tu comprendras le pourquoi de notre présence. » A partir de ce jour là, j’ai commencé à enquêter de mon mieux sur l’histoire de notre civilisation, et maintenant je peux dire, j’en suis venu à comprendre ce qu’il s’est passé et ce qui les intéresse avant tout ici.

KC : Quel est leur principal centre d’intérêt, pensez-vous, est-ce l’avenir et les prochains événements qui vont arriver selon eux, ou est-ce un intérêt génétique pour notre espèce ?

VU : Non, non. Tout d’abord, je voudrais vous expliquer que si vous voulez juste avoir une seule réponse, vous n’aurez jamais la bonne réponse. C’est assez compliqué. Alors, si vous souhaitez faire un petit pas vers la compréhension, je vous conseillerais de comprendre, si vous le pouvez, qu’il n’y a pas de passé ni de futur, il y a seulement le présent. Maintenant, ce qui se déroule maintenant.

Pour moi, au début, cela n’avait aucun sens, j’ai pensé : « Qu’est-ce qu’il veut dire? Pas de passé ? Il n’y a pas de futur ? Tout se déroule maintenant? » J’ai dû faire des recherches et j’ai dû digérer cette idée pendant un temps assez long. Puis, j’ai compris comment cela fonctionnait. Si vous projetez de transformer la planète ainsi que l’humanité en quelque chose de meilleur, les faire évoluer positivement, vous avez besoin de savoir ce qu’il va nous arriver dans le futur.

Mais ce futur est déjà en train de se dérouler maintenant. Donc, depuis votre futur vous pouvez aller et entrer en contact avec vous-même dans le passé juste pour changer quelque chose dans votre vie passée pour l’améliorer. Alors, si quelque chose de différent arrive, votre présent en sera modifié, et votre futur s’améliorera. C’est seulement une possibilité. Alors, ils sont en train de contrôler ces dimensions multiples dans notre vie, de telle façon que nous puissions comprendre comment tout ceci est construit. Ils n’interfèrent jamais, ils peuvent juste vous en donner une petite, une minuscule idée. Juste une allusion. Et alors, si vous êtes la bonne personne, vous devriez comprendre. Ce que vous ferez alors sera de votre propre responsabilité et engagera l’avenir. Ce n’est pas comme certains enseignants ou personnes qui disent : « Les extra-terrestres et les dieux sont si parfaits qu’ils vont me contrôler. Même si je fais une erreur, ils vont m’aider à corriger cette erreur, alors… »

Non, en réalité, ce n’est pas comme cela. Ils ne peuvent se permettre que quelques allusions, mais alors vous devez prendre vos propres responsabilités.

KC : Donc, vous avez étudié la philosophie orientale, l’illumination, les chakras, etc.

VU : Bien sûr, en profondeur. Mais au bout de deux ans, j’en suis venu à penser que si vous essayez de voir ce qu’il y a derrière ces enseignements comme le bouddhisme ou l’hindouisme, vous ne comprendrez jamais la réalité, c’est impossible. Ce n’est qu’en Egypte que cet enseignement est resté intact. Dans mon livre, je montre ces textes. L’enseignement de l’hindouisme ou les traditions orientales s’est tellement déformé ! Il est fragmenté en différentes parties, de façon telle que vous n’obtiendrez jamais la compréhension de la réalité. C’est la raison pour laquelle je me suis si profondément plongé dans l’égyptologie, en travaillant à partir des textes, parce que c’est là qu’on peut voir le début de toute l’histoire.

Et dans ce livre, je parle de ce très ancien enseignement qui était appelé, dans les temps anciens, Cabbala-Ohn. C’est la connaissance de l’Unité, présente dans la construction de l’être humain et de l’univers, la manière dont cela a été construit, et qu’il s’agit en fait d’une seule et même chose. Alors, si vous voulez le comprendre, vous devez partir du début, et ce début, non déformé, vous ne pouvez le trouver qu’en Egypte et nulle part ailleurs.

KC : Lorsque vous avez dit que vous avez été contactés lors d’une expédition, vous étiez en Egypte à ce moment-là ?

VU : Non, en Sibérie.

KC : En Sibérie ?

VU : Oui, c’était une expédition en rapport avec mon enquête sur l’événement de la Toungouska.

KC : Ah ! Maintenant, nous voulons entendre parler de cet événement de la Toungouska parce que vous venez de finir un nouveau livre, n’est-ce pas?

VU : En réalité, je suis en train de le terminer; tout le livre est dédié au centième anniversaire de l’événement de la Toungouska, l’année prochaine. Ce livre vous donnera une idée de ce qui s’est passé là-bas. Vous aurez des réponses. Au cours des soixante-dix dernières années d’enquêtes, les scientifiques ont proposé plus de 300 hypothèses, la plupart si différentes les unes des autres que les gens ne peuvent pas comprendre ce qui s’est passé…. Dans ce livre, je replace tout ensemble, je décris l’ensemble de l’événement, de façon à ce que toutes ces différentes hypothèses se combinent en une seule.

KC : Je vois. Nous avons rencontré hier des scientifiques et, Bill, peut-être pourrais-tu expliquer le point de vue de Tchernobrov…

Bill Ryan (BR) : Oui, nous avons rencontré Tchernobrov et nous l’avons questionné au sujet de l’événement de la Toungouska, et il a dit qu’il s’est produit un événement similaire près du Lac Baïkal, beaucoup plus récemment.

VU : Oui.

BR : Et il croit que les traces de radioactivité qui ont été détectées dans la région de Toungouska, pourraient être dues à l’impact d’une comète. Quelques uns des isotopes radioactifs découverts là sont également présents dans les comètes. Il croit que l’incident du lac Baïkal suggère que c’était là une hypothèse raisonnable. Il a bien fait attention à ne pas fournir de conclusions à ce sujet, mais il croit que c’est sa meilleure conjoncture. Qu’en pensez-vous ?
VU : Oui, je sais cela.

KC : Alors, est-ce qu’il est d’accord, ou bien êtes-vous d’accord avec lui, ou bien vos analyses sont-elles différentes ?

VU : Dire : « Je suis d’accord » ou bien « Je ne suis pas d’accord », ne vous donnerait pas la bonne approche, mon approche. En travaillant j’essaye de trouver une réponse à ce qu’il s’est passé à Toungouska. J’ai étudié beaucoup de documents, beaucoup de comptes rendus d’enquêtes de différents scientifiques, et je leur en suis très reconnaissant, ils m’ont fourni beaucoup d’informations. Je n’aurais jamais pu le faire moi-même. En même temps, quand j’ai commencé à comprendre ce qu’il s’était passé là-bas, ce qui est crucial, c’est ce que les gens ont décrit et expliqué sur ce qui s’est passé à Toungouska, je veux dire l’événement lui-même - ils ont donné cette réponse quelques années après l’événement - en fait ils l’ont donnée presque immédiatement. Le problème c’est quand les scientifiques, représentant différents domaines de la science, sont venus à Toungouska et ont commencé à demander aux témoins ce qu’ils avaient vu, ils ont pris toute l’histoire mais en petits morceaux.

Parce que les spécialistes en botanique ont expliqué l’événement de leur point de vue ; les astronomes l’ont expliqué en tant que comète ou météorite ; les géologues ont donné leur propre version. Ils ont donc découpé toute l’histoire en plus de trois-cents petits morceaux. Mais en même temps on devrait pouvoir comprendre, parce que cet événement a été unique. Et il ne peut y avoir qu’une vérité derrière ça, et en fait, si on s’interroge, on s’accorde à penser que quelque chose de très simple a dû se dérouler là-bas, que nous ne pouvons voir – parce que les indices sont bien là, dans la zone de Toungouska, tout est là – et si nous ne voyons pas ces indices, cela ne veut pas dire que quelque chose d’autre s’est déroulé là.

Toute cette histoire, toute cette explication, dépasse même la capacité des humains à accepter... la réalité.

En résumé, il s’agissait d’une météorite. Mais cette météorite transportait une bactérie dangereuse. Et quelqu’un l’a neutralisée, l’a détruite, et ces êtres l’ont fait de nombreuses fois. Et ils l’ont fait à chaque siècle, plusieurs fois. Quand j’étais en train d’analyser les documents, j’ai trouvé des histoires très intéressantes : quand Staline prend connaissance du cas Toungouska, et en particulier par Lavrenti Beria  - c’est un homme très, très spécial qui a fait des enquêtes et influencé le développement des armes nucléaires en Russie à cette époque - il dispose d’informations au sujet d’un événement hors du commun, qui ressemblait à une explosion nucléaire et qui s’est produit en 1908. Donc, après examen des images, ils ont envoyé une expédition militaire dans cette zone. Ses membres, habillés en civil, n’avaient qu’une mission : recueillir des informations. Quand ils ont interrogé les autochtones de la zone de l’explosion, ceux-ci ont dit que très peu de temps après celle-ci, les habitants ont vu un groupe d’étranges visiteurs, avec un équipement très sophistiqué (pour 1908) fouiller le sol.

KC : Voulez-vous dire qu’ils ont quelque chose qui contient cette bactérie?

VU : Non. Ils sont en train de faire des recherches sur une partie de l’équipement qui a atterri avec la météorite. C’est sérieux.

KC : C’est l’équipement des visiteurs, non ?

VU : Oui. Je sais exactement [ce qu’il en est]. Ils l’ont trouvé et ils ont déjà examiné. Dans un avenir proche, vous allez voir une avancée dans le développement de certaines technologies en Chine, bien plus que ce que l’on peut imaginer.

KC : Très intéressant !

VU : Malheureusement ils ne sont toujours pas en train d’enquêter là-dessus en Russie.

KC : Comment avez-vous trouvé tout ça, pouvez-vous nous le dire ?

VU : Non, si vous permettez, je préfère garder ça pour moi, d’accord  ?

KC : Ah, d’accord, très intéressant (Rires.)

VU : (En souriant) Mais croyez-moi, ils l’ont déjà fait. Nous avons beaucoup de ce matériel, en Sibérie, des centaines de tonnes. Mais nos responsables scientifiques actuels ne sont pas du tout intéressés.

KC : Je vois. Vraiment pas ?

VU : Non.

KC : Bien, quand votre livre sera sorti... Il ne l’est pas encore n’est-ce pas?

VU : Vous voulez dire, celui sur l’événement de la Toungouska ?

KC : Oui.

VU : Il sortira l’année prochaine.

KC : Peut-être qu’une fois votre livre édité, cela changera ?
 

VU : Je n’en suis pas sûr.

KC : Non ?

VU : Non. C’est la raison pour laquelle je veux organiser une ou deux expéditions internationales.

KC : Fabuleux !

VU : Pour que des gens des Etats-Unis, de Russie, d’Allemagne, d’Australie aillent là-bas, et que ce soit raisonnablement contrôlé par l’Humanité lorsque cela se produira.

KC : Je vois.

VU : Parce qu’en ce moment précis, croyez-moi, tout ce que je vous demande, c’est de me croire. La technologie là-bas, en ce moment même, est très développée, à un point que ne pouvez pas imaginer !

KC : D’accord, passons à autre chose, parce que vous avez également dit, pendant notre conversation à table, qu’il y avait trois objets, des météores je suppose, qui ont heurté notre planète, à différentes périodes de notre histoire, et qu’elle en a été transformée. Pouvez-vous nous parler un peu plus de cela ? Vous avez dit que l’événement de la Toungouska était un minuscule événement comparé à ces grands événements.

VU : Oui en effet, c’est certain ! Vous savez, si vous lisez les informations amenées par les astronomes au sujet des astéroïdes du système de défense sur lequel les Américains sont en train de travailler, vous trouverez l’idée que les grands astéroïdes (1 km de diamètre) ont probablement heurté la planète une fois en 300 000 ans ou peut-être même en un million d’années. En travaillant sur les textes anciens, j’en suis venu à comprendre que des astéroïdes d’un diamètre de plus de 1 km ont heurté la Planète au moins deux fois au cours des 16 000 dernières années. Je donne les traductions des anciens textes dans mon livre The Pyramids, tout est là. En fait trois fois, mais les deux premiers, spécialement celui que j’appelle Açores, a heurté la planète dans la région des îles des Açores. Cela fera exactement 13 660 années en automne de cette année. Et dans le livre, je donne les calculs exacts et les anciens calendriers, qui montrent la date précise à laquelle cela s’est produit.

KC : Maintenant, êtes-vous en train de dire que ceci pourrait-être un événement cyclique ?

VU : Oui. C’est cela même… vous avez trouvé, mon amie ! Bravo !

KC : (Rires.)

VU : C’est l’idée la plus importante : ces anciens calendriers, le calendrier Maya et quelques-uns des calendriers de l’ancienne Egypte, que j’appelle les Calendriers des Catastrophes, donnent des informations au sujet des périodes au cours desquelles d’ENORMES astéroïdes heurteront la planète. Et ces anciens hiérophantes, essayent de nous transmettre l’information suivante : qu’à un moment donné un astéroïde va heurter la Planète, et que nous devons nous y préparer ! Autrement, les gens pourraient… en mourir.

KC : Alors, à partir de là, nous pouvons dire qu’un autre événement de ce type, prévu dans notre avenir peut survenir ?

VU : Je dirais que l’événement le plus intéressant et le plus insolite qui nous attend est très, très proche de nous.

KC : Voulez-vous parlez du calendrier maya et de 2012 ? A peu près à cette date ?

VU : Oui, en effet.

KC : Est-ce que c’est votre interprétation à vous ? Connaissez-vous les travaux de Zecharia Sitchin ?.

VU : Oui, je connais très bien son travail.

KC : Et êtes-vous en train de parler du retour de la Planète X, ou bien de la naine brune, dont ont parlé les scientifiques, parce que certains de nos contacts parlent d’une naine brune, accompagnée d’une planète à l’orbite, très allongée, de 26 000 [ans]… N’est pas ce dont vous êtes en train de parler ?

VU : Je connais très bien cette théorie, mais la réalité est tout à fait différente.

KC : D’accord.

VU : Une fois encore, j’aimerais le redire : je suis en train de travailler sur les textes anciens, en les lisant et en les interprétant. Ces textes anciens disent qu’il y a 13 660 ans, lorsque l’astéroïde Açores a heurté la Terre, celle-ci est sortie de son orbite et a commencé à s’éloigner du Soleil. Quelqu’un, que j’appellerais pour l’instant les Curateurs, quelqu’un a pris un énorme morceau de la planète détruite Maldek, devenu ce que maintenant nous appelons la Lune. Et ces anciens textes, ces textes égyptiens, nous donnent l’exacte description de ces êtres amenant cet énorme morceau dans le champ magnétique de la Terre, accroissant ainsi sa masse, et la remettant en état là où elle se trouve maintenant. Auparavant, la période de révolution de la Terre était de 360 jours. Lorsqu’elle s’est éloignée du Soleil et a été stabilisée là avec l’aide de la Lune, sa période de révolution est passée à 365 jours.

Alors, juste après, a été créée Vénus, et ils l’ont placée là où elle est maintenant. Les textes anciens, même le calendrier maya, disent que Vénus a été créée 3 113 ans avant J.C. D’accord ? Mais ce qui s’est également produit, c’est que ceux qui vivaient sur Mars, un texte ancien le dit précisément, ceux qui ont apporté leurs connaissances aux civilisations antérieures, provenaient de Mars et de Maldek. Or, maintenant que Maldek est détruite, nous avons une ceinture d’astéroïdes et non pas une planète. Mars a été la victime d’astéroïdes, a perdu son atmosphère et s’est déplacée par rapport à son emplacement d’origine. Mais ce quelqu’un l’avait également placée là.

Mais ceux qui vivaient sur ces planètes ont déménagé sur une autre planète du système solaire. Je ne sais pas comment, mais on dit que cette planète, actuellement, est sur la même orbite que la Terre, mais juste derrière le Soleil. Juste à l’opposé ; nous nous déplaçons à la même vitesse, et c’est la raison pour laquelle nous ne pouvons généralement pas la voir. Mais il y a des périodes pendant lesquelles on peut voir cette planète. Et dans mon livre, je donne la description complète de tous ces événements.

KC : Est-ce que vous appelez ces gens les Annunaki ?

VU : Oui! Mais la façon dont on les appelle n’est pas importante.

KC : Est-ce le même nom que certains chercheurs utilisent pour ce peuple qui est venu sur Terre à l’origine et qui a créé génétiquement notre espèce ?

VU : Je ne dirais pas génétiquement… Non. Les effets génétiques se sont développés sur la Terre il y a très longtemps. Il s’agit d’autre chose. L’idée principale est qu’en 2012, nous allons être témoins, je dirais, de l’instabilité du système solaire.

KC : Aha, et les astéroïdes…

VU : Non, non. Ce sera en rapport avec une activité inhabituelle du Soleil.

KC : Du Soleil ?

VU : Oui. D’une part, une activité inhabituelle du Soleil affectera la stabilité de la planète qui se trouve Derrière le Soleil. Il y a par ailleurs une autre donnée très importante. Si vous vous rappelez les anciens textes mayas, vous y trouverez une chose intéressante : il y est dit que les anciens instructeurs venus des étoiles s’en iront et qu’ils seront remplacés par d’autres. Et nous, - l’équipe avec laquelle je travaille – nous avons trouvé et compris le mécanisme qui sous-tend tout ceci. Pour comprendre ce qui va suivre, je dois vous donner une idée d’un certain mécanisme énergétique de la Terre, intimement lié au temps et à l’espace.

(Un graphique sur l’ordinateur.) : Ce que vous pouvez voir ici, c’est l’axe géographique, d’accord ? Ça, c’est l’axe magnétique. Alors, quand la Terre entre en rotation, ça prend cette forme-là. Alors, le point focal central est ici, voyez-vous ? Ceci c’est la latitude 30 et 35 degrés [nord]. C’est exactement là où toutes les civilisations de l’ancien monde se sont développées. La Chine, l’Egypte, les Mayas – elles sont toutes dans cette zone.

Et maintenant, regardez : après des recherches sur des documents scientifiques, nous avons compris que cet endroit-ci, lorsqu’il s’élargit, cette pulsation ici et ici a une période de quatre ans... Maintenant, quelque chose de très inhabituel a commencé à se dérouler ; cette partie a commencé à s’élargir, et ce point particulier commence à se déplacer vers le Nord. En 2012, ce point sera au pôle Nord, et un champ d’espace-temps sera ouvert.

Ici, nous serons les témoins de l’apparition d’une porte de l’espace. C’est par ce stargate que les anciens maîtres s’en iront et que de nouveaux viendront. Et tout cela, tous ces événements seront directement liés à l’activité du Soleil et à l’apparente instabilité de la planète située derrière lui. Ainsi, nous allons non seulement voir cette planète, mais il semble que nous soyons très proches de commencer un échange raisonnable et compréhensible avec nos prédécesseurs.

KC : Alors, est ce que vous voyez une quelconque influence de l’alignement, si je comprends bien, de notre Galaxie avec notre centre galactique ?

VU : Ce que vous voulez dire c’est que, lorsque le système solaire traverse le plan galactique, nous croisons des météorites et des astéroïdes. C’est pourquoi nous les rencontrons de façon périodique et que nous avons ces impacts d’astéroïdes. Mais ce dont je parle maintenant, c’est d’une période tout à fait différente et très inhabituelle.

KC : Vous dites que nous sommes en train d’entrer dans une autre dimension ?

VU : Pas nous. Nous, nous resterons ici. Nous sommes ici et nous resterons ici, là où nous sommes maintenant. Mais nous serons témoins du départ des Curateurs, ceux qui contrôlaient le système solaire. Certains partiront, et d’autres viendront ici.

KC : Je vois. Mais avec qui travaillez-vous? Pouvez-vous me parler de votre équipe, est-ce que ce sont des scientifiques, des philosophes….

VU : De tout cela, mais principalement des scientifiques.


KC : Et donc il y a une base scientifique à cette explication ?

VU : Oui. Ce que je suis en train de vous dire maintenant, d’une façon simple, c’est de la science pure.

KC : Je comprends. Ainsi, la Porte de l’Espace en train de s’ouvrir se trouve au pôle Nord, dites-vous ?

VU : Oui, au pôle Nord.

KC : Et quelle sorte de préparatifs êtes-vous en train de faire ? Est-ce en partie la raison pour laquelle vous construisez votre pyramide ? Pour apporter de l’énergie ? Pour aider la Terre…

VU : Oui. Ce qui arrivera sur la planète Terre va sérieusement affecter la santé des humains.

Ceux qui n’ont pas actuellement une bonne santé, mourront d’attaques cardiaques, de problèmes cardio-vasculaires. Nous en sommes arrivés à comprendre qu’il s’agissait d’un moment crucial. Les personnes développant des capacités intérieures, énergétiques, un don de double vue, des choses comme cela, dans tous les cas, si elles le font sans mettre en pratique les connaissances laissées par les prêtres d’autrefois, 70 % d’entre elles, même 80 % d’entre elles mourront du cancer. Ce que cela signifie, et comment cela se produit... La réponse se trouve en partie dans le champ de force, que je vais essayer de vous expliquer.

Imaginez que quelqu’un commence à méditer, en essayant de s’ouvrir à l’Energie Cosmique, d’accord ? Imaginez que l’énergie rentre en lui ; c’est très bien. Lorsqu’il est porteur de cette énergie, son propre temps biologique ralentit. D’un côté, c’est bien. Parce qu’il sentira beaucoup plus d’énergie à l’intérieur, ses capacités de voyance s’ouvriront. C’est ce dont il a besoin, mais lorsque son téléphone va commencer à sonner, ou bien s’il doit retourner chez lui pour s’occuper de sa famille, il se coupe de ce vortex d’énergie. Le nouveau système essaye de revenir à sa position de départ en accélérant le temps interne, parce qu’avant, il l’avait ralenti. Le système immunitaire commence immédiatement à l’accélérer. L’accélération du temps interne provoque immédiatement le début d’un cancer. Ceci est la raison pour laquelle des maîtres bien connus du monde entier, comme Jidda Krishnamurti, Ramana Maharshi, Vivekananda, Shiva Rabinda, Mira Alfas, la mère, en fait Madame Blavatsky, Rerich, Castaneda, Osho sont tous morts de cancer.

Nous avons trouvé cet avertissement laissé par les anciens prêtres. Cet avertissement dit que si vous développez vos capacités sans conscience, vous ne franchirez jamais la frontière de la mort, vous mourrez. Nous avons donc trouvé ces textes et nous en avons compris le sens.

Tout d’abord, nous avons commencé par rechercher comment développer un système de protection, pour moi-même, pour les spécialistes et les scientifiques avec lesquels je travaille. C’est un moment décisif. C’est la raison pour laquelle, dans un futur très proche, lorsque 2012 sera tout près, il faudra développer et améliorer votre santé. Autrement, des centaines de gens, peut-être des centaines de milliers, peut-être des millions ne survivront pas à ces changements.

Et l’un des instruments que les anciens utilisaient pour se préserver du cancer, pour franchir la frontière de la mort, c’était les pyramides et ce que j’appelle les baguettes d’Horus. Vous savez, les tubes métalliques que tenaient en main les anciens pharaons égyptiens, d’après des sculptures que j’ai vues représentant des pharaons et des prêtres. J’ai écrit un livre à ce sujet qui s’intitule The Wands of Horus (Les baguettes d’Horus), en citant les textes anciens, ainsi que les explications et les idées qui s’y trouvent. J’ai pour ma part profondément compris que nous étions au moment crucial, et nous sommes en train de mettre ceci au point actuellement. Et c’est une des raisons pour lesquelles nous construisons cette grande pyramide en pierre, pour nous préparer, pour conditionner notre santé en perspective de cet événement très important. Nous devons nous préparer, sinon…

KC : Bien, n’est-ce pas aussi, avant tout, que la pyramide est considérée comme une machine pour l’ascension, et ce dont vous parlez, en un sens, c’est de cette capacité que possède le corps de s’élever spirituellement grâce à ce moyen ?

VU : Non, je ne le dirais pas comme cela. Tout est beaucoup plus simple. Quand vous parlez d’ascension, en réalité c’est différent. Non, beaucoup plus simple. Ce qu’il faut faire, c’est corriger les deux flux du temps, que nous appelons en fait yin/yang (?). Nous pensons… Tout le monde pense que d’après les traditions orientales, il s’agit d’une sorte de commencement humain, de commencement masculin, de début féminin, quelque chose comme ça, qu’on doit équilibrer ces énergies et qu’alors, tout sera parfait, il n’y aura plus de maladies. D’un côté, c’est plus ou moins vrai. Mais la réalité est bien différente. Ce yin/yang, ce sont deux flux du temps, se déplaçant l’un vers l’autre. Alors, si ces flux du temps s’équilibrent en vous, vous obtenez un effet très intéressant, vous vous annulez votre temps biologique. Et on peut vivre 100 ans, 200 ans, 500 ans, 1 000 ans, sans problèmes. Mais cela doit être équilibré. La pyramide corrige le temps, le temps biologique de l’être humain.

KC : Mais c’est un triangle, le sommet du triangle symbolise cette unité.

VU : Vous ne parlez là que de symbolisme. Je parle de mécanismes, c’est différent. Bien sûr, l’être humain est une chose, l’énergie, une autre – et la troisième – c’est l’être humain yin/yang (?). La Trinité. C’est comme le plus et le moins en électricité. Si vous mettez en contact le positif et le négatif, une réaction entre les deux commence. Trois. D’accord ? C’est le principe. Ainsi, ce triangle n’est rien de plus, eh bien, que le symbole de ce principe. Mais, nous sommes en train de parler de mécanismes. Pas comment utiliser un symbole : un symbole, on peut le mettre là (Il montre son T-shirt.) et se promener avec. Car, si vous avez un symbole ici, cela ne veut pas dire que votre temps intérieur s’équilibre. Nous avons besoin de l’équilibrer.

KC : Quel est votre plan pour aller dans la pyramide ? Pour équilibrer cela grâce à la pyramide ?

VU : Il ne s’agit pas seulement d’y entrer et d’équilibrer cela. Il s’agit aussi d’une pratique. Nous sommes en train de développer la pratique. Dès que nous avons lu certains textes anciens, nous avons compris comment cela fonctionne. Nous avons essayé de construire une pyramide et de l’utiliser. Nous l’avons fait, nous avons vu les résultats, des résultats très intéressants, et maintenant, nous voulons les développer. Pour cela, nous avons besoin d’un véritable instrument, d’une vraie pyramide.

Non pas comme, par exemple, celles fabriquées en Russie par Aleksandr Golod. Il y a quelques pyramides comme celles-là, elles sont faites en bois, même en plastique. Non, ces pyramides doivent avoir certains angles particuliers, être en quartz blanc, être lourdes. Ce devrait être une très, très grande pyramide, de manière à ce que sa propre fréquence soit inférieure ou égale ou tout au moins, dans sa partie inférieure, en résonance avec la Terre, de manière à synchroniser la plus importante pulsation – je l’appelle le pouls de la Terre – à celle des pyramides. Alors, quand elles commenceront à fonctionner ensemble, à l’intérieur de ce champ, l’être humain se transformera de façon incroyable. Il nous faut donc l’expérimenter, avant d’y parvenir. Sinon, nous nous contentons de nous raconter des histoires, de nous faire des idées…

KC : Alors, si vous construisez ces pyramides à cet endroit, pensez-vous qu’on va finalement en bâtir d’autres sur la planète ?

VU : Ça serait bien. En tout cas, ici en Russie, nous allons en bâtir d’autres. En ce moment, nous construisons dans une certaine zone deux ou trois pyramides. Et en même temps, nous sommes en train de programmer la construction d’un complexe de neuf pyramides. Il est certain que si nous construisons plusieurs complexes autour du monde, comme le dit un texte ancien, cela affectera positivement les capacités énergétiques de la planète, et cela affectera positivement l’expansion de la conscience humaine. C’est un moment décisif. Vous ne pouvez pas le faire d’une autre façon. Alors, si vous voulez développer [la conscience], et la stimuler, les pyramides en sont la clé. Mais il faudrait ériger des pyramides partout sur la planète.

KC : Maintenant, qu’en est-il des enfants indigo ? Nous avons interviewé Boriska il y a quelques jours. Comme vous le savez, puisque cela a été publié dans le magazine Nexus et vous connaissez l’article qui a été écrit à son sujet, il a des souvenirs de son ancienne vie sur Mars, et il parle des guerres qui s’y sont déroulées. Il est, en gros, venu ici en tant que garçon ayant gardé sa mémoire. Savez-vous quelque chose sur ces enfants qui naissent en ce moment ? D’une certaine manière, ils équilibrent déjà ces éléments-clés du positif et du négatif, ainsi ils n’ont pas nécessairement besoin d’une pyramide pour être prêts. Comprenez-vous ce que je veux dire ? Et avez-vous déjà réfléchi à ça ?

VU : Oui, je comprends parfaitement. C’est la raison pour laquelle je dis que les pyramides ont été et seront primordiales dans les moments-clés. Qu’en est-il des gens ? Ceux qui ont ces capacités ? Actuellement, il y a beaucoup plus de gens ayant ces capacités que vous ne l’imaginez. Mais malheureusement, la plupart d’entre eux ne sont pas capables de les développer à un haut niveau. La pyramide est un instrument qui permet de sauter par dessus la frontière de la mort. Je suis sûr que le développement de certaines facultés, que vous soyez enfant indigo ou pas, affectera votre organisme et causera des problèmes de santé, spécialement des cancers, c’est certain. Pour passer au travers, vous devez utiliser les connaissances et les instruments et, parmi eux, la pyramide est l’outil pratiquement indispensable.

KC : Je comprends.

(Partie 2)






Soutenez Project Avalon - faites un don :

Donate

Merci de votre aide.
Votre générosité nous permet de poursuivre notre tâche

Bill Ryan

bill@projectavalon.net


unique visits

Google+